En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérez mes cookies.

Communiqués de presse 2016

Paris, 27 décembre 2016 – La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) déplore la dégradation de l’accès financier aux soins en milieu hospitalier


Gabarit CP
Communiqué de presse

 
La FHP déplore la dégradation de l’accès aux soins hospitaliers provoquée par la généralisation des contrats complémentaires dits « responsables » et propose un reste à charge zéro en milieu hospitalier


Paris, 27 décembre 2016 – La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) déplore la dégradation de l’accès financier aux soins en milieu hospitalier, conséquence néfaste de la généralisation par le gouvernement des contrats complémentaires santé dits « responsables » (95% des contrats) qui remboursent moins bien les Français. Elle propose que l’hospitalisation soit prise en charge à 100%, à l’instar des affections de longue durée (ALD).

Sous prétexte de vouloir modérer les compléments d’honoraires, les contrats dits « responsables » mis en place par le gouvernement plafonnent de manière drastique à 150% du tarif Sécu (puis à 100% au 1er janvier 2017) le remboursement des compléments d’honoraires. Or le gouvernement a ensuite modifié le cahier des charges de ces contrats en forçant les mutuelles à moins bien rembourser les compléments d’honoraires des praticiens de secteur 2 non signataires du « contrat d’accès aux soins », dispositif qui devait permettre d’encadrer leur pratique.

Cela a créé un imbroglio incommensurable pour les patients, puisque plus personne aujourd’hui n’est réellement capable de savoir quel sera son niveau de remboursement, selon les cas.

« Le gouvernement croyait régler le problème, il n’a fait au contraire que l’aggraver. Les différents niveaux de prise en charge sont devenus totalement illisibles pour les patients qui n'y comprennent plus rien. Nos établissements sont obligés de faire le travail d’explication à la place des complémentaires et des pouvoirs publics. Comme l’avait déjà révélé une enquête du Figaro l’été dernier, la création de ce mécano infernal est en train de créer un profond déséquilibre dans l’accès aux soins pour des millions de Français », regrette Lamine Gharbi, président de la FHP, qui regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés.

L’hospitalisation, un moment grave qui devrait être pris en charge à 100%

La FHP réitère sa proposition d’un « reste à charge zéro » dans les établissements de santé en unifiant les modalités de la participation financière du patient, des assurances complémentaires et des mutuelles entre le secteur public et le secteur privé. 

« Les pouvoirs publics doivent prendre leur responsabilité. On ne peut pas se faire le champion de l’accès aux soins et en même temps mettre en place une politique qui produit l’effet contraire et aboutit à faire reculer l’accès aux soins. C’est un double enjeu, d’équité et d’accès du patient aux soins pour tous et notamment pour les 9 millions de patients que nous accueillons chaque année », souligne le président de la FHP.

« L’hospitalisation est souvent un moment grave qui doit pris en charge par la collectivité et il n’y a pas de raison qu’un patient atteint d’une maladie chronique soit pris en charge à 100% et pas quelqu’un qui a subi un accident ou qui nécessite une opération lourde. Dès maintenant, nous devons travailler sur une solution et bâtir un consensus avec l’ensemble des acteurs pour parvenir à ce reste à charge zéro en milieu hospitalier », a ainsi proposé le président de la FHP.

La FHP rappelle que les compléments d’honoraires sont la conséquence du système de prix administrés en place en France. Or les tarifs des actes opératoires des praticiens n’ont pas été revalorisés à leur juste valeur par l’assurance maladie depuis de nombreuses années.

Ainsi, après une opération d’extraction de varices ou une appendicite, il reste au praticien un montant souvent ridiculement faible, de l’ordre de 40 à 70 euros nets, une fois déduites ses charges – assurances, aides opératoires, secrétariat, taxes et impôts, etc.

La FHP rappelle que les compléments d’honoraires en milieu hospitalier représentent 870 millions d’euros par an, soit à peine 0,45% des dépenses de santé en France !

« C’est une charge qui pourrait aisément être socialisée par une couverture des assurances complémentaires et des mutuelles et/ou par la Sécurité sociale. C’est juste une question d’équité et de volonté politique », conclut Lamine Gharbi.

***

A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.030 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge : 

• 57% des interventions chirurgicales
• Près de 68% de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Plus d’un tiers des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques


Contacts presse :

Bridge Communication
Francis Temman, Relations Médias
T : 01 44 71 35 21 / M : 06 50 92 21 56
francis.temman@bridge-communication.com
www.bridge-communication.com



12 décembre - Dix cliniques distinguées pour l’excellence médicale, l’innovation en e-santé, le management et le service aux patients

Communiqué de presse


9e TROPHEES DE L’HOSPITALISATION PRIVEE 2016

Dix cliniques distinguées pour l’excellence médicale, l’innovation en e-santé, le management et le service aux patients

 

Paris, 12 décembre 2016 Les 9e Trophées de l’hospitalisation privée ont récompensé cette année dix cliniques innovantes, engagées en faveur de la santé connectée, de l’excellence médicale, du développement durable, du bien-être du personnel et des relations avec les patients.

« Je suis particulièrement heureux et fier de décerner ces trophées qui témoignent du potentiel de créativité et d’innovation des 1.000 cliniques et hôpitaux privés de France au service des 9 millions de patients que nous accueillons chaque année. Ces trophées illustrent combien l’hospitalisation privée apporte tous les jours sa pierre à l’excellence médicale française », a déclaré le président de la FHP, Lamine Gharbi, lors de la cérémonie de remise des prix, lors des Rencontres FHP 2016, à la Grande Arche de La Défense.

« En dépit des mesures punitives infligées aux cliniques depuis quelques années, nos établissements ne baissent pas les bras. Loin des représentations étriquées qui persistent sur notre secteur, nos équipes médicales, techniques et administratives se mobilisent chaque jour pour améliorer le parcours médical des patients et redonner du sens à notre mission fondamentale : prévenir, soigner et guérir », a ajouté le président de la FHP.

Les lauréats ont été choisis par des jurys de personnalités reconnues et indépendantes du secteur de la santé qui devaient départager un nombre record de dossiers cette année, avec plus de 150 candidatures déposées, et ce dans cinq catégories : « clinique durable », « innovation et santé connectées », « publications et évènements médicaux », « ressources humaines », « relations avec les patients ».                                                                                                                                                                                        

PALMARES DES TROPHEES 2016

 

1. PUBLICATIONS ET EVENEMENTS MEDICAUX

  • Clinique du Tonkin (Villeurbanne)  – Implantation d’une valve aortique en ambulatoire

L’établissement propose une alternative à la chirurgie cardiaque à cœur ouvert à des sujets âgés et fragiles, en proposant une technique de remplacement de valve aortique par voie percutanée ; chez des patients sélectionnés et minutieusement préparés, un bilan préalable complet permet de mesurer tous les risques avant l’intervention et en cas de risque infinitésimal de proposer la technique en chirurgie ambulatoire alors que la durée de ce séjour pour ce type d’intervention en hospitalisation complète est généralement de 3 à 4 jours. Cette procédure d’implantation d’une valve aortique en ambulatoire réalisé le 3 mai 2016 à la Clinique du Tonkin a été une première en France, confirmée par l’ AFCA. A ce jour moins de 10 procédures ont été réalisées dans le monde.

Etait aussi nominée dans cette catégorie :

  • Clinique Pasteur (Toulouse) – Développement d'une nouvelle technique mini-invasive au laser pour l’énucléation prostatique au laser Greenlight© ou « GreenLEP ») dans le traitement chirurgical des volumineux adénomes de la prostate par voie naturelle.

 

2. INNOVATION ET SANTE CONNECTEES

  • Le groupe de cliniques Vivalto Santé – « ChimiOrale et VivaltoLife : deux outils innovants pour mieux accompagner les patients en oncologie »

Vivalto Santé propose un nouveau parcours en oncologie s’appuyant sur deux outils innovants pour mieux accompagner les patients avant et pendant leurs traitements de chimiothérapie orale. Tout d’abord, le Serious Game « ChimiOrale » permet l’éducation thérapeutique des patients par le jeu. Les résultats sont transférés en temps réel sur la plate-forme sécurisée « Vivalto Life ». Cela permet à l’infirmière coordinatrice éducation thérapeutique de construire une séance personnalisée au plus proche des besoins du patient. L'objectif de cette prise en charge innovante est d'optimiser l'observance et le suivi des patients et de permettre d'élargir l'accès aux chimiothérapies et thérapies ciblées orales à des patients plus fragilisés et à améliorer la coordination des professionnels de santé autour du patient. Les résultats sont une baisse de l’anxiété, la rapidité de lancement du traitement et la mise à niveau des bonnes pratiques.

Etait aussi nominée dans cette catégorie :

  • Clinique Alzheimer Les Jardins de Sophia (Castelnau-le-Lez) – Télémédecine buccodentaire dédiée aux patients atteints de la maladie d’Alzheimer ou maladies apparentées en unités de soins de longue durée (USLD).

 

3. CATEGORIE CLINIQUE DURABLE

  • Clinique Pasteur (Toulouse) - Rédaction d’un projet d’entreprise RSE : construire ensemble « La Clinique citoyenne responsable »

La Clinique Pasteur a rédigé un projet d’entreprise RSE, afin de mettre en valeur les différentes initiatives portées et réalisées par les salariés et soutenues par la direction. Ce projet d’entreprise a pour but de replacer l’humain au centre (patient et salarié) et fédère un certain nombre d’actions autour de 4 axes de travail, dans un objectif d’amélioration continue. Les axes de travail sont le sociétal (relations avec les patients, éducation thérapeutique, environnement avec un potager sur le toit, etc.), le social (13e mois, épicerie solidaire), l’environnement (certification, gestion des déchets, bilan carbone, etc.) et l’économique (maîtrise des dépenses, soutien à la nouvelle monnaie numérique locale Coopek, création d’un accélérateur de start-up, le Hi-Lab).

 

 

Etait aussi nominée dans cette catégorie :

  • Clinique des Minimes (Toulouse) – Projet « Zéro DASRI à la sortie ! » - Transformation des Déchets d’Activités de Soins à Risque Infectieux (DASRI) en Déchets Assimilés aux Ordures Ménagères (DAOM).

 

4. RESSOURCES HUMAINES

  • Groupe de cliniques ELSAN – Le Lean Management : une nouvelle approche du management de proximité au service de l’amélioration continue de la qualité au travail

Depuis mars 2015, le groupe Elsan a intégré les outils du Lean Management dans le quotidien du personnel et des cadres des services au sein de plusieurs de ses établissements du groupe : le Centre Clinical à Soyaux, la clinique de l’Archette à Olivet et la Polyclinique Gentilly à Nancy. Si la démarche a été initiée sur un ou deux services dans chaque établissement (pharmacie, bloc, UCA, etc.), l’objectif a rapidement été de déployer cette démarche à l’ensemble des services dans le cadre d’un vrai projet d’établissement. En effet, bon nombre de dysfonctionnements concernent des process transversaux où plusieurs services sont impliqués et impactés. La résolution de ces problématiques par une approche Lean Management nécessite la formation de l’ensemble des cadres et l’acculturation de l’ensemble du personnel de la clinique. Les résultats sont la sécurisation et le gain de temps dans la prise en charge du patient, l’expérimentation d’une nouvelle relation patient-personnel et la mesure systématique des gains.

Etait aussi nominée dans cette catégorie :

  • Clinique Kerfriden (Châteaulin) – Pour son initiative « Mobilisation des professionnels soignants pour le transfert des valeurs, savoirs et compétences vers les futurs professionnels ».

 

5. RELATIONS AVEC LES PATIENTS

  • Polyclinique de Picardie (Amiens) – Evaluation de la satisfaction des patients par les représentants d’usagers au lit du patient

L’établissement propose un nouveau mode d’évaluation de la satisfaction des patients. La représentante des usagers de la polyclinique se rend directement dans les chambres des patients et leur propose de donner leur avis sur leur séjour et les soins. La représentante des usagers remplit un questionnaire en ligne sur une tablette ce qui permet à tous les professionnels de consulter en temps réel les résultats de ces enquêtes en cliquant sur un lien internet accessible depuis leur poste informatique. Cet outil permet une meilleure réactivité pour améliorer certains problèmes pointés par les patients qui bénéficient ainsi d’une écoute privilégiée et de mieux communiquer les résultats de satisfaction aux professionnels.

Etaient aussi nominées dans cette catégorie :

  • Cliniques du Dr Ster (Hérault) – pour son initiative « L’éthique au cœur des pratiques, quand l’usager libère la parole »

 

TROPHEES « COUP DE CŒUR »

 

Enfin, le jury a décerné également un Trophée « Coup de cœur » à quatre établissements :

  • Hôpital privé Natecia (Lyon) pour son initiative « HALTE à la contamination des femmes enceintes et des bébés, par les polluants perturbateurs endocriniens ».
  • Clinique Victor Hugo (Le Mans) pour son initiative « Bliss, une application de réalité virtuelle de l’Effet Papillon pour modifier la perception de la douleur dans le cerveau et la réduire. ».
  • Centre de rééducation fonctionnelle Gustav Zander (Aix-les-Bains) pour son initiative « Création de programmes spécifiques de rééducation des personnes atteintes de la maladie de Parkinson adaptés au parcours de soins du patient ».
  • Clinique des Buttes-Chaumont (Paris) pour son initiative « Cuisine du Monde dans le cadre de sa charte sur la diversité ».
  • Clinique Rive Gauche (Toulouse) pour son initiative « Optimisation de la prise en charge ambulatoire type fast-track en chirurgie pédiatrique ».

