En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérer mes cookies.

Communiqués de presse 2018

14 Décembre - Agnès Buzyn aux Rencontres de la FHP

Communiqué de presse

Agnès Buzyn aux Rencontres de la FHP


« Je veux du bien au secteur de la santé »



Paris le 14 décembre 2018 – La ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn est intervenue aujourd’hui aux Rencontres de la FHP. Il s’agit du rendez-vous annuel des hôpitaux et cliniques privés qui a rassemblé plus de 600 acteurs et professionnels de la santé.

Agnès Buzyn a déclaré que son objectif était de rendre la confiance au secteur de la santé : « Je veux du bien au secteur de la santé. Il a été un peu malmené. Je veux que les soignants retrouvent un sens à leur travail. Mon engagement est d’être à leur écoute. Je suis là pour valoriser le secteur car je connais son engagement ».

« J’ai besoin de tout le monde pour transformer le système de soins. Je n’ai aucun tabou, je veux que la réforme soit réussie ! » a poursuivi la ministre.

A propos des urgences, Agnès Buzyn a précisé : « Mon objectif est une meilleure régulation des soins non programmés. Il y a une meilleure organisation territoriale à trouver pour les améliorer. Le secteur privé y a toute sa place ».

Lamine Gharbi, président de la FHP a conclu : « Nous avons une ministre de la santé qui nous fait confiance et qui compte sur nous. Elle nous demande en retour de lui accorder nous aussi notre confiance. Nous avons l’assurance qu’elle prendra en compte l’avis de l’ensemble des acteurs pour réussir la transformation du système de santé. Agnès Buzyn peut compter sur l’engagement de la profession avec nos partenaires que sont les hôpitaux publics et associatifs. Nous répondrons présents ! ».


  • Télécharger le Communiqué de Presse au format Pdf

A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)

Contact presse :

FHP
Benjamin Azogui
Direction de la communication
01 53 83 56 56 / 06 27 20 18 49
benjamin.azogui@fhp.fr



13 décembre 2018 - 11e Edition des Trophées de l'Hospitalisation Privée 2018

11e Edition des Trophées de l'Hospitalisation Privée 2018

9 hôpitaux et cliniques privés récompensés pour leur innovation et leur engagement au service des patients 


Paris- 13 décembre 2018 - La FHP (Fédération de l’Hospitalisation privée) a remis ce mercredi 12 décembre ses Trophées annuels qui récompensent les initiatives remarquables mises en œuvre par les hôpitaux et cliniques privés.

La cérémonie parrainée par le Dr Alain Milon, président de la commission des affaires sociales du Sénat, s’est déroulée au Carrousel du Louvre à la veille des deux journées consacrées aux Rencontres de la FHP. Pour cette 11ème édition, 9 hôpitaux et cliniques privés ont été distingués.

Les lauréats ont été sélectionnés par un jury de personnalités reconnues et indépendantes du secteur de la santé dans quatre catégories : 

• Oganisations innovantes du parcours de santé (nouvelle catégorie)
• Clinique socialement responsable
• Relations patients
• Excellence médicale

Un Trophée « coup de cœur du jury » a aussi été décerné en clôture de la cérémonie.

« Chaque année, c’est pour moi une grande émotion de remettre ces Trophées » a déclaré Lamine Gharbi, le président de la FHP. « En effet, si ces Trophées représentent une récompense, ils sont avant tout la reconnaissance de l’engagement de tous nos établissements au service des 9 millions de patients qu’ils accueillent chaque année. Cet engagement est fait de compétence, d’enthousiasme et de beaucoup de travail. Il est le garant de la qualité des soins dispensés dans nos 1030 hôpitaux et cliniques privés. Quelle fierté de mettre à l’honneur les établissements et les équipes qui incarnent cette mobilisation continue de l’hospitalisation privée, en dépit des difficultés parfois rencontrées ! »

Palmarès de la 11ème édition des Trophées de l’Hospitalisation privée

Catégorie Organisations innovantes du parcours de santé

- Lauréat : Clinique Provence Bourbonne (Aubagne – Ramsay Générale de Santé) pour le projet « Un Serious Game impliquant les patients dans leur rééducation en SSR neurologique. Le but de ce « sérious game » baptisé S'TIM est d’aider les patients à récupérer leurs fonctions cognitives et exécutives telles que se repérer dans le temps et l’espace, planifier une tâche, s’adapter à un contexte.

- Nominé : Polyclinique du Grand Sud (Nîmes) pour le projet « Gestion coordonnée des parcours de santé, une plateforme ville-hôpital d’accompagnement, de suivi et de surveillance à domicile » Cette démarche vise à mieux articuler prévention, prises en charges sanitaires, médico-sociales et sociales avec l’ensemble des intervenants impliqués. La plateforme permet notamment de gérer les RDV, de partager les éléments clés du dossier patient, d’effectuer de multiples évaluations.

Catégorie Clinique socialement responsable

- Lauréat : Clinique de Miremont (Badens) pour le projet « La Clinique de Miremont : du chaos à une belle renaissance, ou comment retrouver de la performance par le bien-être au travail ». L’objectif de cette démarche réside dans la volonté de faire de la qualité de vie au travail une valeur fondamentale et la priorité au sein de la Clinique de Miremont pour mettre en œuvre une culture de la performance par le bien-être.

- Nominé : Polyclinique de Limoges (Limoges) pour le projet « "Vis ma vie" dans le cadre de la semaine QVT (qualité de vie au travail) ». L’objectif de ce partage d’expériences est de découvrir un nouveau métier en donnant l’occasion aux salariés volontaires de mieux connaitre la réalité du travail de leurs collègues, leurs contraintes, leurs compétences.

Catégorie Relations Patients

- Lauréat : Clinique de l’Union (Saint Jean - Ramsay Générale de Santé) pour le projet « La sensorialité au cœur de la relation parent-enfant en néonatologie ». L’objectif est de permettre à la mère et l’enfant de cohabiter harmonieusement grâce à des chambres équipées de deux espaces distincts et d’un matériel protégeant le développement neurosensoriel des bébés des agressions sonores, lumineuses et tactiles. Cette architecture s'adapte aux contraintes liées à une prise en charge médicale et / ou à un handicap neurosensoriel des parents.

- Nominé : Imagerie médicale de l’Hôpital privé d’Antony (Antony – Ramsay Générale de Santé) pour le projet « PATIENT R ». L’objectif de ce programme est la mise en place d’une organisation adaptée aux besoins des patients en garantissant l’obtention des résultats de biologie et de radiologie en moins d’une heure pour les médecins de ville chaque fois que nécessaire.

Catégorie Excellence médicale

- Lauréat : Hôpital Privé Jean Mermoz (Lyon - Ramsay Générale de Santé) pour le projet « Chirurgie pancréatique avec assistance robotique : étude pilote de faisabilité ». Le projet vise à la diminution du taux de mortalité/morbidité et à l’amélioration de l’efficience chirurgicale, ce qui passe par le développement des techniques mini-invasives (chirurgies coelioscopiques et robotique).

- Nominé : GCS-ES Axium-Rambot pour l’article publié dans la revue scientifique médicale britannique The Lancet, intitulé « Targeted therapy with a localised abluminal groove, low-dose sirolimus-eluting, biodegradable polymer coronary stent (Target All Comers): a multicentre, open-label, randomised non-inferiority trial »

Coup de cœur du Jury

- Lauréat : Polyclinique du Cotentin (Equeurdreville) pour le projet « Campagne de recrutement de médecins : « Nous sommes Med'in Cherbourg, et toi ? ». Lancée sur les réseaux sociaux, cette campagne est portée par les praticiens de la Polyclinique du Cotentin et du Centre Hospitalier Public du Cotentin (CHPC) à destination de leurs confrères ou futurs confrères : « Nous sommes Med’in Cherbourg, et toi ? ». Cette initiative innovante permet, dans le cadre d’une coopération public-privé précieuse, de présenter une ville dynamique dont la population est attachée à son territoire, profitant notamment des loisirs de mer pour une qualité de vie exceptionnelle, avec des médecins fiers de leur outil de travail et très satisfaits de leurs conditions d’exercice à Cherbourg. Cette campagne qui s’inscrit dans une dynamique territoriale bénéficie du soutien des commerçants de la ville.


A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)


Contact presse :

FHP
Benjamin Azogui
Direction de la communication
01 53 83 56 56 / 06 27 20 18 49
benjamin.azogui@fhp.fr

12 décembre - Sondage FHP – Viavoice

COMMUNIQUE DE PRESSE

Les Français, entre conscience des difficultés du système
et confiance aux établissements et professionnels de santé

12 décembre 2018 - Réalisée pour les Rencontres de la FHP des 13 et 14 décembre, la deuxième édition de l’Observatoire sociétal FHP/ Viavoice montre que les Français ont une conscience très aigüe des difficultés du système de soins, puisque les deux-tiers (67%) considèrent que celui-ci est victime de « dysfonctionnements majeurs ».

Le manque de moyens financiers des établissements de santé pointé par les Français

La nature de ces dysfonctionnements concerne d’abord le manque de moyens financiers dévolus tant au système de santé (53%) qu’aux établissements (69%), qui se traduit par des conséquences préjudiciables pour les professionnels de soins : pénurie, épuisement… C’est d’ailleurs pour rompre avec la politique du rabot en santé, qui s’est traduite par des baisses réitérées de tarifs sur les cinq dernières années, que l’ensemble des fédérations hospitalières ont uni leurs voix en novembre pour demander des moyens à la hauteur des missions qui leur incombent.

Dans ce contexte difficile, un tiers des Français dit ressentir des difficultés à se soigner correctement. L’accès aux soins, tant géographique que financier, est un sujet de préoccupation. Par ailleurs, plus d’un tiers des Français a le sentiment qu’un soin nécessaire ne lui a pas été prodigué (38%), ou qu’un examen ou un soin inutile lui a été prescrit (31%). Améliorer la qualité et la pertinence des soins est un enjeu clairement identifié par les Français.

La FHP rappelle que la pertinence des soins ne doit pas être réduite à une approche statistique fondée sur des moyennes, mais reposer sur la valorisation des bonnes pratiques des professionnels.

La confiance des Français envers les professionnels de santé est un atout

La lucidité des Français sur le manque de moyens consacrés à la santé, mais aussi sur les marges d’amélioration du système (pertinence), s’accompagne en revanche d’une grande confiance - en augmentation par rapport à l’édition 2017 - envers les établissements de santé, tant publics (80%) que privés (78%, +8%) et les professionnels de santé (88%).

Les considérations statutaires public-privé importent peu aux Français. Dans ce contexte, le manque d’information constaté sur les urgences privées (67% des Français n’en ont jamais entendu parler) confirme la nécessité de mieux faire connaitre toute l’offre de soins, et notamment en matière d’urgences, publiques comme privées, qui exercent toutes deux dans les mêmes conditions tarifaires sans dépassement d’honoraires.

