En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérer mes cookies.

share share
print







La FHP salue la prise en compte
des professionnels du privé et
demande à être associée aux concertations



Communiqué de presse du 25 juin 2020



Le ministre de la santé Olivier Véran a fait hier des annonces concernant le montant et le périmètre de l’enveloppe des revalorisations salariales des professionnels non médicaux, qui concernera le secteur public comme le secteur privé. Cette annonce tire les leçons d’une crise sanitaire qui a révélé l’engagement sans faille de tous les acteurs de santé. Les coopérations entre professionnels et établissements de santé, publics et privés, ont été déterminantes pour faire face à la crise, comme l’a souligné le Président de la République dans son allocution du 13 avril 2020.

Lamine Gharbi, président de la FHP salue cette volonté d’égale prise en considération du public et du privé : « C’est un signal positif sur l’ambition du Gouvernement pour une refondation juste et ambitieuse du système de santé. Les professionnels du privé remplissent les mêmes missions et ont les mêmes qualifications que ceux du secteur public. C’est la reconnaissance légitime de leur engagement avant et pendant la crise sanitaire. Nous serons attentifs à une totale égalité de traitement entre les professionnels des secteurs public et privé. »

Au regard des annonces faites, la FHP demande à présent à ce que tous les représentants du secteur privé soient directement associés à la définition de ces mesures, à la déclinaison de leurs modalités opérationnelles, pour garantir une pleine égalité de traitement, ainsi qu’aux orientations susceptibles d’être prises en matière de formation et d’attractivité.

Les établissements de santé publics et privés connaissent les mêmes difficultés de recrutement, aggravées dans le privé par des rémunérations en moyenne inférieures au public. Plusieurs causes à cette situation : pénurie de soignants et de professionnels formés, insuffisances des dispositifs et des financements de la formation continue pour permettre une attractivité dans l’évolution de carrières.

Avec 10% de postes vacants dans les établissements de santé, ce sont plus de 100 000 emplois qui pourraient être créées dans le secteur sanitaire dont 15 000 dans les hôpitaux et cliniques privés, à condition de rendre plus attractives les carrières et d’engager un vrai « big bang » de la formation. La FHP propose le lancement d’un plan de recrutement d’envergure afin d’augmenter de manière significative le nombre de professionnels soignants formés. L’effort de formation consisterait à former en une année au moins le double d’aides-soignants et d’infirmiers.



-----------------
A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

• 57 % des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,6 millions de passages dans 126 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17 % des hospitalisations psychiatriques
• 20 % de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)

-----------------
Contact presse

Benjamin Azogui, Direction de la communication FHP
01 53 83 56 56 - benjamin.azogui@fhp.fr