En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérer mes cookies.

Actualités générales


Gabarit CP

Pour l’ensemble des fédérations :
Une hausse des tarifs hospitaliers de 1 % est vitale ! 


Communiqué de presse du 11 février 2019


Alors que débutent les réunions de concertation sur la campagne tarifaire 2019, les fédérations hospitalières (FEHAP, FHF, FHP, Unicancer) renouvellent au Gouvernement leur revendication d’une hausse des tarifs de 1 % pour les établissements de santé publics, privés et privés non lucratifs en 2019. Les fédérations avaient déjà tiré la sonnette d’alarme en novembre 2018 lors d’une conférence de presse unitaire. Après 8 années de baisse, une augmentation des tarifs est indispensable pour redonner au secteur hospitalier et à ses personnels les moyens nécessaires à leurs missions et à la transformation attendue du système de santé.

Les tarifs décidés par le Gouvernement sur les actes des établissements de santé sont en baisse ininterrompue depuis 8 ans plaçant ainsi le secteur dans une situation critique alors même que l’activité des établissements de santé ralentit. Résultat, plus d’un milliard d’euros de déficit des hôpitaux publics en 2018 et 30 % des hôpitaux et cliniques privés également dans le rouge. C’est la chronique d’un désastre annoncé.

Cette baisse continue des tarifs, en déconnexion totale avec l’inflation des charges des établissements a malheureusement accentué les tensions sociales dans un secteur qui n’a tout simplement plus les moyens d’absorber économiquement et socialement des tarifs inférieurs aux coûts des soins.

Malgré la cure d’austérité qui lui est infligée, c’est pourtant le secteur hospitalier dans son ensemble qui finance les dépassements budgétaires des autres acteurs de santé : en 2018, l’ONDAM hospitalier a été réduit de 200 millions d’euros en cours d’année pour compenser les dépenses de la médecine de ville. Ce phénomène de ponction sur l’enveloppe hospitalière se répète et se cumule au fil des années : depuis 2014, c’est en effet 1 milliard d’euros en moins dans les caisses des établissements de santé par rapport au budget voté dans les lois de financement de la sécurité sociale - il s’agit d’un détournement désormais institutionnalisé.

Une hausse des tarifs de 1 % en 2019 est indispensable pour tout le secteur, pour le personnel hospitalier, les établissements, les médecins et pour les patients. Cette augmentation est totalement compatible avec le budget hospitalier voté dans le cadre de la Loi de Financement de la Sécurité Sociale 2019. En effet, le ralentissement tendanciel de l’activité hospitalière rend possible et nécessaire une hausse des tarifs hospitaliers. 

Alors que la santé est l’un des sujets de préoccupation majeure des citoyens, dans un contexte social et politique inédit, les fédérations hospitalières appellent le Gouvernement à revaloriser leurs tarifs de +1 % en 2019. Seule une telle décision, économiquement possible et socialement indispensable permettrait d’engager une transformation positive et durable du système de santé au bénéfice des patients.


Télécharger le communiqué de presse au format PDF

----------
A propos de la FEHAP :

La FEHAP en chiffres, c’est plus de 4 600 établissements et services sanitaires, sociaux et médico-sociaux gérés par plus de 1600 organismes gestionnaires (associations, fondations, congrégations, mutuelles, organismes de retraite complémentaire et de prévoyance), plus de 246 600 lits et places, 280 000 professionnels pour 2,5 millions de personnes accueillies chaque année (www.fehap.fr). La FEHAP est la fédération de référence du secteur Privé Non Lucratif présente, depuis 80 ans, dans tous les champs de la protection sociale.

Contact presse :

Jean-Baptiste Boudin-Lestienne, directeur adjoint de la communication et des relations institutionnelles
01 53 98 95 30 / 06 14 07 82 14 - jean-baptiste.boudin-lestienne@fehap.fr
www.fehap.fr

----------
A propos de la Fédération hospitalière de France (FHF) :

La FHF représente 4 800 établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux, représentant 15 millions d’hospitalisation par an, la moitié des places d’EHPAD, ainsi que les établissements assurant la prise en charge du handicap. La FHF s’est construite autour de valeurs partagées : égal accès à des soins de qualité pour tous ; innovation et d’excellence dans les soins et l’accompagnement, enseignement et recherche ; continuité de la prise en charge.

La FHF réunit en son sein des hôpitaux de tailles différentes - centres hospitaliers locaux, centres hospitaliers généraux, centres hospitaliers universitaires, établissements spécialisés en santé mentale – ainsi que des Ehpad et des établissements assurant la prise en charge du handicap. Elle défend l’autonomie des établissements hospitaliers et médico-sociaux, gage d’une adaptation intelligente aux réalités du terrain. Elle travaille à la création d’un véritable service public de santé réunissant dans chaque territoire les professionnels des secteurs sanitaires et médico-sociaux afin d’améliorer la cohérence des parcours de soins et de vie.

Contact presse :

Camille Trocherie, responsable de la communication externe et des relations presse
01 44 06 85 21 - c.trocherie@fhf.fr
www.fhf.fr

---------
A propos de la FHP

La Fédération de l’Hospitalisation privée (FHP) regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD).

Contact presse :

Benjamin Azogui, direction de la communication
01 53 83 56 88 / 06 27 20 18 49 - benjamin.azogui@fhp.fr
www.fhp.fr

---------
A propos d’Unicancer :

Unicancer est l’unique réseau hospitalier français dédié à 100 % à la lutte contre le cancer et la seule fédération hospitalière nationale dédiée à la cancérologie. Il réunit 18 Centres de lutte contre le cancer (CLCC), établissements de santé privés à but non lucratif, répartis sur 20 sites hospitaliers en France. Les CLCC prennent en charge plus de 516 000 patients par an (en court-séjour, HAD et actes externes).

Unicancer est aussi le premier promoteur académique d'essais cliniques, en oncologie, à l'échelle européenne. Reconnu comme leader de la recherche en France, le réseau Unicancer bénéficie d’une réputation mondiale avec la production d’un tiers des publications internationales en oncologie (source : étude bibliométrique/ Thomson Reuters). Les 18 CLCC et la direction R&D d’unicancer sont certifiés Iso 9001 pour leur recherche clinique.

Au total 569 essais cliniques (inclusions ou suivis) sont promus en 2017 par le réseau Unicancer, plus de 15% des patients des CLCC sont inclus dans les essais cliniques et plus de la moitié des PHRC dévolus aux CLCC.

Contact presse :

Gwendoline Miguel, chef de projet communication et relations presse
01 76 64 78 00 / 07 71 54 08 65 - g-miguel@unicancer.fr
www.unicancer.fr

Rapport Aubert


Gabarit CP

COMMUNIQUE DE PRESSE

Rapport Aubert

Lamine Gharbi, président de la FHP

" Une vision pertinente mais la réduction à 50 % du financement à l’activité relève du dogmatisme "



Paris le 29 janvier 2019 – La Fédération de l’Hospitalisation Privée (FHP) partage l’ambition et les grandes pistes du rapport remis aujourd’hui par Jean-Marc Aubert sur la réforme des modes de financement et de régulation. Toutefois, la FHP s’oppose à un objectif arbitraire et excessif de réduction de la part du financement lié à l’activité. Elle alerte aussi sur un modèle de financement pour la psychiatrie privée totalement inapproprié qui risque de pénaliser le dynamisme des établissements.

En premier lieu, la FHP approuve les ambitions de ce rapport : réduire les inégalités de santé, encourager la qualité et la pertinence des soins, renforcer la coopération entre acteurs et développer la prévention.

Le rapport pose de façon objective les enjeux du système de santé en particulier la question de la soutenabilité pour les établissements de santé des différentes baisses tarifaires. Il s’agit d’une prise de conscience forte que salue la FHP.

La Fédération partage également l’idée de diversifier les modalités de rémunération qui doivent être basées sur le service médical rendu au patient plutôt que sur les coûts constatés. La FHP est favorable au rapprochement des modes de rémunération des différents acteurs, vecteur d’une meilleure coopération au bénéfice du patient.

Rémunération liée à l’activité

« Diversifier les modalités de rémunération des établissements de santé est une mesure de bon sens que nous portons depuis longtemps. Mais faire un dogme de la réduction à 50% de la rémunération liée à l’activité serait une erreur » déclare Lamine Gharbi président de la FHP. « La part du financement liée à l’activité doit évoluer en fonction de la montée en charge des nouveaux dispositifs proposés et surtout s’adapter à la réalité de l’activité des établissements ».

Les auteurs du rapport tiennent pour acquis les méfaits supposés de la T2A : inflationniste, non pertinente… « Au contraire, le paiement à l’activité garantit la réalisation d’une prestation de soins effective et permet qu’en hospitalisation, un lit vide ne coute rien à l’Assurance maladie. » ajoute Lamine Gharbi.


Nouvelles modalités de rémunération

Le rapport de la « Task Force » place la valorisation de la qualité et de la pertinence des soins au cœur de la rémunération. La FHP partage pleinement ce principe mais réaffirme son attachement au caractère incitatif de la rémunération à la qualité (IFAQ). « Cette enveloppe doit être un bonus et non un simple compartiment tarifaire venant minorer les tarifs des établissements de santé. En outre, la proposition d’un malus n’est pas un bon moyen d’améliorer la qualité. » rappelle Lamine Gharbi.

