En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérez mes cookies.

3 octobre - La FHP dénonce l'entrée en vigueur de la baisse des tarifs

share share
print


Communiqué de presse

Paris, 3 octobre 2006



CLINIQUES EN DANGER

LA FHP DÉNONCE L’ENTRÉE EN VIGUEUR DE LA BAISSE DES TARIFS

DES CLINIQUES PRIVÉES AU 1ER OCTOBRE 2006,

 ET APPELLE L’ENSEMBLE DES ACTEURS DU SECTEUR HOSPITALIER PRIVÉ

A POURSUIVRE LEUR MOBILISATION

 

 Suite à la publication de l’arrêté ministériel prévoyant l’entrée en vigueur d’une baisse de 3,1% des tarifs des cliniques privées au 1er octobre (à l’exception des établissements de soins de suite et des cliniques psychiatriques), la Fédération de l’Hospitalisation privée dénonce la mise en œuvre brutale par le gouvernement d’une mesure qui compromet pourtant gravement l’existence de nombreuses cliniques.

La décision, prise sans aucune concertation avec le secteur, témoigne d’un retour à une maîtrise purement comptable des dépenses de santé. Elle pénalise une nouvelle fois le secteur qui assure en France la prise en charge d’une hospitalisation sur deux, avec un coût pour l’Assurance Maladie néanmoins inférieur de 50% à celui de l’hôpital public.

Cette décision s’avèrera donc contraire à l’objectif affiché de maîtrise des dépenses de santé, auquel l’hospitalisation privée participe déja activement par un effort permanent de restructuration et de gestion de la part de l’ensemble de ses établissements.

A la veille du vote du PLFSS, la FHP en appelle donc aujourd’hui à la mise en place d’une régulation des dépenses hospitalières commune à l’ensemble du secteur hospitalier et éclairée par l’activité comme cela a déjà été décidé par le législateur.

Face à la mobilisation des 1 250 cliniques privées de France et plus généralement des professionnels de la médecine libérale, la publication de cet arrêté fait du secteur hospitalier privé dans son ensemble une véritable variable d’ajustement.

La FHP invite donc l’ensemble des cliniques à poursuivre leur mobilisation et leurs actions pour défendre la survie des cliniques et la liberté pour les Français de choisir leur établissement hospitalier.

« Cette décision est un coup très dur porté à l’hospitalisation privée. De nombreuses  cliniques sont en danger. Alors que les Français sont chaque année plus nombreux à faire le choix de l’hospitalisation privée, qu’il est établi que notre secteur coûte deux fois moins cher que l’hôpital, cette décision est d’autant plus aberrante. La FHP, aux côtés des autres acteurs du secteur libéral, entend donc poursuivre la mobilisation contre une politique délibérément hostile au secteur hospitalier libéral » a déclaré Dr. Ken DANIS, Président de la FHP.