En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérez mes cookies.

Fantasme et réalité

share share
print

Edito 106 LG option 2
L'édito du 5 septembre de Lamine Gharbi président de la FHP
La démission fracassante de Nicolas Hulot a remis sur la table la polémique sur le « lobbying », avec tout le cortège de représentations fantasmatiques que ce concept véhicule. Dans son étymologie même, le mot « lobby » renvoie à des puissances errant dans les halls des institutions et intriguant dans l’ombre pour servir quelque cause peu avouable...

La réalité est bien plus pragmatique et positive. En France comme dans toutes les démocraties, de multiples organisations ont d’abord pour vocation de faire progresser l’intérêt public en sensibilisant l’opinion à des thématiques diverses. Cette participation et cette émulation des parties prenantes sont autant de sources de vitalité du débat démocratique.

Sans elles, certains sujets - comme les énergies vertes par exemple - n’auraient jamais percé la carapace administrative et politique. Il est donc savoureux d’entendre aujourd’hui les représentants de l’écologie fustiger un prétendu « choix du camp des lobbies » …

Une fédération telle que la Fédération de l’Hospitalisation Privée est guidée par la conviction qu’il existe une voie fructueuse et éthique de s’impliquer dans la décision publique.

Elle consiste en premier lieu à porter, au-delà des intérêts sectoriels, une vision pour l’ensemble du système de santé, les professionnels et les patients.

Elle réside aussi dans la capacité à se mettre autour d’une table, avec les autres acteurs de santé dans leur diversité, pour faire les propositions qui enrichiront le débat.

Ces deux dimensions sont particulièrement d’actualité, alors que se profilent pour la deuxième quinzaine de septembre les annonces de l’exécutif pour l’avenir de notre système de santé, et que se préparent les arbitrages du PLFSS 2019 !

Mais il y a, à mon sens, une autre mission que celles et ceux qui portent une représentation d’intérêts en santé doivent remplir : l’information et la sensibilisation des citoyens. Notre système de santé est trop souvent opaque, complexe, abscons : donner des clés de compréhension des enjeux de santé est un devoir, tant ce sujet est structurant dans nos vies au quotidien.

Mus par cette exigence éthique qui doit nous servir de boussole, nous renforcerons la visibilité et la reconnaissance des défis de santé et consoliderons la place des acteurs dans le débat public.

Lamine Gharbi