La FHP approuve également les mesures en faveur du développement de l’ambulatoire : suppression des bornes basses, développement de la Récupération Rapide Après Chirurgie (RRAC), développement de la médecine de courte durée.

La rémunération par protocole ou programme de soins est une avancée positive qui peut encourager la pertinence des actes et des séjours, à condition de ne pas fragiliser la place des établissements notamment SSR qui ne souhaitent pas être positionnés en prestataires de soins.

« Les préconisations du rapport Aubert sont rendues publiques alors que nous sommes engagés dans la réforme cruciale des autorisations et que le secteur SSR est encore en train réformer son modèle de financement. Nous serons vigilants quant à l’impact global de ces chantiers qui ne doivent pas porter atteinte au rôle clé des établissements SSR dans les territoires. Les autorisations doivent toujours être détenues par les établissements de santé. » précise Lamine Gharbi.

Modèle de la psychiatrie privée en danger

Le modèle financier pour la psychiatrie privée prévoit un financement majoritairement lié à une enveloppe globale sans préciser son poids dans la rémunération des cliniques psychiatriques. Un tel modèle ne manquerait pas de pénaliser le dynamisme des établissements et ne résoudrait pas la question de la réduction des files d’attente. Les critères de répartition du financement en psychiatrie doivent impérativement être discutés au niveau national.

« Le modèle financier envisagé pour la psychiatrie privée n’est pas acceptable. Il présente le risque de bloquer toute innovation » prévient Lamine Gharbi.

Visibilité tarifaire à 5 ans

La FHP approuve la proposition d’offrir une visibilité aux acteurs de santé en fixant l’évolution de leurs tarifs pour une durée de 3 à 5 ans. « C’est une mesure positive nécessaire pour donner à nos établissements les moyens d’un pilotage à plus long terme. Une hausse de 1% sur les 5 prochaines années seraient la bienvenue » confirme Lamine Gharbi.

La FHP attend les arbitrages de la ministre et se tient disponible pour continuer à construire en concertation avec les pouvoirs publics un nouveau modèle de financement valorisant pour les acteurs de santé et efficace pour transformer le système de soins au bénéfice des patients.



A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)


Contact presse :

FHP
Benjamin Azogui
Direction de la communication
01 53 83 56 56 / 06 27 20 18 49
benjamin.azogui@fhp.fr


Rencontres Santé de Nice les 21 et 22 mars 2019


Rencontres de nice
Les « Rencontres de Nice » se dérouleront les 21 et 22 mars 2019 à l’Hôtel Méridien de Nice, sur le thème «Santé des Aînés : éthique et efficience».
Pour cette 6ème édition, 46 intervenants débattront sur la question de la santé des aînés et de la manière dont sera absorbé ce choc démographique, pour les 20 ans à venir.

Lamine Gharbi, président de la FHP, interviendra lors d'une table ronde sur le thème "Les territoires et l'organisation des soins pour les Aînés" le jeudi 21 mars à 14h00.

Les débats auront 3 objectifs majeurs :
- Permettre des retours d’expériences et le partage des réussites et des échecs
- Développer mutuellement des connaissances et des modèles
- Suggérer aux décideurs de nouvelles approches et modes opératoires

La santé des aînés est un sujet largement débattu, pour autant il reste à innover, repenser les modes de prises en charge, adapter le système de santé pour mieux traiter nos aînés et leur apporter des réponses, non seulement de soins, mais aussi de respect et d’humanité.

Le sujet interroge aussi bien le décloisonnement entre les secteurs que les nouvelles pathologies, l’adaptation des structures de soins, l’expérience patient, la solvabilité de ces nouveaux besoins, les nouvelles technologies, le 4ème âge etc.

Sera également dévoilée, à l’occasion de cette 6ème édition, une présentation des premiers résultats de la grande consultation lancée en octobre 2018 : #PourNosAînés, dans le cadre de la concertation « Grand âge et autonomie ».

Pour consulter le programme et vous inscrire (les places sont limitées) : www.rencontressantenice.com


Agnès Buzyn aux Rencontres de la FHP


FHP RT 2018 1866
Agnès Buzyn aux Rencontres de la FHP

« Je veux du bien au secteur de la santé »


La ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn est intervenue jeudi 14 décembre aux Rencontres de la FHP. Il s’agit du rendez-vous annuel des hôpitaux et cliniques privés qui a rassemblé plus de 600 acteurs et professionnels de la santé.

Agnès Buzyn a déclaré que son objectif était de rendre la confiance au secteur de la santé : « Je veux du bien au secteur de la santé. Il a été un peu malmené. Je veux que les soignants retrouvent un sens à leur travail. Mon engagement est d’être à leur écoute. Je suis là pour valoriser le secteur car je connais son engagement ».

« J’ai besoin de tout le monde pour transformer le système de soins. Je n’ai aucun tabou, je veux que la réforme soit réussie ! » a poursuivi la ministre.

A propos des urgences, Agnès Buzyn a précisé : « Mon objectif est une meilleure régulation des soins non programmés. Il y a une meilleure organisation territoriale à trouver pour les améliorer. Le secteur privé y a toute sa place ».

Lamine Gharbi, président de la FHP a conclu : « Nous avons une ministre de la santé qui nous fait confiance et qui compte sur nous. Elle nous demande en retour de lui accorder nous aussi notre confiance. Nous avons l’assurance qu’elle prendra en compte l’avis de l’ensemble des acteurs pour réussir la transformation du système de santé. Agnès Buzyn peut compter sur l’engagement de la profession avec nos partenaires que sont les hôpitaux publics et associatifs. Nous répondrons présents ! »


Revoir l'intervention d'Agnès Buzyn en vidéo


Crédit photo : Darepixel


Trophées de l'Hospitalisation Privée 2018


FHP RT 2018 1231

11e Edition des Trophées de l'Hospitalisation Privée 

9 hôpitaux et cliniques privés récompensés pour leur innovation et leur engagement au service des patients


La FHP (Fédération de l’Hospitalisation privée) a remis ce mercredi 12 décembre ses Trophées annuels qui récompensent les initiatives remarquables mises en œuvre par les hôpitaux et cliniques privés.

La cérémonie parrainée par le Dr Alain Milon, président de la commission des affaires sociales du Sénat, s’est déroulée au Carrousel du Louvre à la veille des deux journées consacrées aux Rencontres de la FHP. Pour cette 11ème édition, 9 hôpitaux et cliniques privés ont été distingués.

Les lauréats ont été sélectionnés par un jury de personnalités reconnues et indépendantes du secteur de la santé dans quatre catégories :

• Oganisations innovantes du parcours de santé (nouvelle catégorie)
• Clinique socialement responsable
• Relations patients
• Excellence médicale

Un Trophée « coup de cœur du jury » a aussi été décerné en clôture de la cérémonie.

« Chaque année, c’est pour moi une grande émotion de remettre ces Trophées » a déclaré Lamine Gharbi, le président de la FHP. « En effet, si ces Trophées représentent une récompense, ils sont avant tout la reconnaissance de l’engagement de tous nos établissements au service des 9 millions de patients qu’ils accueillent chaque année. Cet engagement est fait de compétence, d’enthousiasme et de beaucoup de travail. Il est le garant de la qualité des soins dispensés dans nos 1030 hôpitaux et cliniques privés. Quelle fierté de mettre à l’honneur les établissements et les équipes qui incarnent cette mobilisation continue de l’hospitalisation privée, en dépit des difficultés parfois rencontrées ! »

Palmarès de la 11ème édition des Trophées de l’Hospitalisation privée


Catégorie Organisations innovantes du parcours de santé

- Lauréat : Clinique Provence Bourbonne (Aubagne – Ramsay Générale de Santé) pour le projet « Un Serious Game impliquant les patients dans leur rééducation en SSR neurologique. Le but de ce « sérious game » baptisé S'TIM est d’aider les patients à récupérer leurs fonctions cognitives et exécutives telles que se repérer dans le temps et l’espace, planifier une tâche, s’adapter à un contexte.

- Nominé : Polyclinique du Grand Sud (Nîmes) pour le projet « Gestion coordonnée des parcours de santé, une plateforme ville-hôpital d’accompagnement, de suivi et de surveillance à domicile » Cette démarche vise à mieux articuler prévention, prises en charges sanitaires, médico-sociales et sociales avec l’ensemble des intervenants impliqués. La plateforme permet notamment de gérer les RDV, de partager les éléments clés du dossier patient, d’effectuer de multiples évaluations.

Catégorie Clinique socialement responsable


- Lauréat : Clinique de Miremont (Badens) pour le projet « La Clinique de Miremont : du chaos à une belle renaissance, ou comment retrouver de la performance par le bien-être au travail ». L’objectif de cette démarche réside dans la volonté de faire de la qualité de vie au travail une valeur fondamentale et la priorité au sein de la Clinique de Miremont pour mettre en œuvre une culture de la performance par le bien-être.

