En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérez mes cookies.

27 mai - Journée thématique FHP OBESITE : Patients obèses : quels enjeux pour quelle prise en charge ?

share share
print


Communiqué de presse

 

Journée thématique FHP OBESITE :
 

Patients obèses : quels enjeux pour quelle prise en charge ?

 

 Paris, 27 mai 2009 – La question de l’obésité constitue l’un des principaux défis pour le système de santé français. Ce dernier va devoir améliorer considérablement la prise en charge des patients obèses, face à la progression rapide de l’épidémie qui touchera d’ici à 2020 plus d’un adulte sur quatre en France.

« Les cliniques et hôpitaux privés jouent un rôle majeur dans la prise en charge des personnes obèses et participent ainsi à la lutte contre ce fléau national : ils offrent en amont des services chirurgicaux de pointe et en aval des services de soins de suite et de réadaptation (SSR) spécialisés de haut niveau, plaçant l’éducation thérapeutique au cœur de leur action », a déclaré Jean-Loup Durousset, président de la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) à l’occasion de la journée thématique « Obésité » organisée par la fédération.

 

Un sujet au cœur des réflexions

L’obésité cause 55.000 morts chaque année en France. Un adulte sur deux aujourd’hui est en surcharge pondérale et un sur six est obèse. En 2020, on prévoit que la France comptera entre 25 et 30% d’obèses.

Deux rapports sur cette importante question viennent de sortir : celui du professeur Arnaud Basdevant [1] et celui de la députée des Bouches-du-Rhône Valérie Boyer [2].

 « Nous avons formulé 83 propositions concrètes afin de faire de la lutte contre l’obésité une grande cause nationale, avec un triple objectif : prévenir la maladie, assurer la qualité de soins aux personnes obèses dans tous les établissements et disposer de centres spécialisés pour la prise en charge de l’obésité sévère »,  rappelle Mme Boyer.

 « Ces propositions prévoient notamment le développement d’unités thérapeutiques de prise en charge de l’obésité sur l’ensemble du territoire, ainsi que la prise en compte dans la tarification hospitalière des surcoûts que représente la prise en charge de patients obèses, en particulier pour les services de SSR », poursuit la députée.

Pour le Pr Basdevant, le parcours de soins n’est pas assuré aujourd’hui de manière cohérente et efficace pour un grand nombre de personnes obèses, en particulier les jeunes et les personnes en situation de précarité économique ou sociale. « Ceci s’explique entre autres par le regard porté sur l’obésité, le manque de lisibilité de l’offre de soins, le manque de  coordination  entre les différents intervenants, l’insuffisance de valorisation de certaines activités (diététique, psychologie). Il en résulte une sous-médicalisation, en particulier dans  certaines zones géographiques».


La nécessité d’une prise en charge médico-chirurgicale intégrée

Le Pr Basdevant plaide ainsi pour une meilleure organisation en amont et en aval de la chaîne de soins, et en particulier pour une meilleure définition de la place des SSR dans le parcours de soins.

 « L’obésité n’est pas un problème esthétique mais bien une maladie chronique, qui nécessite une prise en charge globale – c’est-à-dire biomédicale, diététique, physique et psychologique – centrée sur des programmes d’éducation thérapeutique », souligne le Dr Frédéric Sanguignol, président du Syndicat des soins de suite et de réadaptation (SSR-FHP).

 « A ce titre, les établissements de santé privés, et tout particulièrement les SSR ont un rôle majeur à jouer car nous avons besoin de temps pour travailler avec chaque patient sur un apprentissage sur le plan diététique et physique, tout en s’appuyant sur une approche psychologique de la maladie », poursuit le Dr Sanguignol.

En amont, des techniques chirurgicales de pointe sont indispensables car elles sont le seul traitement de l’obésité morbide, souligne le Dr Vincent Fréring, chirurgien digestif à la Clinique de la Sauvegarde (Lyon) et l’un des spécialistes mondiaux de la chirurgie bariatrique, dont bénéficient plus de 13.000 patients chaque année en France. « Il va falloir s’organiser face à l’ampleur du problème et mettre en place des centres d’excellence plus nombreux».  

Un autre aspect important de la question est la mise en place d’une coordination régionale favorisant la complémentarité public/privé. «Par exemple, à Toulouse, nous sommes en train de créer un pôle régional entre le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Toulouse et la clinique privée de Bondigoux », explique le Dr Sanguignol, qui dirige cette clinique. « Le CHU procède à l’évaluation des patients et nous les adresse afin d’intensifier l’éducation thérapeutique à travers des programmes personnalisés. ».

                                                                 

Equipements inadaptés, besoins en formation

Enfin, un dernier défi concerne l’adaptation ergonomique des structures d’accueil. La prise en charge de patients obèses requiert des moyens matériels spécifiques: par exemple, des lits spéciaux plus larges (140 cm, au lieu des 90 cm généralement présents à l’hôpital) et des instruments de portage adaptés. La manutention de ces patients, dont certains sont parfois quasi invalides, nécessite un encadrement en personnel plus important. « L’accueil de patients qui peuvent peser jusqu’à 230 kg représente un défi ergonomique non seulement pour les établissements privés mais aussi et surtout pour le personnel qui a besoin d’une formation spécifique », note le Dr Sanguignol.

Sur ce point, le rapport du Pr Basdevant souligne également la nécessité d’«assurer la sécurité du  transport médicalisé des personnes obèses ce qui n’est pas le cas actuellement (…) et d’inscrire l’obésité dans le cahier des charges des équipements lourds d’imagerie ».

***

A propos des journées thématiques de la FHP

Au carrefour de la réflexion et du partage d’expériences, la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) organise régulièrement des journées thématiques (JT) sur les grands enjeux de santé publique auxquels les cliniques et hôpitaux privés prennent part : urgences, gériatrie, maternité, éducation thérapeutique, etc.



[1]  Basdevant A.,  « Plan d’action : Obésité-Etablissements de soins ». Propositions d’actions pour l’amélioration des conditions de prise en charge des personnes obèses dans les établissements de santé », rapport, avril 2009.

[2]  Boyer, V., Faire de la lutte contre l’épidémie d’obésité et de surpoids une grande cause nationale, rapport d’information n° 1131 de la Commission des Affaires culturelles, familiales et sociales, Assemblée Nationale, octobre 2008.


Contacts presse :
 

FHP                                                                                      Financial Dynamics

Christine Auberton                                          Florence de Montmarin         Francis Temman

Tél : 01 53 83 56 63                                                Tél : 01 47 03 68 63               Tél : 01 47 03 68 61

christine.auberton@fhp.fr                                     florence.demontmarin@fd.com    francis.temman@fd.com