En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérez mes cookies.

27 janvier - Permanence des soins : Les propositions de la FHP

share share
print

Communiqué de presse


Paris, le 27 janvier 2009


 

permanence des soins : les propositions de la FHP
 

 

Lors de la réunion de retour d’expérience tenue hier par Mme Roselyne BACHELOT-NARQUIN, ministre de la santé et des sports, avec l’ensemble des professionnels de santé concernés, la FHP a fait part de ses analyses et propositions centrées sur les urgences, sachant que celles-ci recouvrent les différentes spécialités (MCO pour les soins, SSR pour l’aval et la Psychiatrie pour le recours).
 

La FHP considère qu’une approche globale des problématiques de prise en charge des patients dans les services d’urgence  est préjudiciable à leur bonne compréhension. Il convient en effet  de distinguer :  

- les urgences vitales qui souffrent d’un problème de compétence,

- les urgences suivies d’une hospitalisation qui sont confrontées à un problème de capacités d’accueil,

- les urgences de « porte » (bobologie) qui présentent des délais d’attente trop longs.

 
Face à ce constat, la FHP avance trois propositions
 :

- Identifier de façon spécifique les pôles spécialisés tout particulièrement en cardiologie et pédiatrie, deux causes principales d’urgences vitales,

- Encourager dans chaque territoire à l’initiative du « 15 » deux réunions par an regroupant tous les acteurs, établissements médico-sociaux inclus afin d’échanger sur leur activité et les difficultés rencontrées pour y apporter des remèdes,

- Publier dans la presse régionale une cartographie des centres d’urgence agréés afin de fournir une information claire à destination du grand public.

 
La FHP tient à souligner que la répétition des attaques à l’encontre des médecins libéraux risque de susciter leur découragement alors qu’ils représentent la principale force face aux difficultés actuelles de mise en œuvre de la permanence des soins.

Elle indique également que la participation de l’hospitalisation privée aux urgences passe soit par l’extension de ses capacités d’accueil en lits de médecine soit par l’indifférenciation des lits de médecine et de chirurgie permettant ainsi l’accès des patients dans ses établissements quelle que soit la nature de leur pathologie. Enfin elle rappelle que la mise en place de la CCAM clinique est indispensable au bon fonctionnement des établissements privés sur le volet médical.   

 
Prendre en charge les urgences repose sur l’engagement des établissements, la solidarité entre leurs équipes et leur compétence. Plus de deux cents cliniques et hôpitaux privés se sont portés candidats à l’accueil des urgences alors qu’à ce jour seuls 120 d’entre eux ont été reconnus par les tutelles.

 

Contact : Christine Auberton - tél : 01 53 83 56 63  christine.auberton@fhp.fr