- Nominé : Polyclinique de Limoges (Limoges) pour le projet « "Vis ma vie" dans le cadre de la semaine QVT (qualité de vie au travail) ». L’objectif de ce partage d’expériences est de découvrir un nouveau métier en donnant l’occasion aux salariés volontaires de mieux connaitre la réalité du travail de leurs collègues, leurs contraintes, leurs compétences.

Catégorie Relations Patients

- Lauréat : Clinique de l’Union (Saint Jean - Ramsay Générale de Santé) pour le projet « La sensorialité au cœur de la relation parent-enfant en néonatologie ». L’objectif est de permettre à la mère et l’enfant de cohabiter harmonieusement grâce à des chambres équipées de deux espaces distincts et d’un matériel protégeant le développement neurosensoriel des bébés des agressions sonores, lumineuses et tactiles. Cette architecture s'adapte aux contraintes liées à une prise en charge médicale et / ou à un handicap neurosensoriel des parents.

- Nominé : Imagerie médicale de l’Hôpital privé d’Antony (Antony – Ramsay Générale de Santé) pour le projet « PATIENT R ». L’objectif de ce programme est la mise en place d’une organisation adaptée aux besoins des patients en garantissant l’obtention des résultats de biologie et de radiologie en moins d’une heure pour les médecins de ville chaque fois que nécessaire.

Catégorie Excellence médicale

- Lauréat : Hôpital Privé Jean Mermoz (Lyon - Ramsay Générale de Santé) pour le projet « Chirurgie pancréatique avec assistance robotique : étude pilote de faisabilité ». Le projet vise à la diminution du taux de mortalité/morbidité et à l’amélioration de l’efficience chirurgicale, ce qui passe par le développement des techniques mini-invasives (chirurgies coelioscopiques et robotique).

- Nominé : GCS-ES Axium-Rambot pour l’article publié dans la revue scientifique médicale britannique The Lancet, intitulé « Targeted therapy with a localised abluminal groove, low-dose sirolimus-eluting, biodegradable polymer coronary stent (Target All Comers): a multicentre, open-label, randomised non-inferiority trial »

Coup de cœur du Jury

- Lauréat : Polyclinique du Cotentin (Equeurdreville) pour le projet « Campagne de recrutement de médecins : « Nous sommes Med'in Cherbourg, et toi ? ». Lancée sur les réseaux sociaux, cette campagne est portée par les praticiens de la Polyclinique du Cotentin et du Centre Hospitalier Public du Cotentin (CHPC) à destination de leurs confrères ou futurs confrères : « Nous sommes Med’in Cherbourg, et toi ? ». Cette initiative innovante permet, dans le cadre d’une coopération public-privé précieuse, de présenter une ville dynamique dont la population est attachée à son territoire, profitant notamment des loisirs de mer pour une qualité de vie exceptionnelle, avec des médecins fiers de leur outil de travail et très satisfaits de leurs conditions d’exercice à Cherbourg. Cette campagne qui s’inscrit dans une dynamique territoriale bénéficie du soutien des commerçants de la ville.

Sondage FHP - Viavoice


iStock 000048522698 XXXLarge
La FHP a interrogé les Français sur leur perception des difficultés et perspectives du système de santé.

Les Français, entre conscience des difficultés du système et confiance aux établissements et professionnels de santé


Réalisée pour les Rencontres de la FHP des 13 et 14 décembre, la deuxième édition de l’Observatoire sociétal FHP/ Viavoice montre que les Français ont une conscience très aigüe des difficultés du système de soins, puisque les deux-tiers (67%) considèrent que celui-ci est victime de « dysfonctionnements majeurs ».

Le manque de moyens financiers des établissements de santé pointé par les Français

La nature de ces dysfonctionnements concerne d’abord le manque de moyens financiers dévolus tant au système de santé (53%) qu’aux établissements (69%), qui se traduit par des conséquences préjudiciables pour les professionnels de soins : pénurie, épuisement… C’est d’ailleurs pour rompre avec la politique du rabot en santé, qui s’est traduite par des baisses réitérées de tarifs sur les cinq dernières années, que l’ensemble des fédérations hospitalières ont uni leurs voix en novembre pour demander des moyens à la hauteur des missions qui leur incombent.

Dans ce contexte difficile, un tiers des Français dit ressentir des difficultés à se soigner correctement. L’accès aux soins, tant géographique que financier, est un sujet de préoccupation. Par ailleurs, plus d’un tiers des Français a le sentiment qu’un soin nécessaire ne lui a pas été prodigué (38%), ou qu’un examen ou un soin inutile lui a été prescrit (31%). Améliorer la qualité et la pertinence des soins est un enjeu clairement identifié par les Français.

La FHP rappelle que la pertinence des soins ne doit pas être réduite à une approche statistique fondée sur des moyennes, mais reposer sur la valorisation des bonnes pratiques des professionnels.

La confiance des Français envers les professionnels de santé est un atout

La lucidité des Français sur le manque de moyens consacrés à la santé, mais aussi sur les marges d’amélioration du système (pertinence), s’accompagne en revanche d’une grande confiance - en augmentation par rapport à l’édition 2017 - envers les établissements de santé, tant publics (80%) que privés (78%, +8%) et les professionnels de santé (88%).

Les considérations statutaires public-privé importent peu aux Français. Dans ce contexte, le manque d’information constaté sur les urgences privées (67% des Français n’en ont jamais entendu parler) confirme la nécessité de mieux faire connaitre toute l’offre de soins, et notamment en matière d’urgences, publiques comme privées, qui exercent toutes deux dans les mêmes conditions tarifaires sans dépassement d’honoraires.

Un décalage de perception entre ruraux et urbains

L’Observatoire FHP-Viavoice montre que les habitants des zones rurales pointent davantage les difficultés des établissements de santé (71%) et du système de soins en général (76%) par rapport aux habitants de l’agglomération parisienne (61% et 60%).

Par ailleurs, si un tiers des Français (26 %) dit éprouver des difficultés à avoir accès à un professionnel de santé en raison de la distance ou du temps de trajet, ce sont là encore les habitants des zones rurales (49 % contre 14 % pour l’agglomération parisienne) qui indiquent pâtir de cet accès géographique plus difficile.

En résonance avec l’actualité sociale, ces chiffres témoignent d’un véritable ressenti d’appauvrissement de la présence de santé dans les territoires, auxquelles nous devons collectivement apporter une réponse. La confiance qu’éprouvent les Français à leur égard montrent bien que les établissements de santé et les professionnels de santé sont souvent la dernière « lumière allumée », et qu’il est essentiel pour la cohésion sociale de leur donner les moyens d’agir au plus près des besoins de la population sur les territoires

Lutter contre ce ressenti de désert médical passe par un maillage d’offre de soins de proximité. La FHP a proposé la création de centres de premier recours intégrant l’imagerie et la biologie médicale. Ce nouveau type de structure répond aux attentes des professionnels et aux besoins des patients.

Comment mieux prendre en compte les attentes exprimées dans cette enquête ? Ce sujet figurera parmi les réflexions abordées lors des Rencontres de la FHP, les 13 et 14 décembre, en présence d’Agnès Buzyn.

« Au-delà des différences statutaires qui importent peu aux Français, analyse Lamine Gharbi, le président de la FHP, les acteurs de l’intérêt général que nous sommes sont épargnés par la crise de confiance généralisée. Cet attachement et cette confiance manifestés par les Français à l’égard des établissements et des professionnels montrent que, face aux difficultés rencontrées par le système, les acteurs de santé, sur le terrain sont les mieux placés pour contribuer à son amélioration. Nous sommes pleinement mobilisés pour mener à bien la transformation souhaitée par les Français, et nous devons avoir les moyens de cette transformation. »



Restitution intégrale de la réserve prudentielle


C Federation0412
COMMUNIQUE DE PRESSE Restitution intégrale de la réserve prudentielle :
Les fédérations hospitalières saluent le premier pas en matière de respect des engagements.
COMMUNIQUE DE PRESSE


Restitution intégrale de la réserve prudentielle :
Les fédérations hospitalières saluent le premier pas en matière de respect des engagements.

Paris le 4 décembre - Les 4 fédérations hospitalières, FEHAP, FHF, FHP, Unicancer, saluent la décision de la ministre des Solidarités et de la Santé de restituer l’intégralité des crédits hospitaliers mis en réserve pour 2018, et de respecter ainsi les engagements de rendre aux établissements de santé des crédits qui leur reviennent en raison de la sous-exécution de l’Objectif national des dépenses de l’Assurance maladie (ONDAM). Pour autant, cette décision n’est qu’un juste retour aux établissements de santé de crédits relevant de leur enveloppe, ces derniers ayant largement rempli leur part du contrat et totalement respecté leur sous-objectif de l’ONDAM.

Compte-tenu des graves difficultés économiques auxquelles sont confrontés les établissements de santé aussi bien publics que privés, la restitution de ces crédits était vitale.

Elle témoigne de la reconnaissance par Agnès Buzyn du travail accompli par les professionnels de santé dans un contexte économique et social tendu et de sa volonté de tenir les engagements gouvernementaux. Les Fédérations apprécient cette démarche comme un signe de confiance envers les établissements de santé.

