En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérer mes cookies.

Consultation FHP avant les élections municipales

share share
print

Gabarit CP Municipales
Les responsables d'établissements de santé privés estiment que la santé doit être une priorité pour les maires

À l’approche des élections municipales, la FHP a lancé une consultation auprès de ses adhérentes et adhérents sur leurs relations avec leurs maires, ainsi que leurs attentes vis-à-vis d’eux en matière de santé.

Les maires et les établissements de santé privés : une relation de qualité, des points d’amélioration soulignés

86 % des directrices et directeurs de l’hospitalisation privée ont rencontré lors de la mandature en cours, souvent à leur initiative, le/la maire de la commune où leur établissement de santé est implanté. 85 % se disent satisfait.e.s de la relation ainsi établie, et 96 % estiment important, voire très important, d’entretenir de bonnes relations avec les édiles municipaux.

Ils proposent néanmoins deux axes d’amélioration possibles dans cette relation : 
- 54 % des directrices et directeurs de l’hospitalisation privée estiment que les maires ont une connaissance insuffisante de l’offre de soins privée.
- 50 % jugent nécessaire un appui plus important des maires dans le développement de leur établissement de santé.

« La relation entre les maires et les responsables des établissements de santé privés de leur territoire est un enjeu essentiel, alors que l’accès aux soins est l’un des sujets majeurs de préoccupation des Français », explique Lamine Gharbi le président de la FHP. « C’est la qualité de cette relation qui permet de renforcer l’offre de soins et la réponse aux besoins de proximité. Nous devons encore renforcer ces liens pour bâtir ensemble les politiques de santé de demain ».

Voici les domaines dans lesquels les responsables d’établissements de santé privés souhaitent un soutien de leur maire :
• La place de l’établissement sur le territoire, 80 %.
• L’appui aux coopérations entre les acteurs de santé, 67 %.
• Le développement des soins de proximité, 56 %.
• L’aide à l’accueil et à l’installation des professionnels de santé, 45 %.
• Le recrutement des professionnels de santé, 37 %.

La santé, une priorité pour les maires, selon les responsables d’établissements de santé privés

90 % des responsables d’établissements de santé privés estiment que la santé doit figurer dans les priorités du futur maire de leur commune.

Plus largement, 66 % souhaitent que les maires disposent de davantage de pouvoirs en matière de santé dans les territoires, dans des domaines tels que : la co-construction des politiques de santé sur le territoire avec l’ARS, les soins de proximité, ou encore la prévention.

« Ces résultats sont très intéressants, alors que le sujet de l’évolution de la gouvernance politique de la santé se pose », analyse Lamine Gharbi. « Les maires sont évidemment des interlocuteurs incontournables, au carrefour des problématiques de santé, sociales et économiques. Ils sont, le plus souvent, des partenaires et des facilitateurs de coopération entre les acteurs. Nos établissements, de proximité, ancrés sur les territoires, créateurs d’emplois, facteurs d’attractivité, sont de fait au cœur des enjeux municipaux. »

Demain, des établissements de santé privés encore plus engagés pour faire vivre la santé et l’accès aux soins sur les territoires

L’implication des cliniques privées dans la vie municipale est forte : 67 % ont développé une action contribuant à la vie municipale (prévention, dépistage, relations avec les écoles ou les associations, culture, forum emploi, lien avec la médecine de ville…).

Mais dans le cadre du mandat à venir, 95 % des directrices et directeurs souhaitent entretenir des relations encore plus partenariales et collaboratives avec leur maire, et 96 % se déclarent prêt.e.s à aider leur maire pour améliorer l’accès des citoyens à des consultations médicales sur leur commune.

« Des établissements de santé privés ouverts sur la cité, et prêts à l’être encore davantage grâce à une relation privilégiée avec leur maire, cette consultation révèle une dynamique très positive, qui devra prendre forme dès le lendemain du 22 mars ! » conclut Lamine Gharbi.