En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérez mes cookies.

Communiqués de presse 2010

Les Fédérations Hospitalières demandent la création d’un Indice Santé Hospitalier (ISH)

23 décembre - La FHP et ses syndicats de spécialités reçus par Xavier Bertrand



 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
            

Le 23 décembre 2010


 
La FHP et ses syndicats de spécialités ont été reçus 
par Monsieur Xavier Bertrand, Ministre du travail, de l’emploi et de la santé.


Paris le 23 décembre 2010. La Fédération de l’Hospitalisation privée et ses syndicats de spécialités ont été reçus hier, mercredi 22 décembre par Monsieur Xavier Bertrand, Ministre du travail, de l’emploi et de la santé.

A l’occasion de cette rencontre, le Président et le Délégué général de la Fédération de l’hospitalisation privée, Messieurs Jean-Loup Durousset et Philippe Burnel ainsi que Monsieur Lamine Gharbi, président de la FHP MCO, Docteur Gabriel Bossy, Président de la Confédération CSSR-FHP et Docteur Olivier Drevon, Président de l’Uncpsy ont porté à la connaissance du ministre les attentes et les revendications de la Fédération.

Un climat d’écoute attentive et des échanges approfondis ont présidé lors de cette rencontre. Celle-ci a donné lieu à un tour d’horizon des préoccupations exprimées par la FHP sur les sujets relatifs à l’organisation des soins, à la formation des médecins et à leurs conditions d’exercice au sein des établissements privés et à la situation économique préoccupante des cliniques et hôpitaux privés.

Les entretiens francs et directs ont permis de cerner les points de convergence et d’actions immédiates sur l’organisation de la permanence des soins hospitaliers, les outils de régulation de l’offre de soins et la nécessité d’une plus grande équité dans l’attribution des financements aux établissements de santé.

La FHP s’inquiète en revanche des intentions du Ministre de favoriser le financement par le moyen des MIGAC plutôt que par celui des tarifs après plusieurs années où la progression des tarifs a été maintenu à un niveau très inférieur à la seule augmentation des coûts.

La FHP formule le voeu que les prochaines semaines permettent de concrétiser l’état d’esprit volontaire exprimé par le Ministre et que ses inquiétudes soient entendues au risque de mettre en péril l’offre de soins hospitaliers privée.


A propos de la FHP

La Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) regroupe l'essentiel du secteur privé en France, soit quelque 1.250 cliniques et hôpitaux privés, qui prennent chaque année en charge 8 millions de patients, sans aucune distinction économique et sociale, et dénombrent 2 millions de passage par an dans 134 services d’urgence.  Près de 200.000 personnes y travaillent, dont 130.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) et 40.000 médecins. Ils assurent :

 

  • 60% des interventions chirurgicales et 75% de la chirurgie ambulatoire en France
  • une personne sur deux atteintes d’un cancer
  • un accouchement sur trois
  • 20% des hospitalisations psychiatriques
  • 30% des soins de suite et de réadaptation en France 


Contacts presse

 FHP                                              Financial Dynamics
Christine Auberton                      Emmanuelle Flobert/Guillaume Granier
Tél : 01 53 83 56 63                    Tél : 01 47 03 68 10

christine.auberton@fhp.fr            emmanuelle.flobert@fd.com
                                                guillaume.granier@fd.com














12 novembre - JL Durousset son livre Le privé peut-il guérir l'hôpital ?



 
Communiqué de presse
        
Direction de la Communication    

Circulaire Ref :  101- 2010

Avec son livre Le privé peut-il guérir l’hôpital ?, le Président de la FHP nourrit le débat sur l’avenir du secteur hospitalier

 

Paris le 12 novembre 2010. La Fédération de l’Hospitalisation privée (FHP) annonce la sortie prochaine en librairie du livre de son Président, Jean-Loup Durousset, intitulé « Le privé peut-il guérir l’hôpital ? », publié aux Éditions Nouveaux Débats Publics.

Dans cet ouvrage, Jean-Loup Durousset propose une vision décalée de l’hôpital en France, loin des idées reçues et du discours ambiant, et énonce des propositions concrètes pour sauver « le meilleur système de santé au monde » menacé par un déficit record (30 milliards d’euros attendu pour 2011).

Face à cet enjeu, et au-delà de la liberté de choix qu’elle apporte aux patients, l’hospitalisation privée oblige à accoler les mots « rentabilité » et « qualité de service » au concept de santé publique. Elle apparaît ainsi comme l’élément vertueux qui peut rétablir un équilibre. La guérison du système hospitalier français ne pourra faire l’économie de profonds changements et d’une nécessaire redistribution des rôles et des responsabilités.

 

3 questions à… Jean-Loup Durousset :

Vous ambitionnez de sauver l’hôpital public, mais êtes-vous bien placé pour le faire en tant que président de la Fédération de l’Hospitalisation privée ?

Le privé peut être une force de proposition, une source d’innovation et de dynamisme. La réforme de l’hôpital public reste une question taboue. Il est temps de cesser de faire croire aux Français que le secteur hospitalier public a besoin de toujours plus de moyens. Il faut surtout répartir l’argent différemment et modifier l’organisation de l’hôpital public selon des règles simples. Des solutions, nous en avons à proposer…


Quelles sont vos propositions ?

Dans mon livre, j’énonce 20 propositions qui peuvent nous aider à « guérir » l’hôpital : remise en question des modes d’allocation des ressources aux établissements mais aussi aux équipes médicales ; incitations à faire toujours plus, et non plus toujours moins ; obligation de mesurer la rentabilité ; nécessité de revoir la formation des médecins ; urgence de replacer le patient au cœur du système (et pas seulement le médecin !)… Nous sommes prêts à aider l’hôpital à mieux s’organiser.


Dans votre livre, vous prônez une vaste réforme de la formation des médecins ? Pourquoi ?

En France, les étudiants sont confinés dans le giron des Centres Hospitaliers Universitaires. La formation y est déconnectée de la réalité économique, la place du patient n’y est que très peu abordée et le travail collectif peu valorisé. La raison majeure de ces dysfonctionnements, c’est que le parcours de formation des médecins s’effectue exclusivement au sein de l’hôpital public. Les cliniques sont soigneusement écartées, comme si elles étaient des lieux de perdition ! Il faut permettre aux jeunes médecins de couper le cordon et de reconnaitre qu’ils ne sont pas uniquement les enfants de l’hôpital public.

 

Jean-Loup Durousset est président de la Fédération de l’Hospitalisation privée depuis juillet 2007. Titulaire d’un DEA en économie de la santé, diplômé de l’IEP Lyon, il est aussi président-directeur général du groupe Noalys.

A propos de la FHP

En France, la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) regroupe l'essentiel du secteur privé, soit quelque 1200 cliniques et hôpitaux privés, qui assurent chaque année la prise en charge de 8 millions de patients, sans aucune distinction économique et sociale.

Près de 200.000 personnes travaillent dans les établissements de ce secteur d’activité, dont 140.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) et 40.000 médecins. Ils assurent et prennent en charge:

  • 60% des interventions chirurgicales et 75% de la chirurgie ambulatoire en France
  • une personne sur deux atteintes d’un cancer
  • 2 millions de passages dans 134 services d’urgence
  • un accouchement sur trois
  • 20% des hospitalisations psychiatriques
  • 30% des soins de suite et de réadaptation


Contacts presse

FHP
Christine Auberton
Tél : 01 53 83 56 63  
christine.auberton@fhp.fr 
  FD
Emmanuelle Flobert/Guillaume Granier
Tél : 01 47 03 68 10
emmanuelle.flobert@fd.com/guillaume.granier@fd.com


                                                          

                               

                                          

                                  


 

 

 

 














22 novembre - Conférence de Jacques Attali



 
Communiqué de presse
        
Direction de la Communication    

Circulaire Ref :  101- 2010

Conférence de Jacques Attali aux 10èmes Rencontres de la FHP

« Le système de santé français aujourd’hui et demain »

Paris le 22 novembre 2010. Dans le cadre des 10èmes Rencontres de la Fédération de l’Hospitalisation privée (FHP) qui se sont déroulées les 18 et 19 novembre 2010 au CNIT à la Défense, Jacques Attali, écrivain, économiste et Président de PlaNet Finance, a tenu une conférence ayant pour thème « le système de santé français aujourd’hui et demain ».

Les dépenses de santé, un bienfait économique et social

En commençant son allocution, Jacques Attali a tenu à récuser l’idée reçue selon laquelle les questions de santé devraient être prioritairement analysées sous l’angle de la maîtrise des dépenses. Dès lors, selon lui, que ces dépenses produisent un accroissement du bien-être collectif sous forme d’accroissement de l’espérance de vie ou de la durée de vie en bonne santé, il n’y a pas lieu de s’inquiéter davantage de leur augmentation que de celles relatives à d’autres dépenses publiques ou privées. De plus, notre système de santé représente un secteur économique majeur, source d’emploi, de croissance et de progrès technique. Jacques Attali a encouragé tous les professionnels de santé à défendre cette approche positive, volontaire mais aussi humaniste.

Des défis à relever

Si le système de santé s’est montré efficace, Jacques Attali a toutefois désigné un certain nombre de défaillances auxquelles il doit faire face : prévention insuffisante, démographie médicale déséquilibrée, réforme de l’hôpital inachevée, tarifs inadaptés. Dans ce contexte, l’Etat doit trouver sa juste place, entre harmonisation européenne par le haut, responsabilisation des échelons locaux et mise en œuvre d’une véritable politique industrielle publique de la santé. L’équité doit enfin demeurer au cœur du système, l’instauration d’un « bouclier sanitaire » pouvant, selon M Attali, permettre de maintenir le financement collectif des dépenses de santé tout en laissant un reste à charge modéré, ce dernier pouvant le cas échéant être modulé en fonction du niveau de revenu..

