En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérez mes cookies.

Un médecin anesthésiste réanimateur peut-il prendre la responsabilité de l'anesthésie dans deux bloc opératoires simultanément ?

share share
print

Réponse du 22 juillet 2015

Un médecin anesthésiste réanimateur ne peut prendre la responsabilité de l'anesthésie dans deux blocs opératoires différents qu'à la condition que l'induction anesthésique soit réalisée soit par lui-même, soit en sa présence par une IADE et que la surveillance per opératoire puisse être réalisée soit par lui-même, soit par une IADE.

Le code de déontologie médicale indique : "Dès lors qu'il a accepté de répondre à une demande, le médecin s'engage à assurer personnellement au patient des soins consciencieux, dévoués et fondés sur les données acquises de la science, en faisant appel s'il y a lieu, à l'aide de tiers compétents."  Il précise également que : "Quelles que soient les circonstances, la continuité des soins aux malades doit être assurée."

L'article D. 6124-91 du Code de la santé publique (décret n° 94-1050 du 5 décembre 1994) dispose que : "Pour tout patient dont l'état nécessite une anesthésie générale ou locorégionale, les établissements de santé, y compris les structures de soins alternatives à l'hospitalisation, doivent assurer les moyens nécessaires à la réalisation de cette anesthésie, une surveillance continue après l'intervention et une organisation permettant de faire face à tout moment à une complication liée à l'intervention ou à l'anesthésie effectuées."

Les recommandations de la SFAR vont dans le même sens : "Si le médecin anesthésiste réanimateur est amené à quitter la salle d'opération, il confie la poursuite de l'anesthésie à un autre médecin anesthésiste qualifié. S'il la confie à un médecin anesthésiste en formation ou à un infirmier anesthésiste, il reste responsable de l'acte en cours et peut intervenir sans délai."

La HAS recommande aux experts visiteurs ( in "EV Infos" de janvier 2005) d'être très vigilants sur ce point lors des visites de certification, compte tenu du risque encouru par le patient.

Sources :