En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérer mes cookies.

21.09.2021 Observatoire sociétal FHP/Viavoice Les Français souhaitent l'égalité dans l'accès à la santé pour tous

share share
print

CP 21092021
Marseille, le 21 septembre 2021 - Réalisée pour la FHP du 20 au 24 août 2021, une nouvelle édition de l’Observatoire sociétal FHP – Viavoice, en partenariat avec le Point, a été rendue publique lors des Rencontres de la FHP à Marseille. Elle fait apparaître les perceptions et attentes des Françaises et des Français en matière de santé, après deux ans de crise sanitaire et à la veille de la campagne présidentielle.
Tout d’abord, en lien avec le sentiment de vulnérabilité engendré par la maladie, près d’un tiers des Français se disent inquiets pour l’avenir de leur santé et celle de leurs proches.
Ils sont également préoccupés par l’état de notre système de santé, 54 % estimant qu’il s’est dégradé.

Le sentiment de dégradation est principalement lié aux inégalités perçues en matière de santé, 69 % des Français considérant que nous ne sommes pas tous égaux en ce qui concerne l'accès aux soins et la prévention. 37% des Français estiment qu’après la crise, l’accès à des soins de qualité représenteront un enjeu plus important pour eux. Ils sont aussi 79% à souhaiter que les organismes complémentaires jouent un rôle plus important dans les enjeux de prévention, de parcours de soin des patients…

Toutefois, les Français saluent l’action des professionnel.le.s du soin :
• près de 8 Français sur 10 estiment que les professionnel.le.s de santé, les hôpitaux publics, les hôpitaux et cliniques privés, ont bien géré la crise,
• 79 % estiment que la coopération public-privé a été une bonne chose pendant la crise
• 73 % déclarent que celle-ci doit être pérennisée, y compris hors période de crise et sur l’ensemble du territoire
• 73 % estiment que chacun des deux secteurs, public et privé, est légitime pour assurer les missions de service public en matière de santé,
• 58 % souhaitent qu’à l’avenir les hôpitaux et cliniques privés jouent un rôle plus important

Il se confirme que pour les Françaises et les Français, le secteur public n’a plus le monopole perçu des missions de service public : 73% estiment que chacun des deux secteurs, public et privé, est légitime pour assurer les missions de service public en matière de santé.
Le regard des Français est également majoritairement positif quant à la gestion de l’accès aux tests et à la vaccination, au passe sanitaire, ainsi qu'au soutien à l’activité économique du pays.

Ces points de satisfaction n’empêchent pas les Français de relever aussi des manquements : mauvaise gestion du nombre de places et de lits en réanimation pour 57% d’entre eux, maladies autres que le Covid trop délaissées pour 61%, enjeu de la santé mentale insuffisamment pris en compte pour 57%.
Logiquement, dans la foulée de la pandémie, la santé apparaît comme un enjeu important de la campagne présidentielle pour 86 % des Français, et même prioritaire pour un tiers d’entre eux.
Ainsi, pour 71 % des Français, les propositions concernant l’avenir du système de santé seront importantes pour le choix de leur candidat.

Du reste, les Français identifient les actions à mener prioritairement :
• Former davantage de professionnel.le.s de santé pour 61 %,
• Favoriser l’accès à des soins de proximité pour tous et partout sur le territoire pour 57 %,
• Investir davantage dans le domaine de la santé afin d’accorder plus de moyens aux établissements de santé pour 57 %, et à la recherche médicale pour 55 %,
• Agir pour la souveraineté sanitaire, notamment en relocalisant massivement en France la production de matériel sanitaire, pour 57%.

« Près de deux ans d’une crise sanitaire mondiale ont profondément marqué les Français. Les enseignements de cette étude font apparaître des facteurs d'inquiétude pour l’avenir, car la maladie renforce le sentiment de vulnérabilité de chacun d’entre nous » réagit le président de la FHP Lamine Gharbi.

« Il n’est pas surprenant dès lors que les Français soient inquiets sur l’avenir du système de santé, tout en saluant l’action des professionnels de santé ainsi que la coopération entre les secteurs public et privé dont ils souhaitent qu’elle se pérennise au-delà de la crise.
Il n’est pas étonnant non plus que les Français réclament davantage d’égalité dans l’accès à la santé pour tous. Dans une société de plus en plus fracturée, le besoin d’un bien commun qui unit au-delà des différences se fait fortement ressentir.
Dans ce contexte, la santé constituera un enjeu important, voire prioritaire, de la campagne présidentielle. La FHP sera au rendez-vous de cette échéance majeure en formulant en fin d’année un certain nombre de propositions concrètes pour nourrir le débat »
, précise Lamine Gharbi.

Télécharger le communiqué en pdf

Télécharger tous les résultats du sondage