Dans un même état d’esprit, elles attendent également dans les mois à venir la restitution de la sous-exécution de l’ONDAM hospitalier et médico-social.

Les fédérations hospitalières renouvellent également la demande qu’elles ont récemment formulée ensemble d’une augmentation à minima de 1% des tarifs hospitaliers, qui tienne ainsi compte de la hausse de l'inflation et des prévisions réalistes de leur activité.

Après six années de baisses ininterrompues, les tarifs sont devenus incompatibles avec les enjeux de santé chers aux Français. Les établissements ont plus que jamais besoin de retrouver des marges de manœuvre pour remplir leurs missions au service des patients, pour investir dans l’avenir et pour mener de vraies politiques sociales.

Les Fédérations hospitalières rappellent que les établissements ont aujourd’hui un besoin urgent de moyens en attendant que les effets de « Ma santé 2022 » ne commencent à se faire sentir.



A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)


Contact presse :

FHP
Benjamin Azogui
Direction de la communication
01 53 83 56 56 / 06 27 20 18 49
benjamin.azogui@fhp.fr

7 organisations se mobilisent en faveur d'un OPCO Santé Médico-Social


Gabarit CP OPCO


COMMUNIQUE DE PRESSE


7 ORGANISATIONS SE MOBILISENT EN FAVEUR
D'UN OPCO SANTE MEDICO-SOCIAL




La Croix-Rouge Française, la FEHAP, la FHP, NEXEM, le SYNERPA, UNA et UNICANCER, ont écrit à la Ministre du Travail, Muriel PENICAUD, à la Ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès BUZYN, à sa secrétaire d’Etat, Christelle DUBOS, et à la secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, Sophie CLUZEL pour les interpeller sur le contour du nouvel Opérateur de Compétences (OPCO) Santé Médico-Social et solliciter un rendez-vous.

Ces organisations préconisent un OPCO ambitieux dont le périmètre couvrirait l’ensemble de leurs activités :

• Le sanitaire avec toutes ses composantes (établissements de santé et ville),
• Le médico-social y compris les services à domicile,
• Et le champ du social tel qu’il est couvert par les organisations signataires.

Cette volonté de regroupement au sein du nouvel OPCO est fondée sur une nécessité de décloisonnement des activités en lien avec le parcours de vie et de soins des personnes soignées, accueillies ou hébergées. Cette ambition repose sur un impératif : la construction d’une filière économique partagée assise sur des métiers et des parcours professionnels complémentaires.

L’élargissement de cet OPCO est essentiel pour relever les enjeux de la stratégie nationale de santé 2018/2022 et de la future réforme Grand-âge Autonomie annoncée pour 2019.

Les 7 organisations attendent à présent un signal fort du Gouvernement en ce sens.


A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)


Contact presse :

FHP
Benjamin Azogui
Direction de la communication
01 53 83 56 56 / 06 27 20 18 49
benjamin.azogui@fhp.fr


Med-ebloom remporte le prix "Start-up"


Gabarit CP

COMMUNIQUE DE PRESSE

Med-ebloom remporte le prix "Start-up"

Lors du Congrès Français de Psychiatrie à Nantes,
les cliniques psychiatriques ont récompensé
la solution Med-ebloom
qui innove au service de la santé.





Paris, le 3 décembre 2018 – C’est la solution Med-ebloom qui a remporté le prix « Start-up » remis par la FHP-Psychiatrie lors du 10ème Congrès Français de Psychiatrie qui s’est déroulé à Nantes du 28 novembre au 1er décembre.

Le projet développe une solution de réalité virtuelle pour immerger le patient face à l’objet de son trouble et permet au thérapeute de créer une application personnalisée pour le patient sur une plateforme compatible avec les navigateurs principaux.

L’hospitalisation privée était présente à ce congrès qui a pour thème : « Le temps ». Les débats, qui ont réuni toutes les composantes de la psychiatrie française, ont porté notamment sur le temps comme paramètre de la maladie psychiatrique mais aussi de la guérison. Ont été aussi abordées les thématiques suivantes : le temps nécessaire à la recherche, ce que l’on perçoit du temps qui passe, ou encore l’évolution des pratiques en psychiatrie.

Le prix "Start-up”, inauguré par la branche psychiatrie de la FHP l’an dernier, a pour vocation de récompenser une initiative innovante en santé mentale.

« Le lauréat de cette deuxième édition illustre parfaitement l’ambition de notre prix « Start-up » qui est de favoriser une plus grande proximité entre les cliniques psychiatriques et des jeunes entreprises capables d’apporter rapidement des innovations pertinentes. Soutenir des start-up comme Med-ebloom qui œuvrent au service des patients est important alors que l’évolution de la technologie peut apporter de nouvelles solutions à la prise en charge » déclare le Dr Olivier Drevon, président de la FHP-Psychiatrie.

« Bravo à Med-ebloom pour ce prix qui récompense sa vision novatrice du soin ! Nous sommes heureux de contribuer à la reconnaissance de start-up méritantes aux compétences avant-gardistes. » a affirmé Lamine Gharbi président de la FHP.

La solution sera présentée lors d'un Conseil d'Administration de la FHP Psychiatrie et fera l'objet d'une communication à destination des 170 établissements psychiatriques adhérents. Le projet sera par ailleurs récompensé d’une dotation de 1.000 euros.

Le jury était composé des professionnels de santé suivants :

• Dr Olivier Drevon, Président de la FHP-Psychiatrie
• Dr Jean-Paul Boule, Chef de projet régional en santé mentale, ARS Pays de la Loire.
• Elise Doucas, Directrice adjointe au CHU de Nantes.
• Audrey Fontaine, Présidente de l’association française des étudiants en psychiatrie (AFFEP).
• Pr Marie Grall-Bronnec, Service d'Addictologie et de Psychiatrie de Liaison, CHU de Nantes.
• Pr Cédric Lemogne, Chef de service Psychiatrie de l'adulte et du sujet âgé, Hôpital européen Georges-Pompidou.



A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD)


Contact presse :

FHP
Benjamin Azogui
Direction de la communication
01 53 83 56 56 / 06 27 20 18 49
benjamin.azogui@fhp.fr



Conférence de presse des fédérations hospitalières


Gabarit CP
Les Fédérations hospitalières ont uni leur voix mardi 6 novembre pour alerter sur la situation  des établissements de santé.


Communiqué de presse

Situation des établissements de santé :
les Fédérations hospitalières alertent le Président de la République, le Premier ministre et la ministre des Solidarités et de la Santé


Paris le 7 novembre - Les 4 fédérations hospitalières, FEHAP, FHF, FHP, Unicancer, ont uni leur voix mardi 6 novembre lors d’une conférence de presse commune et pour la première fois, pour alerter sur la situation économique et sociale délétère des établissements de santé et dénoncer un budget hospitalier insuffisant. Après les concertations avec la Ministre de la Santé et devant l’importance des enjeux, elles en appellent désormais au Président de la République et au Premier ministre pour préserver les budgets hospitaliers et entendre leurs propositions.

« Nous souhaitons saluer collectivement les ambitions du Plan « Ma santé 2022 » qui marque une volonté politique de placer la santé au 1er plan. Cependant les moyens ne sont pas en cohérence avec la volonté politique affichée. Il faut donner aux établissements de santé les moyens financiers indispensables pour remplir leurs missions au service des patients, prodiguer à tous et partout la même qualité de soins et investir pour opérer les transformations indispensables de nos structures », déclare le Pr Patrice Viens, président d’Unicancer.

Rebasage de l’Ondam 2018

Même si le budget de l’Assurance maladie progressera en 2019 de 2,5 % par rapport à 2018, dans le même temps l’augmentation naturelle des dépenses de santé sera d’environ 4,5 %. Elle est due notamment à l’accroissement démographique et au vieillissement de la population. De nouvelles économies vont donc être demandées aux établissements de santé. « L’effort qui est demandé aux établissements de santé se chiffre à plus de 800 millions d’euros. Cela intervient dans un contexte de fragilité économique pour tous les établissements de santé. Si nous souscrivons au plan « Ma Santé 2022 », il faut que nos établissements aient les moyens de gérer les prochaines années avant que les effets de ce plan ne se fassent sentir », précise le président de la FEHAP Antoine Dubout.

Restitution des crédits hospitaliers

Les fédérations hospitalières ont notamment tiré la sonnette d’alarme concernant la restitution des crédits hospitaliers gelés au titre de la réserve prudentielle puisqu’ils ont respecté les niveaux de dépenses prévus. « Les établissements de santé ont sous-exécuté d’au moins 105 millions d’euros leur objectif de dépense en 2018. Il convient à la fois de nous rendre le montant correspondant à cette sous-exécution de l’ONDAM et les 415 millions d’euros crédits mis en réserve en début d’année soit 520 millions d’euros qui doivent revenir aux établissements », a constaté Frédéric Valletoux, président de la FHF. Face aux dérapages de l’enveloppe financière des soins de ville, les établissements de santé ne veulent pas être la variable d’ajustement. « Il faut instituer un mécanisme de réserve prudentielle pour la ville suffisamment important », a-t-il ajouté.

