En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérez mes cookies.

22 septembre - Les cliniques et hôpitaux privés jouent la transparence et publient leur premier rapport d’activité

share share
print


 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
            

Le 22 septembre 2010 

 

 

Les cliniques et hôpitaux privés jouent la transparence

et publient leur premier rapport d’activité

  • Réalisé avec le groupe Montaigne et la contribution de Mazars, le premier rapport d’activité des 1100 cliniques et hôpitaux privés que représente la FHP témoigne de la performance mais également des difficultés du secteur.
  • Il est destiné à être reproduit chaque année.

 Conformément à ses valeurs de transparence et de responsabilité, la FHP met à la disposition des acteurs et des responsables politiques et administratifs du champ de la santé l’ensemble des données relatives aux cliniques et hôpitaux privés. L’objectif de ce premier rapport d’activité des cliniques et hôpitaux privés, toutes branches confondues, c'est-à-dire Médecine-chirurgie-obstétrique (MCO), soins de suite et de réadaptation (SSR) et psychiatrie (PSY), est de mettre à disposition de tous une base d’information exhaustive et la plus objective possible.

La FHP a confié la réalisation de ce document au Groupe Montaigne, expert reconnu du secteur hospitalier, qui s’est adjoint l’expertise du cabinet Mazars pour la partie financière. Le rapport regroupe l’ensemble des données relatives à l’activité, la situation économique et financière, la localisation géographique, les ressources humaines et les engagements qualité (certification et lutte contre les infections nosocomiales) des cliniques et hôpitaux privés que représente la FHP. Les sources utilisées sont toutes légalement accessibles (Ministère de la Santé, greffes des tribunaux, ATIH…). « Il est destiné à servir de référentiel commun pour les cliniques adhérentes de la FHP mais aussi pour le public et l’administration. Il doit permettre également d’étayer notre discours par des éléments objectifs et chiffrés » indique Philippe Burnel, délégué général de la FHP.

Un secteur économique incontournable, complémentaire du secteur public

Le secteur couvre l’ensemble du champ sanitaire : Court Séjour – Soins de suite – Psychiatrie. Près de 7 millions de séjours ont été pris en charge en 2008, soit environ 30% des hospitalisations en France. Les cliniques et hôpitaux privés réalisent 60% des actes chirurgicaux, 25% des séjours en médecine, 28% des accouchements, 30% des séjours SSR, 20% des hospitalisations psychiatriques. 

Le secteur est en pointe dans le développement de l’activité ambulatoire avec 67% de part de marché en chirurgie, une activité d’hospitalisation à temps partiel en hausse de 12% en SSR en 2008, et un tiers des établissements psychiatriques dotés d’un service d’HTP (Hospitalisation à Temps Partiel).

Avec 2 millions de passages aux urgences (soit 14% des passages en France) dans les 126 cliniques autorisées en 2008, le secteur privé représente un maillon indispensable du système de santé.

Le secteur est par ailleurs un gros employeur, avec 140 000 salariés, dont 49,5% d’IDE (infirmières diplômées d’Etat) et d’ASQ (Aide Soignante Qualifiée). La masse salariale globale s’établit à 5 Mds d’€ en 2008, en progression de +3% (effectifs non médicaux).

Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge une part non négligeable des pathologies lourdes

Complémentaires du secteur public, les cliniques et hôpitaux privés couvrent la quasi-totalité des 784 GHM (groupe homogènes de malades) répertoriés en dehors des greffes d’organes juridiquement réservées aux établissements publics et PNL (privés non lucratifs). Ils prennent donc en charge une part non négligeable des pathologies lourdes : 55% des GHM pris en charge dans les cliniques MCO sont des GHM lourds et 124 000 séjours en clinique sur 324 000 en France relèvent de l’activité dite « de CHU » (soit 38%).

En psychiatrie, les prises en charge lourdes représentent 30% de l’activité et les  établissements ont fait preuve d’une grande réactivité pour répondre à des besoins émergents spécifiques : prise en charge des adolescents, addictions, personnes âgées, lits de crise, etc.

Un engagement déterminé dans la politique qualité

A mi-2009, 638 Cliniques et Hôpitaux Privés sont certifiés V.2 par la Haute Autorité de santé (HAS) avec les meilleurs résultats du champ hospitalier : 63% de ses établissements certifiés l’ont été avec une certification sans réserve.

Pour l’indicateur de suivi de la prévention des infections nosocomiales, on observe une progression régulière des résultats sur les scores agrégés : 85% des cliniques bénéficient d’un score A ou B pour ICALIN (Indice composite des activités de lutte contre les infections nosocomiales).

Un secteur confronté à des enjeux humains

En 2007, 40 000 médecins exerçaient leur activité au sein de cliniques et hôpitaux privés   (dont 36 000 libéraux). Le secteur est aujourd’hui confronté à un problème majeur de démographie médicale, de nombreux patriciens arrivant à l’âge de la retraite dans un contexte de tension démographique : entre 2006 et 2007, on observe une diminution de 1% de la population médicale et de -1,4% pour les praticiens libéraux.    

La baisse des effectifs est particulièrement notable dans l’obstétrique (-6,7 %) et la pédiatrie (-9,6%), où le manque de médecins est souvent responsable de la fermeture des services et de la disparition de l’activité.

Parallèlement, le personnel salarié continue à progresser : + 0,7% des effectifs entre 2007 et 2008.

…. et à des enjeux financiers

Si le chiffre d’affaires du secteur continue à progresser (+2,4%) entre 2007 et 2008 (ce taux moyen varie suivant les spécialités : +2,2 % en MCO, +1,9 % en SSR et +4,2 % pour la psychiatrie), le résultat net est en recul de 29% par rapport à 2007, et ne représente que 2,3% du CA. La baisse du résultat net est continue depuis 2005

La situation financière des établissements hospitaliers privés s’est dégradée par rapport à l’année précédente avec un tiers des cliniques et hôpitaux privés, tous secteurs confondus, en situation déficitaire. Les postes de charges progressant plus vite que le chiffre d’affaires (+4,2% entre 2007 et 2008), le secteur reste fragile et poursuit sa restructuration.

« La rentabilité de ce secteur réglementé et dont les tarifs sont encadrés par l’Etat est largement dépendante des décisions politiques. La quasi-stagnation des tarifs sur les quatre derniers exercices conduit à une situation particulièrement difficile au regard des perspectives d’évolution des charges consécutives notamment à la réforme LMD décidée par les pouvoirs publics.» commente Philippe Burnel.



A propos de la FHP

En France, la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) regroupe l'essentiel du secteur privé, soit quelque 1100 cliniques et hôpitaux privés, qui assurent chaque année la prise en charge de 8 millions de patients, sans aucune distinction économique et sociale.

Près de 200.000 personnes travaillent dans les établissements de ce secteur d’activité, dont 140.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) et 40.000 médecins. Ils assurent et prennent en charge:

  • 60% des interventions chirurgicales et 75% de la chirurgie ambulatoire en France
  • une personne sur deux atteintes d’un cancer
  • 2 millions de passages dans 134 services d’urgence
  • un accouchement sur trois
  • 20% des hospitalisations psychiatriques
  • 30% des soins de suite et de réadaptation

 

Contacts presse :

FHP                                                         FD

Christine Auberton                             Florence de Montmarin/Emmanuelle Flobert

Tél : 01 53 83 56 63                              Tél : 01 47 03 68 10