En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérer mes cookies.

Des aspirations très partagées

share share
print

Edito 106 LG option 2

Edito du 20 mars 2019

Bien sûr, les oppositions voire les fractures saturent l’espace médiatique depuis des semaines. Pourtant, si on parvient à mettre à distance les postures manichéennes et les outrances de tous bords, je fais le pari que le Débat national dégagera aussi des voies de consensus, autour d’aspirations communes au sein de la société.

Nous avons rendu publics en début de semaine les résultats de notre consultation auprès des 1000 directrices et directeurs de cliniques et hôpitaux privés. Ce qu’ils disent sur la profession est, je le crois, profondément en résonance avec des attentes plus larges qui s’expriment aujourd’hui.

Pour rester le plus fidèle à leur pensée, j’exprimerais les choses ainsi : elles et ils ont le sentiment d’évoluer, au quotidien, dans un univers à la complexité inutile croissante, et d’être soumis aux diktats d’une administration qui - quelles que soient les qualités des personnes qui la composent - manie trop fréquemment les injonctions contradictoires. Ils vivent mal les inégalités de traitement qu’ils subissent et qui nuisent à l’offre de soins pour leurs patients.

Ils voudraient qu’on leur fasse davantage confiance, qu’on les respecte, que l’action des établissements privés et des professionnels de santé soit davantage reconnue. Ils aimeraient davantage de marges de manœuvre pour investir, pour innover, pour développer leurs initiatives. Trop de choses procèdent d’en haut : améliorer sans cesse les pratiques soignantes dans les territoires suppose pourtant d’insuffler davantage d’horizontalité, et une saine émulation des acteurs.

Malgré les difficultés, les directrices et directeurs sont pleinement conscients qu’être acteurs de la santé, aujourd’hui, est une belle et grande responsabilité. S’ils accomplissent déjà de nombreuses missions de service public, il sont une écrasante majorité à vouloir aller plus loin en la matière, avec les droits mais également les devoirs qui s’y rattachent. Ils savent bien que c’est en investissant toujours davantage dans le service rendu au patient, que l’on s’inscrit dans les défis posés par la transformation du système aujourd’hui... en premier lieu ceux de la proximité et de la qualité. Ils sont très conscients du rôle qu’ils jouent sur les territoires, et particulièrement les plus isolés.

A travers ces résultats, qui latéralisent les revendications seulement corporatistes, se dessinent en creux des attentes très partagées par les citoyens de notre pays : de la reconnaissance, du respect, plus d’horizontalité, et la considération de leur utilité sociale. Ce message mérite d’être entendu.