Hausse des tarifs hospitaliers

La situation des établissements de santé est précaire dans chacun des secteurs. A ce titre, le moment de vérité sera la fixation des tarifs hospitaliers en mars. « Après six années de baisse consécutive des tarifs, nos établissements de santé ont besoin de retrouver des marges de manœuvre pour mener à bien leur mission de soin et avoir une vraie politique sociale », rappelle Lamine Gharbi président de la FHP. Par ailleurs, l’activité hospitalière tend à se tasser comme cela a été pointé par les différents acteurs dont le directeur de la CNAM devant la commission des affaires sociales du Sénat du 31 octobre. « Aujourd’hui, les tarifs hospitaliers ne sont plus en accord avec la réalité des coûts du soin et des enjeux de santé des Français. Avec une inflation qui progresse, la hausse des tarifs devient une nécessité, d’autant que le volume d’activité des établissements de santé est appelé à baisser. Les prévisions font apparaître que le taux de progression de l’activité hospitalière va diminuer de moitié dans les 3 prochaines années. Le Gouvernement pourra par conséquent alléger la pression tarifaire tout en respectant l’ONDAM. Dans ce contexte, seule une augmentation des tarifs de 1% préservera l’équilibre financier des établissements de santé », évoque Lamine Gharbi.


Demandes des fédérations hospitalières

Après avoir fait part de leurs attentes à la Ministre de la Santé, les fédérations représentant l’intégralité de l’hospitalisation en France interpellent le Président de la République et le Premier ministre sur la situation économique délétère et formulent ensemble 6 demandes :

1. La restitution intégrale des crédits hospitaliers gelés en 2018 au titre de la réserve prudentielle (415 millions d’euros) compte-tenu du respect des objectifs de dépenses, et le montant de la sous exécution (105 millions d’euros) soit 520 millions d’euros ;

2. La mise en place d’une véritable régulation financière des dépenses de la médecine de ville ;

3. Une augmentation a minima de 1% des tarifs hospitaliers, rendue possible au regard de l’évolution de l’activité ;

4. La remise à plat complète de la réforme des transports inter-hospitaliers qui a été mise en œuvre sans concertation et qui fait l’unanimité contre elle ;

5. Le lancement d’une mission sur la construction de l’ONDAM pour améliorer sa lisibilité et le rendre pluriannuel sur une durée de 3 ans. Le mécanisme prix-volume actuel est délétère et génère une perte de sens pour les professionnels (tarif actuellement fixé selon des volumes surévalués, sans lien avec la valeur du soin prodigué) ;

6. La participation des fédérations hospitalières aux travaux sur l’évaluation de la pertinence et de la qualité des soins et son impact sur le financement des établissements de santé.



A propos de la FEHAP :

La FEHAP en chiffres, c’est plus de 4 600 établissements et services sanitaires, sociaux et médico-sociaux gérés par plus de 1600 organismes gestionnaires (associations, fondations, congrégations, mutuelles, organismes de retraite complémentaire et de prévoyance), plus de 246 600 lits et places, 280 000 professionnels pour 2,5 millions de personnes accueillies chaque année (www.fehap.fr). La FEHAP est la fédération de référence du secteur Privé Non Lucratif présente, depuis 80 ans, dans tous les champs de la protection sociale.

Contact presse :
Jean-Baptiste BOUDIN-LESTIENNE
Directeur adjoint de la communication et des relations institutionnelles 
01 53 98 95 30/ 06 14 07 82 14
Jean-Baptiste.Boudin-Lestienne@fehap.fr


A propos de la Fédération hospitalière de France (FHF)

La FHF représente 4 800 établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux, représentant 15 millions d’hospitalisation par an, la moitié des places d’EHPAD, ainsi que les établissements assurant la prise en charge du handicap.

La FHF s’est construite autour de valeurs partagées : égal accès à des soins de qualité pour tous ; innovation et d’excellence dans les soins et l’accompagnement, enseignement et recherche ; continuité de la prise en charge.

La FHF réunit en son sein des hôpitaux de tailles différentes – centres hospitaliers locaux, centres hospitaliers généraux, centres hospitaliers universitaires, établissements spécialisés en santé mentale – ainsi que des Ehpad et des établissements assurant la prise en charge du handicap. Elle défend l’autonomie des établissements hospitaliers et médico-sociaux, gage d’une adaptation intelligente aux réalités du terrain.

Elle travaille à la création d’un véritable service public de santé réunissant dans chaque territoire les professionnels des secteurs sanitaires et médico-sociaux afin d’améliorer la cohérence des parcours de soins et de vie.

www.fhf.fr

Contact presse FHF : Camille TROCHERIE - 01 44 06 85 21 - c.trocherie@fhf.fr


A propos de la FHP

La Fédération de l’Hospitalisation privée (FHP) regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge : 

• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD).

www.fhp.fr

Contact presse : Benjamin AZOGUI
Direction de la communication
benjamin.azogui@fhp.fr 01 53 83 56 88 / 06 27 20 18 49


A propos d’Unicancer

Unicancer est l’unique réseau hospitalier français dédié à 100 % à la lutte contre le cancer et la seule fédération hospitalière nationale dédiée à la cancérologie. Il réunit 18 Centres de lutte contre le cancer (CLCC), établissements de santé privés à but non lucratif, répartis sur 20 sites hospitaliers en France. Les CLCC prennent en charge plus de 516 000 patients par an (en court-séjour, HAD et actes externes).

Unicancer est aussi le premier promoteur académique d'essais cliniques, en oncologie, à l'échelle européenne. Reconnu comme leader de la recherche en France, le réseau Unicancer bénéficie d’une réputation mondiale avec la production d’un tiers des publications internationales en oncologie (source : étude bibliométrique/ Thomson Reuters). 

Les 18 CLCC et la direction R&D d’unicancer sont certifiés Iso 9001 pour leur recherche clinique.

Au total 569 essais cliniques (inclusions ou suivis) sont promus en 2017 par le réseau Unicancer, plus de 15% des patients des CLCC sont inclus dans les essais cliniques et plus de la moitié des PHRC dévolus aux CLCC.

>> Suivez-nous : www.unicancer.fr et découvrez nos rapports d’activité 2017 

Contact presse :
Gwendoline Miguel > Chef de projet communication et relations presse 
01 76 64 78 00 > 07 71 54 08 65 > g-miguel@unicancer.fr




Rapport du Sénat sur l'accès précoce à l'innovation


CP Innovation
"Des propositions pertinentes !" a réagi Lamine Gharbi, Président de la FHP.
Paris le 25 juin 2018 - Le président de la FHP (Fédération de l’Hospitalisation Privée) Lamine Gharbi a réagi très positivement au rapport du Sénat sur l’accès précoce à l’innovation.

« Les messages que nous avons portés avec l’ensemble des fédérations hospitalières lors de nos auditions ont été entendus » indique Lamine Gharbi.

« Constatant les insuffisances actuelles de notre système, le rapport vise à renforcer par des mesures concrètes l’accès aux médicaments innovants pour tous les patients. C’est effectivement l’enjeu majeur. Garantir l’égalité d’accès aux innovations, notamment à l’hôpital public et privé, doit rester l’objectif du modèle français. »

« Pour la cancérologie, précise le Dr Denis Franck, Président de l’UNHPC (Union Nationale Hospitalière Privée de Cancérologie), c’est enfin l’espoir d’être certain que les patients qui en ont besoin puissent rapidement bénéficier de traitements qui sont porteurs d’espoir. »

Parmi les mesures proposées, la FHP retient en particulier l’assouplissement du dispositif ATU et post ATU, en permettant une délivrance par indication et non plus par produit, la mise en place d’une réelle évaluation médico-économique des médicaments innovants tenant compte des économies potentiellement générées ainsi que l’expérimentation de nouveaux modes de fixation des prix, plus souples et plus évolutifs.

Sont également accueillies favorablement par la FHP la proposition de réforme de la liste en sus, en insistant sur l’anticipation des radiations et en responsabilisant les prescripteurs, et la volonté de fluidifier et d’accélérer l’inscription des actes de biologie moléculaire à la nomenclature.

« Je remercie les sénateurs Yves Daudigny, Catherine Deroche et Véronique Guillotin pour la pertinence de leurs travaux » poursuit Lamine Gharbi. « Il faut maintenant que les mesures préconisées se concrétisent. La FHP apportera tout son soutien à leur mise en œuvre. ».




Participez à la 11ème édition des Trophées FHP


IMG slideshow
Réservé aux adhérents

Les fédérations hospitalières saluent la restitution des crédits gelés en 2017 au titre de la réserve prudentielle


Gabarit CP 14042018

COMMUNIQUE DE PRESSE

Les fédérations hospitalières saluent la restitution
des crédits gelés en 2017 au titre de la réserve prudentielle


Paris le 2 mars 2018 - La ministre de la Santé a annoncé la restitution des crédits hospitaliers mis en réserve pour 2017, au vu de l’actualisation des données 2017 qui montrent la sous-exécution de l’Objectif National des Dépenses de l’Assurance-Maladie (ONDAM).

