En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérez mes cookies.

19 avril 2012 - Présidentielle 2012 - Réponses des candidats à l’interpellation de la FHP sur les grands enjeux du système de santé français

share share
print


COMMUNIQUÉ DE PRESSE - Paris, le 19 avril 2012


COMMUNIQUE DE PRESSE

Election présidentielle 2012

 Réponses des candidats à l’interpellation de la FHP

 sur les grands enjeux du système de santé français


 

Paris, le 18 avril 2012 – Courant mars, la FHP a adressé à l’ensemble des candidats à l’élection présidentielle douze questions sur l’avenir du système de santé et d’Assurance maladie de la France afin d’obtenir une clarification de leur vision et projet en la matière. 

La FHP rend publics dans un livret les éléments clés de réponses des cinq candidats qui ont donné suite à sa démarche : François Bayrou, Nicolas Dupont-Aignan, François Hollande, Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy.  

L’intégralité de leurs réponses se trouve disponible sur le site de la FHP.

Afin de représenter l’ensemble des courants politiques, la Fédération a fait figurer dans son document les positions des cinq autres candidats à partir de leurs déclarations et sites de campagne. Elle a également rappelé sur chacun des grands sujets abordés la position de la FHP. En revanche, dans le présent communiqué, elle se limite aux positions de François Hollande et Nicolas Sarkozy.

Si garantir un égal accès aux soins à tous les citoyens sur l’ensemble du territoire constitue l’une des premières priorités partagée par les candidats qui y apportent des réponses différenciées, un vrai clivage se situe sur leur position en matière de convergence tarifaire entre secteurs hospitaliers public et privé et les conditions d’exercice des missions de service public.


Sur les solutions aux déserts médicaux par le développement de maisons médicales

François Hollande souhaite favoriser « une meilleure répartition des médecins par la création de pôles de santé de proximité dans chaque territoire». Il cite plusieurs formes possibles : maisons de santé, centres de santé ou encore structure adossée à un établissement de santé. Le président-candidat Nicolas Sarkozy met de son côté en avant la politique qu’il a poursuivie pour garantir une offre de soins de premier recours « avec notamment la création de maisons de santé pluri professionnelles ».  Il souligne qu’ « une maison de santé ne marchera pas si elle n’est pas portée par les professionnels de santé avec un projet médical clair. »

Les cliniques et hôpitaux privés entendent contribuer à apporter des solutions aux difficultés d’accès aux soins des assurés sociaux. Le développement des maisons de santé médicales pluridisciplinaires leur apparaît être une voie adaptée dans la mesure où lui est associé un dispositif de financement lisible et coordonné.

Sur le secteur optionnel et la rémunération des médecins

François Hollande confirme ses annonces à ce sujet : « je procèderai à l’encadrement des dépassements d’honoraires, par spécialité et par région, car toutes les situations ne sont pas les mêmes ».

Nicolas Sarkozy, alors qu’un décret vient de paraître au Journal Officiel, rappelle son souhait de voir « la mise en place rapide du secteur optionnel dans toute la mesure du possible par une négociation entre les organisations syndicales de médecins, l’Assurance Maladie et les mutuelles ».

Attentives aux conditions de prise en charge des patients, la FHP est favorable à la mise en place du secteur optionnel. Rappelons de plus que la Fédération a engagé, avec les syndicats médicaux, une démarche visant à favoriser l’accessibilité financière aux soins.


Sur les missions de service public

Pour François Hollande « Si l’hôpital public n’a pas vocation à exercer un quelconque monopole ou une quelconque hégémonie, sa spécificité doit être reconnue, et il doit disposer des moyens pour assurer ses missions ». Tandis que Nicolas Sarkozy déclare « Il est normal que certains établissements privés s’engagent dans des missions de service public et soient rémunérés en conséquence pour la réalisation de ces missions. Faire machine arrière serait fragiliser le service public ».

Les cliniques et hôpitaux privés assurent depuis longtemps des missions de service public sans bénéficier toujours des contreparties qui y sont associées. La FHP rappelle le souhait et la volonté de l’Hospitalisation privée de prendre toute sa part dans l’exercice de ces missions dans l’intérêt de tous.


Sur la convergence tarifaire

A prestation identique, tarif unique. Répondant à un principe d’équité de traitement entre secteurs hospitaliers, la convergence tarifaire demandée par la FHP se traduirait de plus par une économie substantielle pour l’Assurance Maladie de l’ordre de 11 milliards d’euros.

François Hollande déclare : « je mettrai fin à la convergence tarifaire entre secteur public et le secteur privé », tandis que Nicolas Sarkozy souhaite poursuivre le processus de convergence engagée : « Je veux le faire progressivement parce que je veux que l’offre de soins soit toujours garantie » précise-t-il.


Le Livret "Réponses des candidats"

Intégralité des réponses

A propos de la FHP

1100 cliniques et hôpitaux privés assurent chaque année la prise en charge de 8 millions de patients. 147 500 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et plus de 40 000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

• 55 % des interventions chirurgicales et près de 70% de la chirurgie ambulatoire en France

• Près d’une personne sur deux atteintes d’un cancer

• 2 millions de passages dans 130 services d’urgences

• Un accouchement sur quatre

• Près de 20%  des hospitalisations psychiatriques

• Un tiers des soins de suite et de réadaptation




Contact : Direction de la communication
Christine AUBERTON
Directrice de la Communication
Tél : 01 53 83 56 63 - Mob : 07 86 40 57 05
christine.auberton@fhp.fr