En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérer mes cookies.

En santé, soyons "euro moteurs" !

share share
print

Edito 106 LG option 2

Edito du 24 avril 2019

Une campagne qui démarre laborieusement et des enjeux pas toujours faciles à cerner pour un scrutin fréquemment boudé : toutes les fées ne se penchent pas spontanément sur le berceau des élections européennes, et l’on peut se demander si celles du 26 mai feront exception. La crise générale de la représentation engendre pour les européennes une désertion encore accrue à l’égard d’institutions jugées distantes et complexes… a fortiori à un moment où le Débat national porte une forte exigence de simplification. Pourtant, on ne le dira jamais assez : l’Europe est, et sera, ce que nous en faisons.

Trop souvent, l’action de l’Europe est caricaturée pour masquer les propres défaillances, la frilosité ou le manque cruel d’anticipation des pouvoirs publics nationaux. De nombreux sujets stratégiques de santé mériteraient pourtant d’être davantage portés au niveau européen : le partage de l’expertise pour lutter contre les maladies et faire face aux mutations démographiques, la réponse aux attentes des citoyens en matière de qualité et de sécurité sanitaire, ou encore l’émergence d’une puissance européenne de la donnée pour contrebalancer les velléités hégémoniques des GAFA et des BATX. Nous sommes, en tant qu’acteurs de santé, directement concernés.

Il y a, selon les données de l’Union Européenne de l’Hospitalisation Privée (UEHP), plus de 5000 établissements de santé privés à travers l’Europe. Ils sont des acteurs majeurs des systèmes de santé des pays européens, grâce à un modèle qui valorise la qualité des soins et l’efficience dans une logique de complémentarité avec l’offre publique. Si nous voulons faire prospérer ce modèle, le partage de savoirs entre nous est fondamental. Mais nous devons aussi porter ce message politique au niveau de nos interlocuteurs européens, qui sont parfaitement conscients - surtout si l’on considère les soubresauts sociaux actuels - qu’améliorer la santé et le bien-être des citoyens est un prérequis essentiel à toutes les politiques de développement.

FHP et UEHP viennent donc d’adresser un courrier commun aux têtes de liste des élections européennes en France, assorti de 10 questions sur leur projet pour la santé : reconnaissance des missions des hôpitaux et cliniques privés, égalité des acteurs de tous statuts, simplification, innovation, pertinence et qualité des soins… Nous vous communiquerons leurs réponses avant l’échéance du 26 mai.

Souhaitons que sur de tels enjeux, celles-ci soient à la hauteur des attentes des acteurs de santé et de notre profession, et dessinent une Europe à laquelle nous ayons envie de croire. Mais nous sommes tous aussi en responsabilité vis-à-vis de l’Europe de la santé : alors, soyons « euro moteurs » !