8 décembre - Modernité, solidarité, vérité : la FHP propose de mettre le service rendu aux malades au cœur de la transformation du système de santé

Communiqué de presse

Modernité, solidarité, vérité :  la FHP propose de mettre le service rendu aux malades au cœur de la transformation du système de santé



Paris, 8 décembre 2016
La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) appelle à un changement de culture radical dans le domaine de la santé à l’occasion de l’échéance présidentielle de 2017. Elle propose de repenser le paysage sanitaire à l’aide d’un nouveau logiciel qui s’articulera autour du service rendu aux malades et formule pour cela 22 propositions en vue d’une transformation profonde du système de santé.

« Tout le monde constate peu ou prou depuis des années que notre système de santé est à bout de souffle. Nos 1.000 cliniques et hôpitaux privés s’engagent pour 2017 en avançant des propositions citoyennes pour lui redonner une nouvelle vie autour d’un triptyque de valeurs fondamentales, que sont la modernité, la solidarité et la vérité », a affirmé Lamine Gharbi, président de la FHP, lors d’une conférence de presse à l’occasion des Rencontres FHP qui se tiennent à la Grande Arche de la Défense jusqu’au 9 décembre.

La FHP regroupe 1.030 cliniques et hôpitaux privés, qui emploient 160.000 salariés, aux côtés de 40.000 médecins libéraux. Ils accueillent chaque année 9 millions de patients, sont leaders dans de nombreuses spécialités, comme par exemple en chirurgie (57%). L’hospitalisation privée représente 25% de l’offre de soins, réalise 34% de l’activité chaque année, tout en ne mobilisant que 17% du budget hospitalier national.

« Il est grand temps d’impulser un nouvel élan fondé sur des principes de responsabilité et d’efficience, d’universalité d’accès aux soins, d’équilibre des comptes, de transparence et d’éthique dans la décision publique. C’est le sens des propositions que nous faisons pour faire résolument entrer la santé dans le XXIe siècle et maintenir le rang d’excellence de la France. Notre conviction profonde est que cette transformation doit se faire au bénéfice des patients et de la collectivité », a souligné Lamine Gharbi.

Alors que la transformation numérique révolutionne le monde de l’entreprise, l’univers de la santé reste encore marqué par une hyper-administration, une étatisation rampante, une inflation normative, une culture du déficit, et de nombreux archaïsmes de fonctionnement qui pénalisent l’innovation, brident l’essor des initiatives et freinent le dynamisme des établissements.

« Il faut changer de logiciel et bâtir le système de santé de demain : statut n’est pas vertu et ce qui importe, c’est le service rendu. Service rendu au patient tout d’abord, car notre mission première, c’est le soin. Service rendu aussi à la collectivité ensuite, car le patient est un citoyen qui cotise pour sa santé et qui a droit à ce que son argent soit géré au mieux et qu’il lui en soit rendu compte », a souligné Lamine Gharbi, avant de présenter les propositions du secteur pour la santé de demain.

22 PROPOSITIONS POUR LA TRANSFORMATION DU SYSTEME DE SANTE

I – UN CHANGEMENT DE CULTURE

Le monde change. La première chose à faire, c’est changer de culture. Trois principes doivent guider l’action : tout d’abord l’efficience (ou comment proposer le meilleur service de santé au meilleur coût) ; ensuite la qualité, la pertinence et la sécurité des soins, enfin l’évaluation qui permet de s’améliorer sans cesse.

1. Subordonner la sélection des projets des offreurs de soins sur les territoires à un critère d’efficience. Le meilleur rapport entre le coût et la qualité des soins doit être au cœur de toutes les décisions prises.

2. Augmenter significativement la part de financement à la qualité dans les établissements de santé. Il s’agit d’un puissant levier de motivation des professionnels et de qualité du service rendu au patient.

3. Impulser une véritable culture de l’évaluation dans le domaine de la santé. C’est essentiel si on veut améliorer en continu la qualité des soins prodigués au patient.

4. Donner des signaux positifs aux établissements de santé les plus exemplaires. Il faut par exemple fermer les établissements non certifiés. C’est un enjeu de responsabilité : si la qualité du service rendu au patient n’est pas au rendez-vous, il faut en tirer les conséquences.

5. Mener une action déterminée de simplification du cadre normatif dans le domaine de la santé.

II – DES SOINS DE QUALITE ET INNOVANTS GARANTIS POUR TOUS

Il faut garantir à tous les Français un accès aux soins et à l’innovation au meilleur coût en associant tous les acteurs de santé à la réponse aux besoins de santé et en assurant l’équilibre de l’offre, une condition capitale pour bien soigner partout en France.

6. Promouvoir le « reste à charge zéro » dans les établissements de santé en unifiant les modalités de la participation financière du patient entre le secteur public et le secteur privé. C’est un double enjeu, d’équité et d’accès du patient aux soins pour tous.
« Dès maintenant, nous devons travailler sur une solution et bâtir un consensus pour parvenir à un reste à charge zéro en milieu hospitalier. L’hospitalisation est souvent un moment grave qui doit pris en charge par la collectivité et il n’y a pas de raison qu’un patient atteint d’une maladie chronique soit pris en charge à 100% et pas quelqu’un qui a subi un accident », a ainsi proposé le président de la FHP.

7. Poser le parcours de soins comme garantie de la cohérence et de la fluidité de la prise en charge du patient. Tous les acteurs de santé doivent être associés à l’élaboration de ce parcours de soins. Des expérimentations de financement au parcours - pré et post opératoire - sont à mettre en place.

8. Formaliser de manière contractuelle l’engagement de tous les acteurs de santé à répondre, aux besoins des patients au plus près des réalités de terrain. Tous les acteurs, sans considération de statut !

9. Constituer une offre de soins territoriale qui englobe le secteur public et le secteur privé et favorise les partenariats (public-privé, privé-privé). Les Groupements hospitaliers de territoire ne doivent pas déterminer à eux seuls toute l’organisation de l’offre de soins.

10. Lutter pour l’égalité d’accès aux soins et contre la perte de chance pour le patient, en finançant les établissements capables de maîtriser les délais de prise en charge.

11. Repenser les études médicales et paramédicales, en supprimant le numerus clausus et en programmant un stage obligatoire en clinique ou en médecine de ville, pour mieux répondre aux besoins en santé.

12. Engager une véritable politique publique de l’innovation en santé :

  • En accompagnant financièrement l’accès à l’innovation. Pas de saupoudrage, mais de réelles impulsions...
  • En subordonnant l’accès à certains financements au critère de l’innovation.
  • En intégrant le financement de l’innovation dans les tarifs.

13. Encourager l’accès à l’innovation et simplifier sa diffusion :

  • En créant un « guichet unique », pour remédier à la complexité actuelle et permettre l’accès réel de tous les acteurs de santé aux dispositifs innovants.
  • En permettant son déploiement sous le contrôle d’un processus d’évaluation continu, comme c’est le cas pour les autorisations provisoires de mise sur le marché des médicaments.
  • En créant un Observatoire national de l’innovation, qui favorise le déploiement de l’innovation technologique et organisationnelle.

III – L’EQUILIBRE DES COMPTES ET L’EQUITE

La pérennité de notre système de santé et la réponse aux besoins des patients passent par une pleine et entière équité de traitement entre les acteurs du système de santé. L’équilibre des comptes est un enjeu de responsabilité envers les Français, qui doit être fixé comme un socle à tous les échelons.

14. Etablir une double règle d’or :

  • Une loi de financement de la Sécurité Sociale (LFSS) à l’équilibre.
  • « Un même patient, un même soin, un même tarif » : cette règle d’équité tarifaire entre le secteur public et le secteur privé permettrait de réaliser une économie de 11 milliards d’euros chaque année.

15. Donner de la visibilité aux établissements de santé :

  • En votant une Loi de financement de la Sécurité Sociale qui soit pluriannuelle.
  • En sécurisant les tarifs des établissements de santé sur trois ans grâce à un dispositif de borne basse/borne haute.
  • En établissant des conditions justes de mobilisation des dotations telles que le Fonds d’intervention régional (FIR) et les Missions d’intérêt général et d’aide à la contractualisation (MIGAC).

IV – TRANSPARENCE ET ETHIQUE DE LA DECISION PUBLIQUE

L’impératif de transparence et d’éthique doit concerner aussi le domaine de la santé. La confusion des rôles à tous les niveaux, entre financement et organisation des soins, fait qu’aujourd’hui l’Etat et les ARS sont « juges et parties », au détriment de l’équilibre de l’offre en santé. Les citoyens veulent légitimement comprendre pourquoi, comment et par qui, sont prises les décisions qui les concernent. La FHP demande des règles du jeu claires et équitable pour les acteurs de soins.

16. Favoriser une véritable régulation médico-économique du système de santé, en dissociant la planification et le financement : le ministère de la Santé planifie, et la CNAM est responsable de l’allocation des ressources, sous la tutelle du ministère de l’Economie.

17. Mettre un terme au conflit permanent « régulateur/gestionnaire » à l’échelon de l’Etat comme à celui des ARS.

18. Réformer le statut des hôpitaux publics : passer d’un établissement public à une entreprise publique, dans un objectif d’autonomie et de responsabilisation.

V – CE QUI DOIT ÊTRE ABROGE

Il faut sortir des approches dogmatiques et mettre un terme aux mesures punitives qui conduisent à l’éviction de l’hospitalisation privée. Il est plus que jamais nécessaire de fédérer les acteurs, au lieu de les diviser.

19. Abroger les dispositions de la loi dite « de modernisation du système de santé » concernant le Service Public Hospitalier (SPH). Il faut rétablir les missions de service public auxquelles tous les acteurs de santé, sans distinction de statut, doivent être associés.

20. Supprimer le plafonnement dit de « bénéfice raisonnable » introduit dans la loi Santé. Le véritable défi est la réduction des déficits, pas l’entrave à l’initiative !

21. Adapter la réforme tarifaire du secteur des Soins de suite et de réadaptation (SSR) aux véritables enjeux du parcours du soin, grâce à un financement juste et équitable de l’activité.

22. Mettre fin à la dégressivité tarifaire mise en place par la LFSS 2015. Les établissements de santé les plus efficients ne doivent pas être pénalisés.


***
A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.030 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 160.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :
• 57% des interventions chirurgicales
• Près de 68% de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Plus d’un tiers des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques


Contacts presse :
Bridge Communication
Francis Temman, Relations Médias
T : 01 44 71 35 21 / M : 06 50 92 21 56
francis.temman@bridge-communication.com
www.bridge-communication.com


23 novembre - La FHP plaide pour une révolution culturelle en matière de qualité des soins et d’évaluation des établissements

Communiqué de presse

SEMAINE DE LA SECURITE DES PATIENTS

La FHP plaide pour une révolution culturelle

en matière de qualité des soins et d’évaluation des établissements

 

Paris, 23 novembre 2016 – La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) plaide en faveur d’une révolution culturelle afin que l’évaluation des établissements hospitaliers sur des critères de qualité et de sécurité des soins soit la pierre angulaire de toute politique sanitaire, en prenant notamment en compte la certification des cliniques et des hôpitaux délivrée par la Haute autorité de santé (HAS).

« Il est grand temps d’impulser une vraie culture de la qualité et de l’évaluation dans le système de santé. La qualité et la sécurité des soins doivent devenir l’alpha et l’oméga de toute politique sanitaire », affirme Lamine Gharbi, président de la FHP, qui regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés.

Le président de la FHP s’exprimait à l’occasion de la Semaine de la sécurité des patients et de la visite de la directrice générale de la Direction générale de l’offre de soins (DGOS), Anne-Marie Armanteras de Saxcé, mercredi à la Clinique Arago, et l’hôpital Saint-Joseph, à Paris.

La Clinique Arago est un établissement exemplaire en matière de sécurité des soins, avec une certification qualité optimale (consultable ici). La visite était notamment consacrée à la sécurité du parcours en chirurgie ambulatoire, avec notamment la visite d’un « bloc des erreurs ».

Sur le territoire national, les premiers résultats de visite de certification (V2014) montrent que plus de 75% des cliniques et hôpitaux privés ont été certifiés avec une note A en visite initiale avec ou sans recommandation d’amélioration, ce qui constitue le plus haut niveau de certification.

La FHP demande d’une part que cette certification HAS soit réellement impactante. « Les établissements les plus déficients doivent être sanctionnés, les meilleurs récompensés. En l’occurrence, les établissements qui reçoivent la plus mauvaise note (E), indiquant qu’ils ne sont pas certifiés, doivent être impérativement fermés car cela signifie qu’ils sont dangereux pour les patients. Il est anormal, voire choquant, de constater qu’un établissement non certifié puisse encore accueillir des patients », souligne Lamine Gharbi.

La FHP demande, d’autre part, que la qualité et la sécurité des soins deviennent un critère de financement complémentaire des établissements les plus méritants en la matière.

« Nous demandons la généralisation du financement lié à la qualité qui représente aujourd’hui à peine 0,5% des ressources des établissements hospitaliers. Ce n’est qu’à cette condition, par la motivation et l’encouragement à s’améliorer, qu’on fera progresser la qualité et la sécurité des soins pour tous », insiste le président de la FHP.

La HAS décerne aux établissements hospitaliers une notation de A à E indiquant les différents niveaux de certification, suivant un certain nombre d’indicateurs de qualité et de sécurité des soins.

La FHP note à ce titre que le site grand public Scope Santé consacré à la certification HAS et mis à la disposition du grand public reste peu connu. S’il marque un progrès en matière d’information et de transparence, il gagnerait encore à être rendu plus lisible pour tout un chacun, notamment en permettant une visualisation globale direct du classement de chaque établissement, par exemple en regroupant tous ceux classés A, B, C, D ou E.  Aujourd’hui, la présentation est segmentée et rend difficile une comparaison simple et rapide des établissements entre eux.

