En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérez mes cookies.

share share
print


COMMUNIQUÉ DE PRESSE - Paris, Le 13 juillet 2011

Pour 98% des Français,
la santé doit être au cœur de la campagne présidentielle

Paris, le 12 juillet 2011 – La Fédération de l’Hospitalisation privée (FHP) publie les résultats d’une enquête qu’elle a confiée à IPSOS pour sonder les attentes et préoccupations des Français quant aux enjeux du système de santé français. Très préoccupés quant à l’avenir de notre système de santé, ils aspirent à voir la santé au cœur des prochains débats électoraux, avec pour principales préoccupations, les menaces qui pèsent sur le financement du système de santé.

Une réelle aspiration au débat et à la réforme


91% des Français jugent que le financement du système de santé tel qu’il existe aujourd’hui est menacé, alors que la pérennité en dépend. Préoccupés, 98% des Français souhaitent que la campagne présidentielle ouvre un débat sur ce thème. 52% estiment même qu’il s’agit d’un enjeu primordial de la prochaine élection. Enfin, pour 85% des Français, la nécessité d’adapter ou de réformer en profondeur le système pour en sauver l’essentiel ne fait pas de doute.

« Face à ces inquiétudes et face au risque que cette question majeure soit écartée du débat public, il est de la responsabilité de tous les acteurs de se mobiliser. C’est le sens de la démarche de la Fédération de l’Hospitalisation privée qui avec cette enquête souhaite ouvrir un dialogue constructif avec les Français et les pouvoirs publics », souligne Jean-Loup Durousset, président de la Fédération de l’Hospitalisation privée.

« Après l’emploi et le pouvoir d’achat, la santé figure parmi les premières préoccupations sociales des Français. Il sera difficile de faire l’économie d’un débat sur le système de soins dans les prochains mois. Toutefois le sujet ne pourra devenir un enjeu fort de la campagne que si les candidats font des propositions de réforme très différentes qui suscitent véritablement le débat, et qu’ils font œuvre de pédagogie», complète Brice Teinturier, DGA de l’institut IPSOS.

Mieux gérer pour pérenniser le système de santé


95 % des Français sondés par IPSOS considèrent que l’amélioration de la gestion des établissements de soins est nécessaire pour résoudre le problème du financement du système de soins. L’apport bénéfique de l’hospitalisation privée est d’ailleurs reconnu par les Français, qui sont 81% à penser que les cliniques hôpitaux privés assurent une bonne gestion comptable, contre seulement 55% pour l’hôpital public.

« Les Français sont conscients que mieux gérer n’est pas incompatible avec mieux soigner. Cette réalité doit interpeller les responsables politiques sur l’enjeu du « dépenser mieux ». Ce défi s’est concrétisé par le passage à la tarification à l’activité (T2A). Un chantier loin d’être achevé mais qui doit être accéléré et poursuivi », insiste Jean-Loup Durousset.

Les Français conscients des coûts du système au niveau collectif et individuel


 Les Français sont conscients des difficultés de financement de notre de système de santé qu’ils identifient avec la montée des restes à charges. Un Français sur deux considère que le système de soins français n’est pas financièrement accessible à tous. Pour la majorité d’entre eux (72% des sondés), ils désignent les frais dentaires et d’optiques au premier rang des dépenses qui pèsent dans leur budget santé. Les dépassements d’honoraires ne sont cités que par 13% des sondés.

Il n’en reste pas moins que la question du « reste à charge » pour le patient fait partie des sujets communs de réflexion des cliniques et hôpitaux privés et des représentants des médecins libéraux.

Cliniques hôpitaux privés, des acteurs de santé de qualité


89% des Français estiment que les soins dispensés dans les cliniques privées sont de bonne qualité, et 83% pour les hôpitaux publics. Les cliniques se distinguent nettement sur leur capacité à proposer un accueil et un séjour de qualité (reconnue par 88% contre 65% dans les hôpitaux publics) et à être rapides dans la prise en charge des patients (80% contre 46% dans les hôpitaux publics).

Forte de ces enseignements et de la juste place que reconnaissent les Français aux cliniques et hôpitaux privés, la FHP souhaite contribuer au débat et travaille d’ores et déjà à la formalisation de ses recommandations et propositions, en vue de la publication d’un Livre blanc à l’automne.

« Les Français reconnaissent la juste place des cliniques. A la fois patients et citoyens, ils ne souhaitent pas une santé nationalisée, ni privatisée, mais équilibrée et surtout qui réponde à leurs besoins et leurs attentes : proximité, qualité, rapidité, et bonne gestion », analyse Jean-Loup Durousset. 

A propos de la FHP

1100 cliniques et hôpitaux privés assurent chaque année la prise en charge de 8 millions de patients. 147 500 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et plus de 40 000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :
  • 55 % des interventions chirurgicales et près de 70% de la chirurgie ambulatoire en France
  • Près d’une personne sur deux atteintes d’un cancer
  • 2 millions de passages dans 130 services d’urgences
  • Un accouchement sur quatre
  • Près de 20%  des hospitalisations psychiatriques
  • Un tiers des soins de suite et de réadaptation
Méthodologie de l’étude

Enquête réalisée par Ipsos et Logica Business Consulting pour la Fédération de l’Hospitalisation Privée auprès d’un échantillon de 996 personnes représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus. Les interviews ont été réalisées par Internet, du 11 au 15 avril 2011.


Contacts

Directrice de la communication FHP
Christine AUBERTON
Id : 01 53 83 56 63
Mob : 07 86 40 57 05
christine.auberton@fhp.fr


Agence Comfluence pour la FHP 
Marina PIQUE
Id : 01 40 07 98 21
Mob : 06 75 00 06 60
marina.pique@comfluence.fr

Vianney LE PARQUIC
Id : 01 40 07 96 68
vianney.leparquic@comfluence.fr