Un décalage de perception entre ruraux et urbains

L’Observatoire FHP-Viavoice montre que les habitants des zones rurales pointent davantage les difficultés des établissements de santé (71%) et du système de soins en général (76%) par rapport aux habitants de l’agglomération parisienne (61% et 60%).

Par ailleurs, si un tiers des Français (26 %) dit éprouver des difficultés à avoir accès à un professionnel de santé en raison de la distance ou du temps de trajet, ce sont là encore les habitants des zones rurales (49 % contre 14 % pour l’agglomération parisienne) qui indiquent pâtir de cet accès géographique plus difficile.

En résonance avec l’actualité sociale, ces chiffres témoignent d’un véritable ressenti d’appauvrissement de la présence de santé dans les territoires, auxquelles nous devons collectivement apporter une réponse. La confiance qu’éprouvent les Français à leur égard montrent bien que les établissements de santé et les professionnels de santé sont souvent la dernière « lumière allumée », et qu’il est essentiel pour la cohésion sociale de leur donner les moyens d’agir au plus près des besoins de la population sur les territoires

Lutter contre ce ressenti de désert médical passe par un maillage d’offre de soins de proximité. La FHP a proposé la création de centres de premier recours intégrant l’imagerie et la biologie médicale. Ce nouveau type de structure répond aux attentes des professionnels et aux besoins des patients.

Comment mieux prendre en compte les attentes exprimées dans cette enquête ? Ce sujet figurera parmi les réflexions abordées lors des Rencontres de la FHP, les 13 et 14 décembre, en présence d’Agnès Buzyn.

« Au-delà des différences statutaires qui importent peu aux Français, analyse Lamine Gharbi, le président de la FHP, les acteurs de l’intérêt général que nous sommes sont épargnés par la crise de confiance généralisée. Cet attachement et cette confiance manifestés par les Français à l’égard des établissements et des professionnels montrent que, face aux difficultés rencontrées par le système, les acteurs de santé, sur le terrain sont les mieux placés pour contribuer à son amélioration. Nous sommes pleinement mobilisés pour mener à bien la transformation souhaitée par les Français, et nous devons avoir les moyens de cette transformation. »


A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)


Contact presse :

FHP
Benjamin Azogui
Direction de la communication
01 53 83 56 56 / 06 27 20 18 49
benjamin.azogui@fhp.fr

Restitution intégrale de la réserve prudentielle : Les fédérations hospitalières saluent le premier pas en matière de respect des engagements

COMMUNIQUE DE PRESSE



Restitution intégrale de la réserve prudentielle :

Les fédérations hospitalières saluent le premier pas en matière de respect des engagements.



Paris le 4 décembre - Les 4 fédérations hospitalières, FEHAP, FHF, FHP, Unicancer, saluent la décision de la ministre des Solidarités et de la Santé de restituer l’intégralité des crédits hospitaliers mis en réserve pour 2018, et de respecter ainsi les engagements de rendre aux établissements de santé des crédits qui leur reviennent en raison de la sous-exécution de l’Objectif national des dépenses de l’Assurance maladie (ONDAM). Pour autant, cette décision n’est qu’un juste retour aux établissements de santé de crédits relevant de leur enveloppe, ces derniers ayant largement rempli leur part du contrat et totalement respecté leur sous-objectif de l’ONDAM.

Compte-tenu des graves difficultés économiques auxquelles sont confrontés les établissements de santé aussi bien publics que privés, la restitution de ces crédits était vitale.

Elle témoigne de la reconnaissance par Agnès Buzyn du travail accompli par les professionnels de santé dans un contexte économique et social tendu et de sa volonté de tenir les engagements gouvernementaux. Les Fédérations apprécient cette démarche comme un signe de confiance envers les établissements de santé.

Dans un même état d’esprit, elles attendent également dans les mois à venir la restitution de la sous-exécution de l’ONDAM hospitalier et médico-social.

Les fédérations hospitalières renouvellent également la demande qu’elles ont récemment formulée ensemble d’une augmentation à minima de 1% des tarifs hospitaliers, qui tienne ainsi compte de la hausse de l'inflation et des prévisions réalistes de leur activité.

Après six années de baisses ininterrompues, les tarifs sont devenus incompatibles avec les enjeux de santé chers aux Français. Les établissements ont plus que jamais besoin de retrouver des marges de manœuvre pour remplir leurs missions au service des patients, pour investir dans l’avenir et pour mener de vraies politiques sociales.

Les Fédérations hospitalières rappellent que les établissements ont aujourd’hui un besoin urgent de moyens en attendant que les effets de « Ma santé 2022 » ne commencent à se faire sentir.


A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)


Contact presse :

FHP
Benjamin Azogui
Direction de la communication
01 53 83 56 56 / 06 27 20 18 49
benjamin.azogui@fhp.fr


3 décembre - Med-ebloom remporte le prix "Start-up"

COMMUNIQUE DE PRESSE

Med-ebloom remporte le prix "Start-up"

Lors du Congrès Français de Psychiatrie à Nantes,

les cliniques psychiatriques ont récompensé

la solution Med-ebloom

qui innove au service de la santé.




Paris, le 3 décembre 2018 – C’est la solution Med-ebloom qui a remporté le prix « Start-up » remis par la FHP-Psychiatrie lors du 10ème Congrès Français de Psychiatrie qui s’est déroulé à Nantes du 28 novembre au 1er décembre.

Le projet développe une solution de réalité virtuelle pour immerger le patient face à l’objet de son trouble et permet au thérapeute de créer une application personnalisée pour le patient sur une plateforme compatible avec les navigateurs principaux.

L’hospitalisation privée était présente à ce congrès qui a pour thème : « Le temps ». Les débats, qui ont réuni toutes les composantes de la psychiatrie française, ont porté notamment sur le temps comme paramètre de la maladie psychiatrique mais aussi de la guérison. Ont été aussi abordées les thématiques suivantes : le temps nécessaire à la recherche, ce que l’on perçoit du temps qui passe, ou encore l’évolution des pratiques en psychiatrie.

Le prix "Start-up”, inauguré par la branche psychiatrie de la FHP l’an dernier, a pour vocation de récompenser une initiative innovante en santé mentale.

« Le lauréat de cette deuxième édition illustre parfaitement l’ambition de notre prix « Start-up » qui est de favoriser une plus grande proximité entre les cliniques psychiatriques et des jeunes entreprises capables d’apporter rapidement des innovations pertinentes. Soutenir des start-up comme Med-ebloom qui œuvrent au service des patients est important alors que l’évolution de la technologie peut apporter de nouvelles solutions à la prise en charge » déclare le Dr Olivier Drevon, président de la FHP-Psychiatrie.

« Bravo à Med-ebloom pour ce prix qui récompense sa vision novatrice du soin ! Nous sommes heureux de contribuer à la reconnaissance de start-up méritantes aux compétences avant-gardistes. » a affirmé Lamine Gharbi président de la FHP.

La solution sera présentée lors d'un Conseil d'Administration de la FHP Psychiatrie et fera l'objet d'une communication à destination des 170 établissements psychiatriques adhérents. Le projet sera par ailleurs récompensé d’une dotation de 1.000 euros.

Le jury était composé des professionnels de santé suivants :

• Dr Olivier Drevon, Président de la FHP-Psychiatrie
• Dr Jean-Paul Boule, Chef de projet régional en santé mentale, ARS Pays de la Loire.
• Elise Doucas, Directrice adjointe au CHU de Nantes.
• Audrey Fontaine, Présidente de l’association française des étudiants en psychiatrie (AFFEP).
• Pr Marie Grall-Bronnec, Service d'Addictologie et de Psychiatrie de Liaison, CHU de Nantes.
• Pr Cédric Lemogne, Chef de service Psychiatrie de l'adulte et du sujet âgé, Hôpital européen Georges-Pompidou.



A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)


Contact presse :

FHP
Benjamin Azogui
Direction de la communication
01 53 83 56 56 / 06 27 20 18 49
benjamin.azogui@fhp.fr


9 novembre - 7 organisations se mobilisent en faveur d'un OPCO Santé Médico-Social



COMMUNIQUE DE PRESSE


7 ORGANISATIONS SE MOBILISENT EN FAVEUR
D'UN OPCO SANTE MEDICO-SOCIAL




La Croix-Rouge Française, la FEHAP, la FHP, NEXEM, le SYNERPA, UNA et UNICANCER, ont écrit à la Ministre du Travail, Muriel PENICAUD, à la Ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès BUZYN, à sa secrétaire d’Etat, Christelle DUBOS, et à la secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, Sophie CLUZEL pour les interpeller sur le contour du nouvel Opérateur de Compétences (OPCO) Santé Médico-Social et solliciter un rendez-vous.

Ces organisations préconisent un OPCO ambitieux dont le périmètre couvrirait l’ensemble de leurs activités :

• Le sanitaire avec toutes ses composantes (établissements de santé et ville),
• Le médico-social y compris les services à domicile,
• Et le champ du social tel qu’il est couvert par les organisations signataires.

Cette volonté de regroupement au sein du nouvel OPCO est fondée sur une nécessité de décloisonnement des activités en lien avec le parcours de vie et de soins des personnes soignées, accueillies ou hébergées. Cette ambition repose sur un impératif : la construction d’une filière économique partagée assise sur des métiers et des parcours professionnels complémentaires.

L’élargissement de cet OPCO est essentiel pour relever les enjeux de la stratégie nationale de santé 2018/2022 et de la future réforme Grand-âge Autonomie annoncée pour 2019.

Les 7 organisations attendent à présent un signal fort du Gouvernement en ce sens.


A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)


Contact presse :

FHP
Benjamin Azogui
Direction de la communication
01 53 83 56 56 / 06 27 20 18 49
benjamin.azogui@fhp.fr

7 novembre - Situation des établissements de santé : les Fédérations hospitalières alertent le Président de la République, le Premier ministre et la ministre des Solidarités et de la Santé



Communiqué de presse

Situation des établissements de santé :
les Fédérations hospitalières alertent le Président de la République, le Premier ministre et la ministre des Solidarités et de la Santé


Paris le 7 novembre - Les 4 fédérations hospitalières, FEHAP, FHF, FHP, Unicancer, ont uni leur voix mardi 6 novembre lors d’une conférence de presse commune et pour la première fois, pour alerter sur la situation économique et sociale délétère des établissements de santé et dénoncer un budget hospitalier insuffisant. Après les concertations avec la Ministre de la Santé et devant l’importance des enjeux, elles en appellent désormais au Président de la République et au Premier ministre pour préserver les budgets hospitaliers et entendre leurs propositions.

« Nous souhaitons saluer collectivement les ambitions du Plan « Ma santé 2022 » qui marque une volonté politique de placer la santé au 1er plan. Cependant les moyens ne sont pas en cohérence avec la volonté politique affichée. Il faut donner aux établissements de santé les moyens financiers indispensables pour remplir leurs missions au service des patients, prodiguer à tous et partout la même qualité de soins et investir pour opérer les transformations indispensables de nos structures », déclare le Pr Patrice Viens, président d’Unicancer.