La transparence tarifaire préalable à toute réforme efficace

Jacques Attali a ensuite insisté sur la nécessité d’une concurrence loyale entre les secteurs hospitaliers publics et privés, condition indispensable à l’existence d’une vraie complémentarité. La transparence des comptes apparaît donc comme le corollaire de cette exigence, et il a souhaité, à propos des tarifs « la vérité sur les prix, préalable indispensable à tout débat sérieux ».

A propos de la FHP

En France, la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) regroupe l'essentiel du secteur privé, soit quelque 1200 cliniques et hôpitaux privés, qui assurent chaque année la prise en charge de 8 millions de patients, sans aucune distinction économique et sociale.

Près de 200.000 personnes travaillent dans les établissements de ce secteur d’activité, dont 140.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) et 40.000 médecins. Ils assurent et prennent en charge:

  • 60% des interventions chirurgicales et 75% de la chirurgie ambulatoire en France
  • une personne sur deux atteintes d’un cancer
  • 2 millions de passages dans 134 services d’urgence
  • un accouchement sur trois
  • 20% des hospitalisations psychiatriques
  • 30% des soins de suite et de réadaptation


Contacts presse

FHP
Christine Auberton
Tél : 01 53 83 56 63  
christine.auberton@fhp.fr 
  FD
Emmanuelle Flobert/Guillaume Granier
Tél : 01 47 03 68 10
emmanuelle.flobert@fd.com/guillaume.granier@fd.com


                                                          

                               

                                          

                                  


 

 

 

 














23 novembre - 10èmes Rencontres FHP



 
Communiqué de presse
        
Direction de la Communication    
Le 23 novembre 2010  Circulaire Ref :  102- 2010

 

10èmes Rencontres de la FHP

Compte-rendu du Forum « Missions Santé »

Complémentaires / Assurance maladie : un binôme en devenir ?

 

Paris le 19 novembre 2010. La Fédération de l’Hospitalisation privée et ses syndicats de spécialités ont réuni leurs adhérents au cours de leurs 10èmes Rencontres, qui se sont tenues les 18 et 19 novembre 2010 au CNIT.

Dans le cadre de ces Rencontres, le forum « Missions santé » réuni le 18 novembre portait cette année sur le thème « Complémentaires/ Assurance maladie : un binôme en devenir ? ».

A l’heure d’un déficit annoncé de la Sécurité sociale de 21,4 milliards d’euros pour 2011,  ce Forum, qui faisait intervenir des représentants de tous les acteurs publics et privés concernés par la problématique de financement de notre système de soins, a permis d’aborder différents thèmes fondamentaux et scénarios d’évolution, au service de l’intérêt général.      

Le Président de la FHP Jean-Loup Durousset a rappelé en introduction que les chiffres alarmants de l’Assurance maladie constituaient une menace pour son existence même.

Il a souligné la difficulté du monde hospitalier à se réguler, et a appelé de ses vœux une réflexion collective sur le rôle des complémentaires et de l’Assurance maladie, dont les rôles respectifs dans le système global ne sont pas entièrement stabilisés aujourd’hui.

Un large consensus sur le diagnostic et sur la nécessité d’une meilleure coordination entre les acteurs

- Les dépenses de santé n’ont cessé d’augmenter du fait de la conjonction de facteurs démographiques (vieillissement de la population) et de l’augmentation des pathologies lourdes chroniques, et il faut s’attendre à une hausse substantielle des dépenses de santé dans les années à venir.

- L’enjeu prioritaire pour assurer la pérennité de notre système de financement est d’assurer la maîtrise des dépenses de santé.  Les participants ont souligné que la régulation de l’offre de soins est déjà engagée et que l’évolution des dépenses a été contenue depuis 2003. La poursuite de ces efforts de régulation combinée au progrès technique devraient permettre un ralentissement de la progression de la croissance des dépenses.     

- Si la part des dépenses de santé prises en charge par la Sécurité sociale n’a que très faiblement diminué au cours des dernières années, se situant autour de 75%, cette moyenne cache néanmoins de fortes disparités. Ainsi le niveau de remboursement par la Sécurité sociale des soins courants, particulièrement sensible pour la population dans son ensemble, s’établit aujourd’hui à des niveaux bien plus faibles (55%). De plus, une part croissante des dépenses hospitalières est à la charge des complémentaires santé.

- Les intervenants se sont également accordés sur la nécessité de mettre en place des actions coordonnées entre l’Assurance Maladie Obligatoire et les Assurances Maladie Complémentaires.
Les défis sont communs et l’impératif de maîtrise des dépenses ne peut être envisagé que s’il est intégré par tous.

Des divergences de vue sur les mesures à mettre en œuvre

- Certains intervenants ont exprimé leur crainte quant à la poursuite du mouvement de déremboursement ou de baisse du taux de remboursement des médicaments, et en ont appelé à la recherche d’une définition plus solidaire de la prise en charge. 

- Si la convergence d’intérêt entre l’AMO et les AMC est admise par tous, certains ont souligné que les acteurs complémentaires disposent d’un levier dont ne dispose pas l’AMC, au travers de la possibilité de choisir les professionnels de santé avec lesquels ils veulent travailler, en fonction du respect de certains critères.

- La tendance qui consiste de plus en plus à reporter la charge vers les patients ou les complémentaires, au détriment de l’esprit originel de notre système de soin, fondé sur la solidarité, a été soulignée par certains orateurs.

- Sachant que les patients ALD représentent 15% de la population totale de patients mais 75% des dépenses, certains intervenants ont posé la question d’une redéfinition des critères d’entrée en ALD.      

En définitive, l’ensemble de ces questions renvoie à un choix de société, la question étant de savoir si les citoyens acceptent que le curseur se déplace et jusqu’où.

Jean-Loup Durousset, Président de la FHP a alors conclu en évoquant la « crise existentielle » à laquelle font aujourd’hui face les financeurs du système de santé français. Selon lui, cette crise ne pourra être surmontée que s’ils parviennent à relever un triple défi. Celui de la clarification de leurs objectifs, entre curatif et préventif notamment. Celui de la transparence, condition nécessaire à l’efficacité du système. Celui de l’équité enfin, même si la différenciation entre les offres recouvre celle des acteurs. Il a rappelé que les cliniques et hôpitaux privés s’étaient déjà pour une bonne part réformés sur ces différents thèmes et qu’une des réformes à mener à l’avenir était donc sans doute celle des financeurs de notre système de soins.


A propos de la FHP

En France, la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) regroupe l'essentiel du secteur privé, soit quelque 1200 cliniques et hôpitaux privés, qui assurent chaque année la prise en charge de 8 millions de patients, sans aucune distinction économique et sociale.

Près de 200.000 personnes travaillent dans les établissements de ce secteur d’activité, dont 140.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) et 40.000 médecins. Ils assurent et prennent en charge:

  • 60% des interventions chirurgicales et 75% de la chirurgie ambulatoire en France
  • une personne sur deux atteintes d’un cancer
  • 2 millions de passages dans 134 services d’urgence
  • un accouchement sur trois
  • 20% des hospitalisations psychiatriques
  • 30% des soins de suite et de réadaptation


Contacts presse

FHP
Christine Auberton
Tél : 01 53 83 56 63  
christine.auberton@fhp.fr 
  FD
Emmanuelle Flobert/Guillaume Granier
Tél : 01 47 03 68 10
emmanuelle.flobert@fd.com/guillaume.granier@fd.com


                                                          

                               

                                          

                                  


 

 

 

 














12 novembre - Communiqué parlementaires




 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
            

Le 12 novembre 2010 

 
 

La FHP au cœur du débat sur l’avenir de notre système de Santé :

  - Rencontres 2010 : forum et conférence sur le système de santé

- PLFSS 2011 : nombreux amendements portés par la FHP

et les Syndicats de spécialités
- Observatoire économique et Financier des cliniques : édition 2010
- Baromètre d’image  auprès des Français sur l’image du secteur

 

Paris, le 12 novembre 2010 – Dans la perspective des Rencontres de la Fédération de l’Hospitalisation Privée (FHP) qui se tiendront les 18 et 19 novembre prochain au CNIT Paris La Défense, la FHP fait un point sur les actions qu’elle mène actuellement et qui la positionnent au cœur du débat sur l’avenir du système de santé français.

Pour la FHP, la participation au débat public est d’autant plus cruciale que le chantier de la réforme de l’Assurance Maladie apparaît comme un des dossiers majeurs qui devrait émerger dans les mois à venir, compte tenu notamment des déséquilibres financiers qui l’affectent.

