En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérer mes cookies.

Le Bon Chemin

share share
print

MODELE edito 106 hebdo 12 fevrier 2020
En juin 2018, dans le document de contribution à la transformation du système de santé de la Fédération de l’Hospitalisation Privée, nous pointions la nécessité « d’offrir une visibilité à trois ans sur l’évolution des ressources des établissements de santé ». Toute bonne idée a, dit-on, vocation à prospérer ! La signature jeudi dernier, entre la ministre de la santé et les fédérations hospitalières, d’un protocole garantissant cette visibilité est l’aboutissement heureux d’un travail de conviction mené de longue date auprès de nos interlocuteurs institutionnels.

Ce n’est sans doute pas un hasard si la signature de ce protocole intervient maintenant. Pour tout, il y a un temps politique. Le temps, d’abord, de tisser avec le ministère de la santé des relations de confiance et d’écoute réciproques. Le temps, aussi, que l’ensemble des fédérations travaillent de concert sur cette démarche, donnant ainsi davantage d’impact à nos arguments. Le temps, enfin, d’un gain en maturité collectif, privilégiant des relations plus contractuelles et plus responsables entre l’Etat et les acteurs de santé.

Le protocole ainsi signé prévoit une progression minimale de l’Ondam de 2,4% pour les trois prochaines années, et garantit des socles minimum d’évolution annuelle des tarifs ajustés chaque année. Il n’était plus concevable qu’un secteur aussi fondamental que celui de la santé, qui porte des enjeux prospectifs immenses, continue à pâtir d’un pilotage à courte vue. Si nous voulons être audacieux pour innover et ambitieux pour les patients, avoir les moyens de voir loin est déterminant !

Enfin, j’y vois aussi la reconnaissance tangible de l’engagement des établissements de santé, et notamment des hôpitaux et cliniques privés, dans la transformation du système de santé. Disons-le, ne plus avoir constamment les yeux braqués sur les arbitrages financiers et libérer du temps et de l’énergie pour la stratégie et la prospective est appréciable… Le protocole formalise notre contribution à des chantiers capitaux pour l’avenir, tels que la qualité et la pertinence des soins ou encore la qualité de vie au travail et la fidélisation des professionnels. Nous serons au rendez-vous.

Agnès Buzyn a parlé à juste titre d’une « démarche inédite » et d’un « changement de méthode complet ». Souhaitons que cet esprit diffuse sur d’autres sujets et dans d’autres sphères, car c’est à l’évidence le bon chemin.