Rebasage de l’Ondam 2018

Même si le budget de l’Assurance maladie progressera en 2019 de 2,5 % par rapport à 2018, dans le même temps l’augmentation naturelle des dépenses de santé sera d’environ 4,5 %. Elle est due notamment à l’accroissement démographique et au vieillissement de la population. De nouvelles économies vont donc être demandées aux établissements de santé. « L’effort qui est demandé aux établissements de santé se chiffre à plus de 800 millions d’euros. Cela intervient dans un contexte de fragilité économique pour tous les établissements de santé. Si nous souscrivons au plan « Ma Santé 2022 », il faut que nos établissements aient les moyens de gérer les prochaines années avant que les effets de ce plan ne se fassent sentir », précise le président de la FEHAP Antoine Dubout.

Restitution des crédits hospitaliers

Les fédérations hospitalières ont notamment tiré la sonnette d’alarme concernant la restitution des crédits hospitaliers gelés au titre de la réserve prudentielle puisqu’ils ont respecté les niveaux de dépenses prévus. « Les établissements de santé ont sous-exécuté d’au moins 105 millions d’euros leur objectif de dépense en 2018. Il convient à la fois de nous rendre le montant correspondant à cette sous-exécution de l’ONDAM et les 415 millions d’euros crédits mis en réserve en début d’année soit 520 millions d’euros qui doivent revenir aux établissements », a constaté Frédéric Valletoux, président de la FHF. Face aux dérapages de l’enveloppe financière des soins de ville, les établissements de santé ne veulent pas être la variable d’ajustement. « Il faut instituer un mécanisme de réserve prudentielle pour la ville suffisamment important », a-t-il ajouté.

Hausse des tarifs hospitaliers

La situation des établissements de santé est précaire dans chacun des secteurs. A ce titre, le moment de vérité sera la fixation des tarifs hospitaliers en mars. « Après six années de baisse consécutive des tarifs, nos établissements de santé ont besoin de retrouver des marges de manœuvre pour mener à bien leur mission de soin et avoir une vraie politique sociale », rappelle Lamine Gharbi président de la FHP. Par ailleurs, l’activité hospitalière tend à se tasser comme cela a été pointé par les différents acteurs dont le directeur de la CNAM devant la commission des affaires sociales du Sénat du 31 octobre. « Aujourd’hui, les tarifs hospitaliers ne sont plus en accord avec la réalité des coûts du soin et des enjeux de santé des Français. Avec une inflation qui progresse, la hausse des tarifs devient une nécessité, d’autant que le volume d’activité des établissements de santé est appelé à baisser. Les prévisions font apparaître que le taux de progression de l’activité hospitalière va diminuer de moitié dans les 3 prochaines années. Le Gouvernement pourra par conséquent alléger la pression tarifaire tout en respectant l’ONDAM. Dans ce contexte, seule une augmentation des tarifs de 1% préservera l’équilibre financier des établissements de santé », évoque Lamine Gharbi.


Demandes des fédérations hospitalières

Après avoir fait part de leurs attentes à la Ministre de la Santé, les fédérations représentant l’intégralité de l’hospitalisation en France interpellent le Président de la République et le Premier ministre sur la situation économique délétère et formulent ensemble 6 demandes :

1. La restitution intégrale des crédits hospitaliers gelés en 2018 au titre de la réserve prudentielle (415 millions d’euros) compte-tenu du respect des objectifs de dépenses, et le montant de la sous exécution (105 millions d’euros) soit 520 millions d’euros ;

2. La mise en place d’une véritable régulation financière des dépenses de la médecine de ville ;

3. Une augmentation a minima de 1% des tarifs hospitaliers, rendue possible au regard de l’évolution de l’activité ;

4. La remise à plat complète de la réforme des transports inter-hospitaliers qui a été mise en œuvre sans concertation et qui fait l’unanimité contre elle ;

5. Le lancement d’une mission sur la construction de l’ONDAM pour améliorer sa lisibilité et le rendre pluriannuel sur une durée de 3 ans. Le mécanisme prix-volume actuel est délétère et génère une perte de sens pour les professionnels (tarif actuellement fixé selon des volumes surévalués, sans lien avec la valeur du soin prodigué) ;

6. La participation des fédérations hospitalières aux travaux sur l’évaluation de la pertinence et de la qualité des soins et son impact sur le financement des établissements de santé.



A propos de la FEHAP :

La FEHAP en chiffres, c’est plus de 4 600 établissements et services sanitaires, sociaux et médico-sociaux gérés par plus de 1600 organismes gestionnaires (associations, fondations, congrégations, mutuelles, organismes de retraite complémentaire et de prévoyance), plus de 246 600 lits et places, 280 000 professionnels pour 2,5 millions de personnes accueillies chaque année (www.fehap.fr). La FEHAP est la fédération de référence du secteur Privé Non Lucratif présente, depuis 80 ans, dans tous les champs de la protection sociale.

Contact presse :
Jean-Baptiste BOUDIN-LESTIENNE
Directeur adjoint de la communication et des relations institutionnelles 
01 53 98 95 30/ 06 14 07 82 14
Jean-Baptiste.Boudin-Lestienne@fehap.fr


A propos de la Fédération hospitalière de France (FHF)

La FHF représente 4 800 établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux, représentant 15 millions d’hospitalisation par an, la moitié des places d’EHPAD, ainsi que les établissements assurant la prise en charge du handicap.

La FHF s’est construite autour de valeurs partagées : égal accès à des soins de qualité pour tous ; innovation et d’excellence dans les soins et l’accompagnement, enseignement et recherche ; continuité de la prise en charge.

La FHF réunit en son sein des hôpitaux de tailles différentes – centres hospitaliers locaux, centres hospitaliers généraux, centres hospitaliers universitaires, établissements spécialisés en santé mentale – ainsi que des Ehpad et des établissements assurant la prise en charge du handicap. Elle défend l’autonomie des établissements hospitaliers et médico-sociaux, gage d’une adaptation intelligente aux réalités du terrain.

Elle travaille à la création d’un véritable service public de santé réunissant dans chaque territoire les professionnels des secteurs sanitaires et médico-sociaux afin d’améliorer la cohérence des parcours de soins et de vie.

www.fhf.fr

Contact presse FHF : Camille TROCHERIE - 01 44 06 85 21 - c.trocherie@fhf.fr


A propos de la FHP

La Fédération de l’Hospitalisation privée (FHP) regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge : 

• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD).

www.fhp.fr

Contact presse : Benjamin AZOGUI
Direction de la communication
benjamin.azogui@fhp.fr 01 53 83 56 88 / 06 27 20 18 49


A propos d’Unicancer

Unicancer est l’unique réseau hospitalier français dédié à 100 % à la lutte contre le cancer et la seule fédération hospitalière nationale dédiée à la cancérologie. Il réunit 18 Centres de lutte contre le cancer (CLCC), établissements de santé privés à but non lucratif, répartis sur 20 sites hospitaliers en France. Les CLCC prennent en charge plus de 516 000 patients par an (en court-séjour, HAD et actes externes).

Unicancer est aussi le premier promoteur académique d'essais cliniques, en oncologie, à l'échelle européenne. Reconnu comme leader de la recherche en France, le réseau Unicancer bénéficie d’une réputation mondiale avec la production d’un tiers des publications internationales en oncologie (source : étude bibliométrique/ Thomson Reuters). 

Les 18 CLCC et la direction R&D d’unicancer sont certifiés Iso 9001 pour leur recherche clinique.

Au total 569 essais cliniques (inclusions ou suivis) sont promus en 2017 par le réseau Unicancer, plus de 15% des patients des CLCC sont inclus dans les essais cliniques et plus de la moitié des PHRC dévolus aux CLCC.

>> Suivez-nous : www.unicancer.fr et découvrez nos rapports d’activité 2017 

Contact presse :
Gwendoline Miguel > Chef de projet communication et relations presse 
01 76 64 78 00 > 07 71 54 08 65 > g-miguel@unicancer.fr




18 octobre - La FHP opposée au forfait de réorientation des urgences vers la ville

COMMUNIQUE DE PRESSE

La FHP opposée au forfait de réorientation
des urgences vers la ville


Paris, le 18 octobre 2018 - La FHP (Fédération de l’Hospitalisation Privée) est opposée au forfait de réorientation des urgences vers la ville. Ce forfait est instauré par un amendement au projet de loi de financement 2019 de la Sécurité sociale, adopté par la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale.
Il serait versé aux établissements hospitaliers lorsqu’un patient se présentant aux urgences sans caractère de gravité est réorienté vers les soins de ville.

«On va donner de l'argent pour ne pas soigner. C’est la négation de l’engagement médical. Cette prime pour ne pas accueillir les patients va à l’encontre des valeurs de la profession» réagit Lamine Gharbi, le président de la FHP, qui ajoute : «Avec cette initiative, les enjeux de responsabilité médicale sont insolubles. Décider qu’il n’y a pas nécessité d’examens complémentaires avant de réorienter un patient n’est pas sans risque. Que se passera-t-il en cas de malaise durant le transport ou en salle d'attente du cabinet médical ? Comment garantira t-on la sécurité du patient

Pour la FHP, cet amendement se heurte à un autre principe de réalité. En effet, dans de nombreux territoires, l’organisation de la permanence des soins des médecins libéraux ne permet pas de faire face à un afflux de patients supplémentaires.

«Il ne suffit pas de décréter un forfait de réorientation pour garantir une prise en charge de qualité des patients en ville», explique Lamine Gharbi. «Il faut proposer des modalités d’organisation adaptées articulant ville et établissements de santé !»

La FHP considère que la véritable réponse au désengorgement des services d’urgences n’est en réalité pas financière mais organisationnelle.

«Je rappelle notre proposition de créer des centres de premier recours, avec biologie et imagerie médicale, pour une offre de soins complète de proximité» indique le président de la FHP.

«Un autre moyen de désengorger les urgences est de mieux s’appuyer sur les urgences privées. Les hôpitaux et cliniques privés disposent de 124 services d’urgences partout en France, accueillant sans dépassements d’honoraires 2,6 millions de patients chaque année. Nous pourrions en accueillir le double» conclut Lamine Gharbi.

La FHP espère que les débats en séance publique la semaine prochaine à l’Assemblée nationale éclaireront sur la totalité des enjeux liés à ce sujet.

  • Télécharger le communiqué de presse en format pdf


A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)


Contact presse :

FHP
Valérie L'Honorey Gaubert
Chargée de communication
01 53 83 56 82 / 56 56
valerie.gaubert@fhp.fr



27 septembre - Lamine Gharbi : « Ce PLFSS s’écarte déjà du cap fixé par le Président de la République »

Communiqué de Presse

Lamine Gharbi : « Ce PLFSS s’écarte déjà du cap fixé
par le Président de la République »



Paris le 27 septembre 2018 – Une semaine après l’annonce du plan santé salué par la FHP, la ministre des Solidarités et de la Santé et le ministre de l’Action et des Comptes Publics ont présenté mardi les grands axes du Projet de loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) 2019.