Pour rappel, la réserve prudentielle est un mécanisme visant à « gager une partie de l’objectif des dépenses hospitalières aux fins de concourir au respect de l’ONDAM ». Ce montant a initialement vocation à être restitué aux établissements lorsque le volume des dépenses prévisionnelles est respecté.

La ministre n’avait restitué qu’une partie du gel en novembre 2017. Les établissements de santé publics et privés avaient pourtant tous sous-exécuté en 2017 leur objectif de dépense fixé par l’ONDAM. Dans ce contexte, la restitution partielle précédemment décidée était un signal négatif entamant la confiance et avait été dénoncée par toutes les fédérations hospitalières dans un communiqué commun.

Les fédérations hospitalières (FEHAP, FHF, FHP et UNICANCER) saluent la décision de la ministre, gage de sa volonté de tenir les engagements de l'Etat et qui témoigne de l’écoute accordée aux acteurs hospitaliers et de la reconnaissance par la ministre du travail accompli par les professionnels de santé pour le bien et le service de tous. Cette décision sur des crédits 2017 intervient dans un contexte particulièrement tendu suite aux arbitrages de baisse de tarifs hospitaliers pour 2018 qui préoccupent fortement les établissements.


A propos de la FEHAP

La FEHAP en chiffres, c’est plus de 4 500 établissements et services sanitaires, sociaux et médico-sociaux gérés par plus de 1600 organismes gestionnaires (associations, fondations, congrégations, mutuelles, organismes de retraite complémentaire et de prévoyance), plus de 246 600 lits et places, 280 000 professionnels pour 2,5 millions de personnes accueillies chaque année (www.fehap.fr). La FEHAP est la fédération de référence du secteur Privé Non Lucratif présente, depuis 80 ans, dans tous les champs de la protection sociale.

Contact presse
Jean-Baptiste BOUDIN-LESTIENNE
Directeur adjoint de la communication et des relations institutionnelles
01 53 98 95 30/ 06 14 07 82 14
Jean-Baptiste.Boudin-Lestienne@fehap.fr


A propos de la Fédération hospitalière de France (FHF)


Créée en 1924, la FHF représente plus de 1 000 hôpitaux et environ 3 800 établissements médico-sociaux. Véritable « maison commune des hospitaliers », la FHF s’est construite autour de valeurs partagées : égal accès à des soins de qualité pour tous ; volonté d’innovation et d’excellence dans les soins et l’accompagnement, l’enseignement et la recherche ; continuité de la prise en charge.
La FHF réunit en son sein des hôpitaux de tailles différentes – centres hospitaliers locaux, centres hospitaliers généraux, centres hospitaliers universitaires, établissements spécialisés en santé mentale – ainsi que des Ehpad et des établissements assurant la prise en charge du handicap. Elle défend l’autonomie des établissements hospitaliers et médico-sociaux, gage d’une adaptation intelligente aux réalités du terrain.
Elle travaille à la création d’un véritable service public de santé réunissant dans chaque territoire les professionnels des secteurs sanitaires et médico-sociaux afin d’améliorer la cohérence des parcours de soins et de vie.


Contact presse FHF
Camille TROCHERIE
01 44 06 85 21 - c.trocherie@fhf.fr
www.fhf.fr


A propos de la FHP

La Fédération de l’Hospitalisation privée (FHP) regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :
• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD).

Contact presse
Benjamin AZOGUI
Direction de la communication
benjamin.azogui@fhp.fr
01 53 83 56 88 / 06 27 20 18 49
www.fhp.fr


A propos d’Unicancer

UNICANCER réunit l’ensemble des Centres de lutte contre le cancer (CLCC) : des établissements de santé privés à but non lucratif, exclusivement dédiés aux soins, à la recherche et à l’enseignement en cancérologie. UNICANCER est l’une des fédérations hospitalières représentatives de France. Créée en 1964, elle défend l’intérêt des Centres de lutte contre le cancer et gère la convention collective de leurs salariés. Au-delà de ses missions historiques de fédération hospitalière, elle a également pour objectif de faciliter le partage des compétences, des moyens et de meilleures pratiques entre les CLCC dans les domaines tels que la recherche, le médical, la stratégie hospitalière ou les achats. UNICANCER est également promoteur académique d’essais cliniques. L’ambition d’UNICANCER est de permettre aux CLCC d’innover ensemble et toujours pour leurs patients.

UNICANCER en chiffres : 20 établissements de santé, 19 000 salariés, 2,4 milliards d’euros de recettes, plus de 500 essais cliniques actifs promus en 2016, plus de 135 000 patients hospitalisés par an. Pour plus d’informations : rapport d’activité 2016 UNICANCER et www.unicancer.fr

Contact presse
Gwendoline Miguel
Chef de projet communication et relations presse
01 76 64 78 00 > 07 71 54 08 65
g-miguel@unicancer.fr


Les Rencontres et Trophées FHP reportés


Gabarit CP 11 decembre report rencontres
Communiqué de presse

Les Rencontres et Trophées FHP reportés


Paris, le 11 décembre 2017 - Dans la journée de samedi, un incendie important s’est déclaré dans les locaux techniques des salles du Carrousel du Louvre à Paris, où devaient se dérouler les Rencontres et Trophées FHP les 14 et 15 décembre. La commission de sécurité de l’opérateur des lieux a logiquement décidé de fermer totalement les salles, jusqu’à nouvel ordre.

Au regard de l'importante logistique de cette manifestation et compte-tenu des délais impartis, la Fédération de l’Hospitalisation privée est par conséquent dans l’obligation de reporter ses Rencontres et Trophées FHP.

La nouvelle date des Rencontres FHP sera très rapidement annoncée publiquement.

Pour toute question technique ou logistique liée à l’évènement : com.fhp@fhp.fr





Contact presse : Benjamin Azogui
Direction de la communication
01 53 83 56 56 / 06 27 20 18 49
benjamin.azogui@fhp.fr





SSR TV


Gabarit CP SSR TV
La Fédération de l’Hospitalisation Privée lance une plateforme de vidéos en ligne
La Fédération de l’Hospitalisation Privée lance une plateforme de vidéos en ligne sur les prises en charge des établissements de soins de suite et de réadaptation (SSR) : www.ssr-tv.com

La FHP souhaite valoriser la diversité des prises en charge des établissements SSR, amenés à jouer un rôle clé dans la prise en charge des patients. SSR TV proposera des vidéos régulièrement renouvelées sur la vie des cliniques SSR alors que la pluridisciplinarité de ces établissements est essentielle à la fluidité des parcours de santé.

Lamine Gharbi, Président de la FHP, souhaite que ce média on line, SSR TV, montre et explique en vidéo le rôle primordial que nos établissements SSR jouent en France dans le parcours de soins.

« les cliniques de soins de suite et de réadaptation ont su s‘adapter aux enjeux de santé publique : pour offrir aujourd’hui une prise en charge pertinente, efficiente et surtout adaptée aux patients » déclare le Dr Gabriel Bossy président de la FHP SSR.

Sur www.ssr-tv.com, la FHP mettra en ligne des vidéos explicatives du rôle des SSR à destination des patients, des praticiens et de l’ensemble des acteurs du monde de la santé et les invitera à poursuivre le débat sur les réseaux sociaux.

La FHP signe un partenariat avec France eHealthTech


Gabarit CP 7juil
Start-up e-santé : la FHP signe un partenariat avec France eHealthTech
Communiqué de presse

Start-up e-santé :
la FHP signe un partenariat avec France eHealthTech


Paris, le 6 juillet 2017La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) et l’association France eHealthTech annoncent la signature d’un partenariat destiné à favoriser le rapprochement entre les start-up françaises de la e-santé et les 1.000 cliniques et hôpitaux privés.

Ce partenariat prendra la forme d’initiatives communes afin de contribuer à l’éclosion d’un écosystème de l’innovation en santé et faciliter ainsi les rencontres, échanges et interactions entre les établissements de santé privés et les start-up : diffusion de contenus de France eHealthTech auprès des cliniques (Guide des start-up), participation de la FHP à la commission « établissements de santé » de France eHealthTech, présence d’un village des start-up au congrès annuel de la fédération, les Rencontres de la FHP, etc.

« L’innovation est dans notre ADN. Or la révolution numérique bouleverse à la fois l’organisation de nos établissements, nos relations avec les patients mais également l’art médical. Nous avons la chance d’avoir en France un tissu de start-up innovantes extrêmement performantes. Il faut leur donner la possibilité de pouvoir apporter rapidement les innovations les plus pertinentes dans les établissements de santé, pour le plus grand bénéfice des patients. C’est tout le sens de ce partenariat », déclare Lamine Gharbi, président de la FHP.

« Ce partenariat est aussi une occasion unique de permettre aux 140 startups de notre association de s’ancrer dans la réalité du terrain et de confronter au plus tôt leurs innovations aux réalités du marché, aux besoins des patients, des professionnels de santé, des établissements » indique Guillaume Marchand, Président de France eHealthTech, avant de préciser : « En ce sens, ce partenariat est un élément stratégique majeur pour l’ensemble du secteur de la e-santé en France ».