PLFSS 2011 : participation active de la FHP au débat devant le Parlement

  • Sanction des établissements : l’Assemblée Nationale a retenu l’amendement proposé par la FHP visant à distinguer dans le dispositif de sanction des établissements les erreurs intentionnelles et celles qui ne le sont pas. La FHP et la FHP-MCO se félicitent que le Parlement ait, à ce stade, retenu une distinction qui lui paraît essentielle tant du point de vue de l’efficacité que de l’équité de ce système de sanction. 
  • Convergence tarifaire : ce processus de convergence entre les tarifs des secteurs privé et public, dont la mise en œuvre partielle générera 150 millions d’euros d’économies pour l’Assurance Maladie en 2010, et à nouveau 150 millions d’euros en 2011, pourrait potentiellement faire économiser 15 milliards d’euros s’il était généralisé. La FHP salue donc le fait que la commission des affaires sociales du Sénat ait introduit dans le PLFSS une disposition relative aux différentes étapes qui jalonneront le chemin pour parvenir à une convergence totale.
  • En revanche, la FHP déplore qu’à la demande de la Ministre de la Santé  l’amendement visant à maintenir une convergence fondée sur les seuls tarifs sécurité sociale ait été retiré.  Le modèle de convergence proposé par le Ministère compare en effet les montants payés tous payeurs confondus, c'est-à-dire en incluant les dépassements, alors que le taux de prise en charge par le régime obligatoire n’est pas le même. Il ne serait pas équitable que pour un montant rendu identique tous payeurs confondus, la solidarité nationale n’intervienne pas dans les mêmes conditions.
  • La FHP-MCO (Médecine Chirurgie-Obstétrique) déplore également que l’amendement visant à la suppression du dispositif d’expérimentation des maisons de naissance n’ait pas été retenu, considérant que cette expérimentation va à l’encontre des exigences de sécurité des patients et de qualité des soins que sont en droit d’attendre l’ensemble de nos concitoyens. La FHP-MCO demande a minima à ce que la notion de « bas risque » soit définie, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. 
  • La FHP-CSSR (Confédération des Soins de Suite et de Réadaptation) s’inquiète enfin du dispositif d’entente préalable pour transfert des patients vers les établissements SSR, repoussé dans un premier temps à l’Assemblée Nationale, et réintroduit par le Gouvernement. Un tel dispositif, s’il était adopté, nuirait gravement à la fluidité de la filière de soins et la priverait notamment des bénéfices liés à l’installation en cours du système d’information Trajectoire permettant d’optimiser le transfert des patients depuis les établissements MCO vers les établissements SSR.
     

OBSERVATOIRE 2010 des cliniques privées MCO : une situation toujours très préoccupante

La FHP-MCO a présenté les résultats  de la 19ème édition de son Observatoire Economique et Financier des Cliniques privées françaises MCO.

En 2009, 36% des établissements du panel ont présenté une situation financière déficitaire et 67% se situaient en dessous du seuil de résultat net préconisé par les experts financiers (à savoir 3%).

En 2009, l’Assurance maladie continue de représenter l’essentiel des recettes des cliniques du panel (environ 90%, comme en 2008). Pour autant, l’Assurance Maladie ne suffit pas à couvrir les charges supportées par les établissements.

Enfin, avec un résultat net qui ne représente que 0,1% du chiffre d’affaires, les cliniques ne disposent pas des moyens financiers nécessaires pour investir dans de bonnes conditions.

La FHP-MCO a conclu en soulignant sa profonde préoccupation pour les exercices 2010 et 2011 en raison de l’absence de revalorisation tarifaire en 2010 et très probablement en 2011. (soit 1,2% en cumulé depuis 2005). Cette préoccupation est d’autant plus grande que des pertes en 2010 sur les molécules onéreuses en cancérologie de 30 millions d’euros (60 KE à 800 KE) sur 160 établissements de santé privés, devrait être renouvelée en 2011 Soit 60 millions d’euros sur deux ans.
 

LES FRANCAIS ET L'IMAGE du secteur privé de la santé  

Afin d’évaluer la notoriété et l’image du secteur auprès des Français, la FHP s’est doté d’un baromètre réalisé par l’institut IFOP auprès d’un échantillon de 1010 personnes, représentatif de la population Française âgée de 18 ans et plus. Une première vague avait été réalisée en avril 2010.

Les résultats de la deuxième vague de ce baromètre, réalisée en octobre 2010 atteste d’un renforcement de l’image positive qu’ont les Français à l’égard des établissements de santé privés. Ils mettent en lumière 

  • Une bonne image globale du secteur : 83% des personnes interrogées ont une très bonne ou une plutôt bonne image des cliniques et hôpitaux privés (83% également lors de la vague d’avril) ;
  • Une perception positive en ce qui concerne la prise en charge des pathologies lourdes : pour 79% des personnes interrogées, les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge les maladies graves (contre 74% en avril, soit + 5 points) ;
  • Une amélioration de l’image d’accessibilité du secteur : pour 46% des personnes interrogées, les cliniques et hôpitaux privés accueillent tous les patients, quelle que soit leur situation socio-économique (contre 42% en avril, soit + 4 points)


A propos de la FHP

La Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) regroupe l'essentiel du secteur privé en France, soit quelque 1.250 cliniques et hôpitaux privés, qui prennent chaque année en charge 8 millions de patients, sans aucune distinction économique et sociale, et dénombrent 2 millions de passage par an dans 134 services d’urgence. 

Près de 200.000 personnes y travaillent, dont 130.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) et 40.000 médecins. Ils assurent :

  • 60% des interventions chirurgicales et 75% de la chirurgie ambulatoire en France
  • une personne sur deux atteintes d’un cancer
  • un accouchement sur trois
  • 20% des hospitalisations psychiatriques
  • 30% des soins de suite et de réadaptation en France


Contacts presse

FHP                                                     Financial Dynamics
Christine Auberton                                Emmanuelle Flobert/Guillaume Granier

Tél : 01 53 83 56 63                              Tél : 01 47 03 68 10

christine.auberton@fhp.fr                       emmanuelle.flobert@fd.com

guillaume.granier@fd.com


 













12 novembre - La FHP au coeur du débat sur l’avenir de notre système de Santé



 

COMMUNIQUÉ
            

Le 12 novembre 2010 

 

La FHP au cœur du débat sur l’avenir de notre système de Santé :

 - Rencontres 2010 : forum et conférence sur le système de santé 
- PLFSS 2011 : nombreux amendements portés par la FHP
et les Syndicats de spécialités

- Observatoire économique et Financier des cliniques : édition 2010

- Baromètre d’image  auprès des Français sur l’image du secteur


Paris, le 12 novembre 2010 – Dans la perspective des Rencontres de la Fédération de l’Hospitalisation Privée (FHP) qui se tiendront les 18 et 19 novembre prochain au CNIT Paris La Défense, la FHP fait un point sur les actions qu’elle mène actuellement et qui la positionnent au cœur du débat sur l’avenir du système de santé français.  

Pour la FHP, la participation au débat public est d’autant plus cruciale que le chantier de la réforme de l’Assurance Maladie apparaît comme un des dossiers majeurs qui devrait émerger dans les mois à venir, compte tenu notamment des déséquilibres financiers qui l’affectent.

PLFSS 2011 : participation active de la FHP au débat devant le Parlement

  • Sanction des établissements : l’Assemblée Nationale a retenu l’amendement proposé par la FHP visant à distinguer dans le dispositif de sanction des établissements les erreurs intentionnelles et celles qui ne le sont pas. La FHP et la FHP-MCO se félicitent que le Parlement ait, à ce stade, retenu une distinction qui lui paraît essentielle tant du point de vue de l’efficacité que de l’équité de ce système de sanction.
  • Convergence tarifaire : ce processus de convergence entre les tarifs des secteurs privé et public, dont la mise en œuvre partielle générera 150 millions d’euros d’économies pour l’Assurance Maladie en 2010, et à nouveau 150 millions d’euros en 2011, pourrait potentiellement faire économiser 15 milliards d’euros s’il était généralisé. La FHP salue donc le fait que la commission des affaires sociales du Sénat ait introduit dans le PLFSS une disposition relative aux différentes étapes qui jalonneront le chemin pour parvenir à une convergence totale.

En revanche, la FHP déplore qu’à la demande de la Ministre de la Santé  l’amendement visant à maintenir une convergence fondée sur les seuls tarifs sécurité sociale ait été retiré.  Le modèle de convergence proposé par le Ministère compare en effet les montants payés tous payeurs confondus, c'est-à-dire en incluant les dépassements, alors que le taux de prise en charge par le régime obligatoire n’est pas le même. Il ne serait pas équitable que pour un montant rendu identique tous payeurs confondus, la solidarité nationale n’intervienne pas dans les mêmes conditions.

  • La FHP-MCO (Médecine Chirurgie-Obstétrique) déplore également que l’amendement visant à la suppression du dispositif d’expérimentation des maisons de naissance n’ait pas été retenu, considérant que cette expérimentation va à l’encontre des exigences de sécurité des patients et de qualité des soins que sont en droit d’attendre l’ensemble de nos concitoyens. La FHP-MCO demande a minima à ce que la notion de « bas risque » soit définie, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. 
  • La FHP-CSSR (Confédération des Soins de Suite et de Réadaptation) s’inquiète enfin du dispositif d’entente préalable pour transfert des patients vers les établissements SSR, repoussé dans un premier temps à l’Assemblée Nationale, et réintroduit par le Gouvernement. Un tel dispositif, s’il était adopté, nuirait gravement à la fluidité de la filière de soins et la priverait notamment des bénéfices liés à l’installation en cours du système d’information Trajectoire permettant d’optimiser le transfert des patients depuis les établissements MCO vers les établissements SSR.
  • Quant aux cliniques psychiatriques privées (UNCPSY), elles se félicitent d’avoir été entendues puisque l’objectif quantifié national (OQN) sera désormais séparé de celui des soins de suite. Il en résultera une meilleure transparence, la DGHOS s’attachant à en préciser les contours avec l’UNCPSY. Cependant l’inquiétude subsiste concernant les propositions tarifaires pour 2011.


