En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérez mes cookies.

7 septembre - Grève nationale des cliniques privées

share share
print

Communiqué de presse


Paris, le 7 septembre 2006


GEL IMMEDIAT DE TOUTE RELATION ENTRE LES CLINIQUES PRIVEES FRANCAISES ET LE GOUVERNEMENT

 

GREVE NATIONALE DE TOUTES LES CLINIQUES PRIVEES EN FRANCE

LE MARDI 19 SEPTEMBRE 2006

 

Suite à la décision du Ministre de la Santé de procéder à une baisse des tarifs des cliniques privées, les instances statutaires de la Fédération de l’Hospitalisation Privée, réunies en assemblée plénière le 7 septembre 2006, ont décidé à l’unanimité :

 

- Le gel immédiat et pour une durée indéterminée de toute relation et de toute négociation des cliniques privées, au niveau national, régional et départemental avec le gouvernement et les pouvoirs publics.

- L’organisation d’une grève générale nationale de l’ensemble des cliniques privées en France le mardi 19 septembre.

 
Les 1250 cliniques françaises entendent ainsi réagir à une décision qu’elles jugent aberrante, qui se révélera au final contraire aux objectifs de maîtrise des dépenses d’Assurance Maladie. Cette décision pénalise une nouvelle fois un secteur qui assure en France la prise en charge d’une hospitalisation sur deux, avec un coût pour l’Assurance Maladie inférieur de 50% à celui de l’hôpital public.

 
La grève prendra la forme d’une cessation d’activité des 1 250 cliniques  privées françaises toutes spécialités confondues (MCO, SRR et psychiatriques) le mardi 19 septembre 2006.

 
« Nous considérons que cette décision de baisse des tarifs des cliniques privées est une véritable déclaration de guerre du gouvernement à l’ensemble de l’hospitalisation privée qui représente la moitié du système hospitalier français. Cette décision est arbitraire, inconséquente et contraire à la fois à l’intérêt de l’assurance maladie et au libre choix des français en matière de soins. Elle est un obstacle à la volonté de la profession de combler l’écart entre les salaires de ses personnels avec ceux de l’hôpital public. Elle sanctionne de manière inadmissible les médecins libéraux et les efforts continus des cliniques privées depuis des années. Elle est contraire à l’esprit de la loi votée par la représentation nationale qui a introduit la convergence des tarifs entre les secteurs public et privé. » a déclaré le docteur Ken Danis, Président de la FHP.