En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérer mes cookies.

share share
print

MODELE edito 106 hebdo

C’est un chiffre très significatif, que l’on trouve au détour d’un sondage* qui vient d’être publié sur la… laïcité. Invités à indiquer leurs thèmes prioritaires pour les mois qui viennent, les Français mentionnent la santé en première position, à 82%, devant la lutte contre le chômage et le pouvoir d’achat.

La santé a clairement pris aujourd’hui dans le débat public une place prépondérante, et l’accès aux soins constitue un sujet majeur de préoccupation. Au plus haut niveau de l’Etat, on ne s’y trompe pas : invité hier sur l’antenne de RTL, le Président de la République a évoqué les maux du système de santé, et notamment de l’hôpital, en pointant la nécessité, aux côtés des réformes de long terme, d’apporter « une réponse d’urgence pour traiter les souffrances immédiates » et de « remettre des moyens ».

C’est cette même volonté de trouver rapidement des voies d’amélioration de la situation, qui a présidé à l’adoption la semaine dernière d’un amendement gouvernemental au PLFSS actant une trajectoire pluriannuelle des ressources des établissements de santé sur trois ans. « Une base légale pour des engagements mutuels ambitieux et chiffrés », a dit la ministre. Cet amendement est l’aboutissement heureux d’une démarche volontariste initiée par toutes les fédérations hospitalières depuis de longs mois.

Cette avancée, qualifiée d’« historique » par Agnès Buzyn, marque un puissant changement de paradigme dans les relations entre l’Etat et les acteurs de santé, vers une contractualisation autour d’engagements réciproques. Elle a recueilli une large adhésion sur les bancs de l’Assemblée Nationale, avec un point majeur de vigilance toutefois, exprimé par de nombreux députés, et qu’évidemment nous partageons : la garantie d’un niveau de ressources cohérent avec les besoins des établissements de santé et les impulsions de « Ma santé 2022 ».

Dès à présent, le travail sur les contours précis et détaillé du protocole va débuter avec les pouvoirs publics. Nous l’abordons avec confiance. Nous sommes convaincus que dans le contexte actuel, chacun aura la volonté de donner à cette inscription « dans le dur » du principe de pluriannualité une déclinaison concrète ambitieuse, assortie des moyens qui s’imposent

*Sondage IFOP-JDD - « Les Français, la laïcité et la lutte contre l’islamisme » - Octobre 2019