OBSERVATOIRE 2010 des cliniques privées MCO : une situation toujours très préoccupante

La FHP-MCO a présenté les résultats  de la 19ème édition de son Observatoire Economique et Financier des Cliniques privées françaises MCO.

En 2009, 36% des établissements du panel ont présenté une situation financière déficitaire et 67% se situaient en dessous du seuil de résultat net préconisé par les experts financiers (à savoir 3%).

En 2009, l’Assurance maladie continue de représenter l’essentiel des recettes des cliniques du panel (environ 90%, comme en 2008). Pour autant, l’Assurance Maladie ne suffit pas à couvrir les charges supportées par les établissements.

Enfin, avec un résultat net qui ne représente que 0,1% du chiffre d’affaires, les cliniques ne disposent pas des moyens financiers nécessaires pour investir dans de bonnes conditions.

La FHP-MCO a conclu en soulignant sa profonde préoccupation pour les exercices 2010 et 2011 en raison de l’absence de revalorisation tarifaire en 2010 et très probablement en 2011. (soit 1,2% en cumulé depuis 2005). Cette préoccupation est d’autant plus grande que des pertes en 2010 sur les molécules onéreuses en cancérologie de 30 millions d’euros (60 KE à 800 KE) sur 160 établissements de santé privés, devrait être renouvelée en 2011 Soit 60 millions d’euros sur deux ans.


LES FRANCAIS ET L'IMAGE du secteur privé de la santé  

Afin d’évaluer la notoriété et l’image du secteur auprès des Français, la FHP s’est doté d’un baromètre réalisé par l’institut IFOP auprès d’un échantillon de 1010 personnes, représentatif de la population Française âgée de 18 ans et plus. Une première vague avait été réalisée en avril 2010.

Les résultats de la deuxième vague de ce baromètre, réalisée en octobre 2010 atteste d’un renforcement de l’image positive qu’ont les Français à l’égard des établissements de santé privés. Ils mettent en lumière :

  • Une bonne image globale du secteur : 83% des personnes interrogées ont une très bonne ou une plutôt bonne image des cliniques et hôpitaux privés (83% également lors de la vague d’avril) ;
  • Une perception positive en ce qui concerne la prise en charge des pathologies lourdes : pour 79% des personnes interrogées, les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge les maladies graves (contre 74% en avril, soit + 5 points) ;  
  • Une amélioration de l’image d’accessibilité du secteur : pour 46% des personnes interrogées, les cliniques et hôpitaux privés accueillent tous les patients, quelle que soit leur situation socio-économique (contre 42% en avril, soit + 4 points)


A propos de la FHP

La Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) regroupe l'essentiel du secteur privé en France, soit quelque 1.250 cliniques et hôpitaux privés, qui prennent chaque année en charge 8 millions de patients, sans aucune distinction économique et sociale, et dénombrent 2 millions de passage par an dans 134 services d’urgence.  Près de 200.000 personnes y travaillent, dont 130.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) et 40.000 médecins. Ils assurent :

  • 60% des interventions chirurgicales et 75% de la chirurgie ambulatoire en France
  • une personne sur deux atteintes d’un cancer
  • un accouchement sur trois
  • 20% des hospitalisations psychiatriques
  • 30% des soins de suite et de réadaptation en France 

 


Contacts presse

 FHP                                              Financial Dynamics
Christine Auberton                      Emmanuelle Flobert/Guillaume Granier
Tél : 01 53 83 56 63                    Tél : 01 47 03 68 10

christine.auberton@fhp.fr            emmanuelle.flobert@fd.com
                                                guillaume.granier@fd.com




22 septembre - Les cliniques et hôpitaux privés jouent la transparence et publient leur premier rapport d’activité



 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
            

Le 22 septembre 2010 

 

 

Les cliniques et hôpitaux privés jouent la transparence

et publient leur premier rapport d’activité

  • Réalisé avec le groupe Montaigne et la contribution de Mazars, le premier rapport d’activité des 1100 cliniques et hôpitaux privés que représente la FHP témoigne de la performance mais également des difficultés du secteur.
  • Il est destiné à être reproduit chaque année.

 Conformément à ses valeurs de transparence et de responsabilité, la FHP met à la disposition des acteurs et des responsables politiques et administratifs du champ de la santé l’ensemble des données relatives aux cliniques et hôpitaux privés. L’objectif de ce premier rapport d’activité des cliniques et hôpitaux privés, toutes branches confondues, c'est-à-dire Médecine-chirurgie-obstétrique (MCO), soins de suite et de réadaptation (SSR) et psychiatrie (PSY), est de mettre à disposition de tous une base d’information exhaustive et la plus objective possible.

La FHP a confié la réalisation de ce document au Groupe Montaigne, expert reconnu du secteur hospitalier, qui s’est adjoint l’expertise du cabinet Mazars pour la partie financière. Le rapport regroupe l’ensemble des données relatives à l’activité, la situation économique et financière, la localisation géographique, les ressources humaines et les engagements qualité (certification et lutte contre les infections nosocomiales) des cliniques et hôpitaux privés que représente la FHP. Les sources utilisées sont toutes légalement accessibles (Ministère de la Santé, greffes des tribunaux, ATIH…). « Il est destiné à servir de référentiel commun pour les cliniques adhérentes de la FHP mais aussi pour le public et l’administration. Il doit permettre également d’étayer notre discours par des éléments objectifs et chiffrés » indique Philippe Burnel, délégué général de la FHP.

Un secteur économique incontournable, complémentaire du secteur public

Le secteur couvre l’ensemble du champ sanitaire : Court Séjour – Soins de suite – Psychiatrie. Près de 7 millions de séjours ont été pris en charge en 2008, soit environ 30% des hospitalisations en France. Les cliniques et hôpitaux privés réalisent 60% des actes chirurgicaux, 25% des séjours en médecine, 28% des accouchements, 30% des séjours SSR, 20% des hospitalisations psychiatriques. 

Le secteur est en pointe dans le développement de l’activité ambulatoire avec 67% de part de marché en chirurgie, une activité d’hospitalisation à temps partiel en hausse de 12% en SSR en 2008, et un tiers des établissements psychiatriques dotés d’un service d’HTP (Hospitalisation à Temps Partiel).

Avec 2 millions de passages aux urgences (soit 14% des passages en France) dans les 126 cliniques autorisées en 2008, le secteur privé représente un maillon indispensable du système de santé.

Le secteur est par ailleurs un gros employeur, avec 140 000 salariés, dont 49,5% d’IDE (infirmières diplômées d’Etat) et d’ASQ (Aide Soignante Qualifiée). La masse salariale globale s’établit à 5 Mds d’€ en 2008, en progression de +3% (effectifs non médicaux).

Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge une part non négligeable des pathologies lourdes

Complémentaires du secteur public, les cliniques et hôpitaux privés couvrent la quasi-totalité des 784 GHM (groupe homogènes de malades) répertoriés en dehors des greffes d’organes juridiquement réservées aux établissements publics et PNL (privés non lucratifs). Ils prennent donc en charge une part non négligeable des pathologies lourdes : 55% des GHM pris en charge dans les cliniques MCO sont des GHM lourds et 124 000 séjours en clinique sur 324 000 en France relèvent de l’activité dite « de CHU » (soit 38%).

En psychiatrie, les prises en charge lourdes représentent 30% de l’activité et les  établissements ont fait preuve d’une grande réactivité pour répondre à des besoins émergents spécifiques : prise en charge des adolescents, addictions, personnes âgées, lits de crise, etc.

Un engagement déterminé dans la politique qualité

A mi-2009, 638 Cliniques et Hôpitaux Privés sont certifiés V.2 par la Haute Autorité de santé (HAS) avec les meilleurs résultats du champ hospitalier : 63% de ses établissements certifiés l’ont été avec une certification sans réserve.

Pour l’indicateur de suivi de la prévention des infections nosocomiales, on observe une progression régulière des résultats sur les scores agrégés : 85% des cliniques bénéficient d’un score A ou B pour ICALIN (Indice composite des activités de lutte contre les infections nosocomiales).

Un secteur confronté à des enjeux humains

En 2007, 40 000 médecins exerçaient leur activité au sein de cliniques et hôpitaux privés   (dont 36 000 libéraux). Le secteur est aujourd’hui confronté à un problème majeur de démographie médicale, de nombreux patriciens arrivant à l’âge de la retraite dans un contexte de tension démographique : entre 2006 et 2007, on observe une diminution de 1% de la population médicale et de -1,4% pour les praticiens libéraux.    

La baisse des effectifs est particulièrement notable dans l’obstétrique (-6,7 %) et la pédiatrie (-9,6%), où le manque de médecins est souvent responsable de la fermeture des services et de la disparition de l’activité.

Parallèlement, le personnel salarié continue à progresser : + 0,7% des effectifs entre 2007 et 2008.

…. et à des enjeux financiers

Si le chiffre d’affaires du secteur continue à progresser (+2,4%) entre 2007 et 2008 (ce taux moyen varie suivant les spécialités : +2,2 % en MCO, +1,9 % en SSR et +4,2 % pour la psychiatrie), le résultat net est en recul de 29% par rapport à 2007, et ne représente que 2,3% du CA. La baisse du résultat net est continue depuis 2005

La situation financière des établissements hospitaliers privés s’est dégradée par rapport à l’année précédente avec un tiers des cliniques et hôpitaux privés, tous secteurs confondus, en situation déficitaire. Les postes de charges progressant plus vite que le chiffre d’affaires (+4,2% entre 2007 et 2008), le secteur reste fragile et poursuit sa restructuration.