 

A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.030 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

  • 57% des interventions chirurgicales
  • Près de 68% de la chirurgie ambulatoire
  • 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
  • Un accouchement sur quatre
  • Plus d’un tiers des soins de suite et de réadaptation
  • Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques

Contacts presse :

Bridge Communication

Francis Temman, Relations Médias

T : 01 44 71 35 21 / M : 06 50 92 21 56

francis.temman@bridge-communication.com

www.bridge-communication.com

                               


17 novembre - 2ème édition de l'observatoire de la performance développement durable

Communiqué de presse

17 novembre 2016 

2E EDITION DE L’OBSERVATOIRE DE LA PERFORMANCE DEVELOPPEMENT DURABLE

Les cliniques résolument engagées

dans la transition énergétique



Paris – Le secteur des cliniques et hôpitaux privés s’est engagé résolument dans la démarche vertueuse de transition énergétique et de réduction des déchets afin d’atteindre les objectifs du Grenelle 2 de l’environnement à l’horizon 2020, selon les résultats de la 2ème édition de l’Observatoire de la performance développement durable en santé de l’hospitalisation privée.

« Alors que se tient la COP 22, l’hospitalisation privée montre qu’elle est un acteur pleinement responsable et démontre sa volonté de concourir à l’atteinte des objectifs affichés par la France. Nos établissements sont pleinement mobilisés pour anticiper les prochaines évolutions règlementaires et les plus vertueux d’entre eux sont même considérablement en avance », affirme Lamine Gharbi, président de la FHP, qui regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés.

Le Grenelle 2 fixe des objectifs ambitieux à l’horizon 2020 en matière de consommation énergétique, de réduction de gaz à effet de serre, de consommation d’eau ou encore de collecte des déchets.

« Notre mission première est de prendre soin de la santé des patients, de nos personnels, mais nous vivons dans un monde interdépendant qui nous pousse aussi à prendre soin de la planète », rappelle le président de la FHP.

Pour cette seconde édition, 267 cliniques et hôpitaux privés, soit près de 20% de plus par rapport à l’an dernier, ont participé à cet observatoire. L’objectif d’un tel outil est d’accompagner les établissements de santé privés dans leur démarche éco-responsable de transition énergétique et de réduction des déchets. La FHP encourage ainsi ses établissements adhérents à mettre en place des plans d’actions concrets pour faire changer les comportements.

Les chiffres clés de la performance développement durable

L’Observatoire de la Performance Développement durable en Santé 2016 fournit les chiffres-clés de la performance développement durable du secteur (tels qu’observés pour l’année 2015).

Le profil des répondants :

  • 267 établissements participants (+19% par rapport à l’année dernière) : 158 établissements MCO (+10%), 61 établissements SSR (+15%), 36 établissements Psychiatrique (+33%) et 12 établissements dialyse (contre 0 en 2015)

Consommation énergétique :

  • En moyenne, la consommation d’énergie globale par journée d’hospitalisation (électricité, gaz, fioul, charbon, réseaux de chaleur ou de climatisation) est de 76,5 kWh, toutes spécialités confondues, contre 80 kWh l’an dernier. Par spécialité, la consommation d’énergie globale par journée d’hospitalisation en MCO est de 108,3 kWh ; 31,7 kWh en SSR ; 28,3 kWh en psychiatrie ; 32,5 kWh en dialyse. Ce ratio permet de mesurer la performance énergétique des établissements en fonction de leur activité. Les établissements avec plateaux techniques sont évidemment plus consommateurs d’énergie que les autres. Un des moyens mis en œuvre pour la maîtrise de la consommation d’énergie revient par exemple à utiliser des sous-compteurs pour piloter la consommation.
  • Une cartographie du coût moyen de revient du kWh en euros par fournisseur du secteur (comprenant réseau, taxe, abonnement, prix du kWh) fait ressortir une différence régionale des prix du KWh de gaz et d’électricité.
  • Ainsi, pour l’électricité, le prix d’achat du kWh en euros par fournisseurs du secteur varie ainsi de 0,97 à 1,30 €, selon les régions.

Emission des gaz à effets de serre :

  • Les 13% des établissements répondants qui ont réalisé leur bilan d’émission de gaz à effet de serre (BEGES) sont exemplaires dans la gestion de leurs émissions de gaz à effet de serre. En principe, seuls les établissements de plus de 500 salariés ont cette obligation (38 établissements privés ont plus de 500 salariés, soit 3,7 %).
  • Des cliniques et hôpitaux privés ont commencé à s’engager dans les énergies renouvelables, certains en produisant eux-mêmes sur place.

Consommation d’eau :

  • La consommation moyenne d’eau est de 386 litres par journée d’hospitalisation (contre 390 l l’an dernier). La consommation d’eau est un enjeu majeur à l’échelle des établissements mais également de la planète. Des actions simples, efficaces et génératrices d’économies peuvent être engagées : sensibilisation sur le gaspillage de l’eau, installation de mousseurs ou des brise-jets, pose de sous-compteurs pour réagir en cas de fuites, etc.

Production de déchets :

  • En moyenne, 1,1 kg de déchets d’activité de soins à risques infectieux (DASRI) est produit par journée d’hospitalisation (-13,4% par rapport aux données 2014).
  • 11 types de déchets sont triés en moyenne par établissement (stable).
  • Certains établissements ont mis en place jusqu’à 50 filières de tri. Le secteur a multiplié par six la collecte des déchets en dix ans. Il y a dix ans, seulement deux filières principales existaient : DASRI et déchets d’ordures ménagères. La création de filières de déchets est le préalable à la mise en place de circuits courts de recyclage et d’économie circulaire.

L’amélioration de la performance énergétique des bâtiments, la réduction des déchets, les économies d’eau nécessitent d’importants investissements. « Ces actions constituent également des gisements d’économies et d’efficience et deviennent à ce titre des paramètres exemplaires en matière de gestion des établissements », conclut le président de la FHP.

L’Observatoire va faciliter la généralisation des initiatives remarquables. Les cliniques et hôpitaux privés mettent en place chaque jour des initiatives concrètes, pertinentes et remarquées en matière de développement durable. La FHP entend s’employer à créer les conditions d’une implication encore plus importante du secteur hospitalier privé sur ces sujets.

 

A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

  • 57% des interventions chirurgicales
  • 68% de la chirurgie ambulatoire
  • 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
  • Un accouchement sur quatre
  • Plus d’un tiers des soins de suite et de réadaptation
  • Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques

 

Contacts presse :

Bridge Communication

Francis Temman, Relations Médias
Mob : 06 50 92 21 56

francis.temman@bridge-communication.com

www.bridge-communication.com


5 octobre - PLFSS 2017 : l’hospitalisation privée refuse d’être la variable d’ajustement


Communiqué de presse 


PLFSS 2017 :


l’hospitalisation privée refuse d’être la variable d’ajustement


 

Paris, 5 octobre 2016 – La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP), constatant que les cliniques et hôpitaux privés ont pris plus que leur juste part des efforts demandés au secteur hospitalier en 2016, demande que le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2017 soit tourné vers davantage d’efficience, de transparence et d’équité dans la construction des objectifs de dépenses.

« Nous refusons d’être la variable d’ajustement des nouveaux efforts demandés.  Nous ne pouvons supporter davantage de pression économique, d’autant que de nouvelles contraintes règlementaires coûteuses pour les établissements qui vont entrer en vigueur ne sont pas compensées à ce jour », affirme Lamine Gharbi, président de la FHP, qui regroupe 1.000 établissements de santé privés.

La FHP souligne l’exemplarité du secteur privé qui fait mieux que respecter les objectifs de dépenses qui lui sont assignés, et ce depuis plusieurs années.

 « Les cliniques et hôpitaux privés ont déjà réalisé à mi-année 55 millions d’euros d’économies par rapport au budget alloué pour 2016. Il est donc juste et normal que les crédits gelés en début d’année, dans le cadre du coefficient prudentiel (0,5%) leur soient intégralement restitués », souligne Lamine Gharbi.

Une hausse de l’ONDAM insuffisante et qui va mécaniquement peser sur les cliniques

Alors que les mesures sectorielles prises en faveur des fonctionnaires vont engendrer des dépenses qui ne pourront pas être couvertes par l’augmentation de l’ONDAM, la Fédération, qui estime à +1,84% l’évolution des charges des établissements en 2017, réclame la mise en place d’un cadre transparent et équitable pour la détermination des hypothèses tarifaires à venir en mars 2017.

« Chaque année, le gouvernement émet une hypothèse de croissance de volume d’activités surestimée et donc erronée pour notre secteur, erreur qui se répercute sur les tarifs hospitaliers. Il est temps maintenant de jouer franc jeu et de travailler sur des hypothèses réalistes », poursuit le président de la FHP.

Face aux exigences d’économies à venir, chiffrées à 4,05 milliards d’euros pour 2017, la FHP défend l’idée d’un PLFSS tourné vers une plus grande efficience médico-économique au bénéfice des patients et de la collectivité. Elle demande pour cela, par exemple :

  • Une évolution tarifaire positive pour les établissements de soins de suite et de réadaptation (SSR) afin que la mise en œuvre partielle annoncée de la réforme du financement n’engendre pas de double peine tarifaire, notamment pour les établissements prenant en charge les patients les plus lourds. Rappelons qu’à ce jour aucune simulation d’impact n’a permis de mesurer les risques sur l’offre de soins du dispositif de financement envisagé ;
  • Un renforcement du financement corrélé à la qualité des soins afin d’inciter les établissements à s’améliorer ;

La FHP exprime aussi sa très vive inquiétude au sujet de l’impact négatif produit par la poursuite des mesures d’économies ainsi confirmées dans le cadre du virage ambulatoire. Une telle mesure d’économie constitue une injonction contradictoire avec les objectifs de développement de la chirurgie ambulatoire. Elle demande de nouveau une revalorisation des tarifs d’obstétrique afin d’éviter de nouvelles fermetures de maternités privées, alors que 30 départements en sont déjà dépourvus.

De nouvelles contraintes règlementaires non compensées

Par ailleurs, les nouvelles contraintes règlementaires annoncées cette année par le gouvernement se traduisent par des surcoûts importants pour les établissements, à ce jour non compensés. C’est pourquoi la FHP demande :

  • une enveloppe de 72 millions d’euros permettant une revalorisation salariale de même ampleur (1,2%) que celle octroyée au secteur public, sur la base d’une masse salariale à 6 milliards d’euros pour le secteur de l’hospitalisation privée. La revalorisation annoncée du point d’indice dans la fonction publique hospitalière créé un déséquilibre. La baisse des tarifs du secteur privé bloque depuis plusieurs années la Négociation annuelle obligatoire sur les salaires (NAO) et l’évolution du point dans la convention collective du secteur privé ;
  • Une dotation pour la mise en œuvre des consignes de sécurité des établissements de santé, au titre du plan Vigipirate, d’un montant moyen de 55K€ par établissement, soit une enveloppe complémentaire de 56,6 millions d’euros ;
  • La compensation de l’impact financier consécutif à l’obligation d’embauche de pharmaciens titulaires d’un DES, qui entraînera des surcoûts pour les établissements estimés au total à 21,4 millions d’euros ;
  • Une compensation de l’augmentation de la pression fiscale sur les établissements de santé privés, qui s’est traduite depuis 2012 notamment par le relèvement de 0,4% du taux normal de TVA, le passage du taux réduit de TVA de 5% à 10% pour la restauration collective, et la croissance de 2,59% de la taxe foncière sur les propriétés bâties.
  • Enfin, la mise à niveau et la formation des 3.500 infirmiers diplômés d’Etat (IDE), et de la totalité des 2.100 infirmiers de bloc opératoire diplômés d’Etat (IBODE), représentera un investissement de 16 millions d’euros par an pendant 4 ans.

 

A propos de la FHP

La FHP regroupe 1 000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

  • 57% des interventions chirurgicales
  • Près de 68% de la chirurgie ambulatoire
  • 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
  • Un accouchement sur quatre
  • 34% de la prise en charge de l'insuffisance rénale chronique
  • 32% des séances de chimiothérapie
  • 50% des séances de radiothérapie
  • Plus d’un tiers des soins de suite et de réadaptation
  • Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques

 

Contacts presse :

FHP                                                                      BRIDGE COMMUNICATION

Thibault d’Hauthuille                                        Francis Temman
Directeur de la Communication                     Mob : 06 50 92 21 56

Tél : 01 53 83 56 63 / 06 48 08 68 42           francis.temman@bridge-communication.com

thibault.dhauthuille@fhp.fr                              www.bridge-communication.com

www.fhp.fr                                          

 

 


20 septembre - L’innovation en santé, un enjeu d’avenir pour la FHP Nouveal et Télécom Santé primées au Challenge FHP de l’innovation en santé

UNIVERSITE D’ETE DE LA FHP

L’innovation en santé, un enjeu d’avenir pour la FHP

 

Nouveal et Télécom Santé primées

au Challenge FHP de l’innovation en santé

 

Paris, 20 septembre 2016 – Le Challenge FHP de l’innovation a primé deux start-ups innovantes dans le domaine de la santé, Nouveal et Télécom Santé, à l’issue de la grande finale de la première édition qui s’est tenue aujourd’hui dans le cadre de la 5e Université d’été de la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) consacrée à l’innovation.

  • La start-up Nouveal a été récompensée dans la catégorie « Quels nouveaux services proposer au patient connecté avant, pendant et après son hospitalisation ? » pour son application e-fitback, un assistant numérique lors du parcours médical, avant, pendant et après l’hospitalisation pour les patients et les professionnels de santé Voir la vidéo de présentation

  • La start-up Télécom Santé a été primée dans la catégorie « Services digitaux pour améliorer l'organisation des personnels et l'activité de la clinique » pour Ambu-Track, sa solution de suivi du parcours de soins du patient en ambulatoire.  Voir la vidéo de présentation

« Ce challenge démontre combien nous sommes aujourd’hui au cœur d’un écosystème d’innovation ouverte, très riche en compétences et en expertises, au sein duquel nous partageons une même culture : le goût du risque et l’esprit d’entreprise, qu’il faut continuer d’encourager. C’est de ces synergies que naîtront les nouveaux modes de prises en charge de demain, au profit des patients et des professionnels de santé », s’est félicité Lamine Gharbi, président de la FHP, qui regroupe 1.000 établissements de santé.

