En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérez mes cookies.

share share
print


COMMUNIQUÉ DE PRESSE - Paris, Le 28 juin 2011

La FHP appelle à une réforme de la formation des personnels paramédicaux et dénonce les quotas en 1ère année de diplôme d’Etat d’infirmier.

Le quota d’entrée en 1ère année d’études d’infirmier ne progresse pas en fonction des besoins.

Les hôpitaux ont du mal à recruter leurs personnels paramédicaux alors que la jeunesse souffre d’un manque d’emploi.

Le président souhaite multiplier les propositions de la FHP pour améliorer le système hospitalier.

Paris, le 27 juin 2011 – Publié au Journal Officiel de la République française le 22 juin, l’arrêté du Ministère du travail, de l’emploi et de la santé fixe à 30 846 le nombre d’étudiants à admettre en 1ère année d’études préparatoires au diplôme d’Etat d’Infirmier pour l’année 2011-2012.


30 846 étudiants infirmiers en 1ère année : est-ce suffisant ?

Alors que les évolutions constatées sur le terrain témoignent d’un besoin en personnel infirmier de plus en plus important, que bon nombre d’infirmiers et infirmières s’apprêtent à prendre leur retraite et que les difficultés de recrutement sont toujours fortes, ce chiffre d’un ordre de grandeur similaire à celui de l’an passé peut-il être suffisant ? Comment est-il déterminé ? Prend–il en compte tous les besoins des acteurs ? Les établissements de santé privés s’étonnent en effet de ne pas être questionnés sur l’identification de leurs propres perspectives d’emploi infirmiers.

30 846 étudiants infirmiers en 1ère année, mais beaucoup moins à la fin de leurs études : est-ce raisonnable ?

L’an passé, à partir d’un quota d’entrée fixé à 30 500 élèves, ce ne sont que 27 700 candidats qui ont été admis. Les jeunes bacheliers qui aspirent à exercer cette profession ne sont-ils pas dissuadés et pénalisés par la présence de candidats qui peuvent déjà avoir un parcours de deux années universitaires ?

De plus, au cours des trois années de formation, ce sont 10% des étudiants qui abandonnent leurs études soit de l’ordre de 2700 élèves. Il est légitime de s’interroger sur les raisons de leur abandon. Découragement ? Etudes trop sélectives ? ou trop longues du fait d’une formation en alternance encore fermée sur elle-même ?

« Dans un pays où le taux de chômage chez les jeunes dépasse les 20% et où les besoins en personnels infirmiers auprès des patients sont supérieurs à ceux disponibles, comment est-il possible de s’accommoder de tels quotas en 1ère année de diplôme d’Etat d’infirmier ? » s’interroge Jean-Loup Durousset, président de la FHP.

Réformer la formation paramédicale, soutenir l’apprentissage

L’Hospitalisation privée appelle à une réforme de la formation des paramédicaux à laquelle elle souhaite prend part. Elle propose de développer la voie de l’apprentissage afin d’accompagner financièrement ceux pour qui les études longues représentent une difficulté qui les amènerait à renoncer à leur projet de métier de soignant. Elle souhaite également participer pleinement à la formation des étudiants en siégeant dans les comités pédagogiques.

La formation des paramédicaux est un enjeu majeur pour notre société. La faire évoluer permettrait de répondre aux besoins sanitaires de notre pays tout en offrant à ses jeunes un métier porteur de valeurs. 

A propos de la FHP

1100 cliniques et hôpitaux privés assurent chaque année la prise en charge de 8 millions de patients. 147 500 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et plus de 40 000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :
  • 55 % des interventions chirurgicales et près de 70% de la chirurgie ambulatoire en France
  • Près d’une personne sur deux atteintes d’un cancer
  • 2 millions de passages dans 130 services d’urgences
  • Un accouchement sur quatre
  • Près de 20%  des hospitalisations psychiatriques
  • Un tiers des soins de suite et de réadaptation

Contacts

Pour la FHP
Directrice de la communication FHP
Christine AUBERTON
Id : 01 53 83 56 63
Mob : 07 86 40 57 05
christine.auberton@fhp.fr

Agence Comfluence
Marina PIQUE
Id : 01 40 07 98 21
Mob : 06 75 00 06 60
marina.pique@comfluence.fr

Vianney LE PARQUIC
Id : 01 40 07 96 68
vianney.leparquic@comfluence.fr