« La rentabilité de ce secteur réglementé et dont les tarifs sont encadrés par l’Etat est largement dépendante des décisions politiques. La quasi-stagnation des tarifs sur les quatre derniers exercices conduit à une situation particulièrement difficile au regard des perspectives d’évolution des charges consécutives notamment à la réforme LMD décidée par les pouvoirs publics.» commente Philippe Burnel.



A propos de la FHP

En France, la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) regroupe l'essentiel du secteur privé, soit quelque 1100 cliniques et hôpitaux privés, qui assurent chaque année la prise en charge de 8 millions de patients, sans aucune distinction économique et sociale.

Près de 200.000 personnes travaillent dans les établissements de ce secteur d’activité, dont 140.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) et 40.000 médecins. Ils assurent et prennent en charge:

  • 60% des interventions chirurgicales et 75% de la chirurgie ambulatoire en France
  • une personne sur deux atteintes d’un cancer
  • 2 millions de passages dans 134 services d’urgence
  • un accouchement sur trois
  • 20% des hospitalisations psychiatriques
  • 30% des soins de suite et de réadaptation

 

Contacts presse :

FHP                                                         FD

Christine Auberton                             Florence de Montmarin/Emmanuelle Flobert

Tél : 01 53 83 56 63                              Tél : 01 47 03 68 10

 











30 juin - Face à la crise de la Sécu, la FHP appelle à une nouvelle mobilisation



 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
            

Le 30 juin 2010 

 Face à la crise de la Sécu, la FHP appelle à une nouvelle mobilisation pour un Tarif Unique entre établissements publics et privés

 

  • Un an après sa première campagne sur le Tarif Unique, la FHP lance une nouvelle campagne de communication pour alerter l’opinion quant à l’urgence d’accélérer l’harmonisation des tarifs entre les hôpitaux publics et les cliniques et hôpitaux privés.
  • La généralisation du Tarif Unique sur l’ensemble des spécialités, qui permettrait d’économiser près de 15 milliards d’euros par an, redonnerait des marges de manœuvres considérables à l’Assurance Maladie.

Dans un contexte de crise aigüe des finances publiques et d’un déficit pour 2010 des comptes de la Sécurité Sociale qui devrait atteindre près de 27 milliards d’euros, la FHP demande l’accélération de la mise en œuvre d’un Tarif Unique entre les établissements publics et privés.

Il y a un an, la FHP lançait déjà un premier appel à la mobilisation par le biais d’une vaste campagne intitulée « Osons le tarif unique ». Dans ce cadre, la FHP proposait une première liste de 50 actes médicaux et prises en charge, pour lesquels l’harmonisation des tarifs aurait entraîné une économie annuelle de près de 1,4 milliard d’euros.

Si une première harmonisation des tarifs de 35 GHS a été réalisée lors du PLFSS 2010, leur nombre limité n’a toutefois pas permis de générer des économies significatives pour l’Assurance Maladie.

Aujourd’hui, alors que le gouvernement cherche à résorber d’urgence les déficits publics, la pérennité d’un secteur hospitalier accessible et efficace implique plus que jamais de trouver de nouvelles marges de manœuvre budgétaires. Dans ce contexte, la FHP estime indispensable d’accélérer la mise en œuvre du Tarif unique. C’est pour relayer cette conviction auprès des pouvoirs publics et de l’opinion que la Fédération a décidé de lancer une nouvelle campagne de communication intitulée « Mission : sauver la Sécu ». Présentant le Tarif Unique comme « le juste prix pour les hôpitaux privés ou publics », cette campagne est diffusée du 30 juin au 6 juillet 2010 dans la presse nationale et par affichage dans Paris.

Des tarifs en moyenne 27% moins élevés dans le privé que dans le public

En moyenne, les tarifs payés aux cliniques et hôpitaux privés par la Sécurité sociale sont inférieurs de 27% à ceux des établissements publics. Si un tarif unique était mis en place pour l’ensemble des prestations hospitalières (médecine, chirurgie, obstétrique, soins de suite et réadaptation, psychiatrie), ce sont 15 milliards d’euros qui pourraient être ainsi économisés chaque année.

Ainsi, un séjour de 3 semaines pour le traitement d’une dépression majeure coûte à la Sécurité sociale 7030 € à l’hôpital public et seulement 4210 € dans une clinique. De même, un séjour d’un mois en soins de suite polyvalents coûte à la Sécurité sociale 7290 € à l’hôpital public et seulement 4500 € dans une clinique. Enfin, une prothèse de hanche pour traumatismes récents coûte à la Sécurité sociale 6881 € à l’hôpital public et seulement  5436 € dans une clinique.

« En amont de la rentrée parlementaire et des discussions sur le projet de loi de financement de la Sécurité sociale, la FHP a tenu à sensibiliser l’opinion et les Parlementaires à l’urgence de la situation dans le secteur hospitalier. Les défis qui attendent les établissements publics comme privés dans les années à venir sont considérables. Pour être au rendez-vous de la santé des Français,  il est indispensable de rechercher toutes les solutions envisageables, sans tabou au regard des déficits publics. C’est dans cet esprit que la FHP demande de manière urgente la généralisation du Tarif Unique, qui permettrait de dégager des moyens nouveaux et significatifs pour l’Assurance Maladie  » souligne Jean-Loup Durousset, président de la FHP.

A propos de la FHP

En France, la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) regroupe l'essentiel du secteur privé, soit quelque 1100 cliniques et hôpitaux privés, qui assurent chaque année la prise en charge de 8 millions de patients, sans aucune distinction économique et sociale.

Près de 200.000 personnes travaillent dans les établissements de ce secteur d’activité, dont 140.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) et 40.000 médecins. Ils assurent et prennent en charge:

  • 60% des interventions chirurgicales et 75% de la chirurgie ambulatoire en France
  • une personne sur deux atteintes d’un cancer
  • 2 millions de passages dans 134 services d’urgence
  • un accouchement sur trois
  • 20% des hospitalisations psychiatriques
  • 30% des soins de suite et de réadaptation

 

Contacts presse :

FHP                                                                 FD

Christine Auberton                                       Florence de Montmarin/Guillaume Granier

Tél : 01 53 83 56 63                                                Tél : 01 47 03 68 10 

christine.auberton@fhp.fr                                 florence.demontmarin@fd.com
                                                                     guillaume.granier@fd.com









27 mai - Trophées 2010 de l’Hospitalisation Privée : Une édition au grand coeur




 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
            

Le 27 mai 2010 

 

Trophées 2010 de l’Hospitalisation Privée :

Une édition au grand cœur

 

La troisième édition des Trophées de l’Hospitalisation Privée a permis de récompenser des initiatives et innovations particulièrement remarquables mises en œuvre par les établissements de santé privés et par les praticiens qui y exercent.

La cérémonie de remise des prix s’est déroulée le 26 mai en présence de nombreuses personnalités du monde médical et hospitalier, des médias et de la politique à l’auditorium de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine à Paris.

«L’édition 2010 est marquée par des initiatives particulièrement intéressantes en matière de prise en charge des patients, d’innovation médicale, d’innovation sociale et d’implication de tous dans la chaîne de soins. Elle démontre la qualité et le dynamisme de nos établissements et leur préoccupation permanente pour améliorer la qualité des soins prodigués aux patients », s’est félicité Jean-Loup Durousset, président de la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP), à l’occasion de la remise des Trophées. Il a également souligné « la nouveauté que constituaient les prix évènement médical et publication médicale, traduction de la volonté d’honorer les équipes médicales des cliniques et hôpitaux privés ».

Les jurys composés de professionnels de la santé, issus du public comme du privé, et de journalistes ont récompensé cette année quatre établissements et équipes médicales dans les catégories suivantes : QUALITÉ, EVENEMENT MEDICAL, PUBLICATION MEDICALE, INNOVATION SOCIALE. Le « Coup de Cœur du Jury » est allé à la Clinique Manoukiani de Guadeloupe pour sa réponse à la catastrophe sanitaire en Haïti.

Les prix par catégorie


Le lauréat dans la catégorie « Qualité » est :

Le Centre de cardiologie Clinea La Chenevière à Callian dans le Var pour sa méthodologie de diagnostic éducatif pour le patient insuffisant cardiaque hospitalisé en soins de suite et de réadaptation. Ce projet a pour objectif d’impliquer totalement le patient insuffisant cardiaque dans l’élaboration de sa démarche thérapeutique et renverse ainsi la relation soignant/soigné. La méthodologie a été mise en œuvre par l’équipe du Docteur Monique Dybal.


Le lauréat dans
la catégorie Evénement médical est :

L’Hôpital Privé d’Antony dans les Hauts de Seine pour sa JO ou Journée d’Oncologie. Cette dernière a rassemblé 120 participants : médecins de ville, praticiens hospitaliers exerçant dans le privé comme dans le public, pharmaciens, infirmières… venus participer aux trois sessions de formation continue sur la cancérologie organisées et gérées par le corps médical de l’Hôpital Privé d’Antony.
 

Le lauréat dans la catégorie « Publication Médicale » est :

La Clinique des Grands Près à Villeneuve Saint-Denis (77) également baptisé CRCB (Centre de réadaptation cardiaque de la Brie) pour une étude sur « L’évaluation d’un traitement anti-inflammatoire non stéroïdien pour traiter les épanchements péricardiques post-opératoires » de février 2010. Cette étude a été réalisée par une équipe de praticiens exerçant dans plusieurs établissements publics et privés dont le premier auteur est le docteur Philippe Meurin, cardiologue, ancien chef de Clinique de la Pitié Salpêtrière ainsi que les docteurs Jean-Yves Tabet, Hélène Weber et Ahmed Ben Driss.