Les prix ont été remis à la suite d’une présentation et d’un vote du jury composé des directeurs de cliniques et hôpitaux privés parmi les quatre finalistes, préalablement sélectionnées par un jury de professionnels. Plus de 60 start-up du domaine de la santé s’étaient portées candidates pour cette première édition du challenge, organisé par la FHP, en partenariat avec le groupe MNH et Roche.

« Les start-up ont beaucoup à proposer aux cliniques pour améliorer leur activité et la prise en charge des 9 millions de patients qui nous font confiance chaque année. Les cliniques ont un intérêt majeur à intégrer rapidement ces nouvelles innovations et leur flexibilité d’un point de vue organisationnel est un atout pour leur permettre de s’adapter en permanence au changement », a souhaité Lamine Gharbi.

Pour ce challenge, le groupe MNH et Roche ont répondu à l’appel à partenariat de la FHP et accompagneront les équipes lauréates dans le développement et le déploiement de leurs solutions innovantes. Le groupe MNH portera fortement la médiatisation des start-up lauréates, tandis que Roche offrira un accompagnement global d'expertises et de compétences permettant le développement et le déploiement de leur solution. La FHP restera associée au développement des deux solutions.


L’innovation, un enjeu clé au cœur de l’hospitalisation privée


La 5e Université d’été de la FHP était consacrée cette année entièrement au thème de l’innovation, avec des tables rondes consacrées aux champs de l’innovation en santé, aux facteurs clés de réussite, à l’ubérisation, aux nouvelles technologies et aux rôles des patients, avec des interventions de personnalités politiques, dont Nathalie Kosciusko-Morizet, députée, ancienne ministre, et de Bruno Lemaire, député, ancien ministre.


De nombreux établissements privés sont venus présenter leur démarche en innovation dont la Clinique Pasteur (Toulouse), le Centre hospitalier privé de l’Europe (Port-Marly), et la Cliniques des Cèdres (Echirolles), ainsi que des entrepreneurs, comme le fondateur de Medtech, Bertin Nahum.

« L’innovation n’est pas juste pour nous une incantation, mais une réalité, et ceci depuis longtemps. Elle est au cœur de notre ADN. Une journée telle que celle-ci permet de mettre en valeur les ressources créatives de nos établissements de santé privés, et donc tout ce que l’hospitalisation privée apporte au système de santé », a souligné le président de la FHP.

La FHP souhaite rappeler aux responsables politiques que la santé reste une préoccupation essentielle dans la vie quotidienne d’une majorité de Français et que l’excellence française en santé n’est pas un acquis mais une bataille constante.

« Il y a une attente forte des Français sur les nouveaux modes de prise en charge, l’innovation et les nouvelles technologies en santé. Les responsables politiques sont attendus sur tous ces enjeux. Les besoins sont grands, pour répondre à des enjeux tels que le maillage territorial des soins, l’excellence de la santé à l’international, le dynamisme des entreprises de santé et la réponse aux défis épidémiologiques », a conclu Lamine Gharbi.

A propos de la FHP

La FHP regroupe 1 000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

  • 57% des interventions chirurgicales
  • Près de 68% de la chirurgie ambulatoire
  • 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
  • Un accouchement sur quatre
  • Plus d’un tiers des soins de suite et de réadaptation
  • Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques

 

 

Contacts presse :

FHP                                                   BRIDGE COMMUNICATION

Thibault d’Hauthuille                            Francis Temman
Directeur de la Communication             Mob : 06 50 92 21 56

Tél : 01 53 83 56 63 / 06 48 08 68 42    francis.temman@bridge-communication.com

thibault.dhauthuille@fhp.fr                    www.bridge-communication.com

www.fhp.fr                           


15 septembre 2016 - Fin du quinquennat du Président Hollande : six mois pour rétablir la confiance avec le secteur des cliniques et hôpitaux privés

Communiqué de presse

Fin du quinquennat du Président Hollande : six mois pour rétablir
la confiance avec le secteur des cliniques et hôpitaux privés

Paris, le 15 septembre 2016 – La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) lance un appel à la raison au gouvernement pour qu’il mette fin aux mesures punitives et vexatoires contre le secteur des cliniques et hôpitaux privés, au terme d’un quinquennat marqué par une volonté d’éviction sans précédent des acteurs privés du paysage sanitaire.

« L’on nous a asséné toute une série de mesures, qui vont de la dégressivité tarifaire au coefficient prudentiel, et maintenant en préparation un contrôle du bénéfice raisonnable de nos établissements, alors que notre secteur affiche une rentabilité d’à peine 3%. Jamais, je crois, depuis 1945, l’hospitalisation privée en France n’avait connu de telles attaques, non seulement sur le plan financier, mais également dans la remise en cause de sa place, de son utilité et de sa participation aux missions de santé », a affirmé Lamine Gharbi, président de la FHP, qui regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés, lors de sa traditionnelle conférence de presse de rentrée.

« Notre métier, c’est de soigner du mieux possible la population. Les 1.000 cliniques de France jouent aussi un rôle important de maillage sanitaire et sont présentes sur l’ensemble des territoires, y compris dans les zones rurales et les banlieues défavorisées. Ce sont des établissements performants qui produisent des retombées sociales et économiques importantes, en termes d’investissement, d’emplois, d’attractivité et de dynamisme économique, sans oublier des enjeux de santé publique. Une clinique, cela veut aussi dire des médecins salariés ou libéraux et des personnels soignants au service de la population », a rappelé Lamine Gharbi.
 
Avec l’élaboration du Projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2017 et de la prochaine campagne tarifaire, il existe une fenêtre de six mois pour rétablir la confiance et un dialogue de fond entre le gouvernement et le secteur de l’hospitalisation privée .


La FHP croit fermement que ce dialogue est possible. Comme en 2012 ou en 2014, nous formulons 10 mesures déterminantes et demandons l’ouverture de chantiers qui permettraient de renouer le dialogue et la confiance :

1. Reprendre le chantier de la réforme SSR

2. Abrogation du SIEG

3. Suppression de la dégressivité tarifaire

4.
Promotion du financement à la qualité pour l’ensemble des spécialités

5. Réforme de la LFSS dès 2017 :

a. Pluri-annualité pour organiser la stabilité tarifaire
b. Développement du financement de l’innovation
c. Renforcement de la promotion de l’efficience
d. Evolution du financement des soins critiques
e. Création d’un Tarif Journaliser de Prestation (TJP) privé

6. Campagne tarifaire 2017 :

a. Repenser la construction des campagnes tarifaires dans une transparence des méthodes et une lisibilité des arbitrages. La situation économique est trop grave pour continuer dans l’opacité et la discrimination
b. Reconduction d’un complément tarifaire pour l’obstétrique
c. Favoriser la chirurgie ambulatoire


7. Equité tarifaire : même patient, même soin, même tarif

8. Affirmer le rôle des établissements privés dans la mise en place des GHT

9. La reconnaissance de la pleine participation du secteur privé au service public, notamment sur les situations sanitaires exceptionnelles ou les situations de précarité

10. La reconnaissance de l’implication du secteur privé dans le déploiement d’Hôpital Numérique, par la mise en place d’une nouvelle étape construite de manière concertée pour relever le défi du virage ambulatoire

« Nous attendons du gouvernement un geste qui traduise une volonté d’ouverture. Pour faire en sorte que la France reste au sommet de ce qui se fait en santé au plan mondial, le pays aura besoin de tous les acteurs, qu’ils soient publics ou privés, de tous leurs talents, et tous leurs efforts », a conclu Lamine Gharbi.

 

A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :


• 57% des interventions chirurgicales
• Près de 68% de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques


Contacts presse :

FHP                                                                                 BRIDGE COMMUNICATION

Thibault d’Hauthuille                                                       Francis Temman
Directeur de la Communication                                       Mob : 06 50 92 21 56
Tél : 01 53 83 56 63 / 06 48 08 68 42                             francis.temman@bridge-communication.com

thibault.dhauthuille@fhp.fr                                              www.bridge-communication.com

www.fhp.fr                                              




13 septembre - Les cliniques et hôpitaux privés lancent le Challenge FHP de l’innovation en santé

Paris, 13 septembre 2016 – La Fédération de l’Hospitalisation privée (FHP), qui regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés de France, en partenariat avec le groupe MNH et Roche, organise pour la première fois le Challenge FHP de l’innovation destiné aux start-up dans le domaine de la santé.

La finale du challenge aura lieu le 20 septembre lors de l’Université d’été de la FHP dédiée cette année à l’innovation. Les adhérents de la FHP présents ce jour-là voteront en direct pour élire les deux start-up lauréates.

Plus de 60 start-up se sont portées candidates pour ce challenge autour des deux thématiques proposées :

-          Quels nouveaux services proposer au patient connecté avant, pendant et après son hospitalisation ?

-          Quels services digitaux pour améliorer l'organisation des personnels et l'activité de la clinique ?

Les quatre start-up finalistes, sélectionnées par un jury de professionnels, présenteront leurs solutions lors de la grande finale du challenge du 20 septembre. Les directeurs de cliniques présents voteront en direct pour élire le gagnant dans chacune des catégories.

« Les start-up ont beaucoup à proposer aux cliniques pour améliorer leur activité et la prise en charge des 9 millions de patients qui nous font confiance chaque année. Par le biais de ce challenge, nous rapprochons un peu plus les univers de l’hospitalisation privée et des entreprises innovantes. C’est de ces synergies que naîtront les prises en charge de demain, au profit des patients et des professionnels de santé », s’est félicité Lamine Gharbi, président de la FHP. 

Pour ce challenge, le groupe MNH et Roche ont répondu à l’appel à partenariat de la FHP et accompagneront les équipes lauréates dans le développement et le déploiement de leurs solutions innovantes.

« La FHP est heureuse de s’associer au groupe MNH et à Roche pour accompagner des start-up  qui sauront proposer de vrais services innovants et à forte valeur ajoutée pour les patients et les établissements », a déclaré Lamine Gharbi.

Le groupe MNH portera fortement la médiatisation des start-up lauréates, tandis que Roche offrira un accompagnement global d'expertises et de compétences permettant le développement et le déploiement de leur solution. La FHP restera associée au développement des deux solutions.

Les start-up qui participeront à la finale du Challenge de l’innovation de la FHP

Catégorie « Nouveaux services proposés au patient connecté avant, pendant et après son hospitalisation ? »

Catégorie « Services digitaux pour améliorer l'organisation des personnels et l'activité de la clinique »

A propos de la FHP

La FHP regroupe 1 000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

  • 57% des interventions chirurgicales
  • Près de 68% de la chirurgie ambulatoire
  • 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
  • Un accouchement sur quatre
  • Plus d’un tiers des soins de suite et de réadaptation
  • Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques

 

 

Contacts presse :

FHP                                                                     BRIDGE COMMUNICATION

Thibault d’Hauthuille                                       Francis Temman
Directeur de la Communication                    Mob : 06 50 92 21 56

Tél : 01 53 83 56 63 / 06 48 08 68 42           francis.temman@bridge-communication.com

thibault.dhauthuille@fhp.fr                             www.bridge-communication.com

www.fhp.fr                                          

 

A propos du Groupe MNH

Le Groupe de Protection Professionnel MNH accompagne au plus près les professionnels et les établissements de la santé et du social autour de quatre pôles d’expertise : l’assurance, la banque, les services et les médias dont il est devenu un acteur majeur avec le groupe Izéos (infirmiers.com, aide-soignant.com, cadredesante.com, remede.org), le Groupe Profession Santé (Le Quotidien du Médecin, le Quotidien de Pharmacien, le Généraliste, Décision Santé) et Hospimédia, l’actualité des territoires de santé.

Le groupe MNH assure la protection des personnes avec des solutions adaptées et personnalisées en matière de santé, de prévoyance et d'épargne, d'assurance de biens, de services bancaires, d'e-learning, d'emplois et de contenus. Il accompagne le développement des établissements avec des services professionnels et innovants.

Contact presse : Caroline Weill – 01 47 04 12 52 – cweill@selfimage.fr

 

A propos de Roche

Notre cœur de métier est d’explorer de nouvelles voies de recherche pour mieux comprendre les bases moléculaires des maladies.  Cette connaissance des mécanismes pathologiques nous permet de développer des solutions diagnostiques et thérapeutiques innovantes qui améliorent la vie des personnes malades. Nous sommes engagés dans les domaines de l’oncologie, de l’immunologie, des maladies infectieuses, de l’ophtalmologie et des affections du système nerveux central. 

En 2015, Roche reste le 1er investisseur mondial en R&D du secteur de la santé et le 5e tous secteurs confondus.

En France, nous avons investi 78 millions d'euros en 2015 dans la recherche clinique. Avec plus de 33 000 patients inclus dans 311 études cliniques à fin 2015, Roche contribue fortement au dynamisme de la France en recherche clinique et offre ainsi un accès précoce à l’innovation à de nombreux patients pour lesquels les options thérapeutiques sont limitées, voire inexistantes.

Contact presse : Gisèle Calvache – 01 47 61 40 12 – gisele.calvache@roche.com

 


30 juin 2016 - Mise en œuvre des GHT : l’hospitalisation privée sera attentive au respect des coopérations public-privé existantes

Communiqué de presse

Mise en œuvre des GHT : l’hospitalisation privée sera attentive

au respect des coopérations public-privé existantes

 

Paris, le 30 juin 2016 – La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP), qui regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés, salue l’entrée en vigueur au 1er juillet des Groupements hospitaliers de territoire (GHT) qui sont l’occasion attendue de restructurer le secteur hospitalier public. Elle sera néanmoins attentive à l’équilibre de l’offre de soins au plan régional, et notamment au respect des coopérations public-privé existantes sur les territoires.

