En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérer mes cookies.

Dimanche, on vote aussi pour la santé !

share share
print

edito 16 juin
48 millions de Françaises et de Français sont appelés aux urnes dimanche prochain, pour le premier tour des départementales et régionales. Dans une relative indifférence, qui laisse craindre une mobilisation électorale en berne… alors que, pourtant, c’est de notre quotidien qu’il s’agit.

Au sein de la Fédération de l’Hospitalisation Privée, nous n’avons pas voulu « enjamber » ces élections au motif qu’une autre, certes plus auréolée de prestige, se profile en 2022… Nous avons beaucoup de respect pour les élu.e.s de nos territoires, largement sollicités sur les enjeux de santé, et accordons une grande importance à la relation et à la construction de projets avec eux.

Confrontés à de vraies difficultés, ils tendent de plus en plus à privilégier une approche pragmatique qui fait fi des statuts : ce qui prime, c’est l’accès effectif et la qualité des soins prodigués à leurs concitoyens. La crise sanitaire, sans doute, a aussi contribué à faire tomber certaines barrières.

Nous avons donc entrepris depuis quelques semaines, en lien avec les Fédérations de l’hospitalisation privée de chaque Région, de mieux faire connaitre aux candidates et aux candidats la place des hôpitaux et cliniques privés dans l’offre de soins ; et de leur proposer des perspectives pour la santé dans leur territoire.

Notre conviction est qu’après une crise qui a fragilisé les acteurs, il est préférable de réunir, de rassembler, que d’opposer. Les Agences Régionales de Santé, qui ont été à la hauteur du combat contre le virus, et les collectivités territoriales, impliquées dans la définition des priorités de santé en adéquation avec les besoins de la population, doivent travailler ensemble au sein d’une véritable démocratie territoriale en santé, vivante et partagée.

A l’heure où les financements en santé se territorialisent, les collectivités territoriales auront un rôle essentiel à jouer pour privilégier des investissements à haute valeur ajoutée pour les patients et le système de santé. Les choix devront être motivés par leur apport à une vraie transformation de l’offre de soins, qualitative, pertinente, innovante, et non par des considérations idéologiques !

Et puis, il y a un enjeu majeur à construire, dans une stratégie vraiment partenariale, avec les élus locaux : la formation des professionnels de santé ! Les hôpitaux et les cliniques connaissent une cruelle pénurie de professionnels de santé, notamment paramédicaux. Nous pouvons impulser, ensemble, une vraie dynamique en matière de formation et d’attractivité des métiers de la santé, qui sont des métiers formidables et fondamentaux pour bâtir la société du soin de demain.

Nous serons donc particulièrement attentifs, à l’issue du scrutin, à tisser des liens de confiance et de collaboration avec les nouveaux exécutifs territoriaux, car nous avons, ensemble, de grands défis à relever.