En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérez mes cookies.

La FHP fait des propositions pour transformer véritablement le système de santé

share share
print

IMG slideshow
Paris le 17 mai 2018 - Lamine Gharbi, le président de la FHP (Fédération de l’Hospitalisation privée) a rendu public ce jour une série de propositions concrètes visant à transformer véritablement le système de santé en France, dans le cadre de la consultation ouverte par la ministre.

Ces propositions ont pour objectif de garantir à tous un égal accès à des soins pertinents de qualité prouvée.

« Nos propositions sont audacieuses car il est temps de changer de modèle » déclare Lamine Gharbi. « Le temps des ajustements est terminé. Il est urgent de remplacer une approche administrative et centralisée par la réalité de terrain pour répondre aux aspirations des soignants et aux besoins des patients. La FHP parle pour l’hospitalisation privée mais pas seulement. Nos propositions sont faites au nom de l’intérêt général. Nous sommes au service du public et nous sommes, par conséquent, des établissements de service public».

Avant d’évoquer le détail des propositions phares de la FHP, Lamine Gharbi en a précisé l’objectif et les lignes directrices :
« Notre objectif est simple et ambitieux : garantir à chacun et à chacune l’égal accès à des soins pertinents et de qualité prouvée. Tout ce que nous proposons vise à ce que les professionnels de santé puissent dégager du temps et de l’énergie pour soigner ».

Le président de la FHP a aussi expliqué en préambule que la suppression de la tarification en fonction de l’activité n’était pas la recette miracle :« Non, la T2A n’est pas responsable de tous les maux. Être payé en fonction de son travail, c’est du bon sens et cela évite le pilotage à l’aveugle ».

La première catégorie des propositions présentées par Lamine Gharbi concerne le financement et la qualité des soins :

1-PROPOSITIONS « FINANCEMENT » et « QUALITE »

« Gardons la tarification en fonction de l’activité en l’adaptant » a-t-il expliqué. « Il convient d’augmenter la part de financement à la qualité. Les tarifs doivent être basés sur l’évaluation du service médical rendu plutôt que sur les couts constatés. D’un autre côté, quand un établissement de santé ne répond pas aux normes de compétence et de qualité, il est logique de fermer le domaine d’activité concerné. »

  • Garder la tarification à l’activité en l’adaptant.
  • Modifier l’évaluation de la qualité.
  • Stopper une activité donnée quand le niveau de qualité est insuffisant.

2- PROPOSITIONS « ORGANISATION » :

« La pluralité de l’offre de soins est une chance pour les patients » a dit Lamine Gharbi. « L’ensemble des services et filières de soins existants, publics et privés, doit être pris en compte sur le territoire. Par ailleurs, créons un nouveau type de centres médicaux, des centres de premier recours intégrant l’imagerie et la biologie médicale. Ils répondront aux attentes des patients et aux exigences des professionnels. De tels centres médicaux de premiers recours seront des outils de lutte contre les déserts médicaux tels qu’ils sont ressentis et permettront de désengorger les urgences. »

  • Faire bénéficier les patients de l’intégralité de l’offre de soins publique et privée
  • Créer des centres médicaux de premier recours.

3- PROPOSITIONS « CONFIANCE »

« Le malade a toujours raison » a indiqué le président de la FHP. « Je propose de prendre davantage en compte l’expérience patient en développant les questionnaires de satisfaction. Les acteurs de santé aussi ont besoin de confiance. Desserrons le carcan administratif ! Il faut aussi modifier la gouvernance. Aujourd’hui, l’État est juge et partie. Il est le régulateur en même temps qu’il gère les établissements de santé publics. Ce n’est pas sain. »

  • Informer et impliquer davantage les patients
  • Faire confiance aux acteurs de santé a priori
  • Transformer la gouvernance de la santé

4- AUTRES PROPOSITIONS

« Nous avons un effort important à fournir en matière de prévention et d’innovation. Nous devons développer la culture de la prévention. Notre défi demain, c’est d’être bon en prévention primaire. Par ailleurs, je propose de faire rentrer le financement de l’innovation dans le droit commun. Enfin, il est important de faire évoluer la formation des médecins en rendant obligatoire un stage en établissement privé pour les étudiants » a déclaré Lamine Gharbi qui a conclu « le numérique, c’est l’actualité avec l’entrée en vigueur la semaine prochaine du RGPD. Mais au-delà de la protection des données, le numérique est une formidable opportunité pour la santé comme l’a dit Cédric Villani dans son rapport sur l’intelligence artificielle ».

  • Développer la culture de la prévention
  • Faire rentrer le financement de l’innovation dans le droit commun
  • Faire évoluer la formation des médecins
  • Garantir l’interopérabilité et la cohérence des systèmes d’information


A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :
• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)


Contact presse
Benjamin Azogui
Direction de la communication
01 53 83 56 56 / 06 27 20 18 49
benjamin.azogui@fhp.fr