Si une hausse de l’ONDAM hospitalier en 2019 de +2,4% a été annoncée, en revanche la Commission des Comptes de la Sécurité sociale a dans le même temps indiqué que l’ONDAM hospitalier de l’année en cours allait être revu à la baisse pour compenser l’augmentation des dépenses de la ville.

« C’est la douche froide » réagit Lamine Gharbi président de la FHP. « Renouer avec les manoeuvres comptables pour tenir le budget de la Sécurité sociale, au détriment des établissements de santé provoque une grande déception après les annonces du Président de la République. C’est un mauvais signal qui est adressé à la communauté hospitalière ».

Cette pratique qui consiste à baisser en cours d’année le budget hospitalier pour compenser les dérapages largement prévisibles des autres enveloppes de l’ONDAM n’est pas convenable. Elle témoigne d’un profond dysfonctionnement de la politique de santé de notre pays et ce sont les établissements de santé qui en font les frais alors que leur situation économique et sociale est déjà critique. D’autant que les dépenses hospitalières progressent peu, notamment grâce aux efforts des établissements de santé en matière de qualité et de pertinence de soins.

« Aujourd’hui, les acteurs hospitaliers ont besoin de retrouver de la stabilité pour mener à bien leur mission auprès des patients et entamer les transformations attendues de leur organisation. Une nouvelle baisse des tarifs hospitaliers n’est pas envisageable et ne serait pas supportée compte-tenu de la situation financière des établissements de santé et de l’inflation. Il faut sanctuariser le budget de l’hôpital : les dérapages de l’enveloppe de ville ne doivent pas percuter le budget des acteurs hospitaliers. Les crédits hospitaliers gelés en début d’année pour prévenir les dérapages budgétaires doivent être restitués aux établissements de santé quand ils respectent le volume de dépenses attendu, et c’est le cas ! » affirme Lamine Gharbi.

La FHP rappelle que la réforme des frais de transports, dont la régulation financière sera dorénavant à la charge des établissements de santé, ne peut être mise en oeuvre si elle n’est pas intégralement compensée et si son impact reste incertain pour les établissements de santé. Cette mesure apparaît plus que jamais précipitée et doit être reportée.

Les établissements hospitaliers demandent les moyens pour mettre en oeuvre les orientations positives prévues dans le plan santé afin d’engager une véritable politique sociale, d’investir dans l’innovation, le numérique ainsi que dans la prévention et de structurer les soins de proximité, conformément aux propositions de la FHP et sanctuarisées par le Président de la République.


A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)


Contact presse :

FHP
Benjamin Azogui

Direction de la communication
01 53 83 56 56 / 06 27 20 18 49
benjamin.azogui@fhp.fr



17 septembre - Transports inter-hospitaliers : Les fédérations hospitalières demandent le report de la réforme


logos fede
Paris le 17 septembre 2018 – A compter du 1er octobre 2018, le ministère des Solidarités et de la Santé prévoit de transférer aux établissements de santé la prise en charge financière des frais de transports inter-hospitaliers. En l’état actuel des travaux préparatoires avec les services du ministère, les conditions requises pour la mise en œuvre de cette mesure ne sont toujours pas réunies. Les quatre fédérations hospitalières (FEHAP, FHF, FHP et Unicancer) appellent d’une même voix au report de la réforme. La question des transports dépasse le seul cadre budgétaire et doit être intégrée à une réflexion plus large sur la qualité et l’optimisation des parcours de soins.

Dans un contexte économique toujours plus difficile, les établissements de santé ne peuvent assumer de nouvelles responsabilités financières sans une visibilité suffisante sur l’impact de la mesure et sans la garantie d’une compensation complète. Aujourd’hui, le périmètre et le montant de l’enveloppe ne sont pas clairement définis par les pouvoirs publics.

Les difficultés techniques liées à la prise en charge par les établissements de santé des frais de transport ne sont toujours pas résolues : adaptation et interfaçage des systèmes d’information, traitement des factures et litiges, plate-forme téléphonique de régulation.

En SSR et en psychiatrie, le dispositif doit être revu de manière complète. Il manque des mesures d’impact nécessaires pour les établissements de santé ainsi qu’un dispositif d’accompagnement qui permette de développer des solutions propres aux enjeux de chaque établissement (pratiques tarifaires de certaines sociétés d’ambulances en situation de quasi-monopole).

A tous points de vue, la mise en œuvre de la réforme des transports au 1er octobre 2018 n’est pas souhaitable. Les fédérations hospitalières appellent la ministre à reporter sa mise en application et à engager une véritable démarche d’accompagnement pour les établissements afin d’en garantir le succès.


A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)


Contact presse :

FHP
Benjamin Azogui
Direction de la communication
01 53 83 56 56 / 06 27 20 18 49
benjamin.azogui@fhp.fr


16 juillet - Les cliniques psychiatriques lancent la 2ème édition de leur prix «Start-Up»

Communiqué de presse

Les cliniques psychiatriques lancent la 2ème édition de leur prix "Start up"


Paris, lundi 16 juillet 2018 – La branche psychiatrie de la FHP lance l’appel à projet pour la deuxième édition de son prix « Start-up » destiné à encourager les solutions innovantes en santé mentale. La finale du concours et la remise du prix auront lieu lors du Congrès Français de Psychiatrie le 29 novembre 2018 à Nantes.

« Nous sommes heureux d’organiser à nouveau en 2018 ce concours destiné aux start-up qui s’impliquent dans la recherche de solutions en santé mentale. Le potentiel d’innovation en psychiatrie est immense pour améliorer l’efficience et la qualité des prises en charge. » a rappelé le Dr Olivier Drevon président de la branche psychiatrie de la FHP.

« La collaboration entre les start-up et les hôpitaux et cliniques privés est bénéfique pour tous. Encourageons les synergies et multiplions les opportunités de collaboration pour proposer à nos patients des solutions innovantes qui répondent à leurs besoins » a confirmé Lamine Gharbi président de la FHP.

Les sociétés innovantes qui souhaitent participer au prix « Start-up » ont jusqu’au 15 octobre pour remplir un dossier de candidature sur le site internet du Congrès Français de Psychiatrie : ici

Les 3 meilleurs projets seront sélectionnés par un jury et pourront participer à la finale qui se déroulera à Nantes le jeudi 29 novembre 2018 lors de la session dédiée à l’innovation du Congrès Français de Psychiatrie.

Le projet gagnant se verra récompenser d’un don de 1.000 euros. La société pourra présenter son projet de manière détaillée et exclusive aux membres de la FHP-Psychiatrie lors d’un Conseil d’Administration du syndicat en 2019. Son projet fera également l’objet d’une communication de la FHP-Psychiatrie à destination de ses établissements adhérents.

En 2018, la solution Bloom-up avait remporté ce premier « Prix start-up ». Bloom-up poursuit le développement d’une application pour la prise en charge de la dépression, à destination des médecins (généralistes ou spécialistes) et des patients. Elle combine des méthodes innovantes de soins ayant individuellement fait preuve de leur efficacité dans le traitement des épisodes dépressifs.



A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)


Contact presse :

FHP
Benjamin Azogui
Direction de la communication
01 53 83 56 56 / 06 27 20 18 49
benjamin.azogui@fhp.fr

2 juillet - Panorama des établissements de santé 2018 : Une situation économique apparemment en amélioration mais des indicateurs à long terme inquiétants.



Communiqué de presse

Panorama des établissements de santé 2018 :

Une situation économique apparemment en amélioration mais des indicateurs à long terme inquiétants


Paris le 2 juillet 2018 – La DREES a publié mardi 26 juin l'édition 2018 du panorama des établissements de santé portant sur les données chiffrées de 2016. Plusieurs indicateurs économiques de l’année 2016 montrent une amélioration de la situation pour toutes les catégories d’établissements de santé. Pour autant, les fédérations hospitalières (FEHAP, FHF, FHP et Unicancer) rappellent l’importance de prendre en compte l’ensemble du paysage économique hospitalier et d’accorder une attention particulière aux indicateurs relatifs à l’activité récurrente des établissements.

L’étude de la DREES relève une réduction du déficit pour les hôpitaux publics et privés non lucratifs et une hausse du résultat net pour les hôpitaux et cliniques privés. Cette embellie s’inscrit pourtant dans un contexte marqué par la succession des baisses tarifaires et témoigne des efforts déployés par les établissements de santé pour redresser la barre. Plusieurs indicateurs relatifs au fonctionnement récurrent des établissements de santé sont préoccupants et traduisent une fragilité économique en résonnance avec les difficultés dénoncées sur le terrain par les professionnels de santé. D’une part, l’effort d’investissement des établissements de santé stagne à un niveau insuffisant depuis de trop nombreuses années. D’autre part, le nombre d’établissements de santé publics ou privés déficitaires perdure voire augmente en ce qui concerne les hôpitaux et cliniques privés.

Ces chiffres témoignent d’une réelle difficulté du contexte caractérisé par un manque de moyens et d’une perte de confiance dans l’avenir. Les établissements de santé ont aujourd’hui besoin d’investir et de retrouver des marges de manœuvre pour contribuer pleinement à la transformation du système de santé.

La situation économique des établissements de santé dépeinte par la DREES dans son rapport ne témoigne pas d’une dynamique pérenne d’amélioration. Les baisses tarifaires successives ont significativement augmenté les difficultés économiques des établissements de santé en 2017. Et cela risque encore de s’aggraver en 2018.

Nous arrivons clairement au bout d'un système, celui des baisses tarifaires successives et répétées, qui ne permet à aucun acteur hospitalier public ou privé de déployer sereinement son activité pour répondre aux attentes des patients. Le temps d’une transformation profonde est venu.

A propos de la FEHAP :

La FEHAP en chiffres, c’est plus de 4 500 établissements et services sanitaires, sociaux et médico-sociaux gérés par plus de 1600 organismes gestionnaires (associations, fondations, congrégations, mutuelles, organismes de retraite complémentaire et de prévoyance), plus de 246 600 lits et places, 280 000 professionnels pour 2,5 millions de personnes accueillies chaque année (www.fehap.fr).

La FEHAP est la fédération de référence du secteur Privé Non Lucratif présente, depuis 80 ans, dans tous les champs de la protection sociale. Contact presse : Jean-Baptiste BOUDIN-LESTIENNE Directeur adjoint de la communication et des relations institutionnelles 01 53 98 95 30/ 06 14 07 82 14 Jean-Baptiste.Boudin-Lestienne@fehap.fr

A propos de la Fédération hospitalière de France (FHF)

Créée en 1924, la FHF représente plus de 1 000 hôpitaux et environ 3 800 établissements médico-sociaux. Véritable « maison commune des hospitaliers », la FHF s’est construite autour de valeurs partagées : égal accès à des soins de qualité pour tous ; volonté d’innovation et d’excellence dans les soins et l’accompagnement, l’enseignement et la recherche ; continuité de la prise en charge.

