En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérer mes cookies.

21.09.2021 CP Rencontres FHP Olivier Véran échange avec Lamine Gharbi

share share
print

cp veran rencontres
Marseille, le 21 septembre 2021 - Au cours des Rencontres de la Fédération de l’Hospitalisation Privée, qui se déroulent à Marseille, le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran et Lamine Gharbi, le Président de la FHP ont échangé pendant une heure sur l’évolution de la crise sanitaire et les principaux enjeux et perspectives pour les établissements de santé privés.
Lors de cet entretien, le ministre s’est exprimé sur la situation épidémiologique :
« L’épidémie n’est pas derrière nous. La situation est sous contrôle ou en passe de l’être avec une baisse de 30% de circulation du virus chaque semaine. Pour autant, ce n’est pas le moment de relâcher les efforts même si je ne vois pas émerger de nouveau variant particulièrement contagieux ».

Le ministre a souligné le dialogue social qui a permis de conclure les accords sur le Ségur 1 et sur le Ségur 2 pour le secteur privé et a réaffirmé son soutien aux équipes des établissements privés.

Interrogé sur le financement des établissements de santé, le ministre a déclaré :
« Je ne peux pas déflorer le PLFSS 2022 qui sera dévoilé dans 48 heures mais ce sera plus de 2,3% d’augmentation pour l’ONDAM hospitalier. Chacun aura ainsi les moyens de se développer et de réaliser ses missions »

Cependant la question de la mise en oeuvre des réformes du financement des établissements PSY et SSR, insuffisamment préparées et sans étude d’impact, continue à nourrir beaucoup d’inquiétude car le ministre a confirmé que ces réformes entreraient en vigueur dans trois mois.
« Je demande pour nos établissements SSR un mode de financement équitable axé sur l’activité et l’efficience. Et pour les établissements PSY, pas d’entrée dans la réforme sous dotation globale sans visibilité du modèle intégrant les effets champs et les effets volume. L’avenir de ces établissements est en jeu. J’appelle le ministre à entendre notre inquiétude et nos propositions » a réagit Lamine Gharbi.

À propos de la réforme du financement des urgences concernant les praticiens libéraux, qui provoquera une baisse du montant des honoraires de certains médecins libéraux pouvant atteindre 20 %, le ministre s’est voulu rassurant : « Il n’est pas question de réaliser des économies sur le dos des médecins qui effectuent des gardes de nuit. Nous trouverons une solution, soyez rassurés ! »
Par ailleurs, le ministre a pris acte pour un prochain mandat de la nécessité d’inscrire pleinement le principe de pluriannualité à 5 ans afin de donner de la visibilité aux acteurs de la santé.