En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérez mes cookies.

Des entreprises comme les autres

share share
print

Edito 106 LG option 2
L'édito hebdomadaire de Lamine Gharbi président de la FHP
Edito du 9 février 2018

Le nouvel exécutif affiche son souhait de gouverner autrement, avec une attention particulière portée sur la pédagogie de la réforme et la volonté d’un contrat nouveau avec les acteurs de la société, fondé sur l’écoute et la confiance. La récente adoption d’un « droit à l’erreur », pour les particuliers comme pour les entreprises, est révélatrice d’un progrès dans la prise en compte pragmatique des réalités et contraintes du terrain. 

Notre société, dans tous ses compartiments, ne s’accommode plus des sanctions arbitraires venues d’en haut et des dispositifs punitifs, le plus souvent contre-incitatifs. Les mécanismes d’incitation, la valorisation des comportements vertueux, la reconnaissance par les pairs, sont a contrario plébiscités. Les études démontrent, dans le domaine éducatif comme ailleurs, que saluer les efforts en continu est infiniment plus rentable, humainement et économiquement, que fustiger le moindre écart… 

Notre profession de l’hospitalisation privée n’a pas ménagé ses efforts en matière d’efficience : tendre vers le meilleur soin prodigué au patient, au meilleur coût pour la collectivité, est notre ligne directrice depuis des années. Nous sommes à la fois économes des ressources de l’assurance maladie, et très engagés sur la qualité, comme en témoignent nos résultats de certification. Chacune et chacun, au sein des hôpitaux et cliniques privés, est pleinement investi dans sa mission.

Peut-on alors imaginer l’effet délétère produit sur notre élan entrepreneurial comme sur la motivation de nos professionnels, d’une mesure telle que celle qui « automatiserait » la reprise des allègements de charge pour les seuls établissements de santé ? Outre le fait qu’elle procède d’une profonde injustice sur le plan économique, cette nouvelle trouvaille du ministère de la santé délivre un message particulièrement péjoratif : vous n’êtes pas des entreprises comme les autres. 

Eh bien si, Madame la Ministre, nous sommes des entreprises comme les autres. Nous rencontrons les mêmes difficultés, et de surcroit nous remplissons au quotidien des missions d’intérêt général auprès des Français. Toute l’énergie employée par les administrations à imaginer des mécanismes alambiqués de privation, pourrait être largement mieux employée : à faciliter notre travail, à encourager nos équipes soignantes, à considérer le service médical rendu avant les coûts, à récompenser les efforts faits en matière d’efficience et d’innovation. 

Cette gouvernance par l’incitation et la valorisation est une évolution irréversible des mœurs de nos sociétés, qui profite à tous : à l’évidence, elle n’a pas encore pénétré le pilotage de notre système de santé. 

Lamine Gharbi