En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérez mes cookies.

Rapport IGAS : Les réseaux de soins

share share
print
L'IGAS rend public en septembre 2017 un rapport sur les réseaux de soins, concentrant ses investigations sur les trois secteurs les plus investis par les réseaux de soins du fait de leur délaissement par l'assurance maladie obligatoire: l'optique, les audioprothèses et le secteur dentaire.
L'Igas avait été saisie en juin 2016 d'un rapport d'évaluation de la loi "Le Roux" du 27 janvier 2014 relative aux réseaux de soins des complémentaires santé. Elle rend public en septembre 2017 un rapport sur le sujet, concentrant ses investigations sur les trois secteurs les plus investis par les réseaux de soins du fait de leur délaissement par l'assurance maladie obligatoire: l'optique, les audioprothèses et le secteur dentaire. Elle s'est focalisée sur les six plateformes gérant des réseaux de très grande taille pour le compte d’organismes complémentaires: CarteBlanche, Itelis, Istya, Kalivia, Santéclair, Sévéane. La mission s’est efforcée dans ce rapport de caractériser l’activité et l’impact des réseaux de la façon la plus complète possible. L'Igas souligne néanmoins de "nombreuses difficultés méthodologiques", faisant "obstacle à une véritable évaluation des réseaux de soins, c’est-à-dire une appréciation (qualitative et quantitative) de leur impact sur le système de santé". Les auteurs soulignent cependant un impact notable des réseaux de soins sur les prix : ils observent ainsi un écart de prix notable entre les soins (ou produits) consommés via un réseau et ceux consommés hors réseau, particulièrement en optique : environ - 20% pour des verres adultes et -10% pour des montures. Dans le secteur des aides auditives, la différence de prix est plus limitée (autour de -10%). Dans le secteur dentaire, elle semble encore plus réduite, avec cependant des écarts importants pour certaines plateformes. Par contre, les auteurs remarquent que "l'impact des réseaux de soins sur la qualité est plus difficile à apprécier". Ils dénoncent par ailleurs la quasi-absence d'encadrement de ces structures. En conclusion, l'Igas formule neuf recommandations pour organiser et pérenniser un dispositif de suivi de ces réseaux.