La FHF réunit en son sein des hôpitaux de tailles différentes – centres hospitaliers locaux, centres hospitaliers généraux, centres hospitaliers universitaires, établissements spécialisés en santé mentale – ainsi que des Ehpad et des établissements assurant la prise en charge du handicap.

Elle défend l’autonomie des établissements hospitaliers et médico-sociaux, gage d’une adaptation intelligente aux réalités du terrain. Elle travaille à la création d’un véritable service public de santé réunissant dans chaque territoire les professionnels des secteurs sanitaires et médico-sociaux afin d’améliorer la cohérence des parcours de soins et de vie.

www.fhf.fr

Contact presse FHF : Camille TROCHERIE - 01 44 06 85 21 - c.trocherie@fhf.fr

A propos de la FHP

La Fédération de l’Hospitalisation privée (FHP) regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :
• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD).
www.fhp.fr

Contact presse :

FHP
Benjamin AZOGUI
Direction de la communication
benjamin.azogui@fhp.fr 01 53 83 56 88 / 06 27 20 18 49

A propos d’Unicancer

Unicancer est l’unique réseau hospitalier français dédié à 100 % à la lutte contre le cancer et la seule fédération hospitalière nationale dédiée à la cancérologie. Elle réunit 18 Centres de lutte contre le cancer (CLCC), établissements de santé privés à but non lucratif, répartis sur 20 sites hospitaliers en France. Les CLCC prennent en charge plus de 516 000 patients par an (en court-séjour, HAD et actes externes).

Unicancer est aussi le premier promoteur académique d'essais cliniques, en oncologie, à l'échelle européenne. Reconnu comme leader de la recherche en France, le réseau Unicancer bénéficie d’une réputation mondiale avec la production d’un tiers des publications internationales en oncologie (source : étude bibliométrique/ Thomson Reuters). Au total 569 essais cliniques (inclusions ou suivis) sont promus en 2017 par le réseau Unicancer, plus de 15% des patients des CLCC sont inclus dans les essais cliniques et plus de la moitié des PHRC dévolus aux CLCC.

>> Suivez-nous : www.unicancer.fr et découvrez nos rapports d’activité 2017

Contact presse : Gwendoline Miguel > Chef de projet communication et relations presse 01 76 64 78 00 > 07 71 54 08 65 > g-miguel@unicancer.fr

25 juin - Rapport du Sénat sur l’accès précoce à l’innovation Lamine Gharbi : « Des propositions pertinentes ! »

Communiqué de presse

Rapport du Sénat sur l'accès précoce à l'innovation. Lamine Gharbi : "des propositions pertinentes !"



Paris le 25 juin 2018 - Le président de la FHP (Fédération de l’Hospitalisation Privée) Lamine Gharbi a réagi très positivement au rapport du Sénat sur l’accès précoce à l’innovation.

« Les messages que nous avons portés avec l’ensemble des fédérations hospitalières lors de nos auditions ont été entendus » indique Lamine Gharbi.

« Constatant les insuffisances actuelles de notre système, le rapport vise à renforcer par des mesures concrètes l’accès aux médicaments innovants pour tous les patients. C’est effectivement l’enjeu majeur. Garantir l’égalité d’accès aux innovations, notamment à l’hôpital public et privé, doit rester l’objectif du modèle français. »

« Pour la cancérologie, précise le Dr Denis Franck, Président de l’UNHPC (Union Nationale Hospitalière Privée de Cancérologie), c’est enfin l’espoir d’être certain que les patients qui en ont besoin puissent rapidement bénéficier de traitements qui sont porteurs d’espoir. »

Parmi les mesures proposées, la FHP retient en particulier l’assouplissement du dispositif ATU et post ATU, en permettant une délivrance par indication et non plus par produit, la mise en place d’une réelle évaluation médico-économique des médicaments innovants tenant compte des économies potentiellement générées ainsi que l’expérimentation de nouveaux modes de fixation des prix, plus souples et plus évolutifs.

Sont également accueillies favorablement par la FHP la proposition de réforme de la liste en sus, en insistant sur l’anticipation des radiations et en responsabilisant les prescripteurs, et la volonté de fluidifier et d’accélérer l’inscription des actes de biologie moléculaire à la nomenclature.

« Je remercie les sénateurs Yves Daudigny, Catherine Deroche et Véronique Guillotin pour la pertinence de leurs travaux » poursuit Lamine Gharbi. « Il faut maintenant que les mesures préconisées se concrétisent. La FHP apportera tout son soutien à leur mise en œuvre. ».


A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)


Contact presse

FHP
Benjamin Azogui
Direction de la communication
01 53 83 56 56 / 06 27 20 18 49
benjamin.azogui@fhp.fr

20 juin - 10ème édition des Trophées de l’Hospitalisation privée

Communiqué de presse

10ème édition des Trophées de l’Hospitalisation privée

9 hôpitaux et cliniques privés récompensés pour leur créativité et leur engagement au service des patients


Paris le 20 juin 2018 - Les Trophées de l’Hospitalisation privée récompensent chaque année les initiatives remarquables et innovantes mises en oeuvre par les 1 030 hôpitaux et cliniques privés, qui soignent 9 millions de patients par an à travers toute la France.

La 10ème édition des Trophées de l’Hospitalisation privée n’avait pu avoir lieu en décembre 2017 après l’annulation des Rencontres de la FHP. Elle s’est déroulée ce 19 juin 2018 au MEDEF où 9 hôpitaux et cliniques privés ont été distingués pour leurs projets déposés dans les catégories suivantes :

• Relations patients
• Excellence médicale
• Santé connectée
• Clinique socialement responsable.

« Je suis très heureux et fier de décerner ces Trophées qui témoignent du potentiel d’innovation et de créativité de nos établissements de santé » déclare Lamine Gharbi, Président de la FHP. « Chaque jour, nos équipes médicales, techniques et administratives se mobilisent pour améliorer le parcours de santé des patients et honorer notre mission fondamentale : bien soigner. Ces Trophées mettent à l’honneur celles et ceux qui font le soin et illustrent combien notre profession apporte tous les jours sa contribution à l’excellence médicale française ».

Les lauréats et le Trophée Coup de Coeur du Jury ont été sélectionnés parmi près d’une centaine de candidatures déposées, par un jury composé d’experts indépendants et reconnus du secteur de la santé. Jean Leonetti, maire d’Antibes et
ancien ministre, actuel président de la Fondation des Usagers du Système de Santé a parrainé cette 10ème édition et a remis le Trophée « Coup de coeur des Jurys ».

Palmarès

10ème édition des Trophées de l’Hospitalisation privée

1. Trophée « Relations patients »

Lauréat : La clinique Lille Sud - Groupe Ramsay Général de Santé (59 - Lesquin), pour le projet « Le patient géolocalisé ».

Une technologie innovante de géolocalisation au service des professionnels et de l'accompagnant qui permet de transmettre en temps réel les différentes étapes de la prise en charge et du parcours du patient.
---
Nominé : L’hôpital privé d’Antony - Groupe Ramsay Générale de Santé
(92 - Antony), pour le projet « Un disque horaire pour le parcours des enfants en chirurgie ambulatoire ».

Un support pratique, ludique et didactique qui sécurise la prise en charge en ambulatoire pédiatrique en clarifiant les étapes et en guidant simplement les parents et les enfants.

2. Trophée « Excellence médicale »

Lauréat : L’hôpital privé Jean Mermoz - Groupe Ramsay Générale de Santé (69 - Lyon), pour le projet « L’Endomicroscopie Confocale Laser pour le diagnostic des lésions kystiques pancréatiques ».

Le diagnostic des lésions kystiques pancréatiques est difficile pouvant conduire à une chirurgie ou une surveillance inappropriée. L’échoendoscopie (EE) censée améliorer les performances diagnostiques de l’imagerie grâce à l’analyse du liquide ponctionné est décevante, la cytologie étant en général non contributive et les dosages biochimiques souvent pris en défaut. L’Endomicroscopie Confocale Laser (ECL), nouvelle technologie permettant une visualisation microscopique in vivo et en temps réel des cellules pariétales du kyste lors d’une procédure de ponction sous échoendoscopie, améliore la prise en charge de ces lésions.
---
Nominé : La clinique Notre-Dame - Groupe Elsan (57 - Thionville), pour le projet « Objectif sécurité : faîtes preuve d’endurance en jouant avec les vigilances ».

Une nouvelle approche ludique et formatrice de la qualité et de la sécurité des soins grâce à un jeu inventé par des professionnels de santé.

3. Trophée « Santé connectée »

Lauréat : Clinique du Val d’Ouest (69 - Ecully), pour le projet « Les P’tits Doudous du Val d’Ouest, l’enfant héros de son parcours de soin grâce au serious game ».

La clinique améliore l’accueil et le vécu hospitalier des enfants éligibles à une intervention chirurgicale grâce à un support numérique permettant la suppression de la prémédication et une séparation parent-enfant facilitée.
---
Nominé : Capio Tonkin - Grand Large (69 - Décines), pour le projet « MOEBIUS : une gestion péri opératoire optimisée pour un parcours du patient maîtrisé ».

MOEBIUS, un logiciel de maîtrise de parcours de soins centré sur la consultation d'anesthésie. Une cartographie des risques, un plan de soins et la garantie d'applicabilité des référentiels médicaux permettent de systématiser, de personnaliser et de sécuriser la prise en charge des patients.

4. Trophée « Clinique socialement responsable »

Lauréat : La clinique Clémentville - Groupe Oc Santé (34 - Montpellier), pour le projet « Maternité de la clinique Clémentville, une éco-maternité ».

La clinique a développé une maternité « nature », éco-responsable, qui prend soin des parturientes, avant, pendant et après la grossesse, préservant ainsi leur santé mais aussi celle des générations futures.
---
Nominé : Le groupe de santé Victor Pauchet
(80 - Amiens), pour le projet « La deuxième crèche du groupe santé Victor Pauchet a obtenu le label Origine France Garantie ».

Le groupe a créé la Crèche Phileas-Les Robinsons dans le cadre d’une démarche de responsabilité sociale et éco-sociétale ambitieuse, apportant une réponse élevée et exigeante aux besoins des jeunes parents travaillant dans le domaine de la santé et de leurs enfants, et en réalisant le premier projet de crèche française labellisée Projet Origine France Garantie ® en coopération avec Pro France et les entreprises du territoire.

5. Trophée « Coup de coeur des jurys »

Attribué à Clinalliance Villiers-sur-Orge (91 - Villiers-sur-Orge), pour le projet « Rééducation de la marche et objets connectés ».

Pour son évaluation d’un dispositif innovant de semelles connectées analysant la qualité de la marche et permettant une auto-rééducation chez des patients ayant une sclérose en plaque.