Si la FHP considère favorablement les GHT, comme instrument d’organisation et de mutualisation des moyens à l’hôpital public, elle souligne le risque d’une réforme qui aboutisse à une bunkérisation.

« Nous sommes attachés au principe d’une offre de soins équilibrée en réponse aux besoins de santé de la population. Cela passe par une coopération de tous. La réforme des GHT ne doit pas aboutir à une marginalisation des autres acteurs de soins, que ce soit l’hospitalisation privée, le secteur hospitalier associatif ou la médecine de ville », affirme Lamine Gharbi, président de la FHP.

Les GHT doivent rester ce pourquoi ils ont été conçus : un moyen de restructurer le secteur public et non se voir confier la structuration de la réponse aux besoins de santé dans les territoires, ce qui risquerait d’empêcher l’émergence d’organisations adaptées, associant toute l’offre de soins.

« La prise en charge des maladies chroniques, par exemple, nécessite des démarches partenariales pour lesquelles les coopérations public-privé existantes doivent être respectées. Or leur mention a disparu de la deuxième version du décret. Nous partageons cette préoccupation avec d’autres fédérations, comme la Fehap et Unicancer », souligne le président de la FHP.

La configuration et le positionnement retenu par les acteurs publics pour les GHT variant d’une région à l’autre, la FHP attendra leur constitution et l’explicitation de leurs projets médicaux de territoire pour évaluer sa réponse en fonction de chaque situation :

- soit la création de GHT privés afin de constituer des filières cohérentes de soins pour les patients en associant les autres acteurs privés, les maisons de santé et la médecine libérale face aux GHT publics ;

- soit une prise d’initiative dans le contact avec les GHT dans l’objectif de garantir la sécurisation des partenariats public-privé et la réponse aux besoins de santé dans les territoires ;

- soit une attitude d’observation, lorsque la situation locale ne permet pas de distinguer ou de dégager une ligne d’action claire dans l’immédiat.

« Nous sommes disponibles pour travailler avec nos homologues du public pour que les GHT puissent se mettre en œuvre dans un esprit d’ouverture et de coopération. C’est indispensable, pour garantir des soins de qualité pour tous, pour maintenir ou doper la vitalité économique des territoires, que tous les acteurs de santé – hospitaliers, libéraux – travaillent ensemble au service de la population », conclut Lamine Gharbi.

 

A propos de la FHP
La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

  • 57% des interventions chirurgicales
  • Près de 68% de la chirurgie ambulatoire
  • 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
  • Un accouchement sur quatre
  • Près d’un tiers des soins de suite et de réadaptation
  • Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques

 

Contacts presse :

FHP                                                                                 BRIDGE COMMUNICATION

Thibault d’Hauthuille                                                       Francis Temman
Directeur de la Communication                                       Mob : 06 50 92 21 56
Tél : 01 53 83 56 63 / 06 48 08 68 42                             francis.temman@bridge-communication.com

thibault.dhauthuille@fhp.fr                                              www.bridge-communication.com

www.fhp.fr                                              



9 juin - La FHP et la FHP-SSR s’engagent avec le Groupe Associatif Siel Bleu pour renforcer la pratique de l’activité physique adaptée (APA) dans les cliniques




Communiqué de presse

La FHP et la FHP-SSR s’engagent avec le Groupe Associatif Siel Bleu pour renforcer la pratique de l’activité physique adaptée (APA) dans les cliniques

Arcachon, le 9 juin 2016 – La Fédération de l’Hospitalisation privée (FHP) et sa branche spécialisée en soins de suite et de réadaptation (FHP-SSR) annoncent la signature d’une convention avec le Groupe Associatif Siel Bleu pour renforcer la pratique de l’activité physique adaptée (APA) dans les établissements de santé privés.

Valérie Fourneyron, députée et ancienne ministre des Sports, a assisté à la signature de cette convention, lors du congrès de la FHP-SSR, à Arcachon. Elle avait porté un amendement à la loi santé en faveur de la prescription médicale d’activités physiques adaptées.

L’APA est un outil essentiel de prévention et de préservation du capital santé. Elle s’adresse en particulier aux personnes fragiles : personnes âgées, en situation de handicap ou atteintes de maladies chroniques pour lesquelles la pratique sportive est entravée et pourtant essentielle à l’amélioration ou la préservation de leur santé. « En nous engageant avec Siel Bleu, nous sommes fiers de contribuer pleinement au développement de l’activité physique adaptée et d’améliorer encore la santé globale et le bien-être de nos patients », a déclaré Lamine Gharbi, président de la FHP.

La convention prévoit l’information et la sensibilisation des personnels des 1.000 cliniques et hôpitaux privés à la pratique de l’APA et à ses bénéfices, ainsi qu’un rapprochement au plan local des cliniques et responsables départementaux de Siel Bleu pour répondre aux besoins des professionnels et des patients. « Les activités physiques et sportives adaptées font déjà partie intégrante de l’arsenal thérapeutique de la prise en charge en soins de suite et réadaptation. Nos établissements pourront bénéficier de l’appui et de l’expertise du Groupe Associatif Siel Bleu et ce dernier pourra également profiter de l’expérience de beaucoup de nos adhérents dans la promotion de l’APA. Cette convention marque une véritable synergie. », s’est félicité le Dr Gabriel Bossy président de la FHP-SSR.

Le Groupe Associatif Siel Bleu met à profit ses 19 années d’expérience auprès de 100.000 bénéficiaires qui suivent de façon hebdomadaires ses activités en France. 

« Siel Bleu est très honoré et heureux de ce partenariat. C’est un pas de plus dans la reconnaissance et la diffusion de cet incroyable outil qu’est l’activité physique, adaptée aux capacités, besoins et envies des personnes » affirme Jean-Michel Ricard, directeur général du Groupe Associatif Siel Bleu.






A propos du Groupe Associatif Siel Bleu

L’activité physique, c’est bon pour la santé, le bien-être et ça donne le sourire !

Le Groupe Associatif Siel Bleu en est convaincu depuis 1997 et s’est développé pour permettre à plus de 100 000 bénéficiaires par semaine (en France), de pratiquer une activité physique adaptée à leurs besoins, capacités et envies. Ce sont 500 « sielbleusiens », professeurs diplômés et spécialisés en activité physique adaptée qui interviennent partout en France, et le Groupe Associatif Siel Bleu est également présent en Belgique, en Espagne et en Irlande !

Tout le monde devrait pouvoir avoir accès à l’activité physique adaptée, et notamment les plus fragiles. : personnes âgées, adultes et enfants en situation de handicap ou atteints de maladies chroniques (diabète, cancer, obésité, maladie d’Alzheimer, …).

En établissement, à domicile ou dans le monde du travail, le Groupe Associatif Siel Bleu promeut l’activité physique comme une offre thérapeutique à part entière qui doit être accessible au plus grand nombre, quelle que soit sa situation financière.

Il innove au quotidien avec le corps médical pour créer des programmes spécifiques et prouver l’impact de ses activités sur la santé pour chaque pathologie.

A propos de la FHP
La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

  • 57% des interventions chirurgicales
  • Près de 68% de la chirurgie ambulatoire
  • 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
  • Un accouchement sur quatre
  • Plus d’un tiers des soins de suite et de réadaptation
  • Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques

 

A propos de la FHP-SSR

La FHP-SSR est l’organisation représentative des 460 établissements privés de SSR. Plus de 25.000 professionnels, dont environ 3.000 médecins y travaillent.

Les établissements privés de SSR prennent en charge plus de 350.000 patients par an, pour environ 12 millions de journées d’hospitalisation.

Les prises en charge des cliniques privées de SSR, c’est notamment :

  • Plus d’1/3 de l’activité SSR nationale
  • 48% des pathologies chroniques (affections cardio-vasculaires, respiratoires, des systèmes digestif, métabolique et endocrinien,..)
  • 30% des affections du système nerveux
  • 45% des affections de l’appareil locomoteur



Contacts presse :


FHP                                                                                    BRIDGE COMMUNICATION

Thibault d’Hauthuille                                                         Francis Temman
Directeur de la Communication                                           francis.temman@bridge-communication.com
thibault.dhauthuille@fhp.fr                                                  Mob : 06 50 92 21 56
Tél : 01 53 83 56 63 / 06 48 08 68 42                                http://www.bridge-communication.com

http://www.fhp.fr                                     

Groupe Associatif Siel Bleu                                              FHP-SSR

Lucile Erb                                                                          Eric Noël

Tél : 03 88 24 76 08                                                           Tel : 04 91 25 39 17

presse@sielbleu.org

               

 


31 mai - Congrès des maires : la FHP souligne le rôle essentiel des cliniques dans les territoires

Communiqué de presse

Congrès des maires :

la FHP souligne le rôle essentiel des cliniques dans les territoires

Paris, le 31 mai 2016 – Les cliniques et hôpitaux privés sont des acteurs de cohésion sociale, qui jouent un rôle essentiel dans le maillage et l’équilibre des territoires. La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) appelle les élus locaux, réunis à l’occasion du Congrès des maires de France, à être attentifs à leur place dans l’offre de soins.

« Les 1.000 cliniques de France sont présentes sur l’ensemble des territoires, y compris dans les zones rurales et les banlieues défavorisées. Ce sont des établissements performants qui produisent des retombées sociales et économiques importantes, en termes d’investissement, d’emplois, d’attractivité et de dynamisme économique, sans oublier des enjeux de santé publique. Une clinique, cela veut aussi dire des médecins salariés ou libéraux et des personnels soignants au service de la population. », a rappelé Lamine Gharbi, président de la FHP, lors de la table ronde intitulée « Santé et accès aux soins ».

« Les élus locaux, et les maires en premier lieu, ont un rôle majeur à jouer pour tisser des liens entre les acteurs de soins, pour fédérer et donner une égale reconnaissance à chacun. La mise en œuvre des Groupements hospitaliers de territoire (GHT) ne doit pas compromettre l’équilibre parfois fragile entre les acteurs », a poursuivi Lamine Gharbi.

Si la FHP considère favorablement le principe des GHT, comme instrument d’organisation et de mutualisation des moyens à l’hôpital public, elle sera très vigilante quant aux possibles impacts sur l’organisation territoriale de l’offre de soins. « Les GHT ne doivent pas marginaliser les autres offreurs de soins, secteurs privé et privé associatif, ou encore la médecine de ville, dans les territoires. Leur confier la structuration de la réponse aux besoins de santé risque d’empêcher l’émergence d’organisations adaptées, associant toute l’offre de soins. Je pense notamment aux coopérations public-privé existantes, qui doivent être respectées, et dont la mention a disparu de la deuxième version du décret. Nous partageons cette préoccupation avec d’autres fédérations, comme la FEHAP et Unicancer », a rappelé le président de la FHP.

La FHP demande que la mise en place des GHT s’accompagne, au plan national comme en région, de la constitution d’un Comité de suivi inter-fédérations, associant la médecine libérale. « J’attire l’attention de tous sur la place capitale des élus dans la réussite de cette réforme », a conclut Lamine Gharbi.

A propos de la FHP
La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

  • 57% des interventions chirurgicales
  • Près de 68% de la chirurgie ambulatoire
  • 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
  • Un accouchement sur quatre
  • Près d’un tiers des soins de suite et de réadaptation
  • Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques

 

Contacts presse :

FHP                                                                                       BRIDGE COMMUNICATION

Thibault d’Hauthuille                                                             Francis Temman
Directeur de la Communication                                                               Mob : 06 50 92 21 56
Tél : 01 53 83 56 63 / 06 48 08 68 42                                   francis.temman@bridge-communication.com

thibault.dhauthuille@fhp.fr                                                     www.bridge-communication.com

www.fhp.fr                                              





24 mai - Plan d’investissement de 2 milliards pour l’hôpital : la FHP se réjouit de l’éligibilité des cliniques et hôpitaux privés

Plan d’investissement de 2 milliards pour l’hôpital :

la FHP se réjouit de l’éligibilité des cliniques et hôpitaux privés

 

Paris, le 24 mai 2016La FHP se réjouit que les cliniques et hôpitaux privés soient éligibles au plan d’investissement de 2 milliards d’euros sur cinq ans en faveur du développement des systèmes d’information et de l’innovation, annoncé par la ministre de la Santé, Marisol Touraine.

Dans son allocution d’ouverture du salon Paris HealthCare Week mardi, la ministre a précisé que les cliniques et hôpitaux privés « pourront faire valoir leurs projets » dans le cadre de ce plan.

« La révolution numérique à l’hôpital est un enjeu clé pour l’avenir du secteur de la santé et je me félicite que les établissements privés puissent participer à ce plan », a déclaré Lamine Gharbi, président de la FHP, qui regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés.

La présence des grandes fédérations hospitalières, dont la FHP, au salon Paris Healthcare Week témoigne de l’indispensable complémentarité public-privé pour l’avenir de notre système de santé.

« C’est un grand rendez-vous pour se rencontrer et débattre. Dans le contexte économique extrêmement contraint qui est le nôtre aujourd’hui, nous allons réfléchir ensemble à des propositions communes, notamment en vue de l’élection présidentielle de 2017, sur de nombreux sujets, comme la création des Groupements hospitaliers de territoire (GHT) ou la tarification »,  a souligné le président de la FHP.

« Je suis notamment satisfait d’avoir été invité à la grande table ronde de clôture sur les GHT. Sur ce sujet, comme sur d’autres, nous devrons bâtir des relations plus étroites avec la Fédération hospitalière de France (FHF), qui représente les hôpitaux publics. La santé ne doit pas être politisée ni instrumentalisée. Nos concitoyens ne le comprendraient pas. Il n’y a pas d’un côté ceux qui respectent les valeurs de la République et les autres. Nous devons sortir des postures, travailler ensemble de façon décloisonnée pour répondre aux besoins de santé des patients », a souhaité Lamine Gharbi.

