En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérer mes cookies.

Quelques principes pour la nouvelle décennie

share share
print

MODELE edito 106 hebdo 8 janvier 2020
Il est un peu passé inaperçu, sans doute pour ne pas trop plomber l’ambiance des fêtes… Mais le « bilan de santé » des professionnels de santé établi par l’institut d’opinion Odoxa n’est guère florissant. Ils se disent en effet majoritairement insatisfaits au travail, à 54%, alors que par comparaison plus des trois-quarts des Français expriment une satisfaction à l’égard de leur contexte professionnel.

Ce qui réunit tout le monde en revanche, c’est la vision très sombre de l’avenir de notre système de santé, 57% des Français et 78% des professionnels portant sur celui-ci un regard négatif, les pourcentages grimpant à respectivement 78% et 96% concernant la situation de l’hôpital. Pour parachever le tableau, 75% des Français et 92% des professionnels estiment que la situation va encore empirer…

Il faut regarder cette réalité en face, à savoir cette profonde inquiétude que notre propre Baromètre FHP-Viavoice de décembre traduisait également. Non pour jouer les pleureuses, mais au contraire pour y puiser la force, pour la prochaine décennie, de porter des principes fondateurs.

Le premier principe, c’est celui de la reconnaissance de celles et ceux qui soignent. Le philosophe Frédéric Worms le dit parfaitement : le soin structure des pans entiers des relations humaines. Il contribue à une société plus soudée, plus solidaire. Nous savons bien que nous aurons de nombreux périls à affronter dans les années futures : les établissements de tous statuts et les professionnels de santé seront, plus que jamais, indispensables pour protéger et réparer. La valorisation des professions du soin doit être un impératif politique pour la décennie à venir.

Le deuxième principe, c’est encore et toujours celui de l’équité. A tort ou à raison, le sentiment d’injustice taraude les citoyens. Il est le ferment des divisions, des replis sur soi, à l’échelle individuelle ou collective. Les dix dernières années ont occasionné dans notre pays des fractures de toutes sortes. Notre profession elle-même a, par le passé, ressenti qu’elle n’était pas considérée à la mesure des missions d’intérêt général qu’elle accomplissait. La donne a réellement évolué, mais il faut toujours prendre garde à ne jamais donner prise, dans les arbitrages politiques, à l’absence d’équité et à l’injustice. La confiance jette des ponts pour bâtir l’avenir.

Enfin, dernier principe qui sera ma ligne directrice en 2020 : soyons utiles, soyons responsables, soyons au service du public. En ce début d’année chaotique sur le plan social, sachons retrouver le sens du service au public, partout et pour tous. Ne jouons pas avec le feu. La dernière décennie a vu émerger des extrémistes de tous ordres. Puisque nous avons la chance immense de vivre dans un pays où nous pouvons prendre la parole, exerçons ce droit de manière pleine et responsable, en étant constructifs et force de proposition pour les réformes à venir.

Je vous souhaite une belle année 2020 !