  • Télécharger le communiqué de presse au format PDF
A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :
• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)


Contact presse :

FHP
Benjamin Azogui
Direction de la communication
01 53 83 56 56 - benjamin.azogui@fhp.fr

18 juin - Réaction du président de la FHP après le discours de clôture d’Agnès Buzyn au Congrès de la Mutualité

Communiqué de presse

Réaction du président de la FHP après le discours de clôture d’Agnès Buzyn au Congrès de la Mutualité

Lamine Gharbi : « La fin des reprises des allègements de charges doit concerner tous les établissements de santé ! »


Paris, lundi 18 juin 2018 – Dans son discours de clôture au Congrès de la Mutualité, la ministre de la Santé a indiqué qu’elle ne croyait pas aux dispositifs de reprise des avantages fiscaux mis en place depuis 2013 et a annoncé qu’il y aura en 2019 un nouveau cadre d’allègements généraux qui seront, a-t-elle dit, très favorables au secteur non lucratif .

« La ministre, déclare Lamine Gharbi, confirme sa volonté de revenir sur la politique de récupération des réductions de charges dans les tarifs, ce qui est positif. La mention d’un « nouveau cadre d’allègements généraux en 2019, qui seront très favorables au secteur non lucratif » nous invite toutefois à la vigilance pour l’avenir afin que l’égalité de traitement soit respectée. C’est l’activité de l’ensemble des établissements de santé, dont on connaît la difficile situation économique quel que soit leur statut, qui mérite d’être encouragée et soutenue ».

Dans son discours, Agnès Buzyn a indiqué, comme le Président de la République deux jours plus tôt, également à Montpellier, que la priorité devait être donnée à la prévention et que le système de santé français était insuffisamment tourné
vers la qualité. La ministre a aussi expliqué qu’elle voulait faire confiance au terrain et laisser la liberté aux acteurs de s’organiser.

« Je souscris aux axes de travail énoncés par la ministre qui sont en résonance avec nos propositions » réagit Lamine Gharbi.

« La confiance aux acteurs de santé est effectivement la seule voix pour répondre à la demande des patients et aux défis à venir. Nous sommes tous ensemble contributeurs à l’amélioration du système de santé. Je suis également en phase avec Agnès Buzyn quand elle met la qualité des soins en avant. Notre philosophie repose sur l’égal accès pour les patients à des soins de qualité prouvée et pertinents. Et comment ne pas faire de la prévention une priorité en matière de santé ?

Quant au dispositif de l’article 51 visant à permettre le financement des innovations, Agnès Buzyn peut là-aussi compter sur l’hospitalisation privée. Je souhaite du reste que l’innovation soit rapidement inscrite dans le financement de droit commun" conclut Lamine Gharbi.

  • Télécharger le communiqué de presse au format PDF

A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :
• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)

Contact presse

FHP
Benjamin Azogui
Direction de la communication
01 53 83 56 56 / 06 27 20 18 49
benjamin.azogui@fhp.fr

13 juin - Réaction du président de la FHP après le discours d’Emmanuel Macron au Congrès de la Mutualité

Communiqué de presse

Réaction du président de la FHP après le discours d’Emmanuel Macron au Congrès de la Mutualité

Lamine Gharbi :

« Nous serons au rendez-vous ! »


Paris, mercredi 13 juin 2018 - Voici la déclaration de Lamine Gharbi, le président de la Fédération de l’Hospitalisation Privée, après le discours d’Emmanuel Macron ce matin à Montpellier :

« Emmanuel Macron m’a confirmé après son discours au Congrès de la Mutualité française que l’hospitalisation privée serait associée à la réforme du système de santé et qu’il comptait vraiment sur nous !

 Nous serons au rendez-vous et la contribution que nous avons apportée à la Stratégie du système de santé le démontre.

 Le constat que le Président a d’abord établi est à la fois valorisant et ambitieux. La fierté que nous éprouvons collectivement à l’égard de notre système de santé, a dit Emmanuel Macron, ne doit pas pour autant nous brider dans son indispensable transformation.
A cet égard, je partage son point de vue : le refus de regarder la réalité en face serait la pire des choses.

 Avant les annonces concrètes de l’été, je partage aussi les priorités que le Président a énoncées pour le cadre de cette réforme : la prévention, l’accès aux soins, la qualité et la pertinence.

 Décloisonner la médecine de ville et l‘hôpital, développer les coopérations entre tous les acteurs de santé, abandonner une approche comptable et administrative étriquée pour passer à une logique de soins fondée sur les besoins des patients sont des principes que je défends depuis longtemps au nom de la FHP. Aujourd’hui, nous devons faire du service rendu au patient la boussole d’une vraie transformation du système de santé.
Pour réussir cette transformation, il faudra l’engagement de chacun, à égalité de droits et de devoirs, au service des patients. Rompre avec une « société de statuts », cloisonnée, pour reprendre les termes d’Emmanuel Macron, est effectivement essentiel pour tenir la promesse républicaine.

J’attends donc les annonces qui seront faites à l’été par le Président de la République et la ministre de la santé Agnès Buzyn avec confiance tout en restant vigilant ».


A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :
• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)


Contact presse :

FHP
Benjamin Azogui
Direction de la communication
01 53 83 56 56 - benjamin.azogui@fhp.fr

11 juin - Contribution du HCAAM : La FHP salue des propositions ambitieuses en phase avec les attentes des professionnels de santé

Communiqué de presse

Contribution du HCAAM : La FHP salue les propositions ambitieuses en phase avec les attentes des professionnels de santé



Paris, lundi 11 juin 2018 – Le Haut Conseil pour l’Avenir de l’Assurance Maladie (HCAAM) a rendu publique la semaine dernière sa contribution à la Stratégie de Transformation du Système de Santé.

La FHP a accueilli positivement un grand nombre de propositions qui y figurent et les grands principes autour desquels s’articule le « scenario de rupture » proposé par le HCAAM. « Le rapport du HCAAM est une contribution importante au débat public, qui précède les annonces du Président de la République sur la transformation du système de santé. Sur de nombreux points, ce rapport fait écho aux propositions de la FHP et répond aux attentes des professionnels de santé », a réagi Lamine Gharbi, le président de la FHP.

Le rapport du HCAAM définit très justement les besoins du patient comme le point de départ de l’organisation du système de santé et appelle à une refonte globale. La FHP partage cette préoccupation et porte l’ambition de garantir à toutes et à tous un égal accès à des soins pertinents et de qualité prouvée.

Pour cela, il convient d’abandonner les anciennes recettes. La FHP partage pleinement le souhait du Haut Conseil de sortir d’une conception hospitalo-centrée de l’organisation des soins. Le HCAAM rappelle notamment que les Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT) n’ont pas vocation à organiser la réponse territoriale aux besoins de la population.

Le concept d’« établissement de santé communautaire » avancé par le HCAAM, qui doit constituer avec les Communautés Professionnelles Territoriales de Santé (CPTS) un réseau territorial de proximité, est intéressant. « Nous proposons également de faciliter la création de centres de premier recours dans les territoires qui intègrent l’imagerie et la biologie médicale. La création de structures de proximité et de soins non programmés, publiques et privées, apparaît indispensable. » affirme le président de la FHP.

La FHP salue la proposition du HCAAM de permettre aux hôpitaux et cliniques privés de revenir au sein du Service Public Hospitalier et de contribuer de plein droit à la formation et à la recherche. « Nous travaillons chaque jour au service du public : nos établissements sont de service public. L’heure est venue de tourner la page du dogmatisme pour permettre à tous de contribuer pleinement aux besoins de santé !»

En matière de régulation, la FHP appelle depuis plusieurs années à mettre un terme à la confusion des rôles des Agences régionales de santé, à la fois régulateurs de l’offre de soins et gestionnaires des hôpitaux publics. La valeur ajoutée des ARS réside dans la régulation sans conflit d’intérêt de l’offre de soins territoriale avec pour unique boussole le service rendu au patient.

Plus largement, la FHP appelle à abandonner les approches punitives et administratives pour faire confiance aux acteurs de santé, en accord avec plusieurs propositions du HCAAM. « Libérer du temps médical, accorder davantage d’autonomie aux acteurs de santé et alléger le poids des règles administratives : les propositions du Haut Conseil répondent en cela aux attentes exprimées par les soignants de tous les secteurs » a rappelé le président de la FHP.


A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :
• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)


Contact presse

FHP
Benjamin Azogui
Direction de la communication
01 53 83 56 56 / 06 27 20 18 49
benjamin.azogui@fhp.fr


29 mai - Discours d’Agnès Buzyn à la Paris Healthcare Week

Communiqué de presse

Discours d’Agnès Buzyn à la Paris Healthcare Week
Lamine Gharbi, le président de la FHP : « Vigilants mais confiants ! »


Paris, mardi 29 mai 2018 - Lamine Gharbi, le président de la FHP (Fédération de l’Hospitalisation Privée) a réagi au discours inaugural prononcé par Agnès Buzyn pour l’ouverture de la Paris Healthcare Week.

Lors de son allocution, la ministre de la santé est revenue sur la stratégie de transformation du système de santé annoncée par le Premier ministre en février dernier.

« Agnès Buzyn a réaffirmé des grands principes avec lesquels nous sommes en phase » déclare Lamine Gharbi.

« Elle a renvoyé vers un discours du Président de la République à venir prochainement. Que la transformation soit portée au plus haut niveau de l’État, que le Président de la République s’engage sur les thématiques de santé aux côtés de la ministre, la soutenant dans sa volonté d’un profond changement, m’apparaît comme un signe positif et une marque d’ambition. Il s’agit aussi d’une manifestation de reconnaissance des acteurs de santé. Il y a aujourd’hui une attente forte de la part des Français et des professionnels pour refonder notre pacte collectif en santé. Nous restons vigilants pour la suite, mais confiants ! »


A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :
• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)


Contact presse :

FHP
Benjamin Azogui
Direction de la communication
01 53 83 56 56 / 06 27 20 18 49
benjamin.azogui@fhp.fr

17 mai - La FHP fait des propositions pour transformer véritablement le système de santé

Communiqué de presse

les Hôpitaux et Cliniques Privés engagés dans la transformation du système de santé.

Les propositions de la FHP.



Paris le 17 mai 2018 - Lamine Gharbi, le président de la FHP (Fédération de l’Hospitalisation privée) a rendu public ce jour une série de propositions concrètes visant à transformer véritablement le système de santé en France, dans le cadre de la consultation ouverte par la ministre.

Ces propositions ont pour objectif de garantir à tous un égal accès à des soins pertinents de qualité prouvée.

« Nos propositions sont audacieuses car il est temps de changer de modèle » déclare Lamine Gharbi. « Le temps des ajustements est terminé. Il est urgent de remplacer une approche administrative et centralisée par la réalité de terrain pour répondre aux aspirations des soignants et aux besoins des patients. La FHP parle pour l’hospitalisation privée mais pas seulement. Nos propositions sont faites au nom de l’intérêt général. Nous sommes au service du public et nous sommes, par conséquent, des établissements de service public».

Avant d’évoquer le détail des propositions phares de la FHP, Lamine Gharbi en a précisé l’objectif et les lignes directrices :
« Notre objectif est simple et ambitieux : garantir à chacun et à chacune l’égal accès à des soins pertinents et de qualité prouvée. Tout ce que nous proposons vise à ce que les professionnels de santé puissent dégager du temps et de l’énergie pour soigner ».