29 septembre 2017 - PLFSS 2018 : La FHP salue des mesures positives mais demande l'équité et appelle à une vraie transformation du système de santé

PLFSS 2018 : La FHP salue des mesures positives mais demande l'équité et appelle à une vraie transformation du système de santé


Paris le 29 septembre 2017 - À la suite de la présentation du PLFSS 2018, la FHP prend note avec satisfaction d’un certain nombre de mesures qui vont dans le bon sens.

Des mesures qui témoignent de l’écoute de la ministre aux demandes des fédérations hospitalières

La FHP salue un certain nombre des mesures de financements contenues dans le PLFSS qui témoignent de l’écoute de la ministre :

• Abrogation de la dégressivité tarifaire,
• Prolongation de deux années de la période transitoire pour la réforme SSR,
• Suppression du forfait de 40€ sur les prescriptions de la liste en sus qui était une demande de l’ensemble des fédérations hospitalières.

Plus que jamais le principe d’équité des efforts demandés aux acteurs du système de santé doit être une règle absolue

En revanche, la FHP demeure inquiète sur des sujets essentiels pour l'avenir des établissements privés.

Au vu des estimations des pouvoirs publics, les établissements de santé vont non seulement respecter l'Ondam en 2017, mais ils vont même le sous-exécuter à hauteur de 80 millions d'euros : la FHP demande donc le dégel intégral des crédits bloqués au titre du coefficient prudentiel.

Elle demande aussi la réparation de l’injustice criante qui lui a été faite ces dernières années au titre du CICE. L'hospitalisation privée est le seul secteur à s'être vu repris le bénéfice du CICE par une baisse de ses tarifs. Ils ont diminué en 2017 de 0,4 point pour compenser le passage du CICE de 6 à 7%. Avec le retour du CICE à 6% en 2018, l’équité commande un rattrapage équivalent des tarifs.

La FHP exprime aussi sa préoccupation face à la confirmation de la mesure de transfert des frais de transport inter établissements qui sera demain à la charge de ces derniers. Cette mesure est inapplicable en l’état et demande un travail de réflexion avec les acteurs concernés. Du reste, toutes les fédérations hospitalières la refusent.

La FHP regrette enfin le renforcement de mesures qui, sous couvert de pertinence, contraignent les établissements en consolidant des dispositifs coercitifs comme le CAQES.

Campagne tarifaire à venir : rompre avec les politiques du rabot

Dans ces conditions, craignant la pression que pourrait exercer sur les tarifs le montant considérable des économies à réaliser, la FHP demande d'ores et déjà à être associée avec les autres fédérations hospitalières à l’élaboration de la prochaine campagne tarifaire.

La FHP alerte sur les dangers pour les établissements et in fine pour les malades de toute nouvelle baisse tarifaire. Cela n’est pas envisageable au regard des efforts réalisés ces dernières années et de la sous-exécution de l’ONDAM en 2017.

La FHP salue des mesures fortes pour l’innovation et se tient prête à mettre en œuvre la transformation profonde du système

La FHP salue également les mesures attendues par les établissements de santé privés en faveur de l’innovation :

• Déploiement de la télémédecine qui sort enfin de l’ère des expérimentations,
• Accélération de l’inscription à la nomenclature des actes.

S’il est bien confirmé que la chirurgie ambulatoire n’est pas concernée par les économies prévues par le PLFSS 2018, ce serait un point positif. Il est temps de marquer la fin du paradoxe des précédentes LFSS où la chirurgie ambulatoire était financièrement pénalisée alors même que son développement était souhaité par les pouvoirs publics.

La FHP appelle les pouvoirs publics à faire confiance aux acteurs de santé pour mettre en œuvre la transformation nécessaire du système de santé autour des axes de la Stratégie Nationale de Santé.

Déclaration de Lamine Gharbi, président de la FHP :
« Une nouvelle baisse des tarifs hospitaliers ne serait pas supportable ! Alors que l'effort se concentre une nouvelle fois sur la santé, la politique du rabot ne peut pas être la solution. Nous sommes prêts, aux côtés des autres acteurs, à mettre en œuvre la transformation du système de santé autour des priorités que nous partageons avec la ministre : l’innovation la prévention, la meilleure pertinence des soins ou encore l’accès aux soins pour tous. Comme la ministre est dans une logique de concertation, c’est de bon augure pour les discussions à venir »



A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 9 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :
• 55% des interventions chirurgicales
• 65% de la chirurgie ambulatoire
• 2,6 millions de passages dans 124 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• Près de 20% de l'activité d'hospitalisation à domicile (HAD)

Contact Presse
Benjamin AZOGUI
Direction de la communication FHP
0153835656 / 0627201849


Tarifs hospitaliers


Gabarit CP 9 mars
La FHP déplore la baisse de 2,09% des tarifs des cliniques MCO qui va mettre en péril la survie de nombreux établissements de santé privés.

Tarifs hospitaliers : les économies ne font pas une réforme 


La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) déplore la baisse de 2,09% des tarifs des cliniques MCO (médecine, chirurgie, obstétrique) décidée par le gouvernement qui, faisant suite à trois années de baisse, va mettre en péril la survie de nombreux établissements de santé privés, aujourd’hui en grave difficulté.

Les baisses de tarifs et de prix de journée attendues pour les cliniques de soins de suite et de réadaptation (SSR) et psychiatriques devraient être respectivement de -2,3% et -2,4%.

La FHP dénonce une nouvelle fois une campagne tarifaire injuste avec à nouveau la reprise par le gouvernement, à hauteur de 0,49% cette année, des avantages du CICE et des allègements de charge du Pacte de responsabilité. Dans le même temps, le secteur hospitalier associatif est lui autorisé à en bénéficier à travers le dispositif du CITS. Le gouvernement fait ainsi fi de l’arrêt du Conseil d’Etat qui vient de condamner cette discrimination. La FHP engagera un recours contre cet abus de droit.

Les cliniques et hôpitaux privés sont les seules entreprises de France à ne pas bénéficier du CICE et du Pacte de responsabilité. Environ 30% des cliniques sont aujourd’hui en déficit.

« Cette baisse des tarifs s’ajoute aux 5% de baisses subies en 2014 et 2015. C’est un nouveau coup porté au secteur hospitalier privé, qui a pourtant consenti d’importants efforts ces dernières années et qui a démontré son efficience sur le plan médico-économique », commente Lamine Gharbi, président de la FHP, qui regroupe 1.030 cliniques et hôpitaux privés.

La FHP dénonce la poursuite de la politique du rabot, une politique à courte vue et qui pénalise les établissements les plus performants, tout en oubliant de se poser la question de la réorientation de notre système de santé vers un modèle plus efficient.

« Ce ne sont pas les acteurs hospitaliers eux-mêmes qui sont en cause ici mais bien les dysfonctionnements d’un système tout entier, en matière de pilotage national et d’allocation des ressources », souligne Lamine Gharbi.

Le président de la FHP ajoute : « Une politique qui tire de manière indifférenciée tout le monde vers le bas, en faisant ici et là des économies sans aucun sens sur le financement direct des prestations de soins, et sans se poser la question plus globale d’une transformation profonde d’un modèle aujourd’hui à bout de souffle, ne commet pas seulement une erreur de méthode mais bien une inversion des priorités : ce sont les réformes qui génèrent des économies et non les économies qui font une réforme », conclut le président de la FHP.

Enfin, la FHP alerte les associations de patients sur les conséquences de cette politique délétère qui pèse sur la capacité des acteurs hospitaliers à mener à bien leurs missions de soins au service des Français.

Qualité et sécurité des soins


DSC 0417
La FHP plaide pour une révolution culturelle en matière de qualité des soins et d’évaluation des établissements.
La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) plaide en faveur d’une révolution culturelle afin que l’évaluation des établissements hospitaliers sur des critères de qualité et de sécurité des soins soit la pierre angulaire de toute politique sanitaire, en prenant notamment en compte la certification des cliniques et des hôpitaux délivrée par la Haute autorité de santé (HAS).

« Il est grand temps d’impulser une vraie culture de la qualité et de l’évaluation dans le système de santé. La qualité et la sécurité des soins doivent devenir l’alpha et l’oméga de toute politique sanitaire », affirme Lamine Gharbi, président de la FHP, qui regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés.

Le président de la FHP s’exprimait à l’occasion de la Semaine de la sécurité des patients et de la visite de la directrice générale de la Direction générale de l’offre de soins (DGOS), Anne-Marie Armanteras de Saxcé, mercredi à la Clinique Arago, et l’hôpital Saint-Joseph, à Paris.

La Clinique Arago est un établissement exemplaire en matière de sécurité des soins, avec une certification qualité optimale (consultable ici). La visite était notamment consacrée à la sécurité du parcours en chirurgie ambulatoire, avec notamment la visite d’un « bloc des erreurs ».

Sur le territoire national, les premiers résultats de visite de certification (V2014) montrent que plus de 75% des cliniques et hôpitaux privés ont été certifiés avec une note A en visite initiale avec ou sans recommandation d’amélioration, ce qui constitue le plus haut niveau de certification.