La FHP partage l’inquiétude de la FHF sur les dangers d’un transfert du déficit de la Sécurité sociale vers les établissements de santé en général et l’incohérence d’une augmentation salariale non financée dans les établissements publics.

La ministre de la Santé a confirmé par ailleurs que la réforme du financement des établissements de soins de suite et de réadaptation (SSR) entrerait en vigueur en 2017. « Nous pensons que cette réforme est aujourd’hui inaboutie et qu’elle va fragiliser encore davantage de nombreux établissements privés. Le projet doit être remis sur la table et une nouvelle concertation doit s’engager afin de garantir une plus grande lisibilité et une pérennité des établissements dans le respect de l’équité  entre les acteurs. Nous demandons le report  de cette mise en œuvre », a affirmé le président de la FHP

A propos de la FHP
La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

  • 57% des interventions chirurgicales
  • Près de 68% de la chirurgie ambulatoire
  • 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
  • Un accouchement sur quatre
  • Près d’un tiers des soins de suite et de réadaptation
  • Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques

 

Contacts presse :

FHP                                                                                           BRIDGE COMMUNICATION

Thibault d’Hauthuille                                                                 Francis Temman
Directeur de la Communication                                                 Mob : 06 50 92 21 5606 50 92 21 56
Tél : 01 53 83 56 6301 53 83 56 63 / 06 48 08 68 4206 48 08 68 42           francis.temman@bridge-communication.com thibault.dhauthuille@fhp.fr                                                        www.bridge-communication.com
www.fhp.fr


24 mai 2016 - Au Congrès Doctors 2.0 & You : un oncologue exerçant en clinique présente une web application inédite de détection des rechutes du cancer du poumon

Communiqué de presse

Au Congrès Doctors 2.0 & You : un oncologue exerçant en clinique présente une web application inédite de détection des rechutes du cancer du poumon

 

Paris, le 24 mai 2016 – La FHP sera présente pour la deuxième année consécutive en tant que partenaire à la sixième édition du congrès international Doctors 2.0 & You, qui aura lieu les 26 et 27 mai à Paris. Le secteur hospitalier privé y sera représenté notamment en la personne du Dr Fabrice Denis, oncologue spécialiste du cancer du poumon à la Clinique Victor Hugo-Centre Jean Bernard au Mans, qui viendra y montrer l’application numérique qu’il a conçue permettant le suivi personnalisé à distance de patients atteints d’un cancer du poumon pour une détection précoce des rechutes ou de complications.


Favoriser les innovations de terrain

« Nous sommes très heureux de renouveler notre partenariat avec ce congrès qui est un lieu incontournable d’échanges et d’émulation de la santé digitale. Nous contribuons ainsi à faire connaître les réalisations innovantes et exemplaires des professionnels de l’hospitalisation privée qui permettent de faire progresser le monde de la santé », s’est félicité le président de la FHP, Lamine Gharbi.

La fondatrice du congrès Doctors 2.0 & You, Denise Silber, s’est réjouie également du renouvellement de ce partenariat. « La FHP représente une branche importante de l’offre de soins en France. La présentation du Dr Fabrice Denis au sujet d’une application mobile qu’il a conçue, développée, utilisée et même évaluée, le tout dans l’intérêt des patients suivis pour un cancer, sera un des moments forts de ce congrès ».


La présentation d’une application inédite de détection des rechutes du cancer du poumon

Le Dr Denis, également président du Syndicat national des radiothérapeutes oncologues (SNRO), avec la société Sivan Innovation, start-up informatique développant des solutions innovantes en e-santé, ont travaillé ensemble sur le développement clinique de cette application, baptisée MoovcareTM. C’est la 1ère application ayant fait l’objet d’un développement clinique rigoureux similaire à ceux des médicaments. En 2014, le premier essai clinique randomisé de phase III d’une application de télésurveillance de cancer du poumon, évaluant la survie, comparé à la surveillance par scanner systématique a démarré. Les résultats de cette étude seront présentés en « late breaker » le 6 juin à Chicago au congrès de l’American Society of Clinical Oncology, le grand rendez-vous mondial annuel de cancérologie.

Cette web-application peut grandement améliorer la détection des récidives du cancer du poumon, l’un des plus meurtriers en France, avec plus de 33.000 décès chaque année. Utilisable sur smartphone, ordinateur ou tablette, elle permet au malade de décrire finement son état de santé chaque semaine. Les informations envoyées sur un serveur sécurisé sont analysées par un logiciel. L’analyse dynamique des symptômes cliniques et l’envoi d’alertes aux médecins en cas d’anomalie détectée permet une meilleure prise en charge et de maximiser les options de traitements grâce à un meilleur état général lors de la rechute. MoovCareTM permet également de renforcer la relation du patient avec son médecin.

Elle est la première application en cancérologie à avoir passé toutes les étapes d’évaluation clinique pouvant aboutir à un remboursement de dispositif médical.

Le Dr Fabrice Denis et la Clinique Victor Hugo - Centre Jean Bernard (Le Mans) avaient déjà été distingués par la FHP en 2014 dans le cadre des Trophées de l’hospitalisation privée pour le développement de cette application.

A propos de la FHP
La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

  • 57% des interventions chirurgicales
  • Près de 68% de la chirurgie ambulatoire
  • 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
  • Un accouchement sur quatre
  • Près d’un tiers des soins de suite et de réadaptation
  • Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques

 

Contacts presse :

FHP                                                                                  BRIDGE COMMUNICATION

Thibault d’Hauthuille                                                       Francis Temman
Directeur de la Communication                                       francis.temman@bridge-communication.com
thibault.dhauthuille@fhp.fr                                              Mob : 06 50 92 21 5606 50 92 21 56
Tél : 01 53 83 56 6301 53 83 56 63 / 06 48 08 68 4206 48 08 68 42                        http://www.bridge-communication.com
http://www.fhp.fr




20 avril - La FHP renforce ses liens avec les grandes écoles et signe un partenariat avec le MBA Institute (Groupe INSEEC)

Communiqué de presse

La FHP renforce ses liens avec les grandes écoles
et signe un partenariat avec le MBA Institute (Groupe INSEEC)


Paris, 20 avril 2016La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) annonce la signature aujourd’hui d’une convention de partenariat avec le MBA « Directeur des établissements de santé », du Groupe INSEEC, premier groupe d’enseignement privé en France, avec plus de 50.000 étudiants diplômés. Cette signature intervient après d’autres partenariats conclus avec l’Université Paris-Dauphine, l’ESSEC et l’EHESP.

« Nous sommes très heureux de conclure ce partenariat avec un groupe aussi prestigieux que l’INSEEC qui forme les managers de demain. Le secteur de la santé est promis à un développement sans précédent en raison de l’augmentation des besoins de la population mais aussi des révolutions organisationnelles, médicales et technologiques », s’est félicité Lamine Gharbi, président de la FHP, qui regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés, lors d’une cérémonie de signature sur le campus parisien.

Le MBA est proposé sur les campus de Paris, Bordeaux et Lyon. Il s’adresse aussi bien à des étudiants en formation initiale qu’à des professionnels en reconversion ou dans le cadre d’une progression de carrière.

La FHP sera force de propositions pour trouver les professionnels susceptibles de dispenser des enseignements ou d’élaborer les contenus du programme. Elle participera également aux actions visant à mieux faire connaître ses métiers et à en promouvoir l’attractivité auprès des étudiants du programme, ainsi qu’à sensibiliser sur les opportunités de recrutement. Elle informera également ses adhérents de la possibilité d’accueillir en stage ou en contrat professionnel des étudiants issus de la formation.

La FHP continue ainsi de tisser des liens avec les grandes écoles, après avoir conclu des partenariats avec l’Université Paris-Dauphine en 2013 dans le cadre de son MBA Santé. Puis l’ESSEC et l’école de la 2ème chance du Val d’Oise également en 2013, pour faire découvrir le secteur de la santé à des jeunes. Auparavant, la FHP avait déjà contribué, avec le CESEGH à Montpellier (Centre d’études Supérieures en Economie et Gestion Hospitalière) à la mise en place d’un Executive MBA « Innovations et management stratégique des organisations de santé » où Lamine Gharbi intervient régulièrement aux côtés de nombreuses personnalités de l’Hospitalisation privée. Enfin, dans un proche avenir, un partenariat avec l’Ecole des Hautes Etudes de la Santé Publique (EHESP) rapprochera l’hospitalisation privée et l’hospitalisation publique dont les directeurs sont formés à l’EHESP.


A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68% de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)


Contacts presse :

FHP
Thibault d'Hauthuille

Directeur de la Communication
thibault.dhauthuille@fhp.fr
01 53 83 56 63 / 06 78 71 81 27

BRIDGE COMMUNICATION
Francis Temman

francis.temman@bridge-communication.com
06 50 92 21 56

23 mars - Communiqué de presse commun FEHAP, UNICANCER, FHP

COMMUNIQUE DE PRESSE

Répercussion de la revalorisation du point d’indice dans la fonction publique : la FEHAP, la FHP et UNICANCER demandent la mobilisation de la réserve prudentielle
 et une égalité de traitement budgétaire et tarifaire des établissements de statut privé



La FEHAP, la FHP et UNICANCER ont pris connaissance de la déclaration du Premier Ministre et du Ministre de la fonction publique le 17 mars dernier prévoyant le dégel du point d’indice de rémunération des fonctionnaires. Cette mesure sera applicable pour partie dès 2016, alors que la répartition de l’ONDAM et les termes de la campagne budgétaire et tarifaire sont déjà établis, avec des baisses de tarifs et de dotations déjà très dures, avant même cette annonce salariale. 

Cette décision financière est potentiellement lourde de conséquences sur l’ONDAM et son exécution en 2016 et 2017, tant pour le secteur hospitalier et médico-social public, que pour le secteur privé dans son ensemble avec des pressions fortes de demande à révision conventionnelle suites aux annonces du gouvernement. 

De ce fait, la FEHAP, la FHP et UNICANCER demandent –eu égard aux tensions déjà extrêmes portant sur les dotations et tarifs hospitaliers publics et privés en 2016- que cette mesure soit assumée en sus et dans le cadre de la réserve prudentielle. La FEHAP, la FHP et UNICANCER demandent également que tout financement affecté à l’augmentation du point d’indice de rémunération des fonctionnaires hospitaliers, sociaux et médico-sociaux ait son équivalent pour les établissements privés et leurs salariés. 


Contacts presse :
Jean-Baptiste Boudin-Lestienne, Responsable de la Communication FEHAP
jean-baptiste.boudin-lestienne@fehap.fr 
01.53.98.95.30/ 06.14.07.82.14 

Viviane Tronel, Responsable de la communication UNICANCER 
v-tronel@unicancer.fr 
01.76.64.78.00/ 06.22.19.92.58 

Christine Auberton, Directrice de la Communication FHP
christine.auberton@fhp.fr 
01.53.83.56.63/ 06.78.71.81.27

Francis Temman, BRIDGE COMMUNICATION
francis.temman@bridge-communication.com 
06.50.92.21.56

A propos de la FEHAP

La Fédération des Etablissements Hospitaliers et d’Aide à la Personne privés non lucratifs , créée en 1936 , est la fédération de référence du secteur Privé Non Lucratif présente , depuis 80 ans, dans tous les champs de la protection sociale. Les établissements et services Privés Non Lucratifs allient la mission de service public et un mode de gestion privée, pour l’intérêt collectif. Les missions d’intérêt général et d’utilité sociale des établissements sont les suivantes : garantir l’accès aux soins, la prise en charge et l’accompagnement de tous, assurer la permanence et la continuité des soins et la prise en charge tout au long de la vie de toutes les pathologies, de tous les handicaps et de la perte d’autonomie.
La FEHAP en chiffres c’est près de 4 200 établissements et services sanitaires, sociaux et médico-sociaux gérés par plus de 1600 organismes gestionnaires (associations, fondations, congrégations, mutuelles, organismes de retraite complémentaire et de prévoyance), plus de 246 600 lits et places, 230 000 professionnels pour 2,5 millions de personnes accueillies chaque année.


A propos d’UNICANCER

UNICANCER réunit l’ensemble des Centres de lutte contre le cancer : des établissements de santé privés à but non lucratif exclusivement dédiés aux soins, à la recherche et à l’enseignement en cancérologie. Fers de lance de la cancérologie en France, les Centres de lutte contre le cancer participent au service public hospitalier et assurent une prise en charge du patient en conformité avec les tarifs conventionnels, sans aucun dépassement d’honoraires.

UNICANCER est à la fois une fédération hospitalière et un groupe d’établissements de santé.
Née en 1964, la Fédération UNICANCER est l’une des fédérations hospitalières représentatives en France. Elle défend les intérêts des Centres de lutte contre le cancer, les représente auprès des pouvoirs publics et gère la convention collective de leurs
18 000 salariés.

Le Groupe UNICANCER est une structure plus récente, créée par les Centres de lutte contre le cancer et leur Fédération en 2011 afin de mutualiser les ressources et les compétences des Centres et d’impulser une dynamique nouvelle dans la prise en charge des patients. La mission d’UNICANCER est de permettre aux Centres de lutte contre le cancer de garder une longueur d’avance et d’innover ensemble et toujours pour leurs patients.

UNICANCER en chiffres : 20 établissements de santé, 18 000 salariés, 2,1 milliards d’euros de recettes, plus de 300 essais cliniques en cours, plus de 120 000 patients hospitalisés par an.
Pour plus d’informations : www.unicancer.f r


A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :
• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD).

