En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérer mes cookies.

La santé, au cœur du pacte social

share share
print

MODELE edito 106 hebdo 8 juillet 2020
Entre les grandes manœuvres à la tête de l’Etat et la nécessité de trouver un terrain d’entente autour de la rémunération des soignants, les arbitrages du Ségur de la Santé se font désirer. Mais le nouveau Premier ministre s’est tout de suite saisi de ce défi, bien décidé à conclure le Ségur dès cette semaine par un accord qui satisfasse les parties. Un terrain complexe, mais familier pour Jean Castex, fin connaisseur de longue date des enjeux de santé et des politiques sociales. Cela permet raisonnablement d’espérer une issue favorable... sous le signe de l’égalité de traitement de tous les acteurs.

Dans cette dernière ligne droite après des semaines de concertation, l’hospitalisation privée demeure particulièrement vigilante à ce que les professionnels du secteur, mobilisés avec une intensité peu commune pendant la crise, bénéficient de toute la reconnaissance qu’ils méritent...

Invité du journal télévisé vendredi soir, le Premier ministre a affirmé croire « aux territoires, à la confiance et aux valeurs de responsabilité ». L’hospitalisation privée ne peut que souscrire à cette philosophie d’action. Les propositions que nous avons portées dans le cadre du Ségur procèdent très largement de cette volonté de redonner des latitudes d’action aux acteurs du territoire, de privilégier la concertation et la responsabilisation, pour répondre de façon adéquate aux besoins des citoyens.

Au-delà du maintien des niveaux d’alerte nécessaire sur la pandémie et des décisions du Ségur, c’est tout un pays qui doit à présent se relever et affronter l’impact économique et social de la crise. Jean Castex veut à juste titre, à la faveur du Ségur, remettre l’emploi au cœur des préoccupations. C’est essentiel. La santé est un secteur créateur d’emplois qui doit être partie prenante de la relance de la Nation. N’oublions pas, parmi les chantiers immenses de ce « nouveau pacte social » que le Premier ministre appelle de ses vœux, l’enjeu majeur de la formation.

Je n’aurai garde d’oublier l’importance de la continuité politique dans le contexte présent, entre le péril pandémique en embuscade, des décisions majeures en passe d’être prises dans le champ de la santé, et évidemment le PLFSS à forts enjeux qui se profile. Olivier Véran reste, et c’est heureux, aux commandes de la Santé, et je salue l’arrivée de Brigitte Bourguignon sur le dossier autonomie. La continuité de l'action publique et leur connaissance des dossiers seront des atouts précieux pour conduire une refondation ambitieuse et équitable de notre système de soin