En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérer mes cookies.

share share
print

Gabarit CP
Les ministres de la Santé et du Budget ont présenté hier le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2020. Si la progression générale des dépenses d’assurance maladie reste significative (+2,3%), elle se fait au dépend de l’enveloppe des établissements de santé qui baisse par rapport à l’an passé (+2,1% versus 2,4% l’an dernier).
« 2,1 % de hausse pour les établissements de santé, alors que la progression naturelle des dépenses d’Assurance maladie sera d’environ 4,4 % en raison du vieillissement de la population et de l’augmentation des maladies chroniques, c’est un non-sens économique et social ! » a réagi Lamine Gharbi président de la FHP « Quand on sait qu’il faudra en plus financer le plan de 750 millions d’euros sur les urgences, il est évident que les économies exigées pour notre secteur sont irréalistes. »

Cette baisse va se traduire par de nouvelles économies alors que les tensions sociales sont déjà très fortes à l’hôpital. Renforcer l’attractivité des métiers hospitaliers est plus que jamais un enjeu majeur. « Alors qu’une politique sociale à la hauteur des enjeux hospitaliers est vitale pour le secteur en cette période de crise, cette baisse est une très grande déception pour tous les acteurs hospitaliers. »

« Dans ces conditions, nous ne pouvons pas accepter ce PLFSS pour 2020 » a protesté Lamine Gharbi. « Je demande que le taux envisagé de 2,1% soit réévalué. C’est à très court terme la santé de nos établissements et donc notre capacité dès demain à prendre soin de celle des patients qui est en jeu ! »

Attendu par les acteurs de santé, un mécanisme de régulation pluriannuelle des ressources ne trouvera tout son sens que s’il s’accompagne d’objectifs partagés et de moyens financiers pour les atteindre.

Cette baisse de l’ONDAM hospitalier est d’autant plus inquiétante que le PLFSS 2020 prévoit plusieurs mesures qui vont impacter le financement des établissements de santé. En outre, le calendrier de la réforme du financement des établissements de SSR et de psychiatrie qui prévoit une application en 2021 n’est pas tenable. Il faut différer sa mise en place à 2022.

Télécharger le communiqué de presse au format PDF


---------
A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,6 millions de passages dans 126 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD).

En savoir plus sur www.fhp.fr

Contact presse :

Benjamin Azogui, Directeur de la communication
01 53 83 56 88 / 06 27 20 18 49 - benjamin.azogui@fhp.fr