En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérer mes cookies.

share share
print

MODELE edito 106 hebdo

Une décision toute récente du Conseil d’Etat risque de changer grandement la donne en matière de communication en santé. Les articles du code de déontologie des médecins et des dentistes leur interdisant toute publicité sont contraires au droit de l’Union Européenne, a-t-il en effet estimé mercredi dans deux arrêts revenant sur sa jurisprudence antérieure.

Dès juin 2018, dans un rapport remis au Premier ministre, le Conseil d’Etat avait plaidé en faveur d’un assouplissement de la règlementation applicable en matière d’information et de publicité pour les professions de santé. La Fédération de l’Hospitalisation Privée avait été auditionnée dans le cadre, et nous avions fait passer deux messages principaux.

Tout d’abord, l’encadrement drastique des informations que les praticiens peuvent aujourd’hui rendre publiques n’est plus compatible avec les attentes légitimes des patients, qui aspirent à davantage d’information et de lisibilité sur l’offre de soins… et sur la qualité de celle-ci !

Pouvoir, dans le strict respect des règles déontologiques, communiquer sur son parcours, ses compétences et ses pratiques et délivrer des informations objectives scientifiques ou pédagogiques, profitera à tous : au patient bien sûr, éclairé de manière plus fiable sur ses choix ; mais aussi au médecin, dont l’expertise gagnera à être mieux connue et reconnue.

Par ailleurs, l’essor de l’économie numérique va frapper d’une obsolescence de plus en plus rapide certaines des restrictions actuelles en matière d’information dans le domaine de la santé. Plutôt de que subir, soyons proactifs, en gardant tact et mesure en toutes choses ! Le tact et la mesure, cela n’aura échappé à personne, n’est pas forcément la qualité première des réseaux sociaux… Il suffit pour s’en convaincre de voir l’opprobre jeté sans discernement sur celles et ceux qui soignent à travers le hashtag BalanceTonMédecin.

Offrir aux praticiens l’opportunité de mieux informer, de manière intelligente et éthique, leur permettra également d’être davantage acteurs de leur « e-reputation ». 

A l’image de la société dans son ensemble, médecins comme patients aspirent aujourd’hui à faire tomber certains carcans pour privilégier la transparence de l’information, qui constitue aussi, ne l’oublions pas, un vrai enjeu d’égalité d’accès aux soins.