En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérer mes cookies.

share share
print

MODELE edito 106 hebdo

Plusieurs pays, dont la France et l’Allemagne, ont assisté à une nette poussée des idées écologistes aux dernières élections européennes, qui sortent donc renforcées de ce scrutin.

Au-delà de l’approche politique, il est indéniable que la « conscience verte » progresse chez les citoyens. Le foisonnement d’initiatives auquel va donner lieu la Semaine européenne du Développement Durable - qui débute demain jusqu’au 5 juin - en apporte pleinement l’illustration.

Les hôpitaux et cliniques privés sont particulièrement engagés en la matière. Développement de filières de traitement des déchets, réduction de la consommation d’énergie et des émissions de gaz à effet de serre, gestion de l’eau, bâtiments éco-conçus, achats responsables, diminution du recours à des substances nocives grâce notamment au bio-nettoyage : de plus en plus d’établissements de santé privés engagent, de manière structurée et active, un plan d’action autour du développement durable… voire en font un des éléments de pilotage stratégique ! 

En juin 2017, la Fédération de l’Hospitalisation Privée a créé et mis en ligne une plateforme de bonnes pratiques, destinée à diffuser et valoriser toutes les initiatives prises par les établissements. Régulièrement alimentée en actions environnementales, sociales ou sociétales, elle est le reflet, quasiment en temps réel, de la dynamique impulsée par notre profession.

Autre pas important, la signature en 2017 de la Convention développement durable entre l’Etat et les fédérations hospitalières, avec la création d’un Observatoire permettant aux établissements de santé volontaires d’évaluer leur maturité sur le sujet, et donc de progresser. Les résultats 2019 révèlent d’ailleurs un niveau d’engagement des hôpitaux et cliniques privés répondants supérieur au niveau national sur les volets social, environnemental et économique.

Aujourd’hui, face aux défis environnementaux, l’accompagnement des établissements pour répondre aux enjeux de la transition écologique doit être renforcé. Lors de la consultation dans le cadre du Débat National, les adhérent.e.s de la FHP l’on dit clairement : le saupoudrage de mesures incitatives ne suffit pas. Ils appellent à l’harmonisation au niveau national de financements directs, alliée à une meilleure identification et accessibilité des filières vertueuses.

Nous sommes tous attendus, voire convoqués, sur cette responsabilité qui nous engage collectivement. C’est une nécessité de vie qui constitue aussi un investissement pour l’avenir. Le service au public doit être « de haute qualité environnementale » !