En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérer mes cookies.

Soigner et rassurer

share share
print

Edito 106 6 mai
La stratégie de déconfinement est un exercice d’équilibriste, entre protection de la santé, préservation des libertés, et reprise économique. Face à ces injonctions parfois paradoxales, il est bien compréhensible que les citoyens ressentent de l’inquiétude, voire du désarroi.

Dans cette période transitoire complexe, chacun a son rôle à jouer : l’Etat, qui donne un cap, les élus locaux, qui le déclinent et l’ajustent en fonction des réalités du terrain, et l’ensemble des acteurs de la société qui ont démontré, ces deux derniers mois, à la fois leur créativité et leur esprit de responsabilité. Cette créativité et cette responsabilité seront deux qualités majeures dans les semaines qui viennent, où vont se réinventer de nouveaux modes de vie, et où chacun devra par sa conduite « prendre soin » d’autrui.

C’est dans cet esprit que l’Hospitalisation privée a bâti, avec les Conférences médicales des établissements de santé, une Charte d’engagement baptisée « Vous soigner, vous rassurer » autour de la sécurisation des prises en charge dans les hôpitaux et cliniques privés.
Les Français doivent revenir consulter, leur santé en dépend, car de nombreux indicateurs aujourd’hui sont inquiétants sur le renoncement aux soins : mais ils reviendront si nous les rassurons, si nous leur disons clairement que dans ce contexte épidémique, nous déployons toutes les mesures recommandées et précautions requises, avec des professionnels formés qui assurent un accompagnement et un suivi personnalisés de l’état de santé de chacun.

Il ne s’agit pas d’une pétition de principes, mais d’engagements ancrés dans les pratiques du terrain qui se mettent en place, dans l’adaptation nécessaire des organisations, dans la créativité des professionnels qui doivent composer avec cette nouvelle donne : la vie, pendant sans doute encore de long mois, avec le Covid, et l’indispensable conciliation avec l’attention portée à toutes les autres pathologies.

Dans une telle démarche, il ne suffit pas de dire ce que nous faisons : il faut être à l’écoute des gens, de leurs appréhensions, de leurs attentes, de leurs demandes, et y répondre. Rassurer ne peut procéder d’une démarche unilatérale, mais d’une aptitude à créer l’adhésion. L’époque est au fleurissement des protocoles sanitaires divers, qui sont évidemment nécessaires : mais le défi du déconfinement ne sera relevé qu’avec la participation de toute la société, une société mature qui parvient à dépasser ses peurs, à être résiliente et surtout solidaire.