10 mars - Baisse des tarifs 2016 : La FHP dénonce une destruction lente du secteur des cliniques et hôpitaux privés.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

La FHP dénonce une destruction lente du secteur des cliniques et hôpitaux privés
  • Les tarifs des cliniques sont revenus en dessous de leur niveau de... 2004
  • Les tarifs du privé sont déjà inférieurs de 22% à ceux du secteur hospitalier public
  • L’accumulation de mesures gouvernementales hostiles traduit une volonté d’éviction des acteurs privés

La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) dénonce une baisse inique des tarifs hospitaliers des cliniques et hôpitaux privés pour 2016, qui ramène les tarifs en dessous de leur niveau de 2004, alors que les tarifs du secteur hospitalier privé sont déjà inférieurs de 22% en moyenne à ceux du public. La FHP condamne ainsi fermement une politique de destruction lente de l’hospitalisation privée de la part du gouvernement qui, à travers un ensemble sans précédent de mesures hostiles, menace la pérennité d’un secteur d’excellence qui fait pourtant la réputation de la France dans le monde.

L’arrêté ministériel qui fixe le montant des tarifs hospitaliers MCO paru le mardi 8 mars comprend une baisse de 2,15% pour les cliniques, dont une partie (0,65%) correspond à une reprise du CICE et des allègements de charge du Pacte de responsabilité.

Pour les cliniques de soins de suite et de réadaptation (SSR), la baisse des tarifs (prix de journée) est de 2,70% et pour les cliniques psychiatriques de 2,49% (qui reviennent aux niveaux de tarifs de 2006). Ces baisses incluent une reprise également du CICE et du Pacte de responsabilité, à hauteur de 0,63%.

Une irresponsabilité politique et économique

« Nous sommes consternés et atterrés devant tant d’irresponsabilité sur le plan politique tout d’abord. Car en baissant les tarifs des cliniques, le gouvernement, qui pourtant ne cesse de demander des contreparties aux entreprises, se prive délibérément de la création de 5.000 emplois sur laquelle nous nous étions engagés dans notre branche. Quand il y a 3,8 millions de chômeurs (catégorie A, DOM-TOM inclus) dans notre pays, ce n’est rien d’autre qu’une erreur politique », affirme Lamine Gharbi, président de la FHP, qui regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés employant au total 150.000 salariés.

« Ensuite, c’est irresponsable sur le plan économique. Comment parler d’équité entre les acteurs hospitaliers, puisque les tarifs des cliniques de médecine-chirurgie-obstétrique (MCO) sont déjà inférieurs de 22% aux tarifs du public ? En soins de suite et de réadaptation (SSR) et en psy, les écarts vont de 40% à 50% avec le public, au détriment du privé. Cette double échelle tarifaire entraîne pour l’assurance maladie – et donc pour la collectivité –un surcoût d’environ 11,7 milliards d’euros par an, alors que les déficits publics sont abyssaux ? Où est l’équité ? », souligne Lamine Gharbi.

Des baisses tarifaires ciblées là où les cliniques sont leaders

La baisse des tarifs se répartit de façon inégale : 83% des tarifs subissent une baisse très faible (0,23%), tandis que des baisses considérables sont imposées sur des GHS (prestations de soins), où les cliniques possèdent des parts de marché importantes. Sur le terrain, pour de nombreux établissements et selon leur case-mix, la baisse sera donc bien supérieure à la moyenne de 2,15% affichée.

Par exemple, les « interventions sur la main ou le poignet à la suite de blessures » subissent une baisse de 15,2%, ce qui extrêmement dommageable pour les centres Urgences SOS Mains, qui sont un vrai service public à la population. De même, en ORL (Interventions sur les amygdales, en ambulatoire, -15,19%) ou en orthopédie (-6,5% pour l’opération du pied).

Sur la dialyse en centre, la baisse est de 3,58%, après une baisse de 4,80% l’an dernier. Les tarifs reviennent ainsi à leur niveau de... 1996 (!) avec en plus un écart tarifaire qui s’accroît entre le public et privé (73 € par séance en plus pour le public).

Une politique tarifaire en trompe-l’œil

Par ailleurs, la FHP dénonce une politique tarifaire en trompe-l’œil car la baisse des tarifs des hôpitaux publics est plus que compensée par la hausse des enveloppes budgétaires MIGAC (missions d’intérêt général et aides à la contractualisation, 6,5 milliards d’euros) et FIR (Fonds d’intervention régional, 3,2 mds €-), qui vont à 98,9% aux seuls hôpitaux publics et associatifs.

 

Une politique tarifaire insoutenable, des conséquences négatives sur l’investissement et l’emploi

« Les établissements de santé privés sont pris depuis plusieurs années dans un effet de ciseau infernal, avec des charges et un coût de la vie qui n’ont cessé d’augmenter. Les conséquences sont un impact négatif sur l’investissement et l’emploi. Les établissements ont réduit la voilure partout où ils le pouvaient et nous estimons à entre 3.000 et 5.000 les destructions d’emploi dans la branche en 2015. Nous craignons que cette tendance se poursuive », affirme Lamine Gharbi.


Graphique 1.
Evolution des tarifs, de l’inflation et des charges des établissements de santé privés (2005-2016).

 

Si on retrace l’évolution des tarifs des cliniques depuis l’entrée en vigueur de la tarification à l’activité (T2A) en 2005, ceux-ci affichent une baisse de 1% sur 12 ans (2005-2016), alors que l’inflation s’est établie à 16% et que les charges ont explosé de 56% au cours de la même période.

Un risque systémique pour le secteur tout entier

Le secteur des cliniques & hôpitaux privés se trouve depuis plusieurs années dans une situation d’étranglement économique par suite d’une volonté délibérée de l’Etat, qui fixe des tarifs dont certains sont parfois en dessous des coûts de production.

Une grande partie du secteur se trouve en difficulté, notamment au sein du secteur MCO, avec environ un établissement sur quatre (23% en 2014) actuellement en déficit. De plus, 63% des établissements (dont 69% en MCO) se trouvaient en 2014 en dessous du seuil de 3% de rentabilité nette, considéré comme le seuil permettant d’investir et donc de créer à terme des emplois.

« Les cliniques ne survivent depuis dix ans que grâce à des efforts phénoménaux de productivité. Je rends hommage à la résilience des établissements qui ont su, à coup de restructuration forcée, d’efforts de gestion et de gains de productivité, s’adapter à une telle pression. Malheureusement, d’autres n’ont pas tenu le coup et ont mis la clé sous la porte ou ont dû être repris. Mais nous ne pourrons pas subir très longtemps un tel joug économique, administratif et règlementaire »,

La FHP rappelle que, de l’ensemble des neuf secteurs de la santé, l’hospitalisation privée est celui qui affiche la rentabilité moyenne la plus faible, soit 1,9%.

Le privé, variable d’ajustement de l’incapacité à restructurer le paysage sanitaire

La FHP rappelle que, sur vingt ans (1992-2012), le nombre de cliniques a diminué de 28%, avec dans le secteur MCO (médecine-chirurgie-obstétrique), une division par deux du nombre d’établissements (de 1.014 à 542).

En comparaison, le nombre d’hôpitaux publics n’a diminué que de 12% et celui des hôpitaux associatifs (privé non lucratif, ESPIC) de 23%.

Graphique 2. Evolution du nombre d’établissements 1992-2012.

« Les conséquences de cette politique en faveur d’un hospitalo-centrisme dépassé aboutissent à une restructuration sauvage qui n’est pas adossée aux besoins de santé de la population, une désorganisation de l’offre de soins sur les territoires et un recul de la liberté de choix des patients, avec par exemple 30 départements dans lesquels il n’y a plus de maternité privée », s’alarme le président de la FHP.

Une politique d’éviction lente du secteur privé

La FHP dénonce une politique de destruction lente de l’hospitalisation privée par le biais d’un double processus d’éviction économique (baisse des tarifs insoutenable) et administrative (exclusion du SPH et menaces sur les autorisations d’activité de soins).

Les cliniques bénéficient d’autorisations d’activités de soins au service des patients. Or le gouvernement, par méconnaissance du réel, se place dans une posture idéologique consistant à penser que les cliniques, parce qu’elles ont un but commercial, sont illégitimes pour remplir leurs missions au service des patients.

«C’est oublier que l’existence d’un secteur hospitalier privé permet à l’Etat d’économiser des milliards en capitaux investis et en frais de fonctionnement, bénéficie à l’assurance maladie en raison de son efficience médico-économique, et stimule la concurrence entre acteurs de soins, ce qui bénéficie aussi aux patients en termes d’amélioration de la qualité des soins », souligne Lamine Gharbi.

Que veut exactement le gouvernement ? Voir disparaître le secteur hospitalier privé au profit du tout-public ? Veut-il la mort des cliniques qui sont des PME de santé, qui offrent un recours de soins de proximité et sont pourvoyeuses d’emplois sur les territoires ?

« La politique du rabot appliquée à tous les opérateurs de soins sans s’interroger sur l’efficience médico-économique aboutit à un nivellement par le bas. C’est une politique à courte vue, qui divise les acteurs sur le terrain, ne se préoccupe pas de l’intérêt général, pénalise les établissements les plus dynamiques et menace les plus fragiles », conclut le président de la FHP.

Les 1.000 cliniques et hôpitaux privés accueillent chaque année neuf millions de patients et emploient 150.000 salariés hautement qualifiés, dont environ 4.000 médecins, et aux côtés de 40.000 médecins libéraux.

A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

57% des interventions chirurgicales
près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
Un accouchement sur quatre
Près d’un tiers (32,5%) des soins de suite et de réadaptation
Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD).


Contacts presse :

FHP
Christine Auberton
Directrice de la Communication
christine.auberton@fhp.fr
01 53 83 56 63 / 06 78 71 81 27

BRIDGE COMMUNICATION
Francis Temman

francis.temman@bridge-communication.com
06 50 92 21 56

A propos de la FHP
La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

  • 57% des interventions chirurgicales
  • près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
  • 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
  • Un accouchement sur quatre
  • Près d’un tiers (32,5%) des soins de suite et de réadaptation
  • Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
  • 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD).

 

 

Contacts presse :

FHP                                                                      BRIDGE COMMUNICATION

Christine Auberton                                          Francis Temman
Directrice de la Communication                     francis.temman@bridge-communication.com
christine.auberton@fhp.fr                                 06 50 92 21 56
01 53 83 56 63 / 06 78 71 81 27    

- See more at: http://www.fhp.fr/Default.aspx?lid=1&rid=7&rvid=1895#RubFille_1895


A propos de la FHP
La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

  • 57% des interventions chirurgicales
  • près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
  • 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
  • Un accouchement sur quatre
  • Près d’un tiers (32,5%) des soins de suite et de réadaptation
  • Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
  • 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD).

 

 

Contacts presse :

FHP                                                                      BRIDGE COMMUNICATION

Christine Auberton                                          Francis Temman
Directrice de la Communication                     francis.temman@bridge-communication.com
christine.auberton@fhp.fr                                 06 50 92 21 56
01 53 83 56 63 / 06 78 71 81 27    

- See more at: http://www.fhp.fr/Default.aspx?lid=1&rid=7&rvid=1895#RubFille_1895


A propos de la FHP
La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

  • 57% des interventions chirurgicales
  • près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
  • 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
  • Un accouchement sur quatre
  • Près d’un tiers (32,5%) des soins de suite et de réadaptation
  • Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
  • 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD).

 

 

Contacts presse :

FHP                                                                      BRIDGE COMMUNICATION

Christine Auberton                                          Francis Temman
Directrice de la Communication                     francis.temman@bridge-communication.com
christine.auberton@fhp.fr                                 06 50 92 21 56
01 53 83 56 63 / 06 78 71 81 27    

- See more at: http://www.fhp.fr/Default.aspx?lid=1&rid=7&rvid=1895#RubFille_1895


3 mars - Pacte de responsabilité : le gouvernement fait une croix sur 5.000 emplois dans les cliniques et hôpitaux privés

Communiqué de presse


Pacte de responsabilité :
le gouvernement fait une croix 

sur 5.000 emplois dans les cliniques et hôpitaux privés

Paris, 3 mars 2016 – La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) affiche sa consternation face à la politique en matière d’emploi du gouvernement qui a choisi de reprendre pour la deuxième année consécutive aux cliniques et hôpitaux privés les allègements de charge du Pacte de responsabilité, en abaissant à due concurrence leurs tarifs, privant ainsi le secteur de la création de 5.000 emplois en 2016.

La fédération, qui regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés employant au total 150.000 salariés, a eu confirmation que les tarifs des cliniques qui doivent être publiés dans les jours qui viennent seraient abaissés en 2016 et que le montant de cette diminution inclurait une reprise des allègements de charge du Pacte de responsabilité, soit 42 millions d’euros (soit -0,42% de tarifs).

Le secteur des cliniques et hôpitaux privés, qui emploie 150.000 salariés, s’était pourtant engagé, aux côtés des partenaires sociaux, auprès des plus hautes sphères de l’Etat à créer en contrepartie du pacte 5.000 emplois dès cette année.

« Pour nous, c’est plutôt le pacte d’irresponsabilité auquel on assiste. Le gouvernement poursuit sa politique de destruction lente en mettant notre secteur sous un joug financier, règlementaire et administratif qui pénalise les meilleurs établissements et menace les plus fragiles. Quand on voit l’état social du pays, le niveau record du chômage jamais atteint en France, nous sommes confondus devant une telle  décision», s’indigne le président de la FHP, Lamine Gharbi.

La FHP se dit interloquée par les débats en trompe-l’œil sur les réformes de l’économie et du droit du travail, qui visent officiellement à desserrer l’étau sur les entreprises pour libérer la création d’emplois, alors que dans la réalité des actes, le gouvernement entretient lui-même la spirale infernale du chômage.