La FHP demande d’une part que cette certification HAS soit réellement impactante. « Les établissements les plus déficients doivent être sanctionnés, les meilleurs récompensés. En l’occurrence, les établissements qui reçoivent la plus mauvaise note (E), indiquant qu’ils ne sont pas certifiés, doivent être impérativement fermés car cela signifie qu’ils sont dangereux pour les patients. Il est anormal, voire choquant, de constater qu’un établissement non certifié puisse encore accueillir des patients », souligne Lamine Gharbi.

La FHP demande, d’autre part, que la qualité et la sécurité des soins deviennent un critère de financement complémentaire des établissements les plus méritants en la matière.

« Nous demandons la généralisation du financement lié à la qualité qui représente aujourd’hui à peine 0,5% des ressources des établissements hospitaliers. Ce n’est qu’à cette condition, par la motivation et l’encouragement à s’améliorer, qu’on fera progresser la qualité et la sécurité des soins pour tous », insiste le président de la FHP.

La HAS décerne aux établissements hospitaliers une notation de A à E indiquant les différents niveaux de certification, suivant un certain nombre d’indicateurs de qualité et de sécurité des soins.

La FHP note à ce titre que le site grand public Scope Santé consacré à la certification HAS et mis à la disposition du grand public reste peu connu. S’il marque un progrès en matière d’information et de transparence, il gagnerait encore à être rendu plus lisible pour tout un chacun, notamment en permettant une visualisation globale direct du classement de chaque établissement, par exemple en regroupant tous ceux classés A, B, C, D ou E. Aujourd’hui, la présentation est segmentée et rend difficile une comparaison simple et rapide des établissements entre eux.


Fin du quinquennat du Président Hollande


CP BILAN QUINQUENNAT
Six mois pour rétablir la confiance avec le secteur des cliniques et hôpitaux privés.
La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) lance un appel à la raison au gouvernement pour qu’il mette fin aux mesures punitives et vexatoires contre le secteur des cliniques et hôpitaux privés, au terme d’un quinquennat marqué par une volonté d’éviction sans précédent des acteurs privés du paysage sanitaire.

« L’on nous a asséné toute une série de mesures, qui vont de la dégressivité tarifaire au coefficient prudentiel, et maintenant en préparation un contrôle du bénéfice raisonnable de nos établissements, alors que notre secteur affiche une rentabilité d’à peine 3%. Jamais, je crois, depuis 1945, l’hospitalisation privée en France n’avait connu de telles attaques, non seulement sur le plan financier, mais également dans la remise en cause de sa place, de son utilité et de sa participation aux missions de santé », a affirmé Lamine Gharbi, président de la FHP, qui regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés, lors de sa traditionnelle conférence de presse de rentrée.

« Notre métier, c’est de soigner du mieux possible la population. Les 1.000 cliniques de France jouent aussi un rôle important de maillage sanitaire et sont présentes sur l’ensemble des territoires, y compris dans les zones rurales et les banlieues défavorisées. Ce sont des établissements performants qui produisent des retombées sociales et économiques importantes, en termes d’investissement, d’emplois, d’attractivité et de dynamisme économique, sans oublier des enjeux de santé publique. Une clinique, cela veut aussi dire des médecins salariés ou libéraux et des personnels soignants au service de la population », a rappelé Lamine Gharbi.

Avec l’élaboration du Projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2017 et de la prochaine campagne tarifaire, il existe une fenêtre de six mois pour rétablir la confiance et un dialogue de fond entre le gouvernement et le secteur de l’hospitalisation privée .

La FHP croit fermement que ce dialogue est possible. Comme en 2012 ou en 2014, nous formulons 10 mesures déterminantes et demandons l’ouverture de chantiers qui permettraient de renouer le dialogue et la confiance :

1. Reprendre le chantier de la réforme SSR

2. Abrogation du SIEG

3. Suppression de la dégressivité tarifaire

4. Promotion du financement à la qualité pour l’ensemble des spécialités

5. Réforme de la LFSS dès 2017 :

a. Pluri-annualité pour organiser la stabilité tarifaire
b. Développement du financement de l’innovation
c. Renforcement de la promotion de l’efficience
d. Evolution du financement des soins critiques
e. Création d’un Tarif Journaliser de Prestation (TJP) privé

6. Campagne tarifaire 2017 :

a. Repenser la construction des campagnes tarifaires dans une transparence des méthodes et une lisibilité des arbitrages. La situation économique est trop grave pour continuer dans l’opacité et la discrimination 
b. Reconduction d’un complément tarifaire pour l’obstétrique
c. Favoriser la chirurgie ambulatoire


7. Equité tarifaire : même patient, même soin, même tarif

8. Affirmer le rôle des établissements privés dans la mise en place des GHT

9. La reconnaissance de la pleine participation du secteur privé au service public, notamment sur les situations sanitaires exceptionnelles ou les situations de précarité

10. La reconnaissance de l’implication du secteur privé dans le déploiement d’Hôpital Numérique, par la mise en place d’une nouvelle étape construite de manière concertée pour relever le défi du virage ambulatoire

« Nous attendons du gouvernement un geste qui traduise une volonté d’ouverture. Pour faire en sorte que la France reste au sommet de ce qui se fait en santé au plan mondial, le pays aura besoin de tous les acteurs, qu’ils soient publics ou privés, de tous leurs talents, et tous leurs efforts », a conclu Lamine Gharbi.


Au Congrès Doctors 2.0 & You


Gabarit CP Doctors 2 0
Un oncologue exerçant en clinique présente une web application inédite de détection des rechutes du cancer du poumon

Au Congrès Doctors 2.0 & You : un oncologue exerçant en clinique présente une web application inédite de détection des rechutes du cancer du poumon

Paris, le 24 mai 2016 – La FHP sera présente pour la deuxième année consécutive en tant que partenaire à la sixième édition du congrès international Doctors 2.0 & You, qui aura lieu les 26 et 27 mai à Paris. Le secteur hospitalier privé y sera représenté notamment en la personne du Dr Fabrice Denis, oncologue spécialiste du cancer du poumon à la Clinique Victor Hugo-Centre Jean Bernard au Mans, qui viendra y montrer l’application numérique qu’il a conçue permettant le suivi personnalisé à distance de patients atteints d’un cancer du poumon pour une détection précoce des rechutes ou de complications.

Favoriser les innovations de terrain

« Nous sommes très heureux de renouveler notre partenariat avec ce congrès qui est un lieu incontournable d’échanges et d’émulation de la santé digitale. Nous contribuons ainsi à faire connaître les réalisations innovantes et exemplaires des professionnels de l’hospitalisation privée qui permettent de faire progresser le monde de la santé », s’est félicité le président de la FHP, Lamine Gharbi.

La fondatrice du congrès Doctors 2.0 & You, Denise Silber, s’est réjouie également du renouvellement de ce partenariat. « La FHP représente une branche importante de l’offre de soins en France. La présentation du Dr Fabrice Denis au sujet d’une application mobile qu’il a conçue, développée, utilisée et même évaluée, le tout dans l’intérêt des patients suivis pour un cancer, sera un des moments forts de ce congrès ».

La présentation d’une application inédite de détection des rechutes du cancer du poumon

Le Dr Denis, également président du Syndicat national des radiothérapeutes oncologues (SNRO), avec la société Sivan Innovation, start-up informatique développant des solutions innovantes en e-santé, ont travaillé ensemble sur le développement clinique de cette application, baptisée MoovcareTM. C’est la 1ère application ayant fait l’objet d’un développement clinique rigoureux similaire à ceux des médicaments. En 2014, le premier essai clinique randomisé de phase III d’une application de télésurveillance de cancer du poumon, évaluant la survie, comparé à la surveillance par scanner systématique a démarré. Les résultats de cette étude seront présentés en « late breaker » le 6 juin à Chicago au congrès de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO), le grand rendez-vous mondial annuel de cancérologie.

Cette web-application peut grandement améliorer la détection des récidives du cancer du poumon, l’un des plus meurtriers en France, avec plus de 33.000 décès chaque année. Utilisable sur smartphone, ordinateur ou tablette, elle permet au malade de décrire finement son état de santé chaque semaine. Les informations envoyées sur un serveur sécurisé sont analysées par un logiciel. L’analyse dynamique des symptômes cliniques et l’envoi d’alertes aux médecins en cas d’anomalie détectée permet une meilleure prise en charge et de maximiser les options de traitements grâce à un meilleur état général lors de la rechute. MoovCareTM permet également de renforcer la relation du patient avec son médecin.

Elle est la première application en cancérologie à avoir passé toutes les étapes d’évaluation clinique pouvant aboutir à un remboursement de dispositif médical.

Le Dr Fabrice Denis et la Clinique Victor Hugo - Centre Jean Bernard (Le Mans) avaient déjà été distingués par la FHP en 2014 dans le cadre des Trophées de l’hospitalisation privée pour le développement de cette application.


Journée Thématique FHP - 31 mars 2016


JT Tutelles
Relations avec les tutelles, le monde politique et le monde associatif : un enjeu essentiel pour votre établissement. Inscrivez-vous à la Journée thématique FHP.

Rapport Combrexelle

La FHP salue l’ambition de redonner la primauté à la négociation d’entreprise