En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérez mes cookies.

Rapport de la DREES : Les dépenses de santé en 2016

share share
print
Le panorama de cette année s’articule autour d’une vue d’ensemble des éléments marquants de 2015 et de trois chapitres : Le premier traite de la consommation de soins et de biens médicaux (CSBM), le deuxième de la dépense courante de santé (DCS) et du ressenti des ménages en matière de santé. Enfin, le dernier est consacré aux comparaisons internationales des dépenses de santé et du reste à charge des ménages.
Le panorama de cette année s’articule autour d’une vue d’ensemble des éléments marquants de 2015 et de trois chapitres : Le premier traite de la consommation de soins et de biens médicaux (CSBM), le deuxième de la dépense courante de santé (DCS) et du ressenti des ménages en matière de santé. Enfin, le dernier est consacré aux comparaisons internationales des dépenses de santé et du reste à charge des ménages. L’ouvrage comprend également un éclairage sur les dépenses de prévention en France qui actualise et complète celui déjà publié il y a deux ans. D'après les résultats de l'étude, la consommation des soins et de biens médicaux (CSBM) a progressé en valeur de 2,3% en 2016, pour atteindre 198,5 milliards d'euros. La sécurité sociale finance 77% de la CSBM, soit 152,8 milliards €. Le rapport souligne que "parallèlement, la part des organismes complémentaires [OC] dans la CSBM diminue de nouveau en 2016, sous l’effet de la réforme des contrats responsables ". Le reste à charge (RAC) des ménages se réduit "pour la cinquième année consécutive", faisant de la France le "pays où le reste à charge des ménages est le plus limité" dans l'Union européenne. Les soins hospitaliers contribuent pour 1 point à la croissance totale des dépenses de santé (+2,2% en valeur en 2016 à 92,3 Md€). Les prix étant plutôt stables (+0,2%), c'est un effet volume qui expliquerait cette hausse. Elle est toutefois "bien moindre que celle de la décennie 2000", souligne la Drees.