 
Le lauréat dans la catégorie « Innovation Sociale » est :

La Clinique de Turin dans le 8ème arrondissement de Paris pour son programme de développement du bien-être des salariés au travail. La clinique a notamment créé un Comité de la Convivialité et du Bien-Etre chargé de favoriser la créativité, renforcer l’esprit d’équipe et dynamiser la communication. Cette démarche est destinée à améliorer la prise en charge des patients au travers de l’épanouissement et de l’implication des salariés dans la vie de l’entreprise. Elle s’est traduite par une diminution du taux d’absentéisme (en dessous de la moyenne nationale), une réduction du turn-over, mais également par une participation accrue des salariés aux différentes manifestations organisées par la clinique.

 

Le Coup de cœur du Jury

Le Coup de cœur du Jury a été attribué à La Clinique Manoukiani de Guadeloupe pour sa réponse à la catastrophe sanitaire en Haïti. Quelques jours après le séisme, le Préfet de Guadeloupe a déclenché un plan d’urgence destiné à faire face à l’afflux de victimes dans les établissements hospitaliers. Le Centre de Soins de Suite gériatriques Manoukiani a accueilli des patients dans le prolongement de leur prise en charge initiale par le CHU de Pointe-à Pitre. La clinique a recruté du personnel soignant et acquis du matériel spécifique. La patients haïtiens accueillis sont encore actuellement en phase de convalescence : les problèmes médicaux aigus (troubles orthopédiques, syndromes infectieux …) résolus, les soins de suite et l’accompagnement psychologique qui leurs sont apportés revêtent une importance cruciale pour qu’ils retrouvent leur mobilité.

 

A propos de la FHP

En France, la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) regroupe l'essentiel du secteur privé, soit quelque 1200 cliniques et hôpitaux privés, qui assurent chaque année la prise en charge de 8 millions de patients, sans aucune distinction économique et sociale.

Près de 200.000 personnes travaillent dans les établissements de ce secteur d’activité, dont 140.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) et 40.000 médecins. Ils assurent et prennent en charge :

- 60% des interventions chirurgicales et 75% de la chirurgie ambulatoire en France

- une personne sur deux atteintes d’un cancer

- 2 millions de passages dans 134 services d’urgence

- un accouchement sur trois

- 20% des hospitalisations psychiatriques

- 30% des soins de suite et de réadaptation

Contacts presse :

FHP                                                    Financial Dynamics
Christine Auberton                               Florence de Montmarin/Guillaume Granier

Tél : 01 53 83 56 63                             Tél : 01 47 03 68 63 / 68 61 
christine.auberton@fhp.fr                      florence.demontmarin@fd.com/guillaume.granier@fd.com









22 avril - Lancement de la campagne de communication de la FHP : "Cliniques et hôpitaux privés, on peut tous y aller"



 
Direction de la communication

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
            

Le 22 avril 2010 

Lancement de la campagne de communication de la FHP :
« Cliniques et hôpitaux privés, on peut tous y aller »


Paris le 22 avril 2010
– La Fédération de l’Hospitalisation Privée (FHP) annonce le lancement d’une campagne de communication TV, destinée à promouvoir les cliniques et hôpitaux privés dont la vocation est d’accueillir l’ensemble des publics.

Diffusée du 24 avril au 12 mai 2010 sur les chaînes généralistes et thématiques (France 2, France 3, France 5, LCI, I>TELE, BFM TV), la campagne TV est complétée par un dispositif d’affichage interne au sein des établissements, ainsi que par un programme de relations publiques.

La campagne TV devrait être vue par près de 20 millions de téléspectateurs.

Des patients accueillis aux urgences dans les mêmes conditions qu’à l’hôpital public

Les films diffusés présentent des patients dans des situations d’urgence médicale. Pris en charge par les pompiers, les patients font le choix de se faire soigner au sein d’un établissement privé. La FHP rappelle ainsi au public que les cliniques et hôpitaux privés accueillent chaque année plus de 2 millions de patients de toute origine dans leurs services d’urgence, dans les mêmes conditions que dans les hôpitaux publics.

Les cliniques et hôpitaux privés au cœur du système de soins français

Avec cette campagne, la FHP entend souligner le rôle essentiel, au cœur du système de soins français, des cliniques et hôpitaux privés. Chaque année, 8 millions de patients sont hospitalisés dans les 1 200 cliniques et hôpitaux privés de notre pays. Par ailleurs, 90% des Français* jugent que la liberté de choix de leur établissement de santé est un atout fondamental de notre système.

La campagne de la FHP montre aussi, sur le mode de l’humour, que les cliniques et hôpitaux privés sont des établissements accessibles à tous, au service de l’intérêt général. En France, les hôpitaux publics et établissements privés obéissent ainsi aux mêmes procédures d’accréditations et aux mêmes normes de sécurité et de qualité.

Cette campagne est enfin  l’occasion, pour la FHP, d’amorcer un dialogue de fond avec la société, en donnant la preuve des atouts des cliniques et hôpitaux privés et en assumant une démarche de progrès là où les Français attendent plus de leur part.

« Nous avons décidé de lancer cette campagne de communication pour rétablir un certain nombre de vérités auprès de l’opinion publique. Contrairement aux idées reçues, nos établissements ne sont pas réservés à une frange de la population, notre vocation est et sera toujours d’accueillir l’ensemble du public » a déclaré Jean-Loup Durousset, Président de la FHP.

« Comment imaginer que nos établissements s’adressent à des privilégiés alors que nous pratiquons 60% des interventions chirurgicales en France et que plus de 130 services d’urgence privés fonctionnent sur tout le territoire, accueillant chaque année 2 millions de patients au tarif de la sécurité sociale, sans dépassement d’honoraires.
A travers cette campagne, nous voulons rappeler aux Français que nos établissements et leurs personnels sont au service de tous, sans exception » a poursuivi Jean-Loup Durousset.

* Observatoire sociétal de la santé et de la qualité des soins en France - TNS Sofres - Novembre 2009

 

A propos de la FHP

En France, la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) regroupe l'essentiel du secteur privé, soit quelque 1200 cliniques et hôpitaux privés, qui assurent chaque année la prise en charge de 8 millions de patients, sans aucune distinction économique et sociale.

Près de 200.000 personnes travaillent dans les établissements de ce secteur d’activité, dont 140.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) et 40.000 médecins. Ils assurent et prennent en charge :

- 60% des interventions chirurgicales et 75% de la chirurgie ambulatoire en France

- une personne sur deux atteintes d’un cancer

- 2 millions de passages dans 134 services d’urgence

- un accouchement sur trois

- 20% des hospitalisations psychiatriques

- 30% des soins de suite et de réadaptation



Contacts presse :

FHP                                                             

Christine Auberton                            
Tél : 01 53 83 56 63                                    
christine.auberton@fhp.fr                                                                                                                            

FD

Florence de Montmarin / Guillaume Granier
Tél : 01 47 03 68 10
florence.demontmarin@fd.com/guillaume.granier@fd.com














15 avril - La Fédération de l’Hospitalisation Privée rejoint le Medef



 
Direction de la communication

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
            

Le 15 avril 2010 

 

La Fédération de l’Hospitalisation Privée rejoint le Medef

Paris le 15 avril 2010 – La Fédération de l’Hospitalisation Privée (FHP) annonce son adhésion au Medef (Mouvement des entreprises de France). « Nous revendiquons le statut d’entreprises de santé et sommes heureux que, par l’intermédiaire de notre adhésion au Medef, soient reconnues la place et la contribution de l’hospitalisation privée dans le tissu économique national » a indiqué Jean-Loup Durousset, président de la FHP. Les 1200 cliniques et hôpitaux privés que représente la FHP, de la PME aux groupes d’établissements, emploient 140 000 salariés et 40 000 médecins y exercent.

Une vision commune

« Nous avons avec le Medef et sa présidente Laurence Parisot  une convergence de vue sur le principe de la nécessaire équité de traitement entre les secteurs public et privé. Le Medef est conscient que l’hospitalisation privée coûte moins cher à l’Assurance Maladie que l’hôpital public avec des tarifs inférieurs de près de 30 % et nous sommes confiants dans la capacité du Medef à faire valoir les intérêts de la Fédération et des cliniques et hôpitaux adhérents tant au niveau des instances nationales que du point de vue régional. Nous ne doutons pas que l’organisation de Laurence Parisot nous soutiendra dans notre combat pour l’harmonisation des tarifs entre hôpitaux publics et cliniques et hôpitaux privés » a poursuivi Jean-Loup Durousset.

« L’adhésion de la Fédération de l’hospitalisation privée qui regroupe en France les cliniques privées est tout à fait importante pour nous » a déclaré Laurence Parisot, présidente du Medef «  Cela faisait un certain temps que nous discutions avec Jean-Loup Durousset, le président de la FHP, et nous sommes vraiment très heureux d’accueillir les cliniques privées au sein de notre organisation » a-t-elle conclu.

 

A propos de la FHP

En France, la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) regroupe l'essentiel du secteur privé, soit quelque 1200 cliniques et hôpitaux privés, qui assurent chaque année la prise en charge de 8 millions de patients, sans aucune distinction économique et sociale.