« Le gouvernement, qui se félicite d’avoir créé au bout de longs mois de débats parlementaires 1.300 emplois dans le secteur des… autocars, est incapable de prendre un peu de hauteur de vue, lorsqu’il s’agit de répondre aux besoins de santé de la population qui augmentent naturellement chaque année », s’étonne Lamine Gharbi. « Il préfère renoncer d’une façon inexplicable à 5.000 emplois, des emplois pourtant qualifiés, non-délocalisables et qui sont viennent irriguer les territoires, parfois dans des zones périurbaines et rurales isolées, qui en ont bien besoin ».

Depuis le début du quinquennat, les cliniques et hôpitaux privés ont déjà eu à subir sur leurs tarifs une reprise du crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE), ainsi que, en 2015, une première vague des allègements de charge du Pacte de responsabilité.

Les conséquences sur l’emploi de ces campagnes tarifaires délétères ont été immédiates: les créations d’emplois dans le secteur, qui s’établissaient à 3.000 postes par an jusqu’en 2013, sont tombés à 500 en 2014, tandis que 2015 s’est soldé par des fermetures d’établissements et une destruction estimée à entre 3.000 et 5.000 emplois, un chiffre que devrait confirmer le prochain rapport de branche disponible à l’automne prochain.

Les organisations syndicales avaient apporté leur soutien à une démarche commune sur l’engagement de la branche de l’hospitalisation privée, qui comprend la FHP et le Synerpa, à créer 5.000 emplois cette année, en contrepartie du Pacte de responsabilité.

« Il est regrettable et fâcheux pour le pays que le gouvernement ait opposé une fin de non-recevoir à cette démarche responsable et citoyenne, faisant des cliniques et hôpitaux privés les seules entreprises de France ainsi pénalisées, et à travers elles, les millions de patients que nous accueillons sans distinction aucune, alors que notre mission est d’être au service de la population pour prévenir, soigner et guérir », conclut Lamine Gharbi.

Les 1.000 cliniques et hôpitaux privés accueillent chaque année neuf millions de patients et emploient 150.000 salariés hautement qualifiés, dont environ 4.000 médecins, et aux côtés de 40.000 médecins libéraux.

A propos de la FHP
La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

  • 57% des interventions chirurgicales
  • près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
  • 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
  • Un accouchement sur quatre
  • Près d’un tiers (32,5%) des soins de suite et de réadaptation
  • Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
  • 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD).

 

 

Contacts presse :

FHP                                                                      BRIDGE COMMUNICATION

Christine Auberton                                          Francis Temman
Directrice de la Communication                     francis.temman@bridge-communication.com
christine.auberton@fhp.fr                                 06 50 92 21 56
01 53 83 56 63 / 06 78 71 81 27                                          



27 janvier - Pacte de responsabilité : la FHP prête à s’engager sur la création de 5.000 emplois en 2016

 

Communiqué de presse

Pacte de responsabilité : la FHP prête à s’engager

sur la création de 5.000 emplois en 2016

 

Paris, le 27 janvier 2016 – La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) se déclare prête à créer 5.000 emplois cette année dans les cliniques et hôpitaux privés, si les allègements de charges issus du Pacte de responsabilité restent affectés à la branche et non pas repris dans le cadre de la campagne tarifaire, comme ce fut le cas en 2015.

C’est en ce sens que la FHP, aux côtés du Synerpa, a annoncé sa volonté de s’engager  dans un véritable plan pour l’emploi lors de la Commission mixte paritaire (CMP) du 26 janvier 2016.

« L’an dernier, nous nous étions engagés à créer 3.000 emplois mais la baisse des tarifs décidée par le ministère de la Santé pour précisément neutraliser ces avantages du Pacte de responsabilité, ainsi que ceux afférents au CICE, ont non seulement empêché ces créations d’emploi mais ont eu un impact négatif, avec une perte estimée de 5.000 emplois dans l’ensemble de la branche de l’hospitalisation privée », rappelle le président de la FHP, Lamine Gharbi.

« Dans un contexte économique qui reste morose sur le front de l’emploi, la création d’emplois dans les entreprises du secteur hospitalier privé est un relais essentiel pour faire face d’une part aux besoins de santé de la population et d’une prise en charge améliorée des patients », ajoute Lamine Gharbi.

Les 1.000 cliniques et hôpitaux privés accueillent chaque année neuf millions de patients et emploient 150.000 salariés hautement qualifiés, aux côtés de 40.000 médecins libéraux.

Dans un contexte toujours difficile, la FHP déploie tous les moyens placés à sa disposition pour que les cliniques et hôpitaux privés puissent bénéficier des allègements de charges issus du Pacte de responsabilité et a donc proposé aux partenaires sociaux une démarche commune sur ce sujet.

« Nous attendons désormais l’adhésion des organisations syndicales sur cette proposition d’action visant à sensibiliser le gouvernement à nos engagements », souligne le président de la FHP.

Une feuille de route sociale pluriannuelle

Afin de situer cette thématique dans un cadre stratégique global des négociations de branche, le Comex de la FHP, réuni sous le format d’un séminaire social le  13 janvier, a défini sa feuille de route sociale pluriannuelle.

Ces grandes orientations ont été présentées aux organisations syndicales lors de la Commission mixte paritaire du 26 janvier 2016.

Les thématiques sur lesquelles la FHP a proposé d’entrer en négociations sont les suivantes :

•    Refonte du système de classifications conventionnelles

•    Négociations annuelles obligatoires (NAO) 2016 sur les salaires (une fois la campagne tarifaire achevée)

•    Qualité de vie au travail

•    Toilettage de la convention collective

•    Intéressement et participation

Ces « chantiers » vont donner lieu à des échanges paritaires sur deux ans au minimum, en fonction de l’avancée des négociations sur chaque thématique.

La branche de l’hospitalisation privée, qui comprend la FHP et le Syndicat national des établissements et résidences privés pour personnes âgées (SYNERPA) ont signé en décembre 2015 un accord de branche sur la formation professionnelle, après plus d’un an de négociations.

A propos de la FHP
La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

  • 57% des interventions chirurgicales
  • près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
  • 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
  • Un accouchement sur quatre
  • Près d’un tiers (32,5%) des soins de suite et de réadaptation
  • Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
  • 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD).

 

 

Contacts presse :

FHP                                                                      BRIDGE COMMUNICATION

Christine Auberton                                          Francis Temman
Directrice de la Communication                     francis.temman@bridge-communication.com
christine.auberton@fhp.fr                                 06 50 92 21 56
01 53 83 56 63 / 06 78 71 81 27                                          

22 janvier - Loi santé : la FHP sera vigilante sur la mise en œuvre et se félicite de l’encadrement du SPH

 


Communiqué de presse

Loi santé : la FHP sera vigilante sur la mise en œuvre

et se félicite de l’encadrement du SPH

Paris, le 22 janvier 2016 – La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) prend acte de la décision du Conseil Constitutionnel qui a validé partiellement la loi santé, en censurant in fine le tiers payant généralisé dans ses mesures relatives aux mutuelles et en encadrant la mise en œuvre du Service public hospitalier (SPH).

« Nous serons vigilants sur la mise en œuvre de certaines dispositions de la loi qui sont susceptibles d’avoir des conséquences néfastes pour notre secteur, en pouvant conduire à l’éviction à terme d’une offre de soins privée sur le territoire »,  déclare Lamine Gharbi, président de la FHP, qui regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés.

Sur les sujets litigieux, et notamment les dispositions relatives au rétablissement du SPH, la FHP note que, sans remettre en cause les dispositions de la loi, le Conseil Constitutionnel a apporté dans ses considérants des précisions qui seront utiles à l’interprétation du texte et qui pourraient encadrer la concertation lors de l’élaboration des décrets d’application.

Ainsi, le Conseil constitutionnel, pour rejeter une quelconque atteinte au principe d’égalité des droits, rappelle en effet (alinéa 57 de la décision[1]) que l’interdiction des dépassements d’honoraires, comme l’une des quatre conditions d’intégration au Service public hospitalier, s’appliquent à tous les établissements publics ou privés.

« La FHP continuera à se battre pour que les principes fondamentaux de transparence, d’efficience et d’égalité de traitement entre les acteurs hospitaliers guident la mise en œuvre de la politique sanitaire dans notre pays. Nous utiliserons pour cela tous les moyens politiques et juridiques à notre disposition, que ce soit en France ou à l’échelon européen », ajoute Lamine Gharbi.

La FHP rappelle que les 1.000 cliniques et hôpitaux privés font l’objet depuis plusieurs années d’une discrimination en matière de financement. Alors qu’elles représentent 25% des capacités sanitaires, elles réalisent 34% de l’activité en France (et notamment 57% de la chirurgie) mais ne reçoivent que 17% du budget hospitalier. Elles sont également les seules entreprises de France à ne pas avoir bénéficié du CICE et des allègements de charge du Pacte de responsabilité, puisque le gouvernement a induit des baisses de tarifs à due concurrence des effets positifs escomptés.

Les cliniques et hôpitaux privés accueillent chaque année neuf millions de patients et emploient 150.000 salariés hautement qualifiés, aux côtés de 40.000 médecins libéraux.

***

A propos de la FHP
La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

  • 57% des interventions chirurgicales
  • près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
  • 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
  • Un accouchement sur quatre
  • Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
  • Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
  • 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD).

 

Contacts presse :

FHP                                                                                       

Christine Auberton                                                                               
Directrice de la Communication                                              
christine.auberton@fhp.fr                                                       
01 53 83 56 63 / 06 78 71 81 27                                          


BRIDGE COMMUNICATION

Francis Temman
francis.temman@bridge-communication.com
06 50 92 21 56


[1] « Considérant, en second lieu, que les dispositions du 4° du paragraphe I de l'article L. 6112-2 du code de la santé publique qui prévoient l'absence de facturation de dépassements des tarifs de remboursement s'appliquent identiquement à tous les établissements de santé publics ou privés assurant le service public hospitalier et aux professionnels de santé exerçant en leur sein ; que, par suite, le grief tiré de l'atteinte au principe d'égalité doit être écarté ; » (CC, Décision 2015-727 DC du 21 janvier 2016).


21 janvier - La FHP et l’association SPARADRAP nouent un partenariat pour améliorer la prise en charge des enfants hospitalisés


Communiqué de presse

La FHP et l’association SPARADRAP nouent
 un partenariat pour améliorer la prise en charge
des enfants hospitalisés
 

Paris, le 21 janvier 2016 – La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) et l’association SPARADRAP annoncent la signature d’une convention de partenariat afin d’améliorer la prise en charge des enfants au sein des cliniques et hôpitaux privés.

« La place d’un enfant n’est pas à l’hôpital. Mais malheureusement, lorsqu’un enfant est soigné ou hospitalisé, il nécessite une prise en charge spécifique, qu’il s’agisse de l’accueil, de l’information, de la prise en charge de la douleur, de la place des parents et des proches », a souligné Lamine Gharbi,  président de la FHP, à l’occasion de la cérémonie de signature de cette convention, mercredi 20 janvier au soir à Paris.

« C’est pourquoi nous sommes très heureux de pouvoir nous associer à l’action exemplaire de SPARADRAP, qui œuvre depuis plus de 20 ans pour que les soins et l’hospitalisation des enfants se passent le mieux possible. Ce partenariat s’inscrit, de plus, dans la lignée des récentes recommandations du Défenseur des droits sur l’amélioration des conditions d’hospitalisation des enfants», a-t-il ajouté.

La FHP soutiendra l’action de SPARADRAP en faisant mieux connaître auprès de ses adhérents les services de l’association pour aider les enfants, les familles et les professionnels de santé : des documents illustrés sur les soins pour les enfants et leurs proches, des formations continues destinées aux professionnels de santé et le site www.sparadrap.org conçu pour renseigner enfants, parents et professionnels.

« L’association SPARADRAP se réjouit de ce partenariat avec la FHP qui devrait permettre à de nombreuses familles de bien se préparer et de mieux vivre une hospitalisation », a souligné Françoise Galland, directrice et co-fondatrice de l’association.

SPARADRAP est une association indépendante animée par un conseil d’administration composé de parents et de professionnels de la santé, une équipe de six salariés et environ 300 bénévoles. Elle est parrainée par Michel Cymes, médecin journaliste. L’association collabore avec de nombreuses institutions, sociétés savantes et associations de professionnels.

A propos de la FHP
La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

  • 57% des interventions chirurgicales
  • près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
  • 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
  • Un accouchement sur quatre
  • Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
  • Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
  • 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD).

 

A propos de SPARADRAP

L’association SPARADRAP est créée en 1993 par des parents et des professionnels de la santé pour aider l’enfant à mieux comprendre et à mieux vivre toutes les situations de soins.

L’association a trois objectifs majeurs :

  • mieux informer et préparer les enfants, les adolescents et leurs parents à un soin, un examen, une visite médicale, une hospitalisation,
  • favoriser une meilleure prise en charge de la douleur de l'enfant dans le cadre des soins,
  • faire en sorte que les enfants puissent bénéficier du soutien de leurs proches.

L’association SPARADRAP mène des actions concrètes pour aider les familles et accompagner les soignants :

  • création et diffusion de documents illustrés pour informer les familles et soutenir les soignants,
  • organisation de formations continues et d’actions de sensibilisation pour les professionnels de santé,
  • animation du site www.sparadrap.org, un site d’informations et de conseils à destination des enfants, des parents et des professionnels.

 

 

Contacts presse :

FHP                                                                      BRIDGE COMMUNICATION

Christine Auberton                                          Francis Temman
Directrice de la Communication                     francis.temman@bridge-communication.com
christine.auberton@fhp.fr                                 06 50 92 21 56
01 53 83 56 63 / 06 78 71 81 27                                          


Association SPARADRAP

Malka Jakubowicz

Relations presse et partenariats

communication@sparadrap.org

01 43 48 76 48