En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérer mes cookies.

Simplification, visibilité, transparence : les clés de la confiance

share share
print

edito 6 octobre
S’il y a une communauté de vue entre les acteurs de santé et les citoyens dans leur ensemble, c’est bien sur le sujet de la complexité dans laquelle ils évoluent. Dans une récente étude OpinionWay, 42% des sondés estiment que le système de santé est difficile à comprendre, notamment du fait du mille-feuille administratif. 86% des Français considèrent que notre pays compte trop de démarches administratives, et singulièrement en santé avec des incidences sur l’accès aux soins.

Il en ressort un enseignement simple et transposable à de multiples réalités : quand la lisibilité, la visibilité, la transparence et la confiance sont au rendez-vous, on peut déplacer des montagnes. A contrario, rien ne peut être bâti quand l’opacité, la complexité, voire la défiance prédominent.

Ce message a également été très présent au congrès de CHAM des 1er et 2 octobre derniers, consacré à un enjeu majeur : « One Health », cette vision de santé globale qui trouve sa pleine légitimité en post-crise sanitaire, et qui suppose d’avoir un cap partagé, entre les acteurs comme entre les pays.

Un enjeu est revenu tel un leitmotiv : celui des données - données épidémiologiques, données diagnostiques, données d’activité - qui doivent être le socle de toute gestion de crise, de toute politique de prévention, et de toute vision stratégique d’avenir.

C’est cette même volonté de « cap partagé » qui motive d’ailleurs la proposition commune des Fédérations hospitalières publique et privées, autour de la vision pluriannuelle à 5 ans de l’Ondam. Un sujet technique ? Non : un puissant enjeu politique, qui fait de plus en plus largement consensus. L’équation est simple : des établissements de santé sécurisés sur la visibilité de leurs financements peuvent en confiance investir et innover au bénéfice des patients. Il faut aller vite, et le Projet de loi de financement de la sécurité sociale 2022 présenté ce matin en Conseil des ministres en offre l’opportunité, car encore une fois : de la visibilité nait la confiance.

L’antithèse de cela, ce sont les réformes des financements des établissements de soins de suite et de psychiatrie, qui à trois mois de leur application, sont conduites dans une totale opacité. Comment créer de la confiance, quand les pouvoirs publics ne sont pas capables de donner de la visibilité à des acteurs qui se sont pourtant illustrés de manière exemplaire au service des patients pendant la crise sanitaire ?

A CHAM, le Président de la République Emmanuel Macron a appelé à « lever les contraintes absurdes », « ôter la technocratie, les corporatismes et les cloisonnements », pour une vision ambitieuse et commune. Ce chemin est long et exigeant. La présidentielle se profile. Elle peut constituer un moment démocratique exceptionnel si elle parvient - vaste programme - à s’extraire des joutes conjoncturelles pour proposer à l’ensemble du pays une vraie vision de long terme.