En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérez mes cookies.

8 septembre - Réaction forfait hospitalier

share share
print




Communiqué de presse

 
 

Pour réduire le déficit de la Sécurité Sociale, la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) propose d’autres solutions que l’augmentation du forfait hospitalier

 

 
L’augmentation du forfait hospitalier pèserait sur les assurés et son efficacité serait limitée dans la lutte contre le déficit de la Sécurité Sociale.

 
La Fédération de l’Hospitalisation Privée avait pourtant proposé d’autres solutions dont l’harmonisation des tarifs hospitaliers publics et privés qui pourrait faire économiser 15 milliards d’euros par an à la Sécurité Sociale.

 

 Paris, le 8 septembre 2009 ­– « Les annonces du ministre du Budget concernant notamment la possibilité d’une hausse de 16 à 20 euros du forfait hospitalier pour réduire le déficit de la Sécurité Sociale prouvent une nouvelle fois que le gouvernement passe à côté des vraies solutions comme celles que nous préconisons » regrette Jean-Loup Durousset, président de la Fédération de l’Hospitalisation Privée (FHP). La FHP regroupe l’essentiel du secteur privé en France, soit quelque 1.250 cliniques et hôpitaux privés « Ce projet aurait pour effet non seulement de faire financer par l’assuré une partie du déficit de la Sécurité Sociale mais son impact serait limité alors que la Fédération de l’Hospitalisation Privée propose de vraies solutions pour une meilleure gestion » poursuit-il.

 
Alors que l’on prévoit une perte de 20 milliards d’euros pour la Sécurité Sociale en 2009, une harmonisation de l’ensemble des tarifs hospitaliers publics-privés permettrait en effet d’économiser 15 milliards d’euros par an. Une première étape permettrait d’aboutir progressivement à la convergence en harmonisant les tarifs de 50 actes médicaux de base et dégager immédiatement 1,2 milliard d’euros d’économies pour la Sécurité Sociale.

« Il est temps de rétablir le principe fondamental d’égalité de traitement entre établissements publics et privés. Il faut balayer les idées reçues notamment celle selon laquelle le public coûte plus cher à la Sécurité Sociale car il assume des missions de service public onéreuses comme les urgences, les crises sanitaires… Or nous souhaitons faire savoir que le secteur privé remplit également des missions de service public et que rien ne justifie qu’un même acte exercé dans des conditions identiques soit payé 37 % plus cher par la Sécurité Sociale- donc par la « collectivité »- à l’hôpital public » indique Jean-Loup Durousset, président de la FHP.

 
Les cliniques et hôpitaux privés accueillent chaque année 8 millions de patients dont 2 millions dans les 134 services d’urgence privés ouverts jour et nuit dans le cadre des missions de service public qui leur sont dévolues. 


A propos de la FHP

La Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) regroupe l'essentiel du secteur privé en France, soit quelque 1.250 cliniques et hôpitaux privés, qui assurent chaque année la prise en charge de 8 millions de patients, sans aucune distinction économique et sociale.

Près de 200.000 personnes y travaillent, dont 130.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) et 40.000 médecins. Ils assurent :

  • 60% des interventions chirurgicales et 75% de la chirurgie ambulatoire en France
  • 40% des traitements anticancéreux
  • 2 millions de passages dans 134 services d’urgence
  • un accouchement sur trois
  • 20% des hospitalisations psychiatriques
  • 30% des soins de suite et de réadaptation en France

 
Contacts presse

FHP                                                   Financial Dynamics

Christine Auberton                          Florence de Montmarin

Tél : 01 53 83 56 63                                   Tél : 01 47 03 68 10

christine.auberton@fhp.fr               florence.demontmarin@fd.com