En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérez mes cookies.

29 juin - Les cliniques et hôpitaux privés lancent un hostocomparateur

share share
print



                         



COMMUNIQUE DE PRESSE





 

Les cliniques et hôpitaux privés lancent un hostocomparateur,

pour sensibiliser l’opinion publique au coût réel de la santé en France

 

Une grande campagne nationale radio et presse écrite et la mise en ligne d’un site internet vont permettre à chacun de vérifier les différences de coût entre privé et public sur 50 prestations hospitalières de référence

Contrairement à une idée reçue, le secteur hospitalier privé coûte moins cher à la Sécu  – et donc à la collectivité – que l’hôpital : ses tarifs sont de 37% inférieurs en moyenne à ceux du public

 

Paris, 29 juin 2009 ­– La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) donne le coup d’envoi aujourd’hui d’une grande campagne nationale d’information destinée à sensibiliser l’opinion publique et les assurés sociaux au coût réel de la santé en France et à balayer l’idée reçue selon laquelle le secteur hospitalier privé serait plus cher pour la collectivité que le secteur public.

« Nous avons voulu lancer cette campagne pour montrer aux Français que, contrairement aux idées reçues, le secteur hospitalier privé est non seulement un modèle d’excellence en termes de qualité des soins mais aussi en termes de gestion de l’argent des assurés sociaux. Et nous le prouvons aujourd’hui !», déclare Jean-Loup Durousset, président de la FHP, qui regroupe l’essentiel du secteur privé en France, soit 1.250 cliniques et hôpitaux privés.

Un hostocomparateur pour « un même soin à un tarif unique »

La mise en ligne d’un hostocomparateur (www.hostocomparateur.com) va permettre à chacun de vérifier que pour des prestations rigoureusement identiques, le secteur privé coûte moins cher à la collectivité : de nombreux rapports officiels montrent que ses tarifs (honoraires inclus) restent de 37% inférieurs en moyenne à ceux du public[1].



 

L’hostocomparateur présente ainsi le coût comparatif de 50 interventions communément réalisées (tarifs Sécurité sociale + honoraires).

Par exemple, pour un accouchement, l’écart de coût pour la Sécurité sociale entre le tarif d’une clinique (2.742 euros)





[1] « Rapport sur la convergence tarifaire intersectorielle », ATIH, rapport au Parlement, Ministère de la Santé, , (p. 7), 15 oct. 2008; « Avis sur la situation des établissements de santé », (p. 12), 23 avril 2009, Haut Conseil pour l’Avenir de l’Assurance Maladie.

 

et celui de l’hôpital (3.140 euros) est d’environ 400 euros. Pour la pose d’une prothèse de hanche sans complication, l’écart est d’environ 1.400 euros au détriment du secteur privé (6.176 euros dans le public, contre 4.831). Pour une appendicectomie, l’écart est d’environ 850 euros, toujours au détriment du privé.

« Qu’est-ce qui justifie de tels écarts aujourd’hui ? Qu’est-ce qui explique les surcoûts imposés aux assurés sociaux dans le secteur public ? Rien, absolument rien. Il s’agit d’actes simples réalisés de manière rigoureusement identique. Et à l’heure où l’on évoque les déficits abyssaux de la Sécurité sociale, c’est tout simplement aberrant et irresponsable», souligne Jean-Loup Durousset.

« Ce que nous demandons aux Français, c’est de constater cette réalité et de réagir en signant sur ce site une pétition pour réclamer la mise en place d’un tarif unique et une meilleure gestion de leurs cotisations d’assurance-maladie».


 

« Osons le tarif unique »

La FHP et ses trois syndicats (FHP-MCO, CSSR, UNCPSY), associés pour cette campagne d’information, proposent la mise en place rapide et progressive d’un tarif hospitalier unique des actes médicaux en France, en commençant rapidement avec une première liste de 50 prestations réalisées de manière rigoureusement identiques dans les établissements privés et publics. Cette seule mesure permettrait déjà d’économiser 1,36 milliard d’euros par an.

Cette campagne internet sera appuyée par des spots sur de grandes radios nationales. Au total, plus de 500 spots seront diffusés entre le 29 juin et le 12 juillet.

Elle sera relayée également par des parutions de pages d’information dans la presse nationale et régionale, qui viendront illustrer avec des exemples concrets, la réalité des disparités tarifaires. Avec un slogan : « La Sécu est en danger. Osons le tarif unique et sauvons-la ! »






Une facture pour chaque patient

Des posters seront également affichés dans les cliniques et hôpitaux privés afin d’informer les patients sur les enjeux de ces disparités tarifaires et sur les coûts réels de la santé en France. Un clip vidéo pédagogique, comportant un explicatif complet sur le sujet et des interventions de professionnels du secteur et d’élus nationaux, sera diffusé dans les salles d’attente.

« La santé n’a pas de prix mais elle a un coût », explique Lamine Gharbi, président du syndicat FHP-MCO (médecine-chirurgie-obstétrique). « En choisissant comme slogan: ‘Engagez-vous à nos côtés pour sauver la Sécu !’, nous disons aux assurés sociaux qu’en venant dans nos établissements, parce que nous sommes moins chers, ils font faire des économies au système tout entier ».



               

Enfin, la FHP propose davantage de clarté pour les patients dans la tarification des soins. «Il faut introduire une plus grande transparence dans le système de soins, qui est aujourd’hui d’une opacité totale pour le patient et les contribuables. Nous demandons donc que chaque hôpital remette au patient une facture indiquant le montant de son séjour, comme c’est déjà le cas dans nos cliniques et hôpitaux privés », ajoute M. Gharbi.

« L’instauration d’un tarif unique, associé à une plus grande transparence sur le coût réel des actes de santé, est une des conditions majeures de la sauvegarde et de l’avenir de notre système de santé si l’on veut garantir aux générations futures le maintien du principe d’une solidarité sans faille », conclut M. Durousset.

* * *

A propos de la FHP

La Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) regroupe l'essentiel du secteur privé en France, soit quelque 1.250 cliniques et hôpitaux privés, qui assurent chaque année la prise en charge de 8 millions de patients, sans aucune distinction économique et sociale.

Près de 200.000 personnes y travaillent, dont 130.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) et 40.000 médecins. Ils assurent :

  • 60% des interventions chirurgicales et 75% de la chirurgie ambulatoire en France
  • 40% des traitements anticancéreux
  • 2 millions de passages dans 134 services d’urgence
  • un accouchement sur trois
  • 20% des hospitalisations psychiatriques
  • 30% des soins de suite et de réadaptation


Contacts presse

 
FHP
                                                     FINANCIAL DYNAMICS

Christine Auberton                                Florence de Montmarin               Francis Temman

Tél : 01 53 83 56 63                              Tél : 01 47 03 68 10                   01 47 03 68 61 

christine.auberton@fhp.fr                       florence.demontmarin@fd.com   francis.temman@fd.com

 

FHP-MCO

Véronique Molières

Tél : 06 82 38 91 32
veronique.molieres.mco@fhp.fr

 

CSSR-FHP

Dr Jérôme Marty                                             

Responsable Communication                             

Tél : 08.26.30.23.03     

jm8939@aol.com