En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérer mes cookies.

share share
print

MODELE edito 106 hebdo

Le Baromètre de l’institut d’opinion Viavoice publié en début de semaine dans le Figaro montre une large adhésion du grand public à de nombreuses dispositions de la loi de santé : la réforme de la première année de médecine et du numerus clausus, les assistants médicaux, la création des communautés professionnelles territoriales de santé et les centres de santé de proximité - ces derniers étant plébiscités à 91% ! - bénéficient de cotes de popularité particulièrement élevées.

Le président de Viavoice, François Miquet-Marty, interviewé hier sur Le Figaro.fr, convenait lui-même que dans des temps de crise démocratique profonde, une telle adhésion était ces derniers mois, si ce n’est inédite, en tout cas très significative.

Mais significative de quoi exactement ? La réponse réside à l’évidence dans l’importance primordiale qu’attachent les citoyens à la santé et au soin, et dans le sentiment d’urgence qui les fait aspirer à une réorganisation profonde du système de santé. La santé et le système de soins constituent plus que jamais, alors que les inquiétudes pour l’avenir ne manquent pas, des piliers de notre identité collective.

Au nom de l’universalité de l’offre de soins, les citoyens émettent cependant un vrai « oui, mais » et se démarquent de la ligne de la ministre de la santé sur deux points : ils sont favorables à 71% à davantage de régulation dans l’installation des médecins, et majoritairement peu enclins à la fermeture de services pourtant porteurs de risques au regard du nombre d’actes réalisés.

Ces enseignements sont très révélateurs de l’ampleur de la préoccupation et des difficultés auxquelles les citoyens se sentent confrontés, qui les conduisent à prôner des solutions qui ont pourtant fait la preuve de leur inefficacité... ou de leur dangerosité. La réponse politique à la désertification médicale doit donc être aussi urgente qu’efficace, et suppose la mobilisation de tous les acteurs de santé autour d’une offre de santé de proximité. 

Enfin, le travail de conviction autour des enjeux de qualité, de sécurité et de pertinence ne fait manifestement que commencer. Sur tous ces sujets, la Fédération de l’Hospitalisation Privée est, en permanence, dans la proposition et la construction.