Le président de la FHP a aussi expliqué en préambule que la suppression de la tarification en fonction de l’activité n’était pas la recette miracle :« Non, la T2A n’est pas responsable de tous les maux. Être payé en fonction de son travail, c’est du bon sens et cela évite le pilotage à l’aveugle ».

La première catégorie des propositions présentées par Lamine Gharbi concerne le financement et la qualité des soins :

1-PROPOSITIONS « FINANCEMENT » et « QUALITE »

« Gardons la tarification en fonction de l’activité en l’adaptant » a-t-il expliqué. « Il convient d’augmenter la part de financement à la qualité. Les tarifs doivent être basés sur l’évaluation du service médical rendu plutôt que sur les couts constatés. D’un autre côté, quand un établissement de santé ne répond pas aux normes de compétence et de qualité, il est logique de fermer le domaine d’activité concerné. »

  • Garder la tarification à l’activité en l’adaptant.
  • Modifier l’évaluation de la qualité.
  • Stopper une activité donnée quand le niveau de qualité est insuffisant.

2- PROPOSITIONS « ORGANISATION » :

« La pluralité de l’offre de soins est une chance pour les patients » a dit Lamine Gharbi. « L’ensemble des services et filières de soins existants, publics et privés, doit être pris en compte sur le territoire. Par ailleurs, créons un nouveau type de centres médicaux, des centres de premier recours intégrant l’imagerie et la biologie médicale. Ils répondront aux attentes des patients et aux exigences des professionnels. De tels centres médicaux de premiers recours seront des outils de lutte contre les déserts médicaux tels qu’ils sont ressentis et permettront de désengorger les urgences. »

  • Faire bénéficier les patients de l’intégralité de l’offre de soins publique et privée
  • Créer des centres médicaux de premier recours.

3- PROPOSITIONS « CONFIANCE »

« Le malade a toujours raison » a indiqué le président de la FHP. « Je propose de prendre davantage en compte l’expérience patient en développant les questionnaires de satisfaction. Les acteurs de santé aussi ont besoin de confiance. Desserrons le carcan administratif ! Il faut aussi modifier la gouvernance. Aujourd’hui, l’État est juge et partie. Il est le régulateur en même temps qu’il gère les établissements de santé publics. Ce n’est pas sain. »

  • Informer et impliquer davantage les patients
  • Faire confiance aux acteurs de santé a priori
  • Transformer la gouvernance de la santé

4- AUTRES PROPOSITIONS

« Nous avons un effort important à fournir en matière de prévention et d’innovation. Nous devons développer la culture de la prévention. Notre défi demain, c’est d’être bon en prévention primaire. Par ailleurs, je propose de faire rentrer le financement de l’innovation dans le droit commun. Enfin, il est important de faire évoluer la formation des médecins en rendant obligatoire un stage en établissement privé pour les étudiants » a déclaré Lamine Gharbi qui a conclu « le numérique, c’est l’actualité avec l’entrée en vigueur la semaine prochaine du RGPD. Mais au-delà de la protection des données, le numérique est une formidable opportunité pour la santé comme l’a dit Cédric Villani dans son rapport sur l’intelligence artificielle ».

  • Développer la culture de la prévention
  • Faire rentrer le financement de l’innovation dans le droit commun
  • Faire évoluer la formation des médecins
  • Garantir l’interopérabilité et la cohérence des systèmes d’information

A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :
• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)


Contact presse :

FHP
Benjamin Azogui
Direction de la communication
01 53 83 56 56 / 06 27 20 18 49


16 avril - Urgences à l'hôpital : « Le privé est à même de réduire l’engorgement ! » répond Lamine Gharbi

Communiqué de presse

Emmanuel Macron juge « insoutenable » la situation dans les urgences à l’hôpital.

« Le privé est à même de réduire l’engorgement ! » répond Lamine Gharbi, le président de la FHP (Fédération de l’hospitalisation Privée)

Paris, lundi 16 avril 2018 - Dans l'interview qu'il a donnée hier soir, le Président de la République a été interrogé sur la situation dans les services d’urgences des hôpitaux publics.

Emmanuel Macron a répondu : « Cette situation est insoutenable ! » avant d'ajouter : « La réponse à apporter, c'est une réponse de réorganisation de nos services, de nos hôpitaux, entre la médecine de ville et les hôpitaux pour éviter que tout le monde aille aux urgences. »

La FHP, par la voix de son président Lamine Gharbi, tient à préciser que le secteur privé a également un rôle à jouer dans le désengorgement des urgences publiques. 

"Mieux repartir les malades entre les services d'urgences des hôpitaux publics et ceux des hôpitaux et cliniques privés améliorerait la situation, déclare Lamine Gharbi. L'accueil dans les urgences du privé qui se fait, rappelons-le, sans dépassement d'honoraires, est à même de soulager la surcharge du public !"

Les hôpitaux et cliniques privés disposent de 124 services d’urgences répartis sur l’ensemble du territoire qui accueillent 2,6 millions de patients chaque année.


A propos de la FHP


La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :
• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)


Contact presse

FHP
Benjamin Azogui
Direction de la communication
01 53 83 56 56 / 06 27 20 18 49
benjamin.azogui@fhp.fr




2 mars - Les fédérations hospitalières saluent la restitution des crédits gelés en 2017 au titre de la réserve prudentielle

Communiqué de presse

Les Fédérations Hospitalières saluent la restitution des crédits gelés en 2017 au titre de la réserve prudentielle

Paris le 2 mars 2018 - La ministre de la Santé a annoncé la restitution des crédits hospitaliers mis en réserve pour 2017, au vu de l’actualisation des données 2017 qui montrent la sous-exécution de l’Objectif National des Dépenses de l’Assurance-Maladie (ONDAM).

Pour rappel, la réserve prudentielle est un mécanisme visant à « gager une partie de l’objectif des dépenses hospitalières aux fins de concourir au respect de l’ONDAM ». Ce montant a initialement vocation à être restitué aux établissements lorsque le volume des dépenses prévisionnelles est respecté.

La ministre n’avait restitué qu’une partie du gel en novembre 2017. Les établissements de santé publics et privés avaient pourtant tous sous-exécuté en 2017 leur objectif de dépense fixé par l’ONDAM. Dans ce contexte, la restitution partielle précédemment décidée était un signal négatif entamant la confiance et avait été dénoncée par toutes les fédérations hospitalières dans un communiqué commun.

Les fédérations hospitalières (FEHAP, FHF, FHP et UNICANCER) saluent la décision de la ministre, gage de sa volonté de tenir les engagements de l'Etat et qui témoigne de l’écoute accordée aux acteurs hospitaliers et de la reconnaissance par la ministre du travail accompli par les professionnels de santé pour le bien et le service de tous. Cette décision sur des crédits 2017 intervient dans un contexte particulièrement tendu suite aux arbitrages de baisse de tarifs hospitaliers pour 2018 qui préoccupent fortement les établissements.
 
  • télécharge le communiqué de presse au format Pdf

A propos de la FEHAP :

La FEHAP en chiffres, c’est plus de 4 500 établissements et services sanitaires, sociaux et médico-sociaux gérés par plus de 1600 organismes gestionnaires (associations, fondations, congrégations, mutuelles, organismes de retraite complémentaire et de prévoyance), plus de 246 600 lits et places, 280 000 professionnels pour 2,5 millions de personnes accueillies chaque année (www.fehap.fr). La FEHAP est la fédération de référence du secteur Privé Non Lucratif présente, depuis 80 ans, dans tous les champs de la protection sociale.


Contact presse :

Jean-Baptiste BOUDIN-LESTIENNE
Directeur adjoint de la communication et des relations institutionnelles 
01 53 98 95 30/ 06 14 07 82 14
Jean-Baptiste.Boudin-Lestienne@fehap.fr

A propos de la Fédération hospitalière de France (FHF)

Créée en 1924, la FHF représente plus de 1 000 hôpitaux et environ 3 800 établissements médico-sociaux. Véritable « maison commune des hospitaliers », la FHF s’est construite autour de valeurs partagées : égal accès à des soins de qualité pour tous ; volonté d’innovation et d’excellence dans les soins et l’accompagnement, l’enseignement et la recherche ; continuité de la prise en charge.
La FHF réunit en son sein des hôpitaux de tailles différentes – centres hospitaliers locaux, centres hospitaliers généraux, centres hospitaliers universitaires, établissements spécialisés en santé mentale – ainsi que des Ehpad et des établissements assurant la prise en charge du handicap. Elle défend l’autonomie des établissements hospitaliers et médico-sociaux, gage d’une adaptation intelligente aux réalités du terrain.
Elle travaille à la création d’un véritable service public de santé réunissant dans chaque territoire les professionnels des secteurs sanitaires et médico-sociaux afin d’améliorer la cohérence des parcours de soins et de vie.
www.fhf.fr
Contact presse FHF : Camille TROCHERIE - 01 44 06 85 21 - c.trocherie@fhf.fr

A propos de la FHP

La Fédération de l’Hospitalisation privée (FHP) regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge : 
• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD).

www.fhp.fr 

Contact presse :

FHP
Benjamin AZOGUI 
Direction de la communication 
benjamin.azogui@fhp.fr 
01 53 83 56 88 / 06 27 20 18 49

A propos d’Unicancer

UNICANCER réunit l’ensemble des Centres de lutte contre le cancer (CLCC) : des établissements de santé privés à but non lucratif, exclusivement dédiés aux soins, à la recherche et à l’enseignement en cancérologie. UNICANCER est l’une des fédérations hospitalières représentatives de France. Créée en 1964, elle défend l’intérêt des Centres de lutte contre le cancer et gère la convention collective de leurs salariés. Au-delà de ses missions historiques de fédération hospitalière, elle a également pour objectif de faciliter le partage des compétences, des moyens et de meilleures pratiques entre les CLCC dans les domaines tels que la recherche, le médical, la stratégie hospitalière ou les achats. UNICANCER est également promoteur académique d’essais cliniques. L’ambition d’UNICANCER est de permettre aux CLCC d’innover ensemble et toujours pour leurs patients. 

UNICANCER en chiffres : 20 établissements de santé, 19 000 salariés, 2,4 milliards d’euros de recettes, plus de 500 essais cliniques actifs promus en 2016, plus de 135 000 patients hospitalisés par an. Pour plus d’informations : rapport d’activité 2016 UNICANCER et www.unicancer.fr

Contact presse :

Gwendoline Miguel > Chef de projet communication et relations presse 
01 76 64 78 00 > 07 71 54 08 65 > g-miguel@unicancer.fr


28 février- Pourquoi exclure les établissements de santé des mesures destinées à soutenir l'activité économique ?

Communiqué de presse

Pourquoi exclure les établissements de santé des mesures destinées à soutenir l'activité économique ?