Près de 200.000 personnes travaillent dans les établissements de ce secteur d’activité, dont 140.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) et 40.000 médecins. Ils assurent et prennent en charge :

- 60% des interventions chirurgicales et 75% de la chirurgie ambulatoire en France

- une personne sur deux atteintes d’un cancer

- 2 millions de passages dans 134 services d’urgence

- un accouchement sur trois

- 20% des hospitalisations psychiatriques

- 30% des soins de suite et de réadaptation



A propos du MEDEF

Le Medef est mandaté par ses adhérents pour les représenter et créer un environnement favorable aux entreprises. Plus de 750 000 entreprises de toutes tailles – 90% des adhérents ont moins de 50 salariés – et de tous secteurs – industrie, services, commerce, BTP – adhérent volontairement au Mouvement des entreprises de France.

Le Medef est le premier réseau d’entrepreneurs de France avec ses 80 fédérations professionnelles et ses 155 Medef territoriaux. www.medef.com

Contacts presse :

FHP                                                             

Christine Auberton                            
Tél : 01 53 83 56 63                                    
christine.auberton@fhp.fr                                                                                                                            

FD

Florence de Montmarin / Guillaume Granier
Tél : 01 47 03 68 10
florence.demontmarin@fd.com/guillaume.granier@fd.com












7 avril - L’hospitalisation privée chinoise en visite à la FHP




 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
            

Le 7 avril 2010 


L’hospitalisation privée chinoise en visite
dans les cliniques et hôpitaux privés de la FHP  




Jean-Pierre RAFFARIN, assis au centre, à sa droite Jean-Loup DUROUSSET, Président de la FHP,
à sa gauche M. Hu Zong He, Président de la Fédération privée chinoise


Par un accord de coopération signé en janvier dernier
avec ses homologues chinois,
la Fédération de l’Hospitalisation Privée (FHP) s’est engagée à favoriser le partage d’expérience entre les deux pays. Une délégation chinoise est actuellement en France et y demeurera jusqu’au13 avril pour un premier voyage d’étude.

Paris le 7 avril 2010 – La visite rendue par la délégation de la Fédération de l’Hospitalisation Privée Management Branch China (FHPMC) à la Fédération de l’Hospitalisation Privée  française constitue la première concrétisation de l’accord de coopération signé le 30 janvier dernier à Pékin entre ces deux organisations.

Au cours de sa visite, la délégation chinoise participera à de nombreuses tables-rondes sur la gestion des établissements privés, les dispositifs visant à garantir la qualité des soins ou les relations avec les tutelles. Elle fera également un tour de France des cliniques et hôpitaux privés adhérant à la FHP avec la visite de plusieurs établissements en Ile de France, en région PACA et en Rhône-Alpes.   

Jean-Pierre RAFFARIN, ancien premier ministre, qui sur demande du Président de la République française joue un rôle important dans les relations franco-chinoises, a honoré de sa présence la délégation chinoise lors de sa première journée de visite. Annie PODEUR, directrice de la direction générale de l’offre de soins (DGOS), représentant le ministre de la santé, était également présente.

Ce programme illustre parfaitement le contenu de l’accord signé en janvier 2010 qui prévoit de développer les échanges et partages d’expériences entre les deux pays. Il s’agit notamment pour la Chine d’étudier le modèle français et la meilleure façon de combiner maîtrise des coûts et haute qualité de l’offre de soins.

D’un point de vue pratique, les fédérations française et chinoise ont convenu d’échanger des moyens techniques, médicaux et humains dans le but d’améliorer la qualité des soins ainsi que la formation des personnels médicaux, paramédicaux et de management hospitaliers chinois. Ce voyage d’étude est donc une première étape dans un processus d’échange de bonnes pratiques que chaque partie souhaite particulièrement durable et  fructueux.


A propos de la FHP

En France, la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) regroupe l'essentiel du secteur privé, soit quelque 1200 cliniques et hôpitaux privés, qui assurent chaque année la prise en charge de 8 millions de patients, sans aucune distinction économique et sociale. Elle est présidée par Jean-Loup DUROUSSET.

Près de 200.000 personnes travaillent dans les établissements de ce secteur d’activité, dont 140.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) et 40.000 médecins. Ils assurent et prennent en charge :
- 60% des interventions chirurgicales et 75% de la chirurgie ambulatoire en France
- une personne sur deux atteintes d’un cancer
- 2 millions de passages dans 134 services d’urgence
- un accouchement sur trois
- 20% des hospitalisations psychiatriques
- 30% des soins de suite et de réadaptation

A propos de la Fédération de l’Hospitalisation Privée chinoise 

En Chine, la Fédération de l’Hospitalisation Privée a été créée en 1998 (le secteur hospitalier privé est récent dans le pays). Elle représente les 300 plus grandes cliniques et hôpitaux privés chinois (toutes les fédérations de l’hospitalisation privée régionales ne sont pas forcément affiliées à la fédération centrale). Elle est présidée par M. YU ZONG HE.

La Fédération de l’Hospitalisation Privée de Chine a pour rôle de : diffuser l’information et mettre en place la réglementation, de superviser et coordonner les problèmes de management des établissements, le contrôle qualité, le contrôle de la tarification, la promotion du secteur privé, et d’examiner et éventuellement d’importer les technologies et méthodes managériales des autres pays.

L’hospitalisation privée en Chine représente :
- 4500 établissements (2500 petites cliniques de 70 lits en moyenne, 1800 de 100 lits, 200 de plus de 500) sur un total de 25 000 à 30 000 établissements publics et privés.
- 300 000 à 350 000 lits
- 400 000 personnes y travaillent (personnel de soins, médecins, personnel administratif…)
- Le public et le privé sont administrés par le Ministère de la Santé.


Contacts presse :

FHP                                                            FD

Christine Auberton                                   Florence de Montmarin/Guillaume Granier

Tél : 01 53 83 56 63                                 Tél : 01 47 03 68 10 

christine.auberton@fhp.fr                         florence.demontmarin@fd.com

guillaume.granier@fd.com

                                                                                       

 

 












2 mars - Tarifs hospitaliers 2010 : une situation intenable pour les établissements privés



COMMUNIQUÉ DE PRESSE
            

Le 2 mars 2010 

 
Tarifs hospitaliers 2010 : une situation intenable pour les établissements privés

Consciente d’un taux d’évolution contraint pour l’ONDAM, la FHP demande une révision des objectifs et méthodes des pouvoirs publics

 

La FHP a pris connaissance des taux d’augmentation annoncés pour les tarifs 2010 soit 0% en Médecine Chirurgie Obstétrique (MCO) et 0,5% en Soins de Suite et de Réadaptation (SSR) comme en Psychiatrie. Elle souligne que ces taux moyens ne donnent qu’une présentation partielle de l’impact concret sur les établissements.

Ainsi, les conditions de réintégration des médicaments anticancéreux conduisent à une perte de ressources de près de 40 M€ pour les établissements pratiquant la cancérologie, soit une perte de chiffre d’affaires allant de 50 à 800 000 euros pour les 220 établissements concernés. Par ailleurs, la poursuite de la mise en œuvre des tarifs repères issus de la V11 et de l’ENCC entraîne pour les établissements MCO des variations de plus de 5% à la hausse et à la baisse du chiffre d’affaires. De même, pour les établissements de SSR, la modulation du taux de 0,5% en fonction de la valeur du point IVA aboutira pour certains établissements à une baisse de leur tarif, pour le moins inopportune au regard du manque de fiabilité et de stabilité de cet indicateur.

La FHP a conscience de la gravité de la situation économique et des risques qui pèsent sur le financement des déficits et de la dette sociale. Elle donne acte aux pouvoirs publics du ralentissement du taux d’évolution des MIGAC qui constituent une source de financement discrétionnaire au bénéfice quasi-exclusif des seuls établissements publics. Quant au volume d’activité ou au taux d’évolution de la facturation des médicaments et DMI, des hypothèses réalistes ont été retenues. Elle se félicite de la mise en œuvre, encore modeste, d’un effort de convergence sur 35 GHS, qui constitue une économie pour l’assurance maladie, tout en regrettant l’absence de transparence sur la méthodologie retenue.

Pour autant, la situation ainsi créée est intenable pour les établissements privés : de l’aveu même des pouvoirs publics, le taux d’évolution arrêté pour les tarifs ne permettra pas de couvrir l’augmentation des charges d’autant plus que les effets volume sont nuls (en psychiatrie ou en soins de suite) ou très faibles (en MCO). La conséquence est donc prévisible en matière de dégradation des résultats et d’accroissement du nombre d’établissements en situation de déficit. La FHP rappelle que ses établissements sont soumis aux lois communes des entreprises, le déficit conduisant au tribunal de commerce et au dépôt de bilan.

L’annonce de taux d’évolution encore plus contraints pour l’ONDAM pour les prochaines années, exige une révision radicale des objectifs et des méthodes des pouvoirs publics.

Il n’est en effet pas acceptable dans ce contexte de pérenniser des gaspillages ou des allocations de ressources sous-optimales : la convergence tarifaire doit être amplifiée, les autorisations nouvelles d’activité doivent être allouées en se fondant sur la rationalité économique et médicale et non pas sur des arguments politiques locaux. Il doit en être de même pour les projets d’investissements financés dans le cadre du plan Hôpital 2012. Le même souci de rationalité doit présider à l’attribution des missions de service public. La production des normes techniques et de recommandations diverses, profondément inflationniste, doit être revue. Enfin, on peut s’interroger sur la faisabilité dans ce contexte de l’annonce de mesures catégorielles aussi légitimes soient-elles.

