En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérer mes cookies.

La donne a changé

share share
print

106 hebdo 28102020
« Des enseignements tirés de la première vague », « pleinement impliqués dans la crise », « davantage de fluidité », « des acteurs de premier plan », « une aide précieuse », « les cliniques prêtes pour la deuxième vague » : le message est passé, et bien passé. Les médias se font désormais quotidiennement l’écho du rôle fondamental des établissements privés dans la crise. Aucune satisfaction narcissique dans un contexte aussi grave, mais la reconnaissance du travail remarquable accompli par tous les professionnels, si importante tant la tâche est rude…

Cette reconnaissance, elle se manifeste dans la visite lundi dernier de l’un de nos établissements par Olivier Véran, « venu à la rencontre des soignants mobilisés jour et nuit », et dans les déplacements de directeurs généraux d’ARS dans nos cliniques. Lors d’une réunion hier, le ministre a entamé sa prise de parole par des propos élogieux envers la mobilisation des acteurs privés.

Pour reprendre les termes d’un journaliste qui m’a interviewé récemment, « la donne a changé ». Alors que nous abordons des semaines préoccupantes pour la santé des Français, cette association pleine et entière du privé, cette aisance accrue dans les coopérations avec le public, sont tout simplement vitales. Nous veillerons en permanence à ce qu’il n’y ait aucun accroc, nulle part sur les territoires, à ces principes d’action.

Car les citoyens comptent sur nous. Dans un sondage Elsan/Opinionway qui vient d’être publié dans le cadre du « Big Bang Santé » du Figaro, 75% des Français pensent que les hôpitaux et les cliniques sont capables de faire face à la seconde vague du Covid. Cette confiance nous oblige. Elle suppose aussi que nous continuions à maintenir un niveau de soins à la hauteur des besoins des patients non-Covid, pour éviter tout retard de soins.

Ce soir, nous serons tous devant notre télévision pour écouter le Président de la République. Les arbitrages à opérer sont d’une infinie complexité. Quels qu’ils soient, nous resterons sur la ligne que l’hospitalisation privée porte depuis le début de la crise : celle de la responsabilité, de la pédagogie, de l’appel au civisme et à la cohésion du pays. En dépit des sacrifices que les temps nécessitent, c’est la seule ligne tenable pour vaincre ensemble, espérons-le le plus tôt possible, cette pandémie.