Paris le 28 février 2018 – Dimanche 25 février 2018 est paru au Journal Officiel un décret (2018-130) instaurant un nouveau mécanisme juridique visant à "neutraliser" dans les tarifs des établissements de santé privés (établissements privés à but non lucratif, centres de lutte contre le cancer, hôpitaux et cliniques privés de statut commercial) les bénéfices des dispositifs d'exonération de charges qui s'y appliquent (CICE, CITS, …).

Suite à l'annulation par le Conseil d'Etat des arrêtés tarifaires de 2017 pour rupture d'égalité, le Gouvernement se trouve en effet contraint de bâtir un nouveau dispositif juridique pour reprendre aux établissements hospitaliers privés les bénéfices des allègements de charges jugés par ailleurs nécessaires pour l’ensemble des entreprises.

La situation économique des établissements de santé serait-elle si bonne que l'on puisse les priver des réductions de charges consenties à toutes les autres entreprises ? Au vu du nombre important d'établissements en déficit, des restructurations et des investissements nécessaires, des baisses successives des tarifs hospitaliers et des tensions sociales fortes du secteur, toute surcharge financière a un impact délétère.

Nous (FEHAP, FHP et UNICANCER) demandons par conséquent au Gouvernement de la cohérence : notre activité mérite, au même titre que celles des autres acteurs sanitaires et économiques, d’être encouragée et soutenue. D'autant plus que les tensions économiques et sociales dans nos établissements sont fortes et menacent quotidiennement notre présence dans les territoires.

L'action du Gouvernement serait cohérente en mettant un terme au principe de privation appliqué aujourd'hui aux établissements de santé privés. Nous attendons que les ressources et exonérations de charges dont bénéficient les acteurs économiques soient également garanties et préservées pour les acteurs hospitaliers privés.

  • Télécharger le communiqué de presse au format Pdf

A propos de la FEHAP :

La FEHAP en chiffres, c’est plus de 4 500 établissements et services sanitaires, sociaux et médico-sociaux gérés par plus de 1600 organismes gestionnaires (associations, fondations, congrégations, mutuelles, organismes de retraite complémentaire et de prévoyance), plus de 246 600 lits et places, 280 000 professionnels pour 2,5 millions de personnes accueillies chaque année (www.fehap.fr). La FEHAP est la fédération de référence du secteur Privé Non Lucratif présente, depuis 80 ans, dans tous les champs de la protection sociale.

Contact presse :

Nina Plantin
Chargée de relations publiques
01 53 98 95 44 / 06 86 12 34 21
nina.plantin@fehap.fr

A propos de la FHP :

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :
• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD).

Contact presse :

FHP
Benjamin AZOGUI
Direction de la Communication
benjamin.azogui@fhp.fr
01 53 83 56 88 / 06 27 20 18 49

A propos d’Unicancer :

UNICANCER réunit l’ensemble des Centres de lutte contre le cancer (CLCC) : des établissements de santé privés à but non lucratif, exclusivement dédiés aux soins, à la recherche et à l’enseignement en cancérologie. UNICANCER est l’une des fédérations hospitalières représentatives de France. Créée en 1964, elle défend l’intérêt des Centres de lutte contre le cancer et gère la convention collective de leurs salariés. Au-delà de ses missions historiques de fédération hospitalière, elle a également pour objectif de faciliter le partage des compétences, des moyens et de meilleures pratiques entre les CLCC dans les domaines tels que la recherche, le médical, la stratégie hospitalière ou les achats. UNICANCER est également promoteur académique d’essais cliniques. L’ambition d’UNICANCER est de permettre aux CLCC d’innover ensemble et toujours pour leurs patients.

UNICANCER en chiffres : 20 établissements de santé, 19 000 salariés, 2,4 milliards d’euros de recettes, plus de 500 essais cliniques actifs promus en 2016, plus de 135 000 patients hospitalisés par an. Pour plus d’informations : rapport d’activité 2016 UNICANCER et www.unicancer.fr

Contact presse :

Gwendoline Miguel > Chef de projet communication et relations presse
01 76 64 78 00 > 07 71 54 08 65 > g-miguel@unicancer.fr



2 février - La FHP salue les annonces d’Agnès Buzyn pour le secteur de la psychiatrie

Communiqué de presse

La FHP salue les annonces d’Agnès Buzyn pour le secteur de la psychiatrie


Paris, le 2 février 2018 – La FHP et sa branche psychiatrie salue publiquement les différentes mesures annoncées par Agnès Buzyn le 26 janvier dernier lors du congrès de l’Encéphale.

La FHP se réjouit de la tonalité générale du discours de la ministre qui appelle à déstigmatiser le secteur psychiatrique et reconnaît son importance dans le système de santé.

« Les cliniques psychiatriques et les professionnels qui y exercent attendaient des signaux forts des pouvoirs publics. Les enjeux sont suffisamment importants pour faire de la psychiatrie une priorité des politiques de santé. Nous nous réjouissons de ces premières annonces que nous suivrons avec attention » a affirmé le Dr Olivier Drevon président de la branche psychiatrie de la FHP.

Sur l’ensemble des mesures, les cliniques psychiatriques reconnaissent l’effort affiché par la Ministre : priorité accordée au repérage précoce des pathologies mentales, renforcement de la formation des médecins généralistes et des pédopsychiatres pour lequel les cliniques psychiatriques apportent un soutien actif, priorisation de la psychiatrie dans les programmes de recherche…

En matière de qualité, les cliniques psychiatriques sont favorables au développement d’indicateurs et de bonnes pratiques. Depuis plusieurs années, le secteur hospitalier privé appelle à la mise en place de ces référentiels. La FHP et sa branche psychiatrie s’engageront pleinement dans les travaux menés par la Haute Autorité de santé (HAS).

« En psychiatrie comme dans les autres secteurs, il faut faire évoluer le modèle de financement pour intégrer la qualité et la pertinence des soins. Les évolutions du modèle de financement de la psychiatrie proposées par la ministre vont dans le bon sens » a affirmé Lamine Gharbi, président de la FHP. La branche psychiatrie de la FHP a lancé en début d’année un travail avec le cabinet KPMG afin de contribuer aux réflexions sur l’évolution du modèle de financements de nos établissements.

Pour la campagne tarifaire 2018, la FHP sera attentive à ce que l’augmentation des besoins de la population soient bien pris en compte. En 5 ans, les cliniques psychiatriques ont connu une baisse de 8,3 % de leurs tarifs et n’ont obtenu aucun financement supplémentaire pour tenir compte des créations de structures, entrainant de plus fortes baisses tarifaires pour l’ensemble des établissements. « En cohérence avec les priorités annoncées, nous attendons que la volonté de la Ministre de préserver les moyens de la psychiatrie soient suivis d’actes pour l’ensemble des acteurs de la psychiatrie » a rappelé Lamine Gharbi.

Par ailleurs, les consultations des psychiatres et des pédopsychiatres ont connu la plus faible évolution dans la nouvelle convention médicale, pesant sur l’attractivité de cette spécialité pour laquelle les tensions démographiques s’accentuent. « Nous allons vers une pénurie de psychiatres sur de nombreux territoires » a alerté le Dr Olivier Drevon.

La FHP entend participer activement à ces travaux et au futur comité stratégique de psychiatrie pour faire en sorte que cette parole soit suivie d’actions concrètes pour les acteurs de la psychiatrie et de la santé mentale, pour les patients et leurs familles.

A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :
• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)


Contact presse :


FHP
Benjamin Azogui
Direction de la communication
01 53 83 56 56 - benjamin.azogui@fhp.fr



11 janvier - Ségolène Benhamou est réélue Présidente de la FHP-MCO

Communiqué de presse

Ségolène Benhamou est réélue
Présidente de la FHP-MCO


Paris, jeudi 11 janvier 2018 – Le Conseil d’Administration de la FHP-MCO a procédé ce jeudi 11 janvier à l’élection d’un nouveau Bureau et à la réélection à sa présidence de Ségolène Benhamou.

En décembre 2017, un nouveau Conseil d’Administration avait été élu. Ces membres ont procédé jeudi à l’élection d’un nouveau Bureau et à la réélection de Ségolène Benhamou à la tête de la FHP-MCO.

A la suite de son élection, Ségolène Benhamou a déclaré « Je suis très honorée de la confiance renouvelée des adhérents de la FHP-MCO. Nos établissements sont au coeur des transformations du système de santé. Il est essentiel de porter auprès des pouvoirs publics les propositions des cliniques et hôpitaux privés MCO, en particulier dans le cadre de la réforme des autorisations et de l’évolution des modalités de financement ».

« Je félicite Ségolène Benhamou pour sa réélection à la tête de la FHP-MCO. Je sais combien les enjeux des cliniques et hôpitaux privés MCO sont importants et quelles sont leurs difficultés. Plus que jamais, nous défendrons avec Ségolène Benhamou la capacité de nos établissements à innover et à répondre aux besoins des patients en matière de santé. » a réagi Lamine Gharbi, président de la FHP.

Membres du Bureau de la FHP-MCO élus le 11 janvier 2018 :
• Présidente : Ségolène Benhamou
• Vice-président : Pascal Delubac
• Trésorier : Paolo Silvano
• Secrétaire Général : Dr Dominique Poels
• Dr Marc Attia
• Delphine Dupé
• Marie-France Gaucher
• Laurent Ramon
• Claire Ravier
• Nicolas Valentin
• Dr Denis Franck – Président de l’AFC-UNHPC
• Dr Gilles Schutz – Président de la FHP Dialyse

Biographie de Ségolène Benhamou

Président-Directeur-Général de l’Hôpital Privé Nord Parisien (Sarcelles, Val d’Oise) depuis 2005, Ségolène Benhamou est Présidente de la FHP-MCO depuis le 17 décembre 2014. Elle était antérieurement Vice-Présidente de la FHP-MCO depuis 2011. 

Ségolène Benhamou a débuté sa carrière au sein de plusieurs cabinets d’audit (Coopers & Lybrand) et d’avocats d’affaires (Archibald Andersen, Gide Loyrette Nouel), avant de devenir en 1998 Directeur juridique et financier, puis Directeur Général de l’Hôpital Privé Nord Parisien. 

Elle s’est engagée dans l’action syndicale au sein de la FHP Ile-de-France (2007), puis comme membre du Bureau de la FHP-MCO (2008). Elle est également membre du Comité Exécutif de la FHP (depuis 2012). 

Elle est diplômée de l’école HEC et titulaire d’une maîtrise en droit et du certificat d’aptitude à la profession d’avocat (CAPA). 

La FHP-MCO est la branche MCO de la Fédération de l’Hospitalisation privée (FHP). Elle défend les 580 cliniques et hôpitaux privés spécialisés en Médecine Chirurgie et Obstétrique (MCO).



A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :
• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)


Contact presse :

FHP
Benjamin Azogui
Direction de la communication
01 53 83 56 56 - benjamin.azogui@fhp.fr

FHP-MCO
Thierry Béchu
Délégué général
06 37 52 96 62 – thierry.bechu.mco@fhp.fr