En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérer mes cookies.

Demi-teinte

share share
print

Edito 106 LG option 2
Edito de Lamine Gharbi du 26 septembre 2018
Le dévoilement hier matin des grandes lignes du Projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) 2019 nous laisse sur un sentiment en demi-teinte.

Certes, l’augmentation de 2.4% de l’Ondam hospitalier traduit la volonté politique bienvenue de mettre des moyens en face des ambitions affichées par les annonces récentes de l’exécutif. Nous souscrivons aux orientations affichées : travailler avec l’ensemble des acteurs du territoire, valoriser la qualité par le biais d’une diversification des modes de rémunération, structurer les soins de proximité et le premier recours, investir dans le numérique, contribuer à la pertinence et à la prévention. Sur tous ces chantiers, nous sommes prêts à nous engager.

Mais cet effort d’investissement dans la santé ne doit pas occulter l’objectif de réalisation de 3,9 milliards d’économies en 2019. Et c’est là que le bât blesse : les différents postes d’économies ne sont pas documentés, et cela constitue une préoccupante « boîte noire ».

Nous appelons à la cohérence : engager les acteurs de santé sur la voie d’une profonde transformation du système suppose de maintenir intactes leurs capacités d’innovation et d’investissement. D’autant que nous faisons des efforts significatifs qui se traduisent dans les faits : si les dépenses hospitalières progressent peu, c’est notamment grâce à l’engagement des établissements de santé dans les démarches de qualité prouvée et de pertinence.

Nous ne saurions donc concevoir pour la prochaine campagne tarifaire un autre scénario qu’une prise en compte de la hausse continue des charges qui pèsent sur les établissements, après six années de baisse itérative.

Ce PLFSS très attendu doit traduire les grandes orientations données par le Président de la République et la ministre de la santé. Celles-ci ont généré plus que de l’intérêt : de l’espoir. Il ne faut en aucun cas prendre le risque de casser, par des arbitrages délétères, l’élan ainsi initié.

Il s’agit d’être véritablement à la hauteur du rassemblement et de l’engagement des acteurs de santé.

Lamine Gharbi