En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérez mes cookies.

2 avril - La FHP interpelle les candidats à l'élection présidentielle

share share
print

Communiqué de presse

Paris, le 2 avril 2007

La FHP interpelle les candidats à l'élection présidentielle


Soucieuse d’une meilleure prise en compte des préoccupations du secteur hospitalier dans les programmes des candidats, la FHP prend l’initiative d’interpeller les douze candidats officiels à l’élection à la Présidence de la République.

 

Elle souhaite attirer leur attention sur l’avenir de l’Hospitalisation privée et du secteur hospitalier dans son ensemble qui représente, rappelons-le, un euro sur deux des dépenses de l’Assurance-maladie.

 

Dans un questionnaire, la FHP interpelle les candidats et sollicite leurs réponses sur plusieurs sujets majeurs : la juste allocation des ressources de l’Assurance-maladie, la construction de l’ONDAM, l’organisation des soins, la qualité ou encore la place de la psychiatrie privée dans les problèmes de santé mentale et celle des spécialités de soins de suite face au vieillissement de la population.

 

La santé constitue l’une des premières préoccupations des Français. Elle représente un enjeu sociétal de premier plan et un enjeu économique majeur pour notre pays. L’Hospitalisation Privée occupe désormais une place essentielle dans notre système de soins. Pour que l’Assurance-maladie puisse continuer à assurer à tous l’égalité d’accès à des soins performants, la FHP demande aux candidats d’ouvrir un vrai débat sur la nécessaire réforme du système hospitalier.

 

 

Avec 8 millions de patients accueillis chaque année - soit près d’une personne hospitalisée sur deux -,avec 60 % des interventions chirurgicales réalisées dans ses cliniques, 40% des traitements anticancéreux, un accouchement sur trois, la prise en charge de 120 000 patients souffrant d’une maladie mentale et de 200 000 patients en soins de suite et réadaptation, l’Hospitalisation privée s’est imposée comme un acteur essentiel du paysage hospitalier français
. Accessibles à tous, les cliniques privées accueillent un patient bénéficiaire de la couverture maladie universelle sur deux.

Regroupant 1250 établissements hospitaliers privés qui emploient 110 000 salariés - personnels de soins, administratifs et techniciens - et 40 000 médecins libéraux ou salariés, l’Hospitalisation privée assure une offre de soins répartie sur l’ensemble du territoire français. Elle constitue un pilier du système de soins français.

 

 

                 Questionnaire à l’attention des candidats à l’élection présidentielle

Au nom des 1 250 cliniques privées de France (médecine - chirurgie - obstétrique, cliniques psychiatriques et établissements de soins de suite réadaptation), la Fédération de l’Hospitalisation Privée souhaite attirer l’attention des candidats officiels à l’élection présidentielle sur les principales questions relatives à l’avenir du secteur hospitalier et de l’hospitalisation privée, pour lesquelles elle sollicite une réponse de leur part :

1- Si les gouvernements successifs ont reconnu la place de l’hospitalisation privée dans le paysage hospitalier français, les décisions prises par eux en matière de financement ou d’organisation de l’offre de soins semblent de fait viser d’abord à protéger l’hospitalisation publique. Quelle est votre opinion à ce sujet ?

2- Pensez-vous que le modèle d’organisation et de bonne gestion des ressources développé par les cliniques privées  devrait inspirer les réformes apportées au système hospitalier dans son ensemble ?

3- Quelle(s) mesure(s) comptez-vous prendre pour assurer la transparence du financement du secteur hospitalier et la juste allocation des ressources de l’Assurance Maladie entre les hôpitaux publics et les cliniques privées ?

4- Le principe d’un même tarif de facturation pour le même soin réalisé dans les hôpitaux et les cliniques privées a été reconnu par le législateur. Comment et quand pensez-vous pouvoir en assurer la mise en oeuvre effective ?

5- Etes-vous favorable à une réforme du mode de fixation de l’ONDAM voté chaque année par le Parlement qui prendrait en compte l’évolution des besoins de la population au même titre que l’évolution mécanique des recettes ?

6- Pensez-vous que les cliniques privées doivent jouer un rôle plus important dans la prise en charge des missions de service public hospitalier (urgences, enseignement, recherche, etc…) ?

7- Quelle place doit être proposée à la psychiatrie privée dans la prise en charge hospitalière et de secteur des problèmes de santé mentale ?   

8- Le raccourcissement des durées de séjour en médecine et  en chirurgie et le vieillissement de la population conduisent à accroître les besoins de lits de soins de suite et de réadaptation. Quelle place souhaitez-vous voir jouer à l’hospitalisation privée ?

9- Etes-vous favorable à la mise en place d’indicateurs de résultats en matière d’évaluation des pratiques médicales et de qualité des soins dans les établissements hospitaliers publics et privés ?

Contact :   Christine Auberton - tél : 01 53 83 56 63 - christine.auberton@fhp.fr