S’agissant de méthode, la FHP formule une exigence de transparence dans les décisions des pouvoirs publics. Il n’est par exemple pas acceptable que, lorsque des établissements sont aidés par l’attribution de crédits exceptionnels au-delà des ressources allouées à tous, les objectifs et le calendrier de redressement qui leurs sont fixés ne soient pas connus de tous. De même, les conditions de préparation des décisions tarifaires et budgétaires doivent faire une part plus significative à la concertation et à la contractualisation.

La FHP a conscience de la gravité de la situation. Constituée d’entreprises privées, elle sait mieux que d’autres le poids de la contrainte et ce que signifie le risque de faillite. Mais elle exige que les efforts soient réellement partagés, et que cessent les rentes de situation et les décisions en contradiction avec les objectifs de rationalisation affichés par les pouvoirs publics.

A propos de la FHP

En France, la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) regroupe l'essentiel du secteur privé, soit quelque 1250 cliniques et hôpitaux privés, qui assurent chaque année la prise en charge de 8 millions de patients, sans aucune distinction économique et sociale.

Près de 200.000 personnes travaillent dans les établissements de ce secteur d’activité, dont 140.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) et 40.000 médecins. Ils assurent et prennent en charge:

  • 60% des interventions chirurgicales et 75% de la chirurgie ambulatoire en France
  • une personne sur deux atteintes d’un cancer
  • 2 millions de passages dans 134 services d’urgence
  • un accouchement sur trois
  • 20% des hospitalisations psychiatriques
  • 30% des soins de suite et de réadaptation


Contacts presse :
FHP                                                                FD

Christine Auberton                                           Guillaume Granier / Florence de Montmarin
Tèl : 01 53 83 56 63                                          Tèl : 01 47 03 68 10
                                              









28 janvier - La FHP signe un accord de coopération avec son homologue chinois




 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
            

Le 28 janvier 2010 

La Fédération de l’Hospitalisation Privée signe un accord de coopération avec son homologue chinois

 

Dans un pays où le secteur public ne peut seul répondre aux besoins de ses citoyens, l’hospitalisation privée chinoise fait partie intégrante du dispositif de santé publique. La Fédération française de l’Hospitalisation Privée (FHP) s’est engagée à partager son expérience avec la Fédération chinoise de l’hospitalisation privée.

Paris le 28 janvier 2010 - Le 30 janvier prochain à Pékin la Fédération de l’Hospitalisation Privée (FHP) et la Fédération de l’Hospitalisation Privée Management Branch China (FHPMC) vont signer un accord de coopération visant à  développer les échanges et partages d’expériences entre les deux pays afin d’optimiser la qualité des soins. Les deux parties se sont également engagées à travailler en étroite collaboration avec leurs ministères de la Santé respectifs pour accroître l’implication de l’hospitalisation privée dans les problématiques de santé publique.

Un partage d’expériences et de compétences

Concrètement, les deux fédérations ont décidé d’un jumelage et créé un comité réunissant des représentants des deux fédérations pour définir les actions à mettre en œuvre. Il s’agit notamment pour la Chine d’étudier le modèle français et la meilleure façon de combiner maîtrise des coûts et haute qualité de l’offre de soins.

D’un point de vue pratique, les fédérations française et chinoise ont convenu d’échanger de moyens techniques, médicaux et humains dans le but d’améliorer la qualité des soins et d’améliorer la formation des personnels médicaux, paramédicaux et de management hospitaliers chinois. Parmi les thèmes prioritaires de travail figurent :

- l’établissement de standards et de procédures d’accréditation pour l’ouverture d’établissements hospitaliers privés,

- la mise en place des systèmes de tarification des soins,

- la définition d’une politique salariale de l’hospitalisation privée.

Améliorer la prise en charge de l’ensemble des patients et des populations défavorisées

La fédération chinoise s’est également donné pour but d’améliorer les conditions d’accès aux soins et la prise en charge des populations défavorisées. Elle entend particulièrement développer les soins de suite et de réadaptation, les maisons médicalisées et la prise en charge psychiatrique.

De son côté la France étudiera de près les techniques chinoises de traitement des maladies rares en invitant par exemple des spécialistes à exposer leur savoir-faire à l’occasion de conférences et séminaires.

« En Chine comme en France, l’hospitalisation privée constitue un acteur essentiel  du dispositif de santé publique et joue un rôle majeur pour assurer l’accessibilité et la proximité des soins. Nous sommes heureux de coopérer avec nos homologues chinois dans la perspective d’améliorer la prise en charge de l’ensemble des patients et la qualité des soins pour tous. Nous allons également nous enrichir de leur expérience, de leur culture et faire bénéficier nos équipes de ces échanges de technologies et de savoir-faire » indique Jean-Loup Durousset, président de la Fédération de l’Hospitalisation Privée en France (FHP).  

« Nous sommes persuadés que cet accord va nous permettre de mieux répondre aux besoins de la population chinoise en améliorant la qualité des soins que nous leur apportons tout en optimisant la gestion de nos établissements.» se félicite pour sa part Yu Zong He, président de la Fédération de l’Hospitalisation Privée chinoise-Management Branch China.

A propos de la FHP

En France, la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) regroupe l'essentiel du secteur privé, soit quelque 1250 cliniques et hôpitaux privés, qui assurent chaque année la prise en charge de 8 millions de patients, sans aucune distinction économique et sociale.

Près de 200.000 personnes travaillent dans les établissements de ce secteur d’activité, dont 140.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) et 40.000 médecins. Ils assurent et prennent en charge:

- 60% des interventions chirurgicales et 75% de la chirurgie ambulatoire en France

- une personne sur deux atteintes d’un cancer

- 2 millions de passages dans 134 services d’urgence

- un accouchement sur trois

- 20% des hospitalisations psychiatriques

- 30% des soins de suite et de réadaptation

A propos de la Fédération de l’Hospitalisation Privée chinoise 

En Chine, la Fédération de l’Hospitalisation Privée a été créée en 1998 (le secteur hospitalier privé est récent dans le pays). Elle représente les 300 plus grandes cliniques et hôpitaux privés chinois (toutes les fédérations de l’hospitalisation privée régionales ne sont pas forcément affiliées à la fédération centrale). La Fédération de l’Hospitalisation Privée de Chine a pour rôle de : diffuser l’information et mettre en place la réglementation, de superviser et coordonner les problèmes de management des établissements, le contrôle qualité, le contrôle de la tarification, la promotion du secteur privé, et d’examiner et éventuellement d’importer les technologies et méthodes managériales des autres pays.

L’hospitalisation privée en Chine représente:

- 4500 établissements (2500 petites cliniques de 70 lits en moyenne, 1800 de 100 lits, 200 de plus de 500) sur un total de 25 000 à 30 000 établissements publics et privés.
- 300 000 à 350 000 lits
- 400 000 personnes y travaillent (personnel de soins, médecins, personnel administratif…)

Le public et le privé sont administrés par le Ministère de la Santé.

Contacts presse :

FHP                                                                            FD

Christine Auberton                                                  Florence de Montmarin
Tél : 01 53 83 56 63                                                Tél : 01 47 03 68 10 

christine.auberton@fhp.fr                                      florence.demontmarin@fd.com

                                                                                       

 

 

 











La FHP signe un accord de coopération avec la fédération chinoise de l’hospitalisation privée



La FHP signe un accord de coopération avec la fédération chinoise de l’hospitalisation privée

 

La Fédération de l'hospitalisation privée (FHP), représentant 1250 cliniques et hôpitaux privés, a signé le  samedi 30 janvier à Pékin un accord de coopération avec la Fédération chinoise de l'hospitalisation privée Management Branch China (FHPMC),  qui rassemble les 300 plus grandes cliniques sur les 4500 établissements privés chinois, afin de développer les échanges et partages d'expériences.

Les deux fédérations ont créé un comité réunissant des représentants des deux fédérations  pour définir les actions à mettre en oeuvre.

Elles ont convenu d’échanger des moyens techniques, médicaux et humains dans le but d'améliorer la qualité des soins et d’améliorer la formation des personnels médicaux, paramédicaux et de management hospitaliers chinois.
Parmi les thèmes prioritaires de travail figurent :

- l'établissement de standards et de procédures d'accréditation pour l'ouverture d'établissements hospitaliers privés,

- la mise en place des systèmes de tarification des soins,

- la définition d'une politique salariale.

La fédération chinoise s'est donné pour objectif d'améliorer les conditions d'accès aux soins et la prise en charge des populations défavorisées, notamment en développant les soins de suite et de réadaptation (SSR), les maisons médicalisées et la prise en charge psychiatrique.

Quant à la FHP, elle étudiera les techniques chinoises de traitement des maladies rares en invitant par exemple des spécialistes à exposer leur savoir-faire à l'occasion de conférences et séminaires.

La FHP et la FHPMC se sont également engagées à travailler en étroite collaboration avec leurs ministères de la santé respectifs pour accroître l'implication de l'hospitalisation privée dans les problématiques de santé publique.

 



3ème Editons des Trophées


    
      3ème Edition des Trophées de
      l'Hospitalisation Privée

      Qualité,
      Publication  Médicale
      et Événement Médical,
      Innovation sociale


      Date de clôture des dossiers :
      vendredi 2 avril


      Cérémonie des Trophées
      mercredi 26 mai 2010
      Cité de l'Architecture
      et du Patrimoine - Paris  



Vous pouvez télécharger :

♦ le dossier de candidature (fiche d'identification, fiche appel à projet pour chacune des quatre catégories)
le règlement du concours qui précise en annexe le champ de chaque catégorie