En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérez mes cookies.

15 septembre - La FHF a perdu l'occasion de se taire

share share
print

Communiqué de presse

Paris, le 15 septembre 2006

La FHF a perdu l'occasion de se taire !



La FHP rappelle que dans un précédent communiqué (12 avril 2006) la FHF dénonçait : « l’incroyable opacité qui règne sur les modalités de financement des hôpitaux. Les règles relatives à la constitution des tarifs qui s’appliquent aux hôpitaux publics en 2006 sont aujourd’hui incompréhensibles…La seule chose qui soit certaine c’est que la situation budgétaire des hôpitaux est sans aucun doute la pire de leur longue histoire avec un sous financement global de plus de 1 milliard d’euros en 2006 ».

 
La FHP affirme haut et fort contrairement aux dires de la FHF que :

- demander la suppression de la convergence des tarifs publics-privés, c’est s’opposer à l’application de la Loi.

- Se cacher derrière le rejet de la convergence c’est ne pas vouloir restructurer l’hôpital, continuer à appliquer des méthodes de gestion opaques, archaïques et coûteuses

- la permanence des soins est assurée dans les cliniques privées par des médecins reconnus par le Conseil National de l’Ordre, apanage de notre secteur.

- 4 rapports publiés en 2006 (Cour des Comptes, IGAS, IGAS-IGF et MECSS) ont stigmatisé les dérives et les blocages de l’hôpital au point de considérer que la référence tarifaire pour tout le secteur hospitalier doit être le secteur privé

 
L’immobilisme est-elle la stratégie de la FHF, attitude qui contribue à l’évolution catastrophique de la dette sociale ?

A l’aube du PLFSS 2007, la FHP demande l’application de Loi qui prévoit une régulation des dépenses hospitalières globale et commune aux 2 secteurs hospitaliers, régulation éclairée par la Tarification à l’activité.

« La FHP s’interroge sur les objectifs poursuivis par les représentants de l’hospitalisation publique. Est-ce l’ouverture par la FHF d’une guerre pour éviter la nécessité de la restructuration et de nouvelles méthodes de gestion pour l’hôpital imposée par la T2A ? Nous devrions plutôt réfléchir collectivement à la régulation médicalisée des dépenses hospitalières dans la perspective de réduction du déficit de l’Assurance Maladie » a déclaré Docteur Ken DANIS, Président de la FHP.