En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérer mes cookies.

Les Français, meilleurs soutiens des acteurs de santé

share share
print

edito 106 07102020
Enjeux de savoirs, enjeux de pouvoirs, cette crise sanitaire met en jeu des oppositions, des conflits voire des manipulations multiples, qui accroissent la charge d’anxiété liée à la maladie. Ce qui se passe dans de nombreux pays, de la Chine au Brésil en passant par les Etats-Unis, ne doit pas nous laisser indifférents : car en France également, le populisme sanitaire fait florès, sur fond de parole politique et scientifique hélas largement démonétisée.

La théâtralisation orchestrée par Donald Trump de sa positivité au Covid constitue à ce titre le dernier épisode en date : ses contradictions apparentes depuis le début de la crise participent en réalité de la même minimisation de la gravité du virus, et de l’affirmation de sa puissance envers et contre tout. Chaque geste, comme le fait d’ôter ostensiblement un masque, participe d’une posture qui fait froid dans le dos, quand on imagine l’effet démultiplicateur à travers la planète de l’affichage d’une telle irresponsabilité.

Nous aurions tort de ne pas analyser cela de très près. Récemment, on a pu par exemple entendre certaines personnalités remettre en cause les données des Agences Régionales de Santé. Des stars à forte audience s’improvisent épidémiologistes dans des posts enflammés sur les réseaux sociaux. Alors oui, il y a pu avoir sur le Covid des revirements parfois difficilement compréhensibles, de la part des scientifiques comme de la puissance publique : mais convenons qu’il est normal, et même rassurant, que la doctrine évolue en fonction de l’évolution même de nos connaissances sur la pandémie…

Arrêter la démagogie serait donc de bon aloi, pour ne pas en rajouter à l’angoisse bien légitime des citoyens. Le dernier sondage Odoxa montre que les trois-quarts des Français sont inquiets face au virus, et près de 6 sur 10 préoccupés pour leur propre santé. Face à cela, les politiques, les experts, les professionnels de santé… doivent agir en acteurs responsables, sans jamais céder aux sirènes des vaines polémiques, pour informer, rassurer et faire de la pédagogie.

Le même sondage Odoxa montre que les Français plébiscitent les professionnels de santé - avec des scores oscillant entre 92 et 96% - dans leur lutte contre le coronavirus. Cette confiance nous honore. Mais elle nous invite aussi à être pleinement partie prenante des messages de santé publique, relatifs au respect des gestes barrières et de toutes les attitudes propices à faire reculer la maladie. Car il n’y a pas que le Covid : il y a aussi toutes les autres pathologies qui doivent pouvoir être accueillies de manière pleinement sécurisées.

Les Français considèrent à 83% que le système de santé « s’en est bien sorti » au printemps. Pour que cela se confirme dans les prochaines semaines, ils doivent être, par leurs